Affiche de la Journée d'études "Une approche pluridisciplinaire de la guerre de 1870-1871" organisée le 4 avril 2020 aux Ecoles de Saint-Cyr Coëtquidan (détail).

Retour sur une approche pluridisciplinaire de la guerre de 1870

Le 16 septembre 2020 s’est tenue en l’amphithéâtre Foch des Ecoles de Saint-Cyr Coêtquidan une journée d’études consistant en une approche pluridisciplinaire de la guerre de 1870, manifestation mêlant historiens, sociologues mais aussi juristes et historiens de l’art. Fort riche, cette manifestation dit parfaitement tout l’intérêt de la commémoration du 150e anniversaire de « l’année terrible », la demande sociale de mémoire permettant de mettre en lumière certains des derniers acquis de la recherche.

              Une France isolée et affaiblie

La première table-ronde de cette journée d’études se caractérise par une approche top-down dont on ne saurait trop vanter les mérites tant la variation des échelles est chose essentielle en histoire. Revenant sur le contexte géopolitique de la guerre de 1870, Frédéric Dessberg « plante le décor » de la crise qui aboutit à ce conflit armé. Ce faisant, il insiste sur l’importance du congrès de Vienne de 1815 visant à faire respecter un statu quo frontalier et politique sur le continent. Certes, l’indépendance de la Grèce ou de la Belgique viennent modifier la carte de l’Europe mais l’équilibre général est globalement maintenu entre les 5 grandes puissances qui comptent : la Grande-Bretagne, la France, la Prusse, la Russie et l’Autriche.

Souhaitant en finir avec la Confédération germanique et les traités de 1815, Napoléon III désire néanmoins conserver l’équilibre diplomatique en Europe et pour ce faire entend privilégier une coopération franco-britannique. Utilisant le principe des nationalités, il entend se placer à la tête de l’Europe de manière à marginaliser la Russie et l’Autriche. On mesure cependant derrière ces louables intentions toutes les contradictions de cette politique qui en réalité, plus que des unités nationales, privilégie des confédérations. Bismarck, qui de son côté souhaite également remettre en cause le statu quo de 1815, ambitionne également de conserver l’équilibre diplomatique européen, et désire l’appui de Paris pour réaliser la « petite Allemagne » incluant les états du sud du Mein mais sans l’Autriche. Des divergences existent néanmoins entre Paris et Berlin, notamment en ce qui concerne l’unité italienne. On mesure donc toute l’ambiguïté de cet échiquier diplomatique particulièrement complexe.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

En 1865, à Biarritz, Napoléon III accorde selon toute vraisemblance – les sources sont rares et le compte rendu de la rencontre manque – son soutien à Bismarck dans son combat contre l’Autriche et, plus largement, son plan de « petite Allemagne ». C’est dire si, finalement, la crise de l’été 1870 participe d’un renversement brusque de tendance. La bataille de Sadowa, le 3 juillet 1866, ne fait que confirmer cette situation. Le discrédit français nait en réalité de l’autorisation donnée à Bismarck pour un certain nombre d’annexions aboutissant à une Confédération allemande très étendue conduisant Napoléon III à demander des compensations (une partie de la Belgique, le Luxembourg…) : cette politique reste dans la mémoire comme étant celle des « pourboires », terme qui dit bien la perte de crédit de l’Empereur qui n’apparaît désormais plus comme le « champion des nationalités ».

En 1870, la France est donc complètement isolée : la Grande-Bretagne est méfiante sur la question belge, la Russie est désireuse d’effacer les conséquences de la guerre de Crimée. C’est ce qui explique l’adoption de la loi Niel. C’est aussi ce qui explique l’idée que la France soit devenue un « fauteur de trouble » au sein de l’échiquier diplomatique européen. La question de la succession au trône d’Espagne agit alors comme le révélateur de la faiblesse française, Paris étant finalement acculé à une position belliciste. Ce faisant, F. Dessberg invite, sans doute en référence au récent livre de G. Vogt et N. Bourguinat ou aux interprétations qui pourraient en être faites, à ne pas « exagérer » la dimension mondiale de la guerre.

              Clausewitz : la clef de la victoire ?

