Une de l'édition du 7 juin 1940 de L'Ouest-Eclair (détail). Gallica / Bibliothèque nationale de France.

1940 : l’autre 6 juin du général de Gaulle

Contrairement à ce que la mémoire collective laisse trop souvent entendre, les armées françaises et allemandes disposent au printemps 1940 d’un nombre équivalent de chars d’assaut. Mais bénéficier d’une arme est une chose, savoir s’en servir en est une autre. Or la doctrine d’emploi française est complètement périmée, celle-ci étant établie pour un conflit de longue durée, comme avait pu être la Première Guerre mondiale, et non pour une attaque brusquée, devant aboutir à un succès rapide. C’est dans ce contexte que Charles de Gaulle fait son entrée au Gouvernement, le 6 juin 1940, en tant que Sous-secrétaire d’Etat à la Défense nationale et à la guerre. Annonçant le lendemain la composition du nouveau « ministère français », le quotidien catholique rennais L’Ouest-Eclair consacre deux paragraphes entiers à celui qui « était encore colonel le 28 mai dernier »[1]. Bref, le propos n’en est pas moins particulièrement instructif.

                Un positionnement éditorial peu commun

Précisons d’ailleurs qu’il s’agit là d’une ligne éditoriale exceptionnelle. A Brest, La Dépêche se contente de donner, en première page, la composition du nouveau Gouvernement[2]. A Lorient, Le Nouvelliste se limite également à un traitement factuel – la liste des titulaires des portefeuilles ainsi qu’un communiqué de la Présidence du Conseil – relégué de surcroît dans la rubrique « Dernière heure »[3]. Là encore, la nomination de Charles de Gaulle ne fait l’objet d’aucun commentaire. C’est dire donc si l’intérêt exprimé par L’Ouest-Eclair sort de l’ordinaire.

Portrait officiel du Gouvernement Paul Reynaud. Au deuxième plan, le général de Gaulle. Wikicommons.
Portrait officiel du Gouvernement Paul Reynaud. Au deuxième plan, le général de Gaulle. Wikicommons.

La « grande presse parisienne », elle aussi, n’évoque qu’à la portion congrue l’entrée du général de Gaulle au Gouvernement. De nombreux titres, à l’instar du Journal des débats politiques et littéraires, se contentent de publier la composition du nouveau cabinet, sans s’attarder sur la nomination du Sous-secrétaire d’Etat à la Défense nationale et à la Guerre, il est vrai avant-dernier dans l’ordre protocolaire. Ce choix peut également s’expliquer par une pagination réduite et imposée par les pénuries qui, déjà, se font ressentir : Le Petit Parisien du 7 juin 1940 ne compte que 2 pages quand l’édition de l’année précédente en a 5 fois plus ! Paraissant en milieu de journée, Paris-Midi, qui tire alors à environ 100 000 exemplaires, peut publier les noms des membres du nouveau Gouvernement le jour même de son entrée en fonction, le 6 juin 1940. Mais, là encore, le nom de Charles de Gaulle ne suscite aucun commentaire. Il est vrai que Jean Prouvost, directeur général de Paris-Midi et de Paris-Soir vient d’être nommé ministre de l’Information. Il est en conséquence naturel qu’il focalise un certain nombre de commentaires de la part « ses » journaux[4].

Organe du Parti social français, Le Petit journal se distingue toutefois du reste de la presse parisienne en publiant en première page dans son édition du 7 juin 1940 une photographie du général de Gaulle sortant du ministère de la Guerre et, visiblement, s’apprêtant à se rendre à la Présidence du Conseil. Mais cette ligne éditoriale ne pas doit pas tromper. Pour ce quotidien, il ne s’agit pas tant de louer la justesse d’analyse du nouveau ministre que de rappeler la clairvoyance de son directeur, le colonel de la Rocque : « Le point de vue du général de Gaulle sur la question des offensives modernes avait été développé, dès 1919, dans la Revue hebdomadaire (enquête sur le Retour à la Paix), par le colonel de la Rocque, alors chef d’escadron, et qui préconisait, en raison du développement certain du rôle de la machine dans l’art militaire, une armée faite ‘de métier’ (main d’œuvre technique) et d’éléments de service à court terme (main d’œuvre brute) »[5]. On voit donc que le discours du Petit journal doit être considéré avec mesure, l’objectif de ce titre étant plus de prouver la justesse des analyses de son directeur que de se satisfaire de la nomination de ce Sous-secrétaire d’Etat à la Défense nationale et à la Guerre. Une réaction qui, par ricochet, n’en souligne pas moins la ligne éditoriale originale de L’Ouest-Eclair.

Le colonel François de La Rocque lors du premier congrès du Parti social français, en décembre 1936. Gallica / Bibliothèque nationale de France: département Estampes et photographie, EI-13 (2916).
Le colonel François de La Rocque lors du premier congrès du Parti social français, en décembre 1936. Gallica / Bibliothèque nationale de France: département Estampes et photographie, EI-13 (2916).

