Une nouvelle étape : le CRBC

Au cours d’un conseil de laboratoire s’étant tenu le 2 juin 2020, ma demande d’association au Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC – EA 4451 / UMS 3554) en tant que chercheur associé a été acceptée à l’unanimité. C’est bien évidemment une nouvelle dont je me réjouis tant il s’agit-là d’une étape importante dans mon parcours scientifique et professionnel : la résonnance entre le CRBC et mes activités au sein de Bretagne Culture Diversité (BCD) est en effet évidente et de nombreuses synergies sont à créer.

Ancien logo du Centre de recherche bretonne et celtique dû à Fanch Le Hénaff. Musée de Bretagne: 2010.0032.128.
Ancien logo du Centre de recherche bretonne et celtique dû à Fanch Le Hénaff. Musée de Bretagne: 2010.0032.128.

Fondé en 1959 par Yves Le Gallo, le CRBC est un laboratoire pluridisciplinaire de recherche regroupant des historiens de toutes périodes mais également des ethnologues, des sociologues, des celtisants, des littéraires ou encore des linguistes. Dirigée par Ronan Calvez, cette institution arrive au terme d’un projet scientifique quinquennal (2017-2021) visant à « interroger les identités comme le résultat d’ensembles de pratiques sociales, politiques et culturelles et comme des ensembles de discours et de formes de l’expression de soi, ce qui inclut le champ de la création, littéraire ou artistique, et la question de la langue/des langues et de leurs formes, usages et évolutions ». La musique, pour ne citer que cet exemple, montre que la chose militaire a bien évidemment toute sa place dans