Le « terrain de jeu » étant désormais installé, la journée d’études procède à l’examen des forces en présence en commençant par M. Motte et un « modèle prussien » vu comme facteur de la victoire en 1870, mais également de la défaite sur la Marne, en 1914. Héritée de Clausewitz, la doctrine insistant sur les forces morales des hommes, sur la capacité de motivation des chefs de terrain, sur le primat de l’énergie, de la rapidité de mouvement et la simplicité des schémas opératifs est servie par une grande unité politique (Bismarck, Roon, Moltke et Guillaume 1er) et ce service militaire universel qui fait si cruellement défaut à la France. M. Motte insiste également sur l’importance du souvenir napoléonien dans cette configuration culturelle qui participe d’une croyance en la bataille « décisive », la guerre étant une réalité trop floue, mouvante, pour que les stratégies soient développées en profondeur chronologique.

Timbre commémoratif. Collection particulière.
Timbre commémoratif. Collection particulière.

Moltke, qui a le sens de l’histoire et de l’évolution, entend toutefois adapter l’héritage clausewitzien aux « défis de la guerre industrielle ». Le premier de ces changements est la « révolution de la mobilité » perçue lors de la guerre d’Italie (1859) puis lors de la Guerre de Sécession (1861-1865) : c’est la prise en compte du rôle majeur joué par le chemin de fer dans le développement des opérations puisque le train permet de projeter très vite et très loin des forces, ce qui sert l’effet de surprise. Mais, en revanche, cette dimension ferroviaire implique une mobilisation extrêmement minutieuse, se jouant à la minute près, du fait des rigidités du rail. D’où la célèbre formule « marcher séparés, combattre réunis ». La seconde révolution tactique prise en compte par Moltke est celle du feu contemporain : celle du fusil allemand Dryse (1840) ou de son homologue français Chassepot (1866, 1 000 mètres de portée théorique sur le champ de tir, 200 mètres effectifs sur le champ de bataille). Du fait de leur portée, ces armes étendent la ligne de bataille et privilégient grandement la défense, ce qui conduit les hommes à être confrontés au « vide du champ de bataille ». D’où cette seconde maxime célèbre : « Notre stratégie doit être offensive, notre tactique défensive ».

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le plan de Moltke ne fonctionne pas si bien lors de la guerre de 1870. Certes, les déploiements initiaux témoignent de l’efficacité du modèle prussien lorsqu’il s’agit de concentrer les forces. Toutefois, les batailles de Spicheren et Woerth le 6 juillet 1870 modifient les plans de départ car, certes les Prussiens l’emportent, mais sont tellement choqués par ces affrontements imprévus qu’ils ne parviennent pas à poursuivre les troupes françaises. De surcroît, le modèle prussien table sur la rationalité de l’adversaire. Or, justement, ce qui caractérise les opérations de l’armée impériale est un comportement erratique résultant de désaccords stratégiques au sein du haut-commandement. C’est du reste ce qui explique la sévère critique du modèle prussien que formule en 1904 le futur maréchal Foch : face à une armée efficace et maîtrisant le train, alors cette stratégie échoue. Et c’est précisément ce qui se passe sur la Marne en 1914.

              Un modèle déformé

Le colonel Faudais prend la suite de M. Motte et s’attèle pour sa part à l’examen du modèle français et dresse un portrait tout en nuance d’une armée impériale déformée par un certain nombre d’illusions, nées notamment d’opérations extérieures, et émergeant après Sadowa. Certes il y a des victoires tactiques mais l’armée se révèle incapable de les exploiter en poursuivant l’ennemi. De même, la capacité de manœuvre de grandes masses est également problématique. Pourtant, il y a l’idée d’une armée française qui serait la première d’Europe, pour ne pas dire du monde.

Si l’on a beaucoup insisté sur la responsabilité du haut-commandement, à commencer par Napoléon III et Bazaine, le colonel Faudais appuie lui sur la faillite d’un modèle, celui de l’armée impériale. On se méprend sur les capacités réelles de la troupe de l’armée française, ce qui conduit à de sévères désillusions. Alors que l’on n’observe aucune remise en cause tactique, la furia francese agit à la manière d’un écran de fumée répondant à toutes les questions et occultant tous les problèmes. Incapable de se renouveler, frileuse, l’institution est sclérosée. Le corps des officiers fait à cet égard l’objet d’un examen particulièrement critique en ce qui concerne la formation, trop théorique, pas assez intellectuelle et trop concentrée sur les « choses du métier ». Le paradoxe est que les bibliothèques de garnison se développent sous le Second Empire, de même que les bibliothèques privées d’officiers. Mais là encore, l’examen des ouvrages lus est frappant : on observe un primat de l’Empire, une place spéciale accordée à Jomini, et un fort goût pour le romantisme. Rien qui ne permette de se conformer aux révolutions du champ de bataille évoquées précédemment par M. Motte. Il est à cet égard frappant de constater qu’Ardant du Picq éprouve le plus grand mal à trouver un éditeur.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

