Des actes aux discours : les socialistes finistériens et l’Armée (1910)

Si la SFIO est bien une section de l’Internationale ouvrière, on oublie trop souvent qu’elle est aussi et peut-être même surtout, française. L’internationalisme ne doit en effet pas tromper. Loin d’être un post-nationalisme, comme une sorte de dépassement de cet horizon patriotique, il s’agit le plus souvent d’une juxtaposition en un même lieu d’identités nationales. C’est précisément ce que montre l’historien  P. Alayrac à propos du Congrès socialiste international de Londres, en 1896[1]. Il en résulte un positionnement par rapport à l’institution militaire, bras armé de la Nation, qui ne doit pas tromper. C’est ce que rappelle la profession de foi des candidats socialistes aux législatives dans le Finistère lors du scrutin de 1910[2].

Lors de ce scrutin, les candidats investis par le PS-SFIO sont Emile Goude, J.-R. Grall, Jean-François Le Gall (aucun lien avec l’auteur), Fernand Le Goïc et Hippolyte Masson. En se référant aux notices que leur consacre le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et social, le Maitron, il est possible de mettre en évidence un certain nombre de points communs en ce qui concerne le positionnement socioprofessionnel de ces militants. Conseiller municipal de la ville de Brest, Emile Goude est également commis à l’Arsenal du port du Ponant. Agent poudrier à l’usine du Moulin blanc au Relecq-Kerhuon, Jean-François Le Gall est le secrétaire de la section locale de la SFIO et figure même sur la liste présentée aux élections municipales en 1909. Fernand Le Goïc, qui se présente dans la 1e circonscription de Quimper, est lui enseignant et officie en tant que professeur au sein d’Ecoles pratiques de commerce et d’industrie. Se présentant dans le canton de Concarneau, Hippolyte Masson est pour sa part employé aux PTT.

              Socialistes et sensibilité militaire

En d’autres termes, à l’exception de J. R. Grall, dont le Maitron nous dit qu’il est horloger à Morlaix, tous ces militants ont une carrière qui renvoie plus ou moins directement au service de l’Etat. Certes, les parcours professionnels dont il est question ici ne sont pas toujours parfaitement linéaires. Ayant pris la tête de la grève des postiers de Brest en 1909, Hippolyte Masson est révoqué avant d’être réintégré l’année suivante. Néanmoins, de telles trajectoires témoignent d’une culture de l’Etat que l’on ne retrouve pas parmi les professions indépendantes et libérales, ni même dans le monde paysan. Là n’est d’ailleurs pas une grande nouveauté historiographique puisque ce portrait est en tout point conforme au tableau que dresse de la première vague socialiste en Bretagne l’historien F. Prigent dans sa thèse[3].

Compte tenu de ces caractéristiques socio-professionnelles, on ne s’étonnera pas du positionnement idéologique de ces cinq militants socialistes. Leur profession de foi pour les élections législatives de 1910 a beau plaider pour « substituer à la propriété capitaliste la propriété collective »[4], leur domiciliation sur l’échiquier politique d’alors est moins radicale que ce que semblent suggérer ces propos. C’est d’ailleurs ce qui invite l’historien A. Le Moigne à voir en Emile Goude un homme aux « positions modérées et favorables à la collaboration avec l’Etat-Patron », stratégie qui semble « retenir l’intérêt de la masse des travailleurs »[5].

Apprentis d'un atelier, probablement de menuiserie, de l'arsenal de Brest, juillet 1907. Musée de Bretagne: 992.0114.1.
Apprentis d’un atelier, probablement de menuiserie, de l’arsenal de Brest, juillet 1907. Musée de Bretagne: 992.0114.1.

Mais un rapide examen, au prisme d’une grille de lecture non plus strictement politique mais cette fois-ci militaire, invite à pousser le curseur encore un petit peu plus loin. Avant de travailler à l’Arsenal, établissement dont il n’est sans doute pas utile de rappeler ici les liens structurels avec le ministère de la Marine en particulier et la chose militaire en générale, Emile Goude sert dans la Royale en tant que quartier-maître, notamment à bord du Jauréguiberry, un cuirassé lancé en 1893. J. Raymond, qui rédige sa notice pour le Maitron, rappelle que Fernand Le Goïc est le fils d’un « deuxième maître vétéran de la marine ». Hippolyte Masson déclare lui lors de son passage devant le Conseil de révision exercer la profession de « surnuméraire des postes et télégraphes », métier qui détermine un parcours spécifique et qui souligne, là encore, un lien beaucoup plus ténu que ce que l’on pourrait de prime abord croire avec l’institution militaire. En effet, après un an de service au 118e RI de Quimper, le futur maire du port du Ponant est « affecté spécialement à la 10e section technique de la télégraphie comme commis à Brest »[6].

