De l’approche monographique avec la 13e DBLE

Le livre que publie H. Weill aux éditions Mareuil, ouvrage consacré aux Compagnons de la Libération de la 13e demi-brigade Légion étrangère (13e DBLE) ne relève pas à proprement parler de la science historique[1]. Pourvu d’un appareil critique réduit à la portion congrue, ce portrait collectif des 97 récipiendaires de cette prestigieuse décoration ayant combattu au sein de cette unité s’apparente plus à une galerie de – passionnantes – tranches de vies qu’à une étude problématisée comme sait en produire le monde académique. Il n’en demeure pas moins que l’auteur fait là œuvre utile – le style enlevé de ces quelques 300 pages séduira la plus grand nombre – mais surtout éminemment stimulante pour qui s’intéresse à la monographie en tant que genre.

Pour qui s’intéresse aux Français libres, et tout particulièrement aux modalités de leur engagement, le livre d’H. Weill viendra confirmer de nombreux éléments déjà établis par l’historiographie. Ainsi, en juin 1940, il est moins question de rejoindre le général de Gaulle et la France libre que de fuir l’occupant pour, dans un deuxième temps, poursuivre le combat (p. 33). Loin d’être anodin, ce mouvement entraîne une rupture avec l’ordre légal de Vichy comme en témoignent les condamnations à mort prononcées à l’encontre de bon nombre de ces Compagnons (p. 20).

Ajoutons du reste que la plume de l’auteur sait ici faire la part des choses et prévient d’emblée le lecteur : il faut se méfier du mot « héros » puisque celui-ci « ne doit surtout pas être employé pour auréoler le passé d’un combattant de la Seconde Guerre mondiale sous prétexte que celui-ci… serait encore vivant » (p. 15). Cette mise en garde fait d’autant plus sens dans le cadre de la 13e DBLE que si cette unité est la première à rallier le général de Gaulle en juin 1940, « la décision n’a toutefois pas été unanime et une partie de la 13, qui venait de se battre en Norvège, a choisi de rentrer au Maroc » (p. 16) : premier écueil de l’exercice monographique sur lequel nous reviendrons ultérieurement dans cette recension. Aussi l’auteur ne tombe pas dans le piège qui consiste à présenter le volontaire de la France libre comme un acteur décidant sur un marché « pur et parfait » pour paraphraser les économistes néo-classiques. Au contraire, il fait sien les mots du général Catroux qui insistait sur « la personnalité de quelques-uns [qui ] ordonne les instincts et les mouvement collectifs » (p. 41): ce faisant, il rappelle que le volontariat est aussi affaire contrainte sociale.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Au contraire, les grilles de lecture que constituent les logiques de carrière et de trajectoire peuvent être mobilisées pour analyser les divers parcours présentés par H. Weill dans cet ouvrage[2]. Le parcours de Raoul Magrin-Vernerey, pour extraordinaire qu’il soit, a tout de la logique de carrière puisqu’adolescent il confiait vouloir être « général de corps d’armée, grand-croix de la Légion d’honneur, médaillé militaire, avoir beaucoup de blessures, des citations, voir beaucoup de pays et partout où flotterait le drapeau français » (p. 35). Même chose chez Pierre Koenig qui, par certains de ces propos, invite également à interroger l’idée de « culture professionnelle » des combattants : « Moi, j’ai rejoint la France de Londres par patriotisme, par respect des règles de ma profession » (p. 48). Aussi n’est-il finalement pas surprenant de voir certains passages au sein de la 13e DBLE initier de longs parcours, comme celui qui par exemple conduit Bernard Saint-Hillier à commander, à Rennes, et jusqu’en 1971, la IIIe région militaire (p. 259). A l’inverse, un parcours comme celui de Jean Jaouen vient rappeler que l’engagement en France libre peut aussi relever d’une logique de trajectoire qui rend caduque la pourtant classique dichotomie entre Résistance intérieure et extérieure : c’est bien dans le sillage de ses activités au sein de Libération-Nord puis de Turma-Vengeance que ce finistérien se trouve exfiltré le 23 août 1943 vers l’Angleterre (p. 162).