Plusieurs éléments permettent d’expliquer le silence quasi général de la presse. En premier lieu il y a, nous y reviendrons, la notoriété du général de Gaulle. En effet, s’intéresser aux réactions suscitées par sa nomination au Gouvernement relève d’une démarche très largement téléologique. Cet officier est alors très largement inconnu et, fort logiquement, n’attire pas l’attention des gazettes. De surcroît, et c’est le second point sur lequel il faut insister, cette entrée au Cabinet intervient dans un contexte particulièrement mouvementé où « une information chasse l’autre ». C’est que rappelle sans l’ombre d’un doute la rubrique « La Semaine au jour le Jour » du Moniteur des Côtes-du-Nord, un hebdomadaire paraissant le samedi : lorsque l’édition du 15 juin 1940 revient sur la journée du 6 juin, il n’est même pas question du remaniement ministériel mais uniquement d’informations d’ordre militaire[6].

                Le prophète

Dans l’article qu’il publie le 7 juin 1940, L’Ouest-Eclair s’efforce en quelques lignes de présenter le nouveau ministre – ce qui en creux dit parfaitement combien il est alors inconnu – tout en expliquant ce choix :

« Il a reçu les étoiles de général de brigade en raison de sa valeureuse conduite au cours des dernières batailles. Mais, plus encore, on a voulu distinguer et placer à un poste essentiel celui de nos chefs qui a le mieux compris le rôle des chars et de la motorisation massive dans la guerre actuelle. »

Formulé ainsi, le propos pourrait faire sourire : pourquoi donc en effet, alors que la situation sur le champ de bataille est pour le moins mal engagée, envoyer à l’arrière un officier qui a fait ses preuves au front ? Le poids de la perspective téléologique fait qu’aujourd’hui nul ne songe à se poser cette question. Pour autant, en y réfléchissant bien, ce choix paraît bien discutable. Mais, comme en 1914, L’Ouest-Eclair se place dans une logique d’Union sacrée et défend avec abnégation les décisions du Gouvernement.

Le colonel Charles de Gaulle présente au président de la République Albert Lebrun l'unité de chars qu'il commande au sein de la 5e armée sise en Moselle (Goetzenbruck, 23 octobre 1939). Wikicommons.
Le colonel Charles de Gaulle présente au président de la République Albert Lebrun l’unité de chars qu’il commande au sein de la 5e armée sise en Moselle (Goetzenbruck, 23 octobre 1939). Wikicommons.

On notera d’ailleurs que le journal de la rue du Pré-Botté parle à ce propos de « la motorisation massive dans la guerre actuelle », vocabulaire qui n’est, là encore, pas sans intérêt. L’historiographie a bien montré combien cette vision d’une Heer basée sur le cheval vapeur est aussi erronée que ne l’est l’idée selon laquelle la Wehrmacht aurait procédé au printemps 1940 à une « guerre-éclair » prévue depuis le départ[7]. En réalité, tout comme les françaises, les forces allemandes sont très largement hippomobiles. Mais il est intéressant de remarquer que cette idée est déjà présente le 7 juin 1940, soit dix jours avant que le maréchal Pétain prenne la parole et fasse « à la France le don de [sa] personne pour atténuer son malheur ». En d’autres termes, la propagande de Vichy ne naît pas de rien et prend bel et bien sa source dans des représentations mentales ayant déjà cours lors des derniers instants de la IIIe République.

Mais le 7 juin 1940, si la situation est bel et bien mal engagée, il n’est alors pas encore question de défaite pour L’Ouest-Eclair. D’ailleurs, pour enfoncer le clou, le journal de la rue du Pré-Botté explique que « le général de Gaulle est, en effet, l’auteur d’ouvrages appelés à devenir classiques dans lequel on trouve prophétisés avec une acuité remarquable les premiers épisodes auxquels nous avons assisté : difficultés belges, action des divisions motorisées, véritables cavaleries modernes, enfin la surprise de Sedan qui nous a coûté l’armée Corap ». Autrement dit, le quotidien rennais invite ses lecteurs à ne pas perdre espoir et à, une nouvelle fois, faire confiance au Gouvernement puisqu’il vient d’accueillir celui qui « avait tout prévu ».

Un Allemand se fait photographier dans la tourelle d'un char français abandonné, probablement en Normandie aux alentours du 15 juin 1940. Wikicommons.
Un Allemand se fait photographier dans la tourelle d’un char français abandonné, probablement en Normandie aux alentours du 15 juin 1940. Wikicommons.

