Saint-Brieuc, la gare des chemins de fers départementaux. Carte postale (détail). Collection particulière.

Entre bifurcation des trajectoires et continuité des pratiques : Albert Mourocq

On ne dira jamais assez combien est nécessaire le croisement des historiographies, pratique qui implique, bien entendu, de recourir à des sources très diverses. L’exemple de Guillaume Le Moal montre ainsi combien la fiche matricule peut aider à combler certaines lacunes dans un parcours militant. Mais, plus que de simples détails biographiques, dimension essentielle pour qui s’adonne à la prosopographie, c’est parfois de transferts de compétences, de continuités comportementales au-delà de la pluralité des rôles sociaux, dont il s’agit. C’est en tout cas ce que suggère l’examen détaillé de la trajectoire du cheminot communiste Albert Mourocq.

                Points de départ

Cet individu nous est notamment connu grâce à la notice que lui consacre, dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et social, Y. Le Floch : né le 11 octobre 1892 à Arquenay, en Mayenne, ce cheminot milite au sein de la cellule briochine de la Section française de l’internationale communiste (SFIC) de 1921 à 1926. D’abord archiviste, Albert Mourocq en est ensuite le secrétaire. L’historien C. Bougeard, qui l’évoque à plusieurs reprises dans une étude aujourd’hui classique sur les forces politiques en Bretagne, détaille son rôle dans la prise de contrôle, par les communistes et contre les anarchistes, de l’Union départementale des Côtes-du-Nord de la Confédération générale du travail unitaire (CGTU)[1].

Vue de la gare centrale de Saint-Brieuc, second quart du XXe siècle. Cliché Raphaël Binet. Musée de Bretagne: 982.0008.5312.
Vue de la gare centrale de Saint-Brieuc, second quart du XXe siècle. Cliché Raphaël Binet. Musée de Bretagne: 982.0008.5312.

Recourir à la fiche matricule du recrutement d’Albert Mourocq permet d’étoffer singulièrement le parcours biographique délivré dans le Maitron par Y. Le Floch, récit qui fondamentalement se concentre sur les années comprises entre juillet 1921, date à laquelle il apparaît dans L’Eveil breton à la faveur d’une réunion organisée à Saint-Brieuc, et novembre 1926, moment de son départ pour Nantes. En effet, du fait des domiciliations successives portées sur cette archive, on apprend que ce cheminot réside à partir d’avril 1929 à Nozay, puis à partir de novembre 1934 à Saint-Nazaire avant de retourner en août 1937 à Nantes[2]. Malheureusement, rien ne permet pour l’heure de savoir s’il continue à militer après son départ des Côtes-du-Nord.

Mais il y a plus intéressant encore. On sait grâce au Maitron qu’Albert Mourocq naît le 11 octobre 1892 à Arquenay, petite commune de Mayenne située entre Laval et Sablé-sur-Sarthe, non-loin de Meslay-du-Maine. Il est le fils d’un « facteur mixte au chemin de fer » âgé alors de 25 ans et d’une « garde-barrière » de 20 ans[3]. En l’absence de plus amples informations, ce document pose la question de la bifurcation de trajectoire d’Albert Mourocq. Autrement dit, comment cet individu arrive à Saint-Brieuc et, surtout, comment devient-il un fervent communiste étant donné que la Mayenne n’est pas précisément un bastion du mouvement social ?

Bien entendu, les archives ne nous permettent pas d’être absolument catégoriques. Pour autant, la fiche matricule d’Albert Mourocq nous apprend que cet individu, qui déclare devant le Conseil de révision savoir lire, écrire, compter et exercer la profession d’ajusteur-mécanicien, contracte le 2 avril 1913 un engagement volontaire pour servir 3 ans au 71e RI, unité tenant garnison à Saint-Brieuc. Incorporé le jour-même en tant que soldat de 2e classe, il compte parmi les éléments qui quittent les Côtes-du-Nord dans les premiers jours d’août 1914 et participe ensuite à toutes les opérations du régiment (Charleroi, Artois…) jusqu’au 2 novembre 1915. A cette date, Albert Mourocq est en effet évacué : non pas pour cause de blessure ou de maladie mais en tant qu’ouvrier métallurgiste affecté dans une usine à Brive, en Corrèze. S’il est évacué, cette fois-ci pour cause de maladie, le 15 mars 1916, jamais plus il ne retrouvera les tranchées de première ligne. Rentré au dépôt du 71e RI le 19 juillet 1916, il est envoyé au 9e bataillon le 15 février 1917 avant d’être détaché au 1er groupe d’aviation, à Dijon, le 1er mai 1918.