En réalité, ces candidats finistériens aux élections législatives de 1910 renvoient de par leurs trajectoires sociales respectives au concept de « sensibilité militaire » développé par J. Maurin, idée que l’on peut définir comme « l’accueil réservé à l’armée et au militaire par le corps social »[7]. Dès lors, deux grilles de lecture peuvent être formulées, l’une n’étant par ailleurs pas nécessairement exclusive de l’autre. Une première manière d’analyser la situation consiste à souligner les injonctions contradictoires qui surplombent ces militants socialistes prisonniers, d’une part, de leur foi révolutionnaire, d’autre part de leurs liens avec cette institution non seulement fondamentalement conservatrice mais particulièrement impliquée dans la répression du mouvement ouvrier et social. Dans les années 1960, J. Julliard montre en effet combien est fort l’antimilitarisme des bourses du travail bretonnes, tout particulièrement dans le Morbihan et dans le Finistère : un propos qui ne peut que renvoyer au parcours de Jean-François Le Gall, candidat que la SFIO elle-même présente comme étant un « agent des poudreries »…[8] Mais une autre manière de considérer la situation, sorte d’histoire culturelle du social, consiste à voir dans cette situation d’entre-deux la source d’un positionnement idéologique spécifique se développant à l’intersection de ces deux pôles pourtant antagoniques. Et pour l’identifier, il convient justement d’en revenir aux professions de foi.

              Une armée socialiste

Signée par E. Goude, J.-R. Grall, Jean-François Le Gall, Fernand Le Goïc et Hippolyte Masson, la tribune que publie Le Cri du Peuple socialiste le 2 avril 1910 est à cet égard particulièrement instructive. A la différence des anarcho-syndicalistes, les militants socialistes ne critiquent par l’Armée en tant que telle mais souhaitent en modifier profondément le fonctionnement. Certes, le propos est viscéralement pacifiste mais il s’inscrit dans une analyse géopolitique prenant acte des tensions qui existent au niveau international, et qui exigent un certain nombre de dispositions :

« La nation française va subir de dures charges si elle n’entre pas résolument dans une voie nouvelle.

A vous de dire que vous voulez en finir avec les dépenses du militarisme par l’avènement d’une politique certaine d’arbitrage et de paix.

A vous de transformer en un système de grandes milices populaires, l’armée de métier et de caserne qui est à la fois moins efficace et plus coûteuse que ne serait l’organisation de la nation armée. »[9]

Pour le dire autrement, il ne s’agit ni plus ni moins que de réformisme appliqué à la caserne. Une position singulière qui permet de surcroît d’apposer une frontière hermétique avec le véritable épouvantail politique que constituent « les incohérences et les crimes de Clemenceau »[10]. L’Armée que les socialistes attaquent, c’est cette institution accusée de reproduire l’ordre social à l’instar de ces « conseils de guerre qui condamnent implacablement et irrévocablement les fils de travailleurs et acquittent ordinairement les Jacquin et autre de Broglie »[11]. De la même manière, preuve du reste de l’intériorisation profonde de l’idée nationale chez ces socialistes finistériens, Emile Goude se défend vigoureusement des accusations d’antipatriotisme portées contre lui par les radicaux[12].

Carte postale. Musée de Bretagne: 973.0008.22.
Carte postale. Musée de Bretagne: 973.0008.22.

Non seulement le positionnement politique des socialistes finistérien n’est pas contre l’Armée mais Emile Goude rappelle que la sphère militaire, entendue ici dans ce que cette expression peut recouvrir de plus large, est un réservoir de suffrages dans lequel la SFIO n’hésite pas à puiser. C’est ainsi par exemple que ce candidat tient deux réunions, les 19 et 20 avril 1910, spécifiquement ouvertes aux « travailleurs des Arsenaux » : « ouvriers auxiliaires et immatriculés, chefs ouvriers, dessinateurs organisés ou non, écrivains et commis, surveillants et agents techniques, personnels secondaires des gardiens, garde-consignes, marins-vétérans, etc. »[13]. Le parti socialiste SFIO se positionne d’ailleurs en défenseur de ces personnels en n’hésitant pas à ériger la Marine en terrain de la lutte des classes :

« Si l’on veut rappeler maintenant que la Liberté construite à l’industrie privée coûte plus cher que la Démocratie construite à l’arsenal, on comprendra aisément que l’accusation de paresse est une odieuse calomnie, destinée à discréditer nos arsenaux, pour ensuite leur enlever leur travail, au plus grand profit de l’industrie privée. M. Chautemps vaut M. Bos. Les deux font la paire et c’est en parlant ainsi pendant qu’il était à la Chambre que M. Bos a fait diminuer de plus de mille le nombre des ouvriers de l’arsenal de Brest.

