Une étude de référence sur 1870

Disons-le clairement : l’étude que N. Bourguinat et G. Vogt proposent sous le titre La guerre franco-allemande de 1870. Une histoire globale est un ouvrage absolument remarquable et qu’il faut impérativement connaître[1]. Sous l’apparence d’une classique mais bienvenue, commémoration du 150e anniversaire oblige, synthèse, les auteurs offrent un regard très neuf sur ce conflit. L’approche connectée de cette guerre pourrait de prime abord faire craindre à un effet de mode. Elle se montre ici éminemment profitable car, et c’est là une dimension trop souvent oubliée, « les résonances internationales de ce choc entre deux grandes nations européennes […] permettent de donner la mesure de son rayonnement en tant qu’événement global sollicitant et mobilisant les opinions publiques bien au-delà du Vieux continent et même de l’aire atlantique » (p. 12). Deux éléments frappent néanmoins tout particulièrement à la lecture de ce volume.

Le premier, qui ne surprendra pas quiconque fréquente l’atelier de la fabrique de l’histoire, est combien est jubilatoire ce regard neuf porté sur ce conflit, approche qui doit énormément aux acquis nés de l’histoire culturelle. Loin d’être hors-sol, l’entrée en guerre de 1870 est appréhendée par l’intermédiaire des grilles de lecture des contemporains : les occupations napoléoniennes du côté allemand (p. 25), l’an I de la République « dans le Midi rhodanien, méditerranéen et toulousain, déjà assez nettement détaché du Second Empire en 1869-1870 » (p. 153), les guerres de la Révolution française de manière plus générale et bien entendu, pour semble-t-il l’ensemble des protagonistes, le Printemps des peuples de 1848 (p. 280). L’ouvrage contribue de même à prendre la mesure du « choc retentissant » que fut la nouvelle de la défaite de Sedan : « Un empereur français captif, des dizaines de milliers de soldats français faits prisonniers et une capitale en passe d’être assiégée : Sedan donnait tant le signal du triomphe allemand que celui d’un bouleversement de la représentation que l’on se faisait des belligérants » (p. 294).

"Napoléon III se constitue prisonnier du roi de Prusse". Image d'Epinal (détail), vers 1875. Musée de Bretagne: 2013.0000.233.
« Napoléon III se constitue prisonnier du roi de Prusse ». Image d’Epinal (détail), vers 1875. Musée de Bretagne: 2013.0000.233.

Celui-ci est tel qu’il ne peut, bien entendu, se cantonner aux seules frontières de cet Hexagone bientôt privé de l’Alsace et de la Lorraine. Cette attention portée aux représentations mentales fait au fil de cet ouvrage d’autant plus merveille que l’analyse est menée sur un mode connecté et transnational. Les répercussions de la guerre de 1870 aux Etats-Unis, tant au niveau de la diplomatie américaine qu’au niveau intérieur, donnent notamment lieu à des passages passionnants qui ne sont d’ailleurs pas sans faire penser à certaines réflexions de D. Bienviaje[2]. De la même manière, il est stimulant de voir interrogée dans ce volume l’idée de « Revanche » en France, ce qui tombe sous le sens, mais également en Allemagne (p. 391), ce qui est pour le coup beaucoup plus original.

On l’a dit, ce renouvellement de la compréhension de la guerre de 1870 par l’emploi de grilles de lecture jusque-là inédites ne surprendra pas celles et ceux qui savent la manière dont évoluent les connaissances historiques. Pour autant, on ne manquera pas de souligner la dette manifeste de cet ouvrage à l’historiographie de la Première Guerre mondiale. Cela apparaît évident dès le premier chapitre du livre, consacré aux origines de la guerre et qui, à la manière d’un C. Clark, entend plonger le lecteur au « cœur de la crise » (p. 40) et notamment de l’affaire dite de la « dépêche d’Ems »[3]. Le tableau de la diplomatie européenne qui nous est donné par N. Bourguinat et G. Vogt ne constitue-t-il pas une sorte d’antithèse de ces Somnambules dans la mesure où Bismarck au cours de l’été 1870 parvient « à conserver localisé le conflit franco-allemand et à éviter qu’il ne soit pris dans une vaste conflagration européenne » (p. 55) ? Affirmer cela serait sans doute aller trop loin tant la diplomatie française apparaît ici d’une confondante médiocrité mais il n’en demeure pas moins qu’il est difficile de lire ces pages sans avoir en tête la somme de l’historien australien. De même, les mécanismes d’escalade dans la tension ne relèvent-ils pas du « patriotisme défensif » jadis mis en évidence par J.-J. Becker à propos de l’été 1914 ?[4] Les auteurs notent d’ailleurs qu’en juillet 1870 « l’enthousiasme est rare, il règne plutôt une calme résignation » (p. 51). Et que dire du poids de la morale patriotique ? « Comme on le constatera de nouveau en 1914, par peur d’être accusés de déloyauté, les élus de l’opposition votent presque tous les crédits de guerre, quelle que soit leur défiance envers les choix du régime » (p. 48) et la figure de Napoléon III. Bref, les parallèles semblent nombreux et féconds.