En d’autres termes, l’armée française a manqué d’humilité et est déconnectée de la réalité de la guerre moderne. D’ailleurs, elle ne juge jamais la Prusse comme étant capable d’une victoire militaire. Là encore, la désillusion sera cruelle. C’est ainsi que pour le colonel Faudais la guerre de 1870 est avant tout « un choc intellectuel » et évoque même une « supériorité somnifère » qui dit, d’une certaine manière, tout l’intérêt qu’il y a à revisiter ce conflit. Les leçons qui en découlent sont en effet universel et atemporelles.

              Le prisme saint-cyrien

A cet égard, les Saint-Cyriens constituent un cas d’école particulièrement stimulant puisqu’ils comptent pour un quart des effectifs d’officiers de l’armée impériale en 1870. L’enthousiasme initial est particulièrement prégnant dans les témoignages à l’instar de ce que peut écrire le jeune Edouard de Castelnau. A cet égard ces jeunes officiers étudiés constituent une belle validation du propos du colonel Faudais.

Revenant sur les pertes saint-cyriennes, étude statistique découlant d’une minutieuse prosopographie, le lieutenant Garotte dit par la même occasion l’ensemble des représentations mentales entourant l’officier au combat. Il est idéalisé, héroïsé, et les discours insistent tout particulièrement sur les vertus de l’engagement et du don de soi. Se révèle alors le grand paradoxe entourant cette guerre qui est à la fois un désastre pour l’armée française mais aussi la source d’un discours héroïsant postulant ce que doit être la conduite du chef sur le champ de bataille.

Napoléon III en visite à l'école de Saint-Cyr le 4 août 1860. Gravure extraite du numéro 174 daté du 11 août 1860 du "Monde illustré" (détail). Gallica / Bibliothèque nationale de France.
Napoléon III en visite à l’école de Saint-Cyr le 4 août 1860. Gravure extraite du numéro 174 daté du 11 août 1860 du « Monde illustré » (détail). Gallica / Bibliothèque nationale de France.

On ne saurait dire tout l’intérêt d’une telle démarche qui permet de mettre en lumière la fonction de « creuset social » de l’armée impériale : certes, l’endogamie existe mais elle ne doit pas masquer le fait que l’institution sait aussi s’ouvrir. Le poids de la noblesse est ainsi à fortement relativiser : si certaines maisons persistent à servir les armes, on ne recense pas plus de 18% d’aristocrates parmi les morts de la guerre de 1870-1871. L’armée est en réalité un formidable instrument d’ascension sociale pour les familles qui décident de s’y investir : des fils de préfets ou de président de cours d’appel côtoient des fils de maçon, de cultivateurs ou encore de boulangers. Là se révèle toute l’ironie de cette idée de méritocratie propre à l’armée républicaine… puisqu’elle caractérise également l’institution sous le Second Empire.

              De l’apport de la monographie

B. Bodart, enfin, conclue cette analyse descendante en consacrant sa communication à la Division bleue, célèbre pour son engagement lors de la bataille de Sedan-Bazeilles, pour reprendre la formulation ayant cours au XIXe siècle. Faisant la part des choses entre ce qui relève d’une part de l’esprit de corps et du registre des traditions, d’autre part de l’analyse des archives par la méthode historique, il entend montrer à partir de cette division comment l’armée française se laisse encercler à Sedan. Ce faisant, il valide « par le bas » – si l’on adhère à l’idée que l’échelon divisionnaire, 10 000 hommes dans le cas présent, en relève – les propos de M. Motte sur le modèle prussien et l’importance de l’initiative. En quelque sorte, ce changement d’échelle permet de passer de la théorie à la pratique, de la stratégie à la tactique.

