La Résistance d’Yves Crespin : un milieu de notables ?

Résistant déporté à Buchenwald puis Dora, où il finit par mourir en mars 1944, Yves Crespin est une figure particulièrement intéressante de « l’armée des ombres » en Bretagne. En effet, le parcours de ce pasteur ne manque pas d’interpeller en cette péninsule armoricaine que l’on qualifie trop souvent rapidement d’unanimement catholique. On ne peut donc qu’accueillir avec bienveillance l’ouvrage que les éditions protestantes La Cause viennent de lui consacrer, même si quelques précautions d’emploi s’imposent.

La biographie du pasteur Y. Crespin que publie R. Fortat, n’est pas à proprement parler un livre d’histoire[1]. Dénué d’appareil critique et sans problématique, l’ouvrage ne correspond aucunement aux canons universitaires du genre. Il n’est d’ailleurs pas certain que, malgré un véritable travail d’archive, l’ambition de l’auteur ait été de faire œuvre d’historien. Publié par La Cause, maison d’édition dont le but est de « soutenir, éduquer et édifier le public protestant, dans le but de diffuser les idées de la Réforme », ce texte poursuit manifestement d’autres buts qui, pour être légitimes, n’en sont pas moins étrangers au cadre disciplinaire dans lequel entend s’inscrire ce carnet de recherche. C’est ainsi par exemple que revenant sur un article publié en 1947 et évoquant le pasteur Crespin, R. Fortat écrit : « Le propos est certes très lyrique mais sur le fond, il renferme une vérité : c’est en prenant pour référence la conduite exemplaire de personnes comme le pasteur Crespin qu’un pays peut se reconstruire » (p. 132).

                Une Résistance protestante ?

De telles lignes ne peuvent pas ne pas évoquer l’esprit de Strasbourg et cette leçon inaugurale où l’historien L. Febvre rappelle qu’« une histoire qui sert est une histoire serve ». Pour autant, malgré cette réserve liminaire, force est de constater que ce livre n’est pas sans intérêt pour qui s’intéresse à la Bretagne pendant la Seconde Guerre mondiale. L’un de ses grands mérites est en effet d’apporter un autre regard sur la communauté protestante de Saint-Brieuc, celle-ci étant bien connue par l’intermédiaire du docteur Erling Hansen. D’origine norvégienne, ce médecin est rapidement accusé par les autorités allemandes de procurer de faux certificats médicaux aux jeunes requis pour le Service du travail obligatoire. Déporté à Buchenwald puis à Dora, il devient jusqu’à sa mort en 2008 une des figures du monde combattant à Saint-Brieuc, témoignant sans relâche auprès des jeunes[2].

Cette biographie d’Yves Crespin permet donc de mieux cerner cette petite communauté. A cet égard, particulièrement intéressantes sont les pages qui reviennent sur l’accueil, dès 1937, des réfugiés espagnols à Saint-Brieuc (p. 24-28). Non seulement ce passage offre un complément utile aux récents travaux d’I. Le Boulanger sur la question mais il place la Résistance d’Yves Crespin dans une sorte de continuité particulièrement stimulante[3]. D’ailleurs, outre le cadre spécifique fourni par la Guerre d’Espagne, on peut se demander si le protestantisme ne constitue pas, d’une certaine manière, une sorte d’habitus de la Résistance et, de manière plus générale, de la clandestinité (p. 53). La révocation de l’Edit de Nantes et les séquelles des guerres de religions constituent sans doute plus qu’une simple référence historique et prédisposent probablement à certains comportements[4].

                Une Résistance de notables ?