Dans la cour de la caserne Charner, à Saint-Brieuc, garnison du 71e RI. Cliché Raphaël Binet. Musée de Bretagne: 982.0008.1292.
Dans la cour de la caserne Charner, à Saint-Brieuc, garnison du 71e RI. Cliché Raphaël Binet. Musée de Bretagne: 982.0008.1292.

A la lecture d’un tel parcours, on ne peut qu’être frappé par le croisement des identités que révèle cette trajectoire. Bien qu’engagé volontaire en tant que fantassin de 2e classe, Albert Mourocq demeure un « ajusteur-mécanicien ». C’est en effet, à n’en pas douter, cette qualification professionnelle qui permet d’expliquer son affectation à une usine métallurgique de Brive d’une part, transfert qu’il n’est pas difficile de mettre en rapport avec l’application de la loi Dalbiez, au 1er groupe d’aviation de Dijon d’autre part. Là encore, l’infanterie semble agir à la manière d’un anti-modèle, arme non qualifiée requérant donc des ouvriers non spécialisés[4]. Tout le contraire donc d’Albert Mourocq.

Reste à savoir comment un jeune Mayennais, engagé volontaire pour 3 ans en 1913 au 71e RI, devient un ardent militant communiste dans les années 1920, individu dont L’Ouest-Eclair – publication certes peu suspecte de philocommunisme – nous dit en juillet 1926 qu’il « faisait bon marché du patriotisme et préconisait la lutte des classes »[5]. Et si la réponse se trouvait, là aussi, dans cette affectation dans une usine métallurgique de Brive ? On sait en effet combien la Corrèze est un territoire sensible au mouvement social, région rurale dont les engagements contestataires sont même antérieurs au Congrès de Tours et à la création de la SFIC[6]. Bien entendu, les éléments permettant de vérifier cette hypothèse sont extrêmement minces. Mais ce qui est fondamentalement intéressant dans cette supposition, c’est qu’elle relie les différentes vies sociales de l’individu en un seul et même continuum, là où les traditions historiographies auraient au contraire tendance à les séparer, voire à les opposer.

                Continuités des pratiques

Même si les modalités de cette évolution nous échappent encore pour une très large part, il ne fait aucun doute que l’Albert Mourocq de 1923 n’a pas grand-chose à voir avec celui qui, en 1913, s’engage au 71e RI. C’est là l’importance de la perspective diachronique, la séquence 1914-1918 constituant ici une rupture assez évidente. Pour autant, et contrairement à ce que l’on pourrait facilement croire, l’expérience combattante induit également une continuité chez ce militant communiste. En effet, une fois l’Armistice signé, Albert Mourocq est loin d’en avoir fini avec la sphère militaire puisque sa fiche matricule nous indique qu’il est classé, le 18 septembre 1919, affecté spécial des chemins de fer, décision qui renvoie non seulement à ses qualifications professionnelles mais permet aussi de mieux comprendre comme on le retrouve, quelques mois seulement plus tard, parmi les cheminots de Saint-Brieuc.

