Page d’accueil du webdocumentaire "A Bientôt de vos nouvelles. Correspondances de 8 poilus bretons pendant la Grande Guerre" produit et conçu par Bretagne Culture Diversité (détail).

A Bientôt de vos nouvelles : retour sur un webdoc

Mis en ligne au cœur de l’été 2020, les deux premiers numéros de la revue Humanités numériques constituent une excellente nouvelle pour celles et ceux qui s’intéressent aux rapports féconds entre l’histoire et les possibilités offertes par l’informatique moderne, qu’il s’agisse de traitement de bases de données ou de restitution de recherches sur le web. C’est d’ailleurs de cette question que traite l’article que publie A. Klein dans la deuxième livraison de cette nouvelle revue, texte consacré à un « outil numérique innovant au service de l’enseignement, de la recherche et de la valorisation », à savoir le webdocumentaire[1]. Fort bien documenté et basé sur une impressionnante habitude de ce format, cette réflexion enthousiaste me semble toutefois devoir appeler quelques nuances émanant de ma propre expérience professionnelle.

Travaillant à un doctorat consacré au 47e RI de Saint-Malo pendant la Première Guerre mondiale, thèse effectuée à l’Université Rennes 2 sous la direction du professeur L. Capdevila, je suis appelé au début de l’année 2014 par l’association Bretagne Culture Diversité (BCD), qui depuis août 2018 m’emploie en tant que « Responsable de la vulgarisation de la matière culturelle », pour diriger le comité scientifique composé d’historiens professionnels et amateurs chargés de concevoir un webdocumentaire dont la mise en ligne doit permettre d’accompagner la riche saison culturelle accompagnant le centenaire de la Grande Guerre. Ayant bénéficié d’un engagement financier conséquent de la part de BCD, ce projet, finalement intitulé A Bientôt de vos nouvelles. Correspondances de 8 poilus bretons pendant la Grande Guerre, est mis en ligne le 7 septembre 2015 après 18 mois de labeur. En tout, 16 personnes ont été mobilisées pour créer, à partir d’un corpus de départ constitué de 1 800 courriers, un contenu original et, à mon humble avis, de qualité, tant sur le plan de la forme que du fond.

Page d’accueil du webdocumentaire "A Bientôt de vos nouvelles. Correspondances de 8 poilus bretons pendant la Grande Guerre" produit et conçu par Bretagne Culture Diversité.
Page d’accueil du webdocumentaire « A Bientôt de vos nouvelles. Correspondances de 8 poilus bretons pendant la Grande Guerre » produit et conçu par Bretagne Culture Diversité.

Si je me permets de revenir sur l’expérience qui fut la mienne avec A Bientôt de vos nouvelles, c’est précisément parce que c’est elle qui m’invite à nuancer les propos d’A. Klein. Bien entendu, il y a dans cet article d’Humanités numériques énormément d’éléments avec lesquels je suis en plein accord et qui, pour le dire autrement, reflètent parfaitement ma propre expérience de ce support. Ainsi, en tant qu’historien, participer à la conception de ce webdocumentaire a été réellement enrichissant et s’est avéré être, effectivement, « une source de renouvellement des manières de faire de la recherche ». Ceci montre par ailleurs bien que l’opposition – pourtant si fréquente… – entre recherche et vulgarisation n’a non seulement aucun sens mais qu’elle est parfaitement contreproductive. C’est en travaillant sur de nouvelles archives et en produisant des analyses inédites que l’on parvient à produire des contenus novateurs.  Comme le rappelle fort justement A. Klein, dans une démarche d’histoire publique, ce sont les modalités de restitution des données qui doivent être adaptées au public ciblé, non la manière de les produire. Là est évidemment un autre débat mais ceci conduit assurément à souligner l’urgence qu’il y a – à l’heure où la discipline historique est toujours plus méprisée – à penser la dichotomie entre recherche fondamentale et appliquée en histoire.

Autre point d’accord avec A. Klein, l’expérience acquise avec A Bientôt de vos nouvelles montre que ce type de contenu est difficilement référencé sur le web, y compris sur les plateformes dédiées à ce format. De manière générale, je ne suis d’ailleurs pas certain que ceux-ci aient été bien identifiés par le public. Trop lourds pour être diffusés de manière virale par les réseaux sociaux, pas toujours bien mis en évidence par les moteurs de recherche, les webdocumentaires me semblent avoir concerné un public de niche et bien souvent captif, qu’il s’agisse de scolaires ou d’étudiants. D’ailleurs, cela n’est sans doute pas un hasard si, au moment de dresser le bilan du centenaire de la Grande Guerre, les auteurs chargés de scanner le web français de 14-18 n’évoquent pas ce format[2]. Si cette commémoration traduit un tournant numérique irrémédiable dans les pratiques commémoratives, ce sont les réseaux sociaux qui en sont assurément le fer de lance, comme le rappellent avec force les travaux de l’historien F. Clavert[3]. De ce point de vue, A Bientôt de vos nouvelles partageait sans doute avec le formidable Plateforme 14-18 le défaut d’être trop complexe pour des médias tels que Twitter et Facebook. Tout le contraire de Léon Vivien, le « faux-poilu » inventé par une agence de communication pour le compte du Musée de Meaux… En termes d’ingénierie culturelle, c’est une leçon dont il faudra sans doute tenir compte. Car si les tuyaux de la 4 et bientôt de la 5G permettent d’envoyer des fichiers toujours plus lourds, ceux-ci, pour pouvoir être diffusés de manière virale, doivent à l’évidence se plier au strict cahier des charges des réseaux sociaux. Big n’est donc pas nécessairement beautiful… et encore moins efficient.