De la même manière, et ce en conformité avec ce que l’on peut savoir de la sociologie de la France libre, cet ouvrage accorde une large place aux Bretons. Pour n’en citer que quelques-uns, mentionnons le rennais Pierre de Maismont (p. 66), le morlaisien Pierre Chateau-Jobert (p. 159), le quimpérois Jean Jaouen (p. 161) ou encore le brestois Jean Devé (p. 165).

Là n’est pas la marque d’une plus grande valeur, d’un plus grand courage ou d’un quelconque patriotisme supérieur des Bretons mais uniquement le fruit de l’incidence de la géographie : il est plus facile de rejoindre Londres au départ de la Bretagne que des Vosges[3]. Sans surprise, la péninsule armoricaine est donc abondamment présente dans ce portrait collectif : dès la débâcle de juin 1940 et le projet d’un hypothétique « réduit breton » (p. 27) et dès les premiers départs. Tel est par exemple le cas du neveu d’Hubert Lyautey, ancien général commandant la 10e région militaire à Rennes, Lionel Beneyton qui de l’Arcouest s’embarque de Paimpol sur la Manou (p. 82-83).  Préparant un doctorat à l’Institut catholique de Paris, Stanislas Natlacen quitte en juin 1940 la capitale et rallie l’Angleterre au départ de Plougasnou, dans le Finistère. Autre lieu important, l’Ecole d’observateurs en avions de Dinan (p. 160, 167) ainsi que celle, plus connue, d’hydrographie de Paimpol (p. 1616). On pourrait multiplier les exemples de la sorte qui disent tous le poids du déterminisme géographique. Pour autant, lorsqu’il s’agit de ces heures aussi sombres qu’insaisissables de juin 1940, il convient de se garder des grilles de lecture trop rigides. Au contraire, il importe de laisser libre-cours au hasard tant celui-ci est aussi un acteur décisif de ces temps troublés. C’est ce que rappelle notamment l’improbable rencontre à Nantes de deux figures majeures du parlementarisme de la Grande Guerre, à savoir le caennais Camille Blaisot et le nancéen Louis Marin (p. 110).

Carte postale ayant circulé le 14 octobre 1940. Musée de Bretagne: 995.0008.4356.
Carte postale ayant circulé le 14 octobre 1940. Musée de Bretagne: 995.0008.4356.

Malgré la plume enlevée d’Henri Weill, quiconque s’intéresse à la monographie d’unité en tant que style historique ne peut s’empêcher d’être interpellé par ce volume. En premier lieu, il est sans doute hardi de résumer l’histoire des milliers d’hommes qui combattent au sein de cette 13e DBLE au parcours de 97 Compagnons de la Libération, individus remarquables – et distingués comme tels – s’il en est. Il y a là au mieux un biais de représentativité, au pire une tentative d’histoire par les « grands hommes » qui, pour le dire honnêtement, ne correspond pas aux critères académiques actuellement en vigueur.

Mais là n’est pas le seul écueil de cet ouvrage. Avec un sens certain de la formule, H. Weill explique que si la 13e DBLE se résume à « une voix, deux voies » sont empruntées en juin 1940, l’une menant à ce général de Gaulle déjà auréolé de cette mystique de l’homme providentiel, l’autre conduisant au Maroc et à Vichy (p. 39). Comment dès lors conjuguer cette dualité avec la nécessaire unanimité qu’exige la dimension monographique ? Evoquant ces trajectoires divergentes, Gabriel Brunet de Sairigné parle dans ses carnets, à la date du 5 juillet 1940, de « partage » (p. 53), terme particulièrement évocateur. D’ailleurs, la situation est tellement complexe que l’on en vient à perdre la traçabilité du nom même de l’unité, celui-ci étant l’objet des rivalités concurrentes de Londres et Vichy : « Le nom du régiment (sic) ne pouvant être revendiqué par chacun des deux camps – le bruit ayant couru de sa prochaine dissolution – la demi-brigade devient par conséquent la 14e DBLE » (p. 45) avant de retrouver, quelques mois plus tard, en novembre 1940 (p. 46), son numéro fétiche.

