Affichette (sans date). Musée de Bretagne: 986.0019.324.

L’armée et la reconnaissance de la langue bretonne

Poser la question de la reconnaissance de la langue bretonne par l’armée française, sur la période 1860-1962, pourrait paraître de prime abord relever de la pure provocation. Pourtant, au-delà des idées reçues et des crispations qu’une telle interrogation peut susciter, il apparaît qu’il y a là un vrai sujet pour l’historien s’intéressant au fait militaire dans la péninsule armoricaine.

Avant toute chose, il nous faut ici distinguer ce qui relève du strict cadre linguistique, seul objet de ces quelques lignes, et de la notion plus vaste et plus floue de culture bretonne. En là matière, les exemples de transferts de la sphère civile vers le monde militaire sont nombreux : que l’on songe à la clique de binious du 48e RI, aux historiques officiels qui ne lésinent pas sur les stéréotypes régionaux ou encore aux chants régimentaires[1]. Il est donc inexact de postuler un désintérêt du monde militaire pour la chose bretonne. Bien au contraire, celle-ci apparaît comme un élément essentiel du processus de fabrication du fameux « esprit de corps » indispensable à toute unité.

Ajoutons que la réciproque est également vraie. La langue bretonne s’est beaucoup intéressée au fait militaire et guerrier et ce depuis fort longtemps. Pour ne citer qu’un exemple, le journaliste – et président du Conseil culturel de Bretagne – B. Rouz recense aujourd’hui même dans les colonnes de l’édition dominicale de Ouest-France 41 « complaintes bretonnes » sur la guerre de 1870. L’une de ces gwerz, intitulée Brezel ar Prus ha trahisonou ar Franç (La guerre de Prusse et les trahisons de la France), est même composée de 65 strophes[2].

Affiche reproduisant en français et en breton le discours prononcé par Napoléon III à Rennes le 20 août 1858 (détail): Musée de Bretagne: 2005.0014.2.
Affiche reproduisant en français et en breton le discours prononcé par Napoléon III à Rennes le 20 août 1858 (détail): Musée de Bretagne: 2005.0014.2.

Pendant la Première Guerre mondiale, on connaît l’exemple du Biniou à poil !, journal de tranchées publié par le 248e RI et comportant une rubrique en breton. Quand on a à l’esprit le caractère semi-officiel de ce type de gazette, on mesure la signification d’une telle archive[3]. Ajoutons d’ailleurs que la publication de ce journal comportant des pages en breton ne doit pas étonner quiconque connaît l’histoire des régiments d’infanterie dont le dépôt se trouve à Guingamp : l’identité bretonne y est affirmée avec force et ce depuis le tournant du siècle. Ceci n’est d’ailleurs visiblement pas sans poser un certain nombre de problèmes lors de l’arrivée de renforts en provenance d’autres régions : l’exemple de Louis Barthas est à cet égard particulièrement significatif.

Se révèle ici donc toute l’ambivalence qui entoure la question linguistique en contexte militaire. Certes, la pratique d’une langue peut se révéler très efficace dans la perpétuation d’un esprit de corps mais elle peut aussi exclure les non-locuteurs, conduisant donc à l’effet inverse que celui recherché. De plus, indépendamment de ces questions d’ordre managérial – pour employer un affreux néologisme – il nous faut évoquer des réalités beaucoup plus pratiques mais néanmoins incontournables : pour pouvoir être efficacement commandée, une unité doit disposer d’un chef dont la langue puisse être comprise de tous les hommes du rang. L’historien B. Cabanes remarque d’ailleurs à propos du corps expéditionnaire américain levé à partir de 1917 et destiné à être déployé en France que l’on y parle 46 langues différentes, réalité qui constitue « un véritable obstacle à l’instruction militaire »[4].

Pour autant, malgré ces quelques exemples, peut-on parler d’une reconnaissance de la langue bretonne en contexte militaire pour la période qui nous préoccupe dans ces quelques lignes ? Si l’on entend par reconnaissance le processus d’identification officielle, par la puissance publique et en l’occurrence l’Etat, d’une langue afin de permettre l’instauration d’un cadre réglementaire favorisant, par exemple, son enseignement, alors la réponse est négative. A ma connaissance, il faut attendre 1951 et la loi Deixonne pour qu’intervienne une reconnaissance de cette nature[5].

Portrait de soldats du 41e RI de Rennes (environs de 1934). Musée de Bretagne: 2013.0003.45.
Portrait de soldats du 41e RI de Rennes (environs de 1934). Musée de Bretagne: 2013.0003.45.

Mais, on l’a vu, les archives attestent de la pratique, bien avant les années 1950, de la langue bretonne en contexte militaire, y compris avec un certain caractère officiel comme dans le cadre du Biniou à poil!. S’agit-il pour autant d’une reconnaissance ? Il est bien difficile de répondre à une telle question. D’une certaine manière, les deux versants du XIXe siècle participent d’une identification de la langue, qu’il s’agisse de la vague celtomane et folkloriste ou de son pendant inverse, la francisation à marche plus ou moins forcée… Combattre un ennemi nécessite en effet qu’on le reconnaisse préalablement comme tel. Par ailleurs, on prendra soin de souligner que pour légitime qu’elle soit, cette focalisation sur la langue bretonne a pour corollaire de plonger encore un peu plus dans l’ombre la (re)connaissance de la seconde langue de Bretagne : le gallo. Je n’ai pour l’heure connaissance d’aucune archive attestant sa pratique en contexte militaire pour la période 1860-1962. Mais c’est là un terrain qui mériterait, à l’évidence, de plus amples investigations.


[1] Pour de plus amples développements on se permettra de renvoyer à Bourlet, Michaël, Lagadec, Yann et Le Gall, Erwan (dir.), Petites patries dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

[2] Rouz, Bernez, « Trésor du breton écrit », Dimanche Ouest-France, n°1180, 13 septembre 2020, p. 15. Voir également du même auteur http://www.tresor-breton.bzh/2020/09/13/1870-complainte-sur-la-capitulation-de-la-france/ ǀ page consultée le 13 septembre 2020]. Nous reprenons pour ce billet l’orthographe employée par B. Rouz. Il est à noter que le portail Kan désigne cette gwerz sous le titre Brezel ar Prus ha trubarderezhoù Frañs ǀ page consultée le 13 septembre 2020] ǀ page consultée le 13 septembre 2020]

[3] Sur la question voir Audoin-Rouzeau, Stéphane, 14-18 Les combattants des tranchées, Paris, Armand Colin, 1986.

[4] Cabanes, Bruno, Les Américains dans la Grande Guerre, Paris, Gallimard, 2017, p. 10.

[5] Prigent, François, « Les gauches communiste et socialiste face à l’identité culturelle bretonne :re tour sur la loi Deixonne sur les langues régionales (1951) », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, Tome XCII, 2014, p. 283-300.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.