Mais là n’est pas tout. La fiche matricule de cet individu consigne en effet des informations à caractère médical qui semblent suggérer une certaine continuité des pratiques en termes de reconnaissance des droits, dimension qui est au cœur de l’activité syndicale. En effet, la commission de réforme de Saint-Brieuc verse dans le service auxiliaire Albert Mourocq le 20 octobre 1926, quelques jours donc avant son départ pour Nantes, et lui accorde une pension temporaire de 10% pour « léger affaiblissement de la résistance du myocarde vraisemblablement en rapport avec les crises de rhumatisme ». Pour un historien, ces données ne sont pas aisées à interpréter. La tentation du diagnostic rétrospectif est d’autant plus périlleuse que nous ne disposons pas d’autres d’archives. La seule chose que nous pouvons souligner est que, manifestement, l’invalidité dont souffre Albert Mourocq est légère puisqu’évaluée à seulement 10% par la Commission de réforme. De plus, est-il possible d’identifier un certain lien de causalité entre ce versement dans le service auxiliaire et ce départ de Saint-Brieuc ? La concordance des temps est en effet intrigante mais, en l’état actuel de la documentation, rien ne permet de relier les deux événements.

Affiche en faveur de la protection du réformé n°2, sans date. Albert Mourocq est lui réformé n°1, c'est-à-dire avec pension. La Contemporaine: AFF17416 (6).
Affiche en faveur de la protection du réformé n°2, sans date. Albert Mourocq est lui réformé n°1, c’est-à-dire avec pension. La Contemporaine: AFF17416 (6).

Toujours est-il que, et c’est précisément là-dessus que nous souhaiterions insister, ce militant communiste parvient à faire reconnaître une invalidité évaluée à « seulement » 10%, et ce à plusieurs reprises. En effet, Albert Mourocq est rayé de l’affectation spéciale par un avis datant du bureau central de la Seine datant du 5 janvier 1927, décision qui le reverse dans le régime commun et motive une réaffectation au centre mobilisateur de Laval, puis reversé dans le service auxiliaire en juin 1929 par la commission de réforme de Nantes, sentence confirmée l’année suivante. A chaque fois, le diagnostic fait état de légers troubles cardiaques mais sans lésion. Pour autant, là n’est sans doute pas le plus intéressant, puisque l’historien ne saurait encore une fois parler à la place du médecin. Ce qui frappe, néanmoins, c’est que cet individu a su faire reconnaître par deux fois les troubles dont il disait souffrir ce qui, indéniablement, témoigne d’un réel savoir-faire.

Le droit des anciens combattants et victimes de guerre – le Code des pensions militaire d’invalidité et des victimes de la guerre – a en effet ceci de particulier que c’est aux intéressés de faire valoir auprès des autorités administratives compétentes leurs droits. Or non seulement ceci n’est pas « naturel » mais requiert un certain nombre de compétences qu’un militant politique et syndical, non seulement habitué au rapport de force mais à traiter avec l’administration, maîtrise indubitablement. C’est bien ce qui en définitive suggère certaines continuités de pratiques entre l’Albert Mourocq communiste et l’Albert Mourocq ancien combattant. Il serait d’ailleurs intéressant de voir si ce cheminot est adhérent de l’Association républicaine des anciens combattants (ARAC), cette institution étant pensée par ses fondateurs Paul Vaillant-Couturier et Henri Barbusse comme étant justement une sorte de courroie de transmission entre « la force révolutionnaire » et « l’organisation de la classe ouvrière »[7].


[1] Bougeard, Christian, Les Forces politiques en Bretagne. Notables, élus et militants (1914-1946), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, p. 109 et 329.

[2] Arch. dép. Mayenne : R 1984.194.

[3] Arch. dép. Mayenne : 4 E 9/17 – 1891-1900.

[4] Pour de plus amples développements on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, thèse de doctorat d’histoire sous la direction du professeur Capdevila, Luc, Rennes, Université Rennes 2, 2019, manuscrit pour l’heure inédit et en cours de publication.

[5] « Deux magnifiques réunions de Balanant », L’Ouest-Eclair, 27e année, n°9 631, 13 juillet 1926, p. 5.

[6] Danthieux, Dominique, « Communisme rural en Limousin : de l’héritage protestataire à la résistance sociale (de la fin du 19e siècle aux années 1960) », Ruralia, n°16-17, 2005, en ligne.

[7] Doussin, Georges (textes choisis et présentés par), L’Association républicaine des anciens combattants. Combattants pour la vie. Des voix pour l’espoir, Paris, Le Temps des Cerises, 2007, p. 14.


2 réflexions sur « Entre bifurcation des trajectoires et continuité des pratiques : Albert Mourocq »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.