Or ces aléas dans la désignation de la demi-brigade sont tout sauf anecdotiques, variation relevant d’une approche « fanamili » fort déconnectée de ce à quoi aspirent les sciences sociales. En effet, en quoi ériger cette 13 DBLE en objet d’étude, structure dont on a vu qu’elle était pour le moins gazeuse, ne relève-t-il pas de l’examen d’une « communauté imaginée » et, pour le dire autrement, d’une certaine forme de soumission à l’esprit construit par et pour ce corps ?[4] Malheureusement, il ne nous est pas possible de répondre à cette question tant l’ouvrage ne permet pas de cerner les contours de la 13e DBLE. Cela est particulièrement net, et pour tout dire frustrant, lorsque vient le moment d’appréhender les parcours post-Seconde Guerre mondiale de ces Compagnons de la Libération, démarche qui fondamentalement pose la question de l’éventuelle survivance de réseaux propres à cette unité dans les décennies 1950-1970. Si l’on parvient à repérer quelques noms d’entreprises comme Total (p. 220) ou Elf-Aquitaine (p. 252), sociétés qui ne manque pas d’attirer l’œil de l’historien, H. Weill ne dit malheureusement rien de ces hypothétiques réseaux de sociabilité.

Charles de Gaulle en visite à Rennes, 27 juillet 1947. Cliché Félix Louis. Musée de Bretagne: 972.0004.91.
Charles de Gaulle en visite à Rennes, 27 juillet 1947. Cliché Félix Louis. Musée de Bretagne: 972.0004.91.

Cela nous semble dommage pour deux raisons principales. D’abord parce que ces liens attestent d’une survivance de la France libre bien après le 8 mai 1945, ensuite parce qu’ils invitent à relativiser le poids de la figure tutélaire qu’a pu constituer pour ces hommes le général de Gaulle. On pense bien entendu au passage ardu au gaullisme politique, tout particulièrement lorsque celui-ci est confronté aux « événements » algériens. Mais il y aurait également sans doute beaucoup à dire sur la traversée du désert de l’homme du 18 juin et sur la participation de certains Compagnons de la Libération de la 13e DBLE aux institutions de la IVe République. Tel est notamment le cas de Pierre Koenig, à qui le général de Gaulle reprochera « d’être allé à la soupe » (p. 219) et, en l’occurrence d’avoir été deux fois ministre de la Défense nationale. On l’a dit, cette pétillante galerie de portraits, écrite sur un rythme enlevé, ne permet pas de répondre à de telles interrogations. Il n’en demeure pas moins que quiconque souhaiterait se lancer dans une telle enquête, étude qui ne pourrait pas faire l’économie d’une vaste prosopographie, sera nécessairement gré à H. Weill d’avoir réuni en quelques 300 pages autant de parcours biographiques. En effet, ceux-ci constituent à n’en pas douter une précieuse étape intermédiaire avant la réalisation d’un travail de plus vaste ampleur que nous appelons de nos vœux.


[1] Weill, Henri, Les Compagnons de la Libération de la 13, Paris, Mareuil Editions, 2020. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Le Gall, Erwan, « L’engagement des Français libres : une mise en perspective » in Harismendy, Patrick et Le Gall, Erwan (dir.), Pour une histoire de la France libre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012., p. 29-47.

[3] Murracciole, Les Français libres. L’autre résistance, Paris, Tallandier, 2010, p. 74-84.

[4] Anderson, Benedict, Imagined communities. Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, New-York, Verso, 1991.


1 réflexion sur « De l’approche monographique avec la 13e DBLE »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.