Que l’on juge maintenant de quel côté sont les ennemis des travailleurs des arsenaux.

Ils sont dans les rangs bourgeois et capitalistes, pas ailleurs ! »[14]

Mais le caractère révolutionnaire du discours ne doit pas occulter la dimension beaucoup plus pragmatique du propos d’Emile Goude qui, comme bon nombre d’hommes politiques, se positionne tout simplement en défenseur des intérêts particuliers d’un territoire : « Les travailleurs des arsenaux savent que je considère l’arsenal comme l’industrie locale qu’il faut avant tout conserver et développer, car c’est de cette industrie que vivent la presqu’unanimité des ouvriers de ville, des commerçants, des industriels, des cultivateurs de la région et des propriétaires eux-mêmes et je suis nettement décidé à faire mes meilleurs efforts pour  que les travaux de l’Etat soient exclusivement réservés aux chantiers et arsenaux de l’Etat »[15].

C’est là une manière éprouvée d’élargir son électorat qui n’est propre ni aux socialistes ni aux Finistériens. A Paramé, par exemple, on sait les démarches entreprises par le Syndicat d’initiative en 1912 pour attirer en cette commune, alors indépendante de Saint-Malo, les officiers du 47e RI[16]. Autrement dit, ce qui se mesure ici, c’est le poids de l’Armée en termes de retombées économiques, réalité qui n’échappe nullement à Emile Goude. Mais, comme souvent lorsqu’il s’agit des socialistes, l’unité du parti masque de nombreuses tendances pouvant aboutir à de réels désaccords. En ce qui concerne la question militaire,  ceux-ci, fondamentalement, renvoient aux injonctions contradictoires soulignées plus haut. C’est ce que rappelle à Rennes, au début du XXe siècle, la construction tumultueuse du quartier Margueritte[17]. Franchement opposé au projet, le secrétaire de la section locale de la SFIO Eugène Leprince explique ainsi, le 2 novembre 1910, en plein Conseil municipal :

« Je ne voterai pas les conclusions du rapport de M. le Maire pour deux raisons : d’abord parce que je ne suis pas partisan de l’augmentation des impôts, ensuite parce que j’estime qu’il y a assez de troupes à Rennes pour réprimer les camarades en grève et les remplacer au besoin sans qu’il soit utile de créer un nouveau régiment »[18]

Mais son collègue Eugène Maniez, pionnier du socialisme en Ille-et-Vilaine et par ailleurs, d’après la notice que lui consacre le Maitron, ajusteur-mécanicien à l’Arsenal de Rennes, participe d’une approche radicalement différente. Non seulement il se félicite – et donc félicite d’une certaine manière le maire radical Jean Janvier – du coût de l’opération réalisée par la ville mais se réjouit des améliorations qui, en termes d’urbanisme, pourront être apportés aux alentours de la caserne à la faveur de ce chantier[19].

              Un ennemi commun : le militarisme

En réalité, c’est contre le « militarisme », concept beaucoup plus gazeux et éminemment subjectif, qu’entendent unanimement lutter les socialistes. C’est ainsi que le 16 avril 1910, Emile Goude affirme dans les colonnes du Cri du Peuple socialiste :

« La neutralité de l’armée dans les grèves s’impose, ainsi d’ailleurs que la suppression des conseil de guerre en temps de paix et la suppression des périodes de 9 et 21 jours, ruineuses pour l’Etat et pour les intéressés ; mais c’est aux charges mêmes du militarisme, s’opposant à toute véritable réforme sociale, qu’il est temps de mettre un terme, en procédant au désarmement progressif et universel, en proposant à toutes les puissances, le règlement, par l’arbitrage, des conflits internationaux. »[20]

Pour les candidats dans le Finistère adoubés par la SFIO, les élections législatives sont d’ailleurs l’opportunité d’en « finir avec les dépenses du militarisme par l’avènement d’une politique certaine d’arbitrage et de paix »[21].

Portrait d'Emile Goude d'après Musée de Bretagne: 956.0002.990.
Portrait d’Emile Goude d’après Musée de Bretagne: 956.0002.990.

Un tel discours souligne à la fois l’ambiguïté et le pragmatisme des socialistes finistériens qui loin d’être unanimement opposés à l’Armée, entretiennent au contraire au sein d’une sphère militaire comprise au sens large, c’est-à-dire incluant les établissements tels qu’arsenaux et poudreries, une partie de leur clientèle électorale. Compte tenu du profil socio-professionnel des candidats tels qu’Emile Goude, Jean-François Le Gall, Fernand Le Goïc et Hippolyte Masson, on pourra à raison rétorquer que le parti peut difficilement faire autrement sous peine d’être frontalement placé devant ses contradictions par ses adversaires. Mais en réalité ce positionnement est, d’après ce qu’en dit l’historien F. Prigent, conforme à la structuration des réseaux de la SFIO, ceux-ci se constituant autour « d’une double référence à Révolution et à la République »… et donc à son armée serait-on tenté d’ajouter[22]. Mais la concurrence entre formations partisanes, dimension inhérente au champ politique, pousse à l’utilisation d’autres ciments, négatifs ceux-là. En d’autres termes, il ne s’agit plus de militer « pour » mais « contre ». C’est là qu’intervient l’épouvantail du « militarisme », objet idéologique plastique qui autorise bien des transferts. C’est aussi ce qui explique le ralliement de l’essentiel de la gauche française à l’Union sacrée en août 1914, quand l’Allemagne devient justement la figure du « militarisme ». Ou comment passer, en quelque sorte, d’une guerre à l’autre


[1] Alayrac, Pierre, L’Internationale au milieu du gué. De l’internationalisme socialiste au Congrès de Londres (1896), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[2] « Aux travailleurs de France », Le Cri du Peuple socialiste, 3e année, n°80, 2 avril 1910, p. 1.

[3] Prigent, François, Les Réseaux socialistes en Bretagne des années 1930 aux années 1980, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Sainclivier, Jacqueline, Rennes, Université Rennes 2, 2011, p. 53 et suivantes.

[4] « Aux travailleurs de France… », op. cit.

[5] Le Moigne, Alain, Marine et ouvriers de la construction navale à l’arsenal de Brest (1918-1970) : du paternalisme d’Etat à la mondialisation économique, un mouvement syndical partagé entre pragmatisme et idéologie, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Bougeard, Christian, Brest, Université de Bretagne occidentale, 2015, p. 102.

[6] Arch. dép. Finistère : 1 R 1165.34.

[7] Maurin, Jules, Armée, guerre, société, soldats languedociens (1889-1919), Paris, Publications de la Sorbonne, 1982, p. 167 ; « En Avant », Le Cri du Peuple socialiste, 3e année, n°80, 2 avril 1910, p. 1.

[8] Julliard, Jacques, « La CGT devant la guerre (1900-1914) », Le Mouvement social, n°49, octobre-décembre 1964, p. 47-63.

[9] « Aux travailleurs de France… », op. cit.

[10] « En Avant… », art. cit.

[11] « La Justice militaire », Le Cri du Peuple socialiste, 3e année, n°80, 2 avril 1910, p. 2.

[12] Goude, Emile, « Candidats sans programme », Le Cri du Peuple socialiste, 3e année, n°81, 9 avril 1910, p. 1.

[13] « Travailleurs des Arsenaux », Le Cri du Peuple socialiste, 3e année, n°82, 16 avril 1910, p. 1.

[14] « Les Racontars de la Dépêche », Le Cri du Peuple socialiste, 3e année, n°81, 9 avril 1910, p. 2.

[15] « Aux Travailleurs de la 1e circonscription de Brest », Le Cri du Peuple socialiste, 3e année, n°82, 16 avril 1910, p. 2.

[16] « Habitation des officiers du 47e RI », Paramé Journal, 1e année, n°4, 23 juin 1912, p. 2.

[17] Le Gall, Erwan, « La construction tumultueuse du quartier Margueritte », Place publique Rennes et Saint-Malo, n°34, mars-avril 2015, p. 95-99.

[18] Arch. mun. Rennes : H 144, Caserne Margueritte, extrait de la délibération du Conseil municipal de Rennes en date du 2 novembre 1910.

[19] Ibid.

[20] Goude, Emile, « Aux travailleurs de la 1e circonscription de Brest », Le Cri du Peuple socialiste, 3e année, n°82, 16 avril 1910, p. 1.

[21] « Aux travailleurs de France… », op. cit.

[22] Prigent, François, Les Réseaux socialistes…, op. cit., p. 207.


1 réflexion sur « Des actes aux discours : les socialistes finistériens et l’Armée (1910) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.