Il est vrai que ces deux conflits ne sont pas sans similitudes. Ne pourrait-on ainsi pas mettre sur une manière de pied d’égalité la « sorte de dictature républicaine de salut national » (p. 91) exercée par Gambetta et le commandement quasi illimité, au début de la Grande Guerre, du général Joffre ?[5] A chaque fois, c’est bien le subtil équilibre entre le politique et le militaire qui est rompu (p. 111). Certaines permanences sont en effet frappantes, notamment en ce qui concerne le casque à pointe (p. 362-363) ou encore « l’odeur de l’ennemi » jadis analysée par J. Courmont (p. 164)[6]. Mais loin de voir dans cet état de fait une quelconque répétition de l’Histoire, c’est bien d’un dialogue entre champs d’études dont il s’agit ici.

Portrait au fusain de Léon Gambetta (détail), photographie de l'Agence Mondial Photo-Presse, 27 décembre 1932. Gallica / Bibliothèque nationale de France : département Estampes et photographie, EI-13 (2989).
Portrait au fusain de Léon Gambetta (détail), photographie de l’Agence Mondial Photo-Presse, 27 décembre 1932. Gallica / Bibliothèque nationale de France : département Estampes et photographie, EI-13 (2989).

Déconstruisant parfaitement les clichés, les auteurs rappellent que « la notion d’ennemi héréditaire allait se développer dans les deux pays, en réponse à la plaie laissée par la guerre de 1870, alors même qu’elle ne possédait aucun fondement sérieux » (p. 318). Cette réalité attendue, et que nous avons érigée en d’autres pages en véritable « protoculture » de la Première Guerre mondiale, dit bien toute le poids de l’ombre portée de « l’année terrible » sur la séquence 1914-1918[7]. Mais cette permanence de 1870 au lendemain de la défaite de juin 1940 est en revanche plus surprenante, ce d’autant plus que rien dans l’histoire culturelle des soldats de la « drôle de guerre » ne permet de l’entrevoir : ce qui se révèle en définitive ici, c’est bien la force de l’événement[8].

Si l’historiographie de la Grande Guerre est aussi présente dans ce volume, c’est aussi par les sujets qu’elle impose. Tel est ainsi le cas des quelques 170 000 prisonniers de guerre capturés après Sedan (p. 93) mais aussi du traitement de l’occupation : bien moins vertical que ce qui a pu être suggéré par le passé, il n’est pas sans faire penser aux analyses de P. Salson sur l’Aisne (p. 164 et suivantes notamment)[9]. Cette dette historiographique est encore plus évidente lorsqu’il est question de genre et les auteurs expliquent qu’à partir « de l’exemple de la Grande Guerre, on a pu souligner que la guerre totale de l’âge moderne était un environnement perturbateur voire un défi pour les codes et les usages établis définissant les frontières entre les sexes » pendant la séquence 1870-1871 (p. 135)[10]. Enfin, N. Bourguinat et G. Vogt n’hésitent pas à parler de « front intérieur » ce qui, là encore, n’est pas complètement anodin[11].

Portrait d'une femme assise (grande coiffe) tenant un bébé sur ses genoux. Vue prise en studio, cliché de Charles Gérard (détail). Musée de Bretagne : 994.0079.68.
Portrait d’une femme assise (grande coiffe) tenant un bébé sur ses genoux. Vue prise en studio, cliché de Charles Gérard (détail). Musée de Bretagne : 994.0079.68.

Tout autant invitation à revisiter un conflit trop peu étudié que véritable leçon d’histoire, cette histoire globale de la guerre franco-allemande de 1870 est un véritable tour de force. Nous ne pouvons qu’en conseiller la lecture, tout particulièrement aux étudiants qui auraient à plancher sur la Grande Guerre. Ce livre leur donnera en effet la profondeur de champ et la réflexivité nécessaires à une bonne appréhension de la séquence 1914-1918.


[1] Bourguinat, Nicolas et Vogt, Gilles, La Guerre franco-allemande de 1870. Une histoire globale, Paris, Flammarion, 2020. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Buenviaje, Dino E., The Yanks Are Coming Over There. Anglo-Saxonism and American Involvment in the First World War, Jefferson, North Carolina, McFarland & Company, 2017.

[3] Clark, Christopher, Les Somnambules. Eté 1914 : commet l’Europe a marché vers la guerre, Paris, Flammarion, 2012.

[4] Becker, Jean-Jacques, 1914 : Comment les Français sont entrés dans la guerre, Paris, Presses nationales de la Fondation des Sciences politiques, 1977.

[5] Porte, Rémy, Joffre, Paris, Perrin, 2014.

[6] Courmont, Juliette, L’Odeur de l’ennemi, Paris, Armand Colin, 2010.

[7] Le Gall, Erwan, « Eriger 1870 en fondement d’une protoculture de la Première Guerre mondiale : l’exemple breton », En Envor, revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°4, été 2014, en ligne ; Caron, Jean-Claude et Ponsard, Nathalie (dir.), La France en guerre. Cinq « années terribles », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[8] Bernard, Amaury, Une guerre en suspens, 26 août 1939 – 10 mai 1940. Quand les combattants allemands, britanniques et français attendent, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Becker, Annette, Nanterre, Université Paris Nanterre, 2019.

[9] Salson, Philippe, L’Aisne occupée. Les civils dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.

[10] Sur la question, on pourra se reporter à l’excellente mise au point offerte par Ripa, Yannick, « Une affaire de femmes », L’Histoire, n°469, mars 2020, p. 42-45.

[11] Dornel, Laurent et Le Bras, Stéphane (dir.), Les Fronts intérieurs européens. L’arrière en guerre (1914-1920), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.


1 réflexion sur « Une étude de référence sur 1870 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.