Pour ce faire, il s’agit de décrire précisément le révélateur, à savoir cette Division bleue composée de 4 régiments d’infanterie de marche et d’un corps d’artillerie à trois batteries. Plutôt spécialisée dans les interventions outre-mer, cette formation est engagée pour la première fois en 1870 sur le territoire métropolitain. En cela, elle dit bien l’une des carences de l’armée française évoquée précédemment par le colonel Faudais.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

La tâche de la Division bleue est d’empêcher à Bazeilles, en reprenant le village, la marche de l’ennemi sur Sedan. Se positionnant au plus près des hommes, B. Bodart décrit une petite guerre faite de combats de rue qui renvoient directement à l’expérience ultra-marine de ces troupes. L’attention portée à la réalité des engagements permet de mettre en lumière la rapidité avec laquelle s’enchaînent les événements. On en arrive tout naturellement à ces marsouins qui tirent leur « dernière cartouche » dans cette auberge Bourgerie qui fit la célébrité d’Alphonse de Neuville. Selon un schéma bien connu, la résistance acharnée de la division est la source de la frustration allemande et le déclencheur d’un certain nombre d’exactions à l’endroit de militaires français mais également de civils. Ce faisant se révèle une permanence anthropologique déjà observée à Charleroi en août 1914 et dans la vallée de l’Eure en juin 1940.

              Saint-Simon et 1870

La deuxième table-ronde débute avec le sociologue Axel Auger qui entreprend un passionnant tableau de la société française de 1870 centré sur le saint-simonisme et les valeurs imprimant le Second Empire. L’idée est donc de proposer quelques explications de l’échec militaire à partir du répertoire sociologique. Pour la doctrine saint-simonienne et Napoléon III, l’État permet de libérer les énergies et est fondamentalement protecteur pour les peuples. L’interdiction du travail le dimanche ainsi que certaines mesures prises en faveur de la classe ouvrière témoignent, d’après Axel Auger, d’une réelle attention portée à la question sociale. Ce faisant, se révèle sur le plan intérieur les contradictions du régime que F. Dessberg identifie sur le plan diplomatique, notamment par l’intermédiaire du principe des nationalités.

Néanmoins, le fait est que le monde militaire est hermétiquement séparé du reste du corps social. L’officier vit en régiment et est tourné vers son « cœur de métier ». Le soldat de carrière, lui, est fondamentalement nomade du fait des nombreux changements de garnisons. C’est là une véritable société d’ordres qui témoigne d’un monde fermé sur lui-même, vivant en vase clos. Les valeurs d’honneur, de courage et de savoir-faire militaire, qui imprègnent tant l’instruction, sont directement tirées du théâtre des opérations et participent d’une certaine forme d’inertie intellectuelle parmi les officiers. Le formalisme, le conformisme et une certaine forme de routine gangrènent les hommes. La science et le travail intellectuel sont eux marginalisés. C’est le tableau d’une armée impériale, et d’un corps des officiers, non seulement hors-sol mais fondamentalement archaïque que livre, en définitive, cette communication. Le paradoxe est que, d’après Axel Auger, le Second Empire jette les bases de la France contemporaine.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

C’est cette dimension que l’on retrouve également dans la remarquable communication de l’historien du droit G. Guyon sur le code de justice militaire de 1857. Pour autant, là encore, l’ambiguïté règne car cet ensemble de textes trouve son origine dans la nécessité de prévenir les révolutions et autres troubles populaires ayant renversé tant de régimes. Concrètement, il s’agit d’une justice dérogatoire prescrivant des peines « prophylactiques » visant à restaurer l’ordre et la discipline. Cependant, fondamentalement, sont là jetées certaines des bases de Thémis aux armées telles qu’on la retrouve en 1914, avec les funestes conséquences que l’on sait. « Abandon de poste » (art. 213) et « désertion à l’ennemi ou aux rebelles armés (art. 238) motivent au regard du Code de 1857 la peine de mort, ce qui là encore n’est pas sans renvoyer à la Grande Guerre.

Le paradoxe est que dès la guerre de 1870-1871 ce Code montre ses limites : les procédures sont beaucoup trop lourdes et contraignantes et requièrent beaucoup trop d’officiers, certains articles sont difficiles, pour ne pas dire impossibles, à appliquer en campagne. De surcroît, le texte est trop volumineux et beaucoup trop complexe pour pouvoir être manié par des officiers qui, rappelons-le, ne sont pas juristes. En clair, ce code est adapté au temps de paix mais pas au temps de guerre. Le décret du 2 octobre 1870 vient remédier à cet état de fait, prévoyant 16 et non plus 8 infractions passibles de la peine capitale. Là encore, le passage de la guerre impériale à la guerre républicaine se traduit par une sorte de radicalisation cumulative, si l’on nous autorise l’emploi de cette expression, résultat tant de la pression exercée par l’avancée allemande que par le retard de l’armée française sur la réalité de la guerre moderne.

              Un devoir de mémoire de 1870 ?

