Saint-Brieuc 39-45 par le négatif

Le livre que publient aux éditions À l’ombre des mots, maison bien connue pour ses ouvrages sur la Grande Guerre, V. Picaut, M. Piéto et Y. Kerhousse est de ceux qu’il est difficile d’appréhender tant il se révèle être inclassable[1]. A la fois outil de travail et album de photographies, cet ouvrage invite au vagabondage et conduit, en définitive, à une féconde réflexion quant aux sources et à l’intérêt de leurs silences. Mais avant de conclure avec les auteurs que, oui, « l’image révèle l’histoire », de nombreuses circonvolutions sont nécessaires.

De facture assez classique, avec une élégante mise en page noir et blanc, le volume scande le conflit en trois chapitres assez évidents : « La campagne 39-40 », « L’occupation » et « La Libération » : une architecture chronologique des plus classiques mais qui, à dire vrai, tombe sous le sens. A chaque fois, le propos part de photographies inédites ou assez méconnues, clichés enrichis par quelques textes bien ciselés voire, à l’occasion, par quelques documents issus notamment des collections des Archives départementales des Côtes d’Armor.

                Un outil de travail ?

Associant donc fonds privés et publics, le livre se révèle constituer un utile guide pour qui travaille sur la Seconde Guerre mondiale dans la région. Certains clichés appellent même à la lecture de travaux en cours. On pense tout particulièrement à ces centaines de pieux disposés le long de la plage de Saint-Laurent afin de prévenir toute tentative de débarquement (p. 92), archive qui rappelle combien est attendue la thèse de P. Marion sur le déminage en Bretagne au sortir de la Seconde Guerre mondiale[2]. Les pages sur l’aérodrome de Plaine-Ville – Flugplatzkommando Saint-Brieux – sont particulièrement précieuses en ce qu’elles offrent une description rigoureuse des lieux et des bâtiments (p. 53 et suivantes). Il en est de même en ce qui concerne les fortifications du Mur de l’Atlantique aux Rosaires : aux photos d’archives, les auteurs associent des plans de coupe des blockhaus qui permettent de se faire une idée fiable de ces édifices (p. 78 et suivantes).

Précisons d’ailleurs que ce choix de mise en page est particulièrement efficace en ce qu’il souligne la minéralité froide de ces ouvrages défensifs, artefacts attestant de ce que la guerre a été mais qui, fondamentalement, ne disent pas grand-chose sauf à savoir les faire parler[3]. Le contraste avec les scènes de vie banales et saisies dans ces mêmes lieux n’en est que plus saisissant : une innocente sieste (p. 89) ou un groupe de fantassins profitant du panorama qu’offre la pointe du Roselier (p. 88). Sauf que ces clichés datent de la Seconde Guerre mondiale et que les individus figurés portent l’uniforme de l’armée allemande. Autrement dit, ils constituent autant de bras armés du IIIe Reich, régime qui détermine encore aujourd’hui, en Occident, la matrice de l’horreur. De ce point de vue, l’image ne dit donc pas grand-chose et contribuerait même à taire l’essentiel. Les soldats saisis sur le vif par ces clichés, scènes innocentes de la vie quotidienne, sont peut-être des hommes ordinaires, avec tout ce que peut avoir d’ambigu ce terme pour qui a lu l’historien Christopher Browning[4]. Mais il n’en demeure pas moins que ces hommes portent l’uniforme de l’armée des Nazis.

Soldats allemands en marche. Cliché Raphaël Binet (sans lieu ni date). Collection Musée de Bretagne: 972.0004.42.
Soldats allemands en marche. Cliché Raphaël Binet (sans lieu ni date). Collection Musée de Bretagne: 972.0004.42.

Ajoutons d’ailleurs pour être complet sur ce point que ce reproche n’est pas neuf et est classiquement formulé à l’endroit d’une certaine « histoire bataille » et des productions axées autour du « militaria ». A force de se focaliser sur les uniformes, les matériels et les édifices, le propos en vient à complètement décontextualiser le conflit et à le priver de ce qui en fait sa dimension essentielle, sa nature profondément idéologique de combat contre le nazisme, les fascismes, le racisme et l’antisémitisme. Là est la limite majeure, et à notre humble avis à ne pas franchir, d’une tentative d’histoire méthodique de la Seconde Guerre mondiale, écriture qui se limiterait aux faits positifs pour employer les termes d’historiens français de la fin du XIXe siècle comme Fustel de Coulanges.

V. Picaut, M. Piéto et Y. Kerhousse semblent avoir été particulièrement conscients de ce risque. Aussi l’ouvrage n’hésite-t-il pas à présenter au lecteur d’intéressants développements sur les politiques de répression et de persécution menées dans la région de Saint-Brieuc par les autorités allemandes, et notamment par le Sipo-SD (p. 140-148). Là serait donc la preuve, finalement, que l’image ne se suffit pas elle-même et qu’elle ne « révèle l’Histoire » que sous réserve d’être accompagnée d’une solide légende. Là est d’ailleurs une chose soulignée depuis longtemps par la littérature, comme le rappelle notamment un article particulièrement stimulant de l’historienne belge L. Van Ypersele[5].

