Oeuvre d'Auguste Nayel (détail). Archives Elisabeth Loir-Mongazon.

1870-1914 : D’une guerre à l’autre

Les commémorations se suivent et, pourtant, ne se ressemblent pas. Alors que l’été 2014, centenaire de la mobilisation générale et de l’entrée dans la séquence 1914-1918, avait été caractérisé par une rare effervescence de manifestations culturelles, jusqu’au trop-plein raillerons certains, le 150e anniversaire de la guerre de 1870 s’annonce des plus discrets. Certes, la crise sanitaire liée au COVID-19 a pu décourager plus d’un organisateur. Certes, 150 ans n’est pas 100 ans et le bilan humain de batailles comme celles de Charleroi, Verdun ou la Somme n’est en rien comparable à Sedan ou Le Mans. Pour autant, on ne peut qu’être frappé par ce relatif silence commémoratif. Après tout, vu de Bretagne, les champs de bataille de 1870 sont moins éloignés que ceux de 1914-1918 pour qui souhaiterait s’en tenir à une stricte dimension terrestre des combats.

Bien que relativement délaissée par les historiens, la guerre de 1870 est pourtant un objet d’études particulièrement stimulant, et ce pour au moins deux raisons. La première, évidente, est justement que cette séquence historique complexe (il y a certes la guerre franco-allemande mais également la chute du Second Empire et l’avènement de la République ainsi qu’un épisode révolutionnaire resté dans bien des mémoires, la Commune de Paris) a finalement assez peu attiré l’attention en comparaison des deux guerres mondiales. Aussi reste-t-elle encore relativement vierge et autorise-t-elle bien des approfondissements, des transferts de grilles de lecture, voire des expérimentations. La seconde est qu’il apparaît assez difficile de prétendre comprendre l’entrée en Première Guerre mondiale, pendant l’été 1914, sans plonger dans le cadre mental des sociétés d’alors. Et celui-ci, en Bretagne comme dans le reste de la France, est largement forgé par le souvenir de « l’année terrible »[1].

Emblématique est à cet égard l’artiste breton Auguste Nayel dont une œuvre a été choisie pour assurer le « visuel » de la conférence que j’aurai le plaisir de donner, le 23 septembre 2020 à Saint-Brieuc, dans le cadre des Journées européennes du patrimoine, et qui aura pour thème « D’une guerre à l’autre : 1870 pour mieux comprendre 1914-1918 ». En effet, la Première Guerre mondiale ne peut s’appréhender sans d’incessants allers-retours, débusquant synonymes et antonymes, vers 1870-1871. Certes, il ne s’agit pas pour nous de souscrire à la vision, depuis longtemps taillée en pièces par l’historiographe, d’une « Revanche » constamment recherchée pendant 44 ans par la France : celle-ci n’existe pas plus que la seconde guerre de 30 ans (1914-1945) un temps théorisée par Charles de Gaulle. Pour autant, il est indéniable qu’il existe un dialogue entre les périodes 1870-1871 et 1914-1918, la première exerçant sans conteste une importante influence sur la seconde, notamment lors de sa genèse. Il s’agira donc de débusquer les continuités entre ces deux conflits tout en singularisant ces séquences historiques distinctes qui ne sauraient un seul instant être confondues en une seule et même trame.

Affiche de la conférence que je donnerai le 23 septembre 2020, à 18h30, en la Maison des cultures de Bretagne à Saint-Brieuc.
Affiche de la conférence que je donnerai le 23 septembre 2020, à 18h30, en la Maison des cultures de Bretagne à Saint-Brieuc.

Et qui mieux, donc, qu’Auguste Nayel pour illustrer cette subtile passerelle ? Né à Lorient le 16 mai 1845, il débute sa carrière d’artiste dans la Marine en tant qu’ouvrier-sculpteur.  Participant en 1875 au Salon, il devient rapidement une grande figure lorientaise : enseignant au Lycée de la sous-préfecture du Morbihan, il assure les cours municipaux de dessin tout en devenant, en 1887, le premier conservateur du Musée des beaux-arts de la ville.

On pourrait croire que la guerre de 1870 constitue une parenthèse dans son parcours puisqu’on le retrouve d’abord en tant que sergent-major, puis bientôt en tant que lieutenant, au 1er bataillon du 31e régiment de gardes-mobiles pendant le siège de Paris. Pourtant, cet artiste complet, aussi à l’aise en tant que sculpteur que peintre, puise dans cette expérience de guerre non seulement la source durable de son inspiration, sur un mode héroïco-patriotique, mais semble annoncer la figure de l’artiste combattant, indissociable des mobilisations intellectuelles de la Grande Guerre. C’est donc avec un très grand plaisir que j’ai accepté de répondre à l’invitation de la Région Bretagne et de donner une conférence, le 23 septembre 2020 à Saint-Brieuc, dans le cadre des Journées européennes du patrimoine, sur le thème « D’une guerre à l’autre : 1870 pour mieux comprendre 1914-1918 ». Celle-ci aura lieu à 18h30, en la Maison des Cultures de Bretagne / Ti Ar Vro Sant-Brieg. L’entrée est libre et gratuite mais le nombre de places est limité.

Renseignements:

Ti Ar Vro Sant-Brieg, 138, rue du Légué, 22 000 Saint-Brieuc. Tel: 02.96.77.31.91.


[1] Sur cette idée, se reporter à Caron, Jean-Claude et Ponsard, Nathalie (dir.), La France en guerre. Cinq « années terribles », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.


3 réflexions sur « 1870-1914 : D’une guerre à l’autre »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.