"La Bonneterie troyenne, intérieur d'usine moderne" (détail), carte postale. Collection particulière.

Engoulvent et l’ubiquité

La ville de Dinan, sous-préfecture des Côtes d’Armor, n’est pas connue pour son riche passé industriel. Bien au contraire. Pourtant, le quartier d’Engoulvent, et plus précisément l’usine de bonneterie sise rue Charles Beslay, rappelle le passé textile de la ville. Une épopée aujourd’hui oubliée qui, à la suite des travaux de l’historien J.-L. Mastin invite à une relecture de la géographie de la péninsule armoricaine pendant la Première Guerre mondiale.

La base Gertrude de l’inventaire du patrimoine culturel en Bretagne propose un bon condensé de l’histoire l’usine de bonneterie de l’Engoulvent, quartier situé au nord de Dinan et gagné au XIXe siècle sur des prairies marécageuses qui constituaient autant de défenses naturelles pour la vieille cité médiévale. Fondé en 1845, l’établissement fabrique à forfait des gilets marins, des caleçons, des chaussons… Sa croissance semble continue jusqu’à son rachat, en 1916,  par une société en nom collectif originaire du Nord, Lemaire, Trentesaux et Cie. Ceci rappelle que la péninsule armoricaine, contrairement à ce que l’on veut trop souvent dire, n’est lors du déclenchement de la Première Guerre mondiale pas coupée du monde mais au contraire intégrée dans les circuits de capitaux qui viennent irriguer le tissu industriel. Ajoutons que cette réalité n’est pas complètement neuve. A Saint-Nazaire, la naissance du chantier naval de Penhoët repose par exemple pour une large partie, dans sa dimension technique, sur une coopération avec l’ingénieur écossais John Scott.

Vue des premiers chantiers naval industriel de Saint-Nazaire, au début des années 1860. Musée de Bretagne: 2002.0030.3.
Vue des premiers chantiers naval industriel de Saint-Nazaire, au début des années 1860. Musée de Bretagne: 2002.0030.3.

On ne sait que peu de choses sur cette usine de bonneterie pendant la Grande Guerre. Sans doute souffre-t-elle dans les premiers mois de la guerre. Les est une situation fréquente dans le secteur industriel, la mobilisation générale ayant complètement paralysé l’activité. De même, il est probable qu’effort de guerre oblige les destinataires des effets produits à Engoulevent ne soient plus les mêmes pendant le conflit qu’avant : il est fort possible en effet que les marchés passés auprès de l’autorité militaire aient pris une part croissante. Certaines publicités passées dans la presse locale laissent toutefois penser que les affaires se portent plutôt bien pendant le conflit : c’est ainsi par exemple qu’en août 1918 l’usine Lemaire, Trentesaux et Cie de Dinan recherche un « bon mécanicien »[1].

C’est en définitive grâce aux travaux de l’historien J.-L. Mastin que notre attention est invitée à se porter sur cette usine d’Engoulvent. Dans un article publié en 2016, actes d’un colloque consacré à l’industrie dans la Grande Guerre, il évoque cet établissement acheté en juin 1916 par Lemaire, Trentesaux et Cie à une entreprise de Condé-sur-Noireau, dans le Calvados. On y apprend que la fabrique de Dinan fait partie d’une vaste société comprenant une autre usine à Rennes ainsi qu’une filature à Saint-Hilaire-du-Harcouët, dans le sud de la Manche. Même si les archives sont lacunaires, il apparaît que l’entreprise est particulièrement rentable avec un ratio bénéfices nets / chiffre d’affaire de 11%. C’est d’ailleurs parce qu’elle est rentable qu’elle peut rapidement être cédée en gage pour la constitution d’une société par actions. Au final, l’aventure nordiste de l’usine d’Engoulvent dure à peine trois ans puisqu’elle est cédée en août 1919[2].

Preuve d’ailleurs de cette réussite économique, les nombreuses annonces passées par cet établissement pour recruter de la main d’œuvre. On a évoqué plus haut celle publiée par L’Ouest-Eclair, citons également celles passées dès septembre 1916 dans les colonnes du Journal des réfugiés du Nord pour recruter des « bobineuses »[3]. En avril 1918, ce sont des « tricoteuses » et des « bonnes finisseuses » qui sont réclamées[4]. Or ces annonces sont loin d’être anodines. Comme le rappelle sans détour l’historien J.-L. Mastin, le choix de cette publication ne relève pas que du simple réflexe communautaire :

« Cette préférence n’est pas seulement motivée par le prétendu souci paternaliste d’occuper et de faire vivre les familles ouvrières réfugiées. Il s’agit surtout de retrouver une main-d’œuvre industrieuse, habituée au patronat du Nord et au travail textile, et de faire ainsi l’économie du recrutement et de la formation d’une main d’œuvre locale sans doute moins docile. »[5]