C’est en partie, mais pas uniquement, pour ces raisons que j’ai – je le concède bien volontiers – tendance à être beaucoup moins enthousiaste qu’A. Klein quant au format webdocumentaire lui-même, quand bien même cet auteur a parfaitement raison de souligner l’incongruité qu’il y a à conjuguer ce terme au singulier tant les modèles sont, en définitive, multiples. Les possibilités techniques sont certes sur le papier seulement limitées par les possibilités créatives, il n’en demeure pas moins que la réalité économique et financière finit toujours par vous rappeler à l’ordre. Si Klynt est indéniablement un outil précieux – il fut d’ailleurs utilisé pour A Bientôt de vos nouvelles – et offrant de nombreuses possibilités, il ne permet pas tout. Rien ne serait plus éloigné de la réalité que de s’imaginer avec les moyens d’un James Cameron où d’un Sam Mendes – par ailleurs eux-mêmes contraints de respecter des budgets… – avec un tel logiciel : sur le web comme ailleurs, le spectacle à un prix.

Aussi est-ce pourquoi je dois avouer un certain scepticisme à propos de l’idée que le webdocumentaire « favorise le point de vue de l’usager » et « permet de se détacher du récit linéaire habituellement favorisé dans les publications scientifiques pour instaurer des narrations multiples ». A Bientôt de vos nouvelles me semble à cet égard assez intéressant dans sa structure. Certes, le plan est chrono-thématique afin de fournir un contenu qui soit respectueux de la dynamique du conflit tout en permettant d’offrir des séquences analytiques plus transversales. En d’autres termes, il s’agissait pour nous de conjuguer les impératifs méthodiques de l’histoire bataille et la canons des Annales. Mais il n’en demeure pas moins que ce wedocumentaire, tout numérique qu’il est, est composé de 6 « chapitres »… terme qui en définitive dit bien ce qu’il doit à l’écrit, et plus encore au livre, et le situe donc aux antipodes d’un récit non-linéaire.

Sommaire du webdocumentaire "A Bientôt de vos nouvelles. Correspondances de 8 poilus bretons pendant la Grande Guerre" produit et conçu par Bretagne Culture Diversité.
Sommaire du webdocumentaire « A Bientôt de vos nouvelles. Correspondances de 8 poilus bretons pendant la Grande Guerre » produit et conçu par Bretagne Culture Diversité.

On pourra certes voir dans cet état de fait une conséquence de l’âge des personnes ayant piloté ce projet et la nécessité qu’il y a à s’adresser à des concepteurs relevant de ces générations nées numériques. Cela serait pour moi se méprendre sur la profondeur de l’ancrage anthropologique de l’objet livre dans nos sociétés contemporaines, quand bien même celui-ci est sans doute, pour une large part au moins, condamné à se réinventer. Il est à cet égard savoureux de constater, à la suite de cet article d’A. Klein paru dans Humanités numériques, que le webdocumentaire en tant que format prend sa source dans la crise de « médias traditionnels, journaux papier en tête ». D’ailleurs, pourrait-on m’expliquer ce qui fondamentalement distingue un webdocumentaire d’un e-book ?

C’est pour cela que je ne crois pas aux discours postulant une liberté de navigation quasi complète, et donc non-linéaire, de l’utilisateur. Outre que celle-ci me paraît très difficile à mettre en œuvre d’un point de vue technique, elle me semble, en fin de compte, au contraire même de l’action de médiation qui est au cœur de toute ingénierie culturelle. Les gigantesques plateformes numériques sur lesquelles sont disponibles des centaines de milliers de films, chansons ou livres en sont un bon exemple : face à cette profusion, l’usager est désemparé et ne sait que regarder, écouter ou lire. D’où l’impérieuse nécessité de proposer des sélections ou des playlists, en d’autre termes de fournir des sélections éditorialisées. Il en est de même pour un webdocumentaire d’histoire (discipline qui ne me parait pas devoir faire exception) : faire croire que l’on va parvenir à intéresser le public en le confrontant à un corpus d’archives sans qu’aucun ordonnancement ne soit préalablement prévu est assurément aller à l’échec. L’histoire publique, comme toute action culturelle et de manière générale tout enseignement, n’est-elle pas indissociable d’une certaine forme de verticalité dans la mesure où, quoi qu’on en dise, il y a toujours au début du processus un ou plusieurs « sachants », producteurs du contenu considéré, et des non-sachants, qui justement l’utilisent ?


[1] Klein, Alexandre, « Le webdocumentaire : un outil numérique innovant au service de l’enseignement, de la recherche et de la valorisation », Humanités numériques, n°2, 2020.

[2] Beaudoin, Valérie, Chevallier, Philippe et Maurel, Lionel, Le Web français de la Grande Guerre. Réseaux amateurs et institutionnels, Paris, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2018.

[3] Notamment Clavert, Frédéric, « Face au passé : la Grande Guerre sur Twitter », Le Temps des médias, n°31, 2018-2, p. 173-186.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.