Précisons que ce positionnement n’est pas unique dans le paysage éditorial français puisqu’il est adopté à Paris par les rares journaux évoquant la nomination de ce Sous-secrétaire d’Etat à la Défense nationale et à la Guerre. C’est ainsi par exemple que l’Excelsior voit en Charles de Gaulle un « technicien prophétique »[8]. Mais, son aura reste encore marginale et, dans ce même numéro daté du 7 juin 1940 de l’Excelsior, L. Brette note que

« La France, où une pléiade d’officiers, héritiers de l’esprit du général Estienne, père des chars, les de Gaulle, Argueyrolles, Altmayer, Perré, Lançon, Pichon, etc., a mis au point toute la motorisation, a été momentanément devancée après avoir créé, comme il arrive souvent dans son histoire. Mais la France a vite fait de regagner son rang. »[9]

C’est à peine si, en définitive, l’Excelsior n’annonce pas un nouveau « miracle » de la Marne. La mystique de l’Union sacrée joue en effet à plein, sauf peut-être, comme évoqué précédemment, pour Le Petit journal. L’Intransigeant, notant l’entrée au Gouvernement du maréchal Pétain et de celui « qui fut l’apôtre peu écouté de l’emploi des armes blindées et motorisées », ne craint par exemple pas d’affirmer que « le remaniement ministériel était nécessaire parce que, dans le moment où l’ennemi lance sa grande offensive, une parfaite unité de conceptions doit être assurée dans les hautes régions du pouvoir »[10]. Ces quelques lignes sont intéressantes en ce qu’elles montrent que la rhétorique de l’homme providentiel qui accompagne à partir du 18 juin 1940 le chef de la France libre, puis à partir de 1958 le père de la Ve République, ne nait pas de rien et prend en réalité sa source en pleine Campagne de France, pendant les derniers jours de la IIIe République.

                Le poids de Pétain

Que l’on en juge par ces quelques propos du Matin, journal parisien proche de l’extrême-droite, publiés le 7 juin 1940 :

« Il est tout particulièrement à noter que M. Paul Reynaud s’est adjoint, comme sous-secrétaire d’Etat à la défense nationale, le général de brigade de Gaulle, qui était encore simple colonel il y a quelques jours. Ce jeune et brillant officier avait publié, depuis longtemps, des ouvrages techniques qui font de lui, bien avant les Allemands, le véritable inventeur de la technique des Panzerdivisionen. Certains le traitaient alors d’illuminé. Il va pouvoir, dans ce poste de choix, donner sa mesure. »[11]

Néanmoins, si Charles de Gaulle est une chose, le « vainqueur de Verdun » en est une autre et c’est bien, en réalité, la figure de ce véritable « père de la Nation » qui, en définitive, transparaît de ces deux paragraphes. En effet, ceux-ci s’achèvent ainsi :

« Ajoutons que le général de Gaulle, qui n’a qu’une cinquantaine d’années, est un élève et un disciple du maréchal Pétain. Il  est un de nos meilleurs espoirs. »

Révélatrices du poids du « Vainqueur de Verdun » dans la conscience collective d’alors, ces deux phrases font puissamment écho à celle que publie, le même jour, L’Action française. Se réjouissant de cette nomination au Gouvernement, « l’organe du nationalisme intégral » note : « On comprend que le général de Gaulle ait été l’un des disciples préférés du maréchal Pétain »[12].


[1] « Le ministère français est remanié », L’Ouest-Eclair, 41e année, n°15 914, 7 juin 1940, p. 1.

[2] « Le Ministère », La Dépêche de Brest, 54e année, n°21516, 7 juin 1940, p. 1.

[3] Le Nouvelliste du Morbihan, 54e année, n°132, 7 juin 1940.

[4] « Le Cabinet Paul Reynaud », Paris-Midi, 30e année, n°4663, 6 juin 1940, p. 1.

[5] « Le général de Gaulle sous-secrétaire d’Etat à la Défense nationale », Le Petit journal, 77e année, n°28 263, 7 juin 1940, p. 1.

[6] « La Semaine au jour le jour », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 71e année, n°24, 15 juin 1940, p. 1.

[7] Frieser, Karl-Heinz, Le Mythe de la guerre-éclair : la campagne de l’Ouest de 1940, Paris, Belin, 2003.

[8] « Le général de Gaulle technicien prophétique », Excelsior, 31e année, n°10 766, 7 juin 1940, p. 2.

[9] « Le char arme d’élite a son rôle offensif et mission de choc », Excelsior, 31e année, n°10 766, 7 juin 1940, p. 3.

[10] Gallus, « Anciens et nouveau ministres », L’Intransigeant, 7 juin 1940, p. 1.

[11] « Le remaniement du ministère Paul Reynaud », Le Matin, 57e année, n°20529, 7 juin 1940, p. 1.

[12] « Le général de Gaulle », L’Action française, 33e année, n°159, 7 juin 1940, p. 4.


1 réflexion sur « 1940 : l’autre 6 juin du général de Gaulle »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.