Historien de l’art, Jean-François Lecaillon interroge pour sa part la représentation de la guerre de 1870 dans la peinture et donne à voir un tableau dont on peine, à dire vrai, à savoir s’il est moderne ou non. Rappelons tout d’abord qu’il s’agit là d’un phénomène de masse : 460 œuvres présentées aux Salons entre 1872 et 1913 auxquels il faut ajouter les manifestations provinciales ainsi que les expositions plus strictement militaires. Nombreux sont les artistes qui peignent d’après leurs propres souvenirs, comme une mise en toile de leur propre expérience combattante. La violence de guerre et ses conséquences sur les corps, des soldats mais également des chevaux, ne sont pas occultées. Il en est de même en ce qui concerne les toiles visant à reconstruire le plus fidèlement possible un certain nombre de scènes militaires, à l’instar du célèbre tableau d’Alphonse de Neuville sur Bazeilles et la Maison de la dernière cartouche ou des nombreux panoramas reproduisant les différents champs de bataille de la guerre de 1870.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Reste que le propos n’interroge pas les phénomènes de co-production des œuvres, interrogation qui permettrait de déconstruire les toiles pour faire la part entre le discours dominant et ce qui relève de l’artiste même. Autrement dit, il s’agit de passer de la reconstitution à la reconstruction, processus qui permet de mettre en évidence les intentions politiques sous-tendant ce qui semble bel et bien relever d’une certaine forme de « devoir de mémoire ». C’est là l’expression de Jean-François Lecaillon et nous limiterons notre propos à renvoyer à l’ouvrage de S. Ledoux pour qui souhaiterait en savoir plus sur l’histoire de cette locution[1].

              Sorties de guerre

Reste que cette communication, fondamentalement, interroge le délicat processus de sortie de guerre du conflit. C’est d’ailleurs ce à quoi s’attachent, dans des genres fort différents, F. El Hage et M. Bourlet. Adoptant une grille de lecture résolument politique, le premier rappelle combien le rapport de la République à la guerre est complexe, attribuant son origine à l’Empire mais mettant tout en œuvre pour la poursuivre. Ce faisant, l’historien insiste sur l’ombre portée des guerres révolutionnaires et de la levée en masse et met en évidence la complexité de la séquence chronologique 1870-1871, période qui accouche d’une République désireuse de combattre l’Allemagne, jusqu’à parfois paraître jusqu’au boutiste, mais aussi, et certains diront peut-même surtout, de préserver l’ordre social. Toujours est-il que c’est dans ce laps de temps finalement assez court que germe une mémoire que F. El Hage qualifie de « fondatrice », terme qui suggère la dilatation des chronologies.

M. Bourlet pousse le curseur encore plus loin en rappelant ce que le monde militaire doit encore aujourd’hui à ce conflit : effectivement École de Guerre et Musée de l’Armée sont créés en réaction à la guerre de 1870. Il en est de même du défilé du 14 juillet qui, depuis 1880, montre sa soumission au pouvoir politique. Meurtrie par la défaite, l’institution met une quarantaine d’années à se réformer. Mais à en juger par la manière dont elle parvient à se relever des premiers échecs de la Grande Guerre, M. Bourlet juge qu’elle est parvenue à bien se transformer. Ceci s’explique par la sorte de syncrétisme unissant le militaire au politique pour restructurer l’institution, en s’inspirant du modèle prussien, dans une perspective de rétablissement national.

Parmi les réponses apportées à la défaite de 1870, M. Bourlet insiste sur la conscription, mode de recrutement dont on sait qu’il n’est pas nécessaire populaire et donne lieu à des débats très vifs. Que l’on songe ne serait-ce que quelques instants à l’instauration de la loi de 3 ans en 1913. Mais c’est surtout dans la structuration de l’institution que les transformations sont plus significatives : instauration des régions militaires en 1873 et refonte du haut-commandement visent à organiser la guerre dès le temps de paix. Là est une réponse nette au manque d’anticipation de 1870.

Carte postale. Musée de Bretagne: 2004.0027.3.
Carte postale. Musée de Bretagne: 2004.0027.3.

Succinct, ce résumé de cette riche journée d’études n’entend pas retranscrire toute la profondeur des différentes communications prononcées en ce 16 septembre aux Écoles des Saint-Cyr-Coëtquidan. Tout juste pouvons-nous formuler ici un vœu : celui que les actes de cette manifestation soient rapidement publiés afin que les sciences sociales puissent encore mieux s’inscrire dans ce 150e anniversaire de la guerre de 1870-1871.


[1] Ledoux, Sébastien, Le Devoir de mémoire. Une formule et son histoire, Paris, CNRS éditions, 2016.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.