                La preuve par l’image ?

Pourtant, en feuilletant plus attentivement cet ouvrage, en scrutant ces clichés figurant des soldats allemands s’adonnant aux joies manifestement exotiques pour eux de la pêche à pied (p. 151), on en vient à se demander si ce que ne disent pas ces photographies ne constitue pas, justement, une archive particulièrement précieuse pour l’historien. Essentiellement pris par l’occupant, ces instantanés témoignent certes de certains aspects du quotidien des forces de la Heer mais disent également, et ce de manière très précise, combien le milieu dans lequel ces militaires est illisible. Ce qui frappe en effet c’est combien la région de Saint-Brieuc se révèle au travers de leur objectif indifférenciée, ne constituant qu’une trame de fond assez illisible. Suffisamment en tout cas pour qu’ils soient incapables d’en saisir les tenants et aboutissants.

Vue de Saint-Brieuc. Cliché Raphaël Binet (sans date). Musée de Bretagne : 972.0004.434.
Vue de Saint-Brieuc. Cliché Raphaël Binet (sans date). Musée de Bretagne : 972.0004.434.

Or cette myopie prend tout son sens quand les auteurs, revenant sur « quelques arrestations du Sipo-SD », évoquent Yves Crespin, pasteur arrêté par mesure de répression puis déporté à Buchewald et Dora. Rendant compte au sein de ce même carnet de recherche de la biographie que vient de lui consacrer R. Fortat, nous évoquions à ce propos le paradoxe de cette « armée des ombres » qui bien qu’évoluant dans un milieu particulièrement hostile, et réclamant de ce fait une grande discrétion, se développe notamment au sein de la bonne société briochine[6]. Curieux oxymore donc que cette résistance des notables dont Yves Crespin est un exemple particulièrement saisissant. Et pourtant, par leurs silences, les clichés pris par les Allemands que publient V. Picaut, M. Piéto et Y. Kerhousse permettent de dépasser cet étrange constat. En effet, ce que nous montrent ces photographes, c’est finalement l’impossibilité pour l’occupant de pénétrer les arcanes de la société briochine et, pour ce qui nous intéresse ici, d’identifier ces réseaux de notabilité qui s’avèrent si prépondérants pour l’émergence puis le développement de la Résistance. Comme aveugle, il peine donc à mener le combat et ce n’est sans doute pas un hasard si c’est par l’intermédiaire d’un agent français passé à la solde de l’Abwehr, Maurice Zeller, que les Allemands parviennent faire tomber le réseau au sein duquel officient le pasteur Yves Crespin et le docteur Erling Hansen (p. 140).

Autrement dit, ces archives photographiques fonctionnent pour l’historien à la manière d’un négatif. Loin de nous montrer le quotidien des troupes d’occupation, ce que ces clichés nous dévoilent avant tout c’est l’incapacité des Allemands à pénétrer et à comprendre la société briochine. En conséquence, c’est bien leurs difficultés à combattre efficacement la Résistance qui ici se donne à voir. L’image dévoile donc l’histoire, mais non sans emprunter un certain nombre de chemins détournés.


[1] Picaut, Virginie, Piéto, Michel et Kerhousse, Yannig, L’image révèle l’histoire. Saint-Brieuc et ses environs durant la Seconde Guerre mondiale, Pabu, À L’ombre des mots, 2019. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses. Sur la Grande Guerre, signalons notamment Lagadec, Yann, Un fusilier marin breton à Dixmude : le carnet de Lucien Richomme Août 1914-février 1915, Pabu, A l’Ombre des mots, 2018.

[2] Marion, Philippe, Déminer la Bretagne à la Libération (1944-1947). Pour une histoire sociale du déminage et des démineurs, thèse en cours sous la direction de Bergère, Marc, Université Rennes 2.

[3] Pour de plus amples développements on se permettra de renvoyer à Harismendy, Patrick et Le Gall, Erwan (dir.), Un Adieu aux armes. Destins d’objets en situation de post-guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019 et notamment à la contribution de Tristan Leroy.

[4] Browning, Christopher, Des Hommes ordinaires. Le 101e bataillon de réserve de la police allemande et la Solution finale en Pologne, Paris, Les Belles lettres, 1994.

[5] Van Ypersele, Laurence, « La photographie comme source pour l’historien », Recherches en communication, n°27, 2007, p. 136.

[6] Fortat, Richard, Le Pasteur Yves Crespin. Un chrétien dans la Résistance, Carrières-sous-Poissy, Editions La Cause, 2020.


1 réflexion sur « Saint-Brieuc 39-45 par le négatif »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.