On profitera d’ailleurs de l’occasion pour souligner combien ces logiques croisent des stéréotypes de genre : si Lemaire, Trentesaux et Cie demandent pour leur usine d’Engoulvent des « tricoteuses », « bobineuses » et autres « finisseuses », main d’œuvre recrutée dans les pages du Journal des Réfugiés du Nord, le « bon mécanicien » (l’adjectif suggérant une qualification certaine) est lui débusqué grâce à une annonce publiée dans L’Ouest-Eclair. Le Breton en Grande Guerre n’est donc pas obligatoirement l’être déprécié et nécessairement « bas de plafond » que la complainte mémorielle victimaire se plait à décrire…[6] Quant au patronat des départements occupés replié en péninsule armoricaine, il ne perd pas pour autant le nord ! D’ailleurs, le Journal des réfugiés du Nord se présente lui-même comme l’organe de la « défense des intérêts des victimes de la guerre » et du « relèvement graduel de l’industrie, du commerce et de l’agriculture du nord »[7]. Difficile d’être plus explicite. Aussi ne faut-il pas être dupe de la conduite de l’entreprise Lemaire, Trentesaux et Cie. J.-L. Mastin montre ainsi quels sont les stratagèmes employés par Jean Lemaire, le gérant de la firme, pour se soustraire à la Contribution sur les bénéfices exceptionnels de guerre, tactique allant jusqu’à présenter aux contrôleurs du fisc une comptabilité pour le moins suspecte[8].

A Lille, atelier de la bonneterie Desmazières Drino (carte postale). Collection particulière.
A Lille, atelier de la bonneterie Desmazières Drino (carte postale). Collection particulière.

Pour autant, en ce qui nous concerne, c’est bien notre représentation géographique de la Première Guerre mondiale qui s’en trouve bouleversée. Classiquement, la France est perçue comme étant un espace scindé en trois parties par le conflit : le front, l’arrière – géographie sanctuarisée par la dichotomie zone des armées / zone de l’arrière – ainsi que les départements occupés. Mais dans sa magistrale étude sur les patrons du Nord, J.-L. Mastin rebat les cartes. Cet historien montre notamment que la place de Lille se déterritorialise et fait allègrement fi des frontières pour faire des affaires tant en France libre, et donc comme on l’a vu à Dinan, qu’en zone occupée[9]. Dès lors, comment appréhender cette nouvelle géographie à partir de la péninsule armoricaine ? Faut-il considérer Engoulvent comme une « base arrière », terme employé par B. Marnot à propos des ports et par rapport à l’effort de guerre industriel, de la place de Lille ?

Stimulante, une telle notion n’en bute pas moins sur une autre réalité. La dimension maritime de la Bretagne place en effet ce territoire aux premières loges d’un front maritime qui, certes, n’a peut-être pas l’intensité de la crête des Eparges ou du Plateau de la Californie mais n’en demeure pas moins une réelle zone de conflictualité. De plus, on sait que du point de vue des tranchées et du corps expéditionnaire américain, Brest et Saint-Nazaire jouent un véritable rôle de courroie de transmission permettant que soit alimenté en hommes le front[10]. Dans ce cadre, ce n’est pas en poilus qu’Engoulvent remplit ce rôle mais bien en effets de bonneterie indispensables à l’effort de guerre : les soldats ont eux aussi besoin d’effets d’habillement. C’est là en effet tout le paradoxe de Lemaire, Trentesaux et Cie souligné par J.-L. Mastin : victimes de la guerre, ils profitent néanmoins du conflit en participant à la mobilisation industrielle et, ce faisant, en réalisant non seulement de substantiels bénéfices mais en développant leur appareil productif[11]. En réalité, la Bretagne en Grande Guerre invite à une géographie de l’ubiquité qui, elle-seule, est en mesure de dire la complexité de ses localisation dans les différents espaces créés par le conflit : à la fois porte d’entrée vers les tranchées, première loge du front maritime et vaste zone de l’arrière pouvant servir tant de base arrière que de repli pour les populations réfugiées, la péninsule est tout cela à la fois et en même temps.


[1] L’Ouest-Eclair, 19e année, n°5887, 21 août 1918, p. 4.

[2] Mastin, Jean-Luc, Délocalisations et multinationales textiles dans la mobilisation économique : industriels et négociants du Nord occupé et bombardé (1914-1920) », in Fridenson, Patrick et Griset, Pascal, L’Industrie dans la Grande Guerre, Paris, Institut de la gestion publique et du développement économique, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2018, p. 479-495.

[3] « Offres d’emplois », Journal des réfugiés du Nord, 2e année, n°191, 2 septembre 1916, non paginé.

[4] « Offres et demandes d’emploi », Journal des réfugiés du Nord, 5e année, n°359, 10 avril 1915, non paginé.

[5] Mastin, Jean-Luc, Victimes et profiteurs de guerre ? Les patrons du Nord (1914-1923), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, p. 116-117.

[6] Bourlet, Michaël, Lagadec, Yann et Le Gall, Erwan (dir.), Petites patries dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

[7] « Offres d’emplois », Journal des réfugiés du Nord, 2e année, n°191, 2 septembre 1916.

[8] Mastin, Jean-Luc, Victimes et profiteurs de guerre ?…, op. cit., p. 220-221.

[9] Mastin, Jean-Luc, Victimes et profiteurs de guerre ?…, op. cit.

[10] Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale (1917-1919), Bruz, Editions CODEX, 2018, p. 78 et suivantes.

[11] Mastin, Jean-Luc, Victimes et profiteurs de guerre ?…, op. cit.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.