Cette forme de continuité est d’autant plus frappante que les années bretonnes d’Yves Crespin sont indissociables d’une dramatique accélération du temps. En effet, entre l’arrivée du pasteur dans les Côtes-du-Nord et sa première arrestation, le 10 juin 1941, il ne se passe que 4 ans. Or il s’agit là d’un laps de temps particulièrement court, ce qui témoigne d’une insertion pour le moins rapide dans les réseaux de notabilité. Car c’est bien cela qui, finalement, frappe à la lecture de cette biographie : pour être clandestin et être mené dans un milieu particulièrement hostile, l’engagement d’Yves Crespin repose pour une large partie sur des personnes ayant pignon sur rue. Parmi ces notables briochins on trouve, outre l’inévitable romancier Louis Guilloux, Octave-Louis Aubert (p. 25 et 73) : militant régionaliste tendance premier Emsav, il est le père de Fred Aubert – avocat et officier du 47e RI pendant la Première Guerre mondiale et mort en 1940 sous l’uniforme du 41e RI pendant la Seconde – mais également de Germaine et Louis, tous deux résistants. Ce dernier est d’ailleurs déporté par mesure de répression en 1944 à Neuengamme et décédé en mai 1945 à Sandbostel. Pasteur, Yves Crespin côtoie bien entendu d’autres religieux et notamment l’abbé Fleury, curé de l’église Saint-Michel à Saint-Brieuc et lui aussi Résistant (p. 54 et 74-75). Il est également en contact avec l’ancien député, élu en 1919, et futur préfet des Côtes-du-Nord, président du Comité départemental de Libération, Henri Avril (p. 130). C’est dire donc s’il est au cœur de réseaux de sociabilité où l’honorabilité le dispute à la notabilité.

On se trouve là au cœur des injonctions contradictoires qui pèsent sur la Résistance d’Yves Crespin. Car si celle-ci bénéficie de ses fonctions de pasteur (p. 58), conformément au principe dit de disponibilité fonctionnelle théorisé par l’historien F. Marcot[5], le fait est que c’est sur la foi d’une dénonciation qu’il est arrêté en juin 1941 (p. 33), ce qui témoigne à l’évidence d’une certaine visibilité. Certes, on peut toujours s’interroger sur les motivations réelles de ces femmes – et de ces hommes du reste – qui versent dans la collaboration. Pour autant, tout porte à croire que Jeanne Kleinhaus, qui officie en tant qu’interprète au tribunal militaire allemand de Saint-Brieuc, ne sévit pas au hasard. Le fait qu’elle soit la maîtresse du président cette cour n’est sans doute pas pour rien dans la dénonciation de « son propre mari comme anti-allemand et auditeur de la BBC » (p. 33). Mais qu’en est-il en ce qui concerne Yves Crespin ? Toute porte à croire que la notabilité qu’implique sa charge de pasteur soit à prendre en compte.

Le Lycée de garçons de Saint-Brieuc, aujourd'hui Anatole Le Braz. Carte postale. Collection particulière.
Le Lycée de garçons de Saint-Brieuc, aujourd’hui Anatole Le Braz. Carte postale. Collection particulière.

Certes, la résistance est affaire de sociabilité et il est à ce titre logique que les gens issus de milieux semblables se rencontrent et combattent ensemble. Pas plus que les intellectuels ne rencontrent le peuple dans les tranchées[6], « l’armée des ombres » ne fait fi des classes sociales. Tous deux protestant et fréquentant donc la même église, Erling Hansen et Yves Crespin travaillent dans le même établissement, à savoir le Lycée de garçons où le premier est médecin scolaire et le second aumônier du culte réformé. Là, ils officient sous l’autorité du proviseur Lucien Blangy, lui aussi protestant (p. 42), et aux côtés d’Yves Lavoquer, chef de l’Armée secrète dans les Côtes-du-Nord (p. 74).

                Un regard décentré sur la déportation

Par manque de sources, R. Fortat est obligé d’emprunter des chemins sinueux pour décrire la déportation d’Yves Crespin. C’est ce qui l’amène à décentrer son regard et à, notamment, porter son attention sur son épouse, Jeannine Kuntz. Or ce qui pourrait être considéré comme une faiblesse fait au contraire l’originalité, et l’efficacité de ce volume. Grâce à la correspondance de l’épouse du pasteur, on prend la mesure de la complète ignorance qui règne alors autour de la réalité du système concentrationnaire nazi. C’est ainsi qu’elle explique le 2 mars 1944 (p. 110) :

« Je préfère de beaucoup savoir mon mari en Allemagne qu’en France où il sera plus que suspect et où il faudra encore trembler à chaque liste d’otages. Il est plus en sécurité là-bas. »

Des lignes qui font froid dans le dos et qui permettent de mettre en lumière la souffrance des familles de déportés, même si Jeannine Kuntz ne se fait rapidement que peu d’illusions quant à la survie de son mari (p. 118 et suivantes).

Enfin, R. Fortat porte son attention sur la destinée post-mortem d’Yves Crespin, ce qui en creux dit bien toute la difficulté du deuil et la très difficile sortie de guerre vécue par sa veuve et ses enfants. Outre les différents hommages tels qu’apposition de plaque ou dénomination de voie publique (p. 128-129), un détail attire tout particulièrement l’attention : à la fin des années 1950, plusieurs objets ayant appartenu au pasteur mort en déportation sont rendus à son épouse par la Croix rouge internationale (p. 94). Une restitution qui, mieux que bien des phrases, dit l’impossible libération des camps.


[1] Fortat, Richard, Le Pasteur Yves Crespin. Un chrétien dans la Résistance, Carrières-sous-Poissy, Editions La Cause, 2020. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] « Hansen Erling », in Klein, Marie-Pierre et Pierre, Les Déportés des Côtes-du-Nord, avril 1941 – septembre 1944. Livre-Mémorial, Lanvallay, AFMD 22, 2007, p. 183-184. Notons également pour de plus amples développements la thèse en cours de Morgane Sedoud, « La collecte des traces et l’effort de mémoire vus au travers du parcours du médecin déporté Erling Hansen » effectuée sous la direction conjointe de Rousso, Henry et Varry, Dominique.

[3] Le Boulanger, Isabelle, L’Exil espagnol en Bretagne, Spézet, Coop Breizh, 2016.

[4] Pour une synthèse à l’échelle de la Bretagne se reporter à Carluer, Jean-Yves, « Les protestants bretons pendant la Seconde Guerre mondiale : une minorité engagée ? », in Bougeard, Christian (dir.), Bretagne et identités régionales pendant la Seconde Guerre mondiale, Brest, Centre de recherche bretonne et celtique, 2002, p. 271-284.

[5] Marcot, François, « Pour une sociologie de la Résistance : intentionnalité et fonctionnalité », in Prost, Antoine, La Résistance, une histoire sociale, Paris, Editions de l’Atelier, 1997, p. 21-41.

[6] Mariot, Nicolas, Tous unis dans la tranchée ? 1914-1918, les intellectuels rencontrent le peuple, Paris, Le Seuil, 2013.


2 réflexions sur « La Résistance d’Yves Crespin : un milieu de notables ? »

  1. En tant qu’auteur du livre sur Yves Crespin, je tiens tout d’abord à vous remercier pour la lecture très attentive de cet ouvrage. Je partage une bonne partie de vos remarques et suis sensible à l’importance du travail que vous avez effectué. Je vous confirme le fait que cette recherche « ne correspond aucunement aux canons universitaires ». Ma seule formation est celle d’un passionné d’histoire qui a appris « sur le tas », j’essaie d’avoir de la rigueur et aussi de faire connaître des destins d’individus qui me semblent remarquables ou de groupes méconnus, qui étaient jusqu’alors restés dans l’oubli. C’est ainsi que j’ai pu raconter dans d’autres publications le destin d’un poilu, d’une déportée de Ravensbruck, des 150 ans d’histoire d’une petite école. Dans chaque cas, j’ai toujours associé des enfants, des collégiens, des associations, des élus… car l’histoire est à mon niveau un partage, une transmission…
    Dans le cas qui nous intéresse, l’idée était de mettre un coup de projecteur sur un homme dont on ne connaît au mieux que le nom d’une rue (le pasteur Crespin) et sur une communauté (les protestants de St Brieuc), passablement perdus dans une terre catholique. C’est ce que vous semblez retenir après avoir posé différentes réserves qui sont le fruit d’une réflexion construite et donnent des outils supplémentaires au lecteur. Je vous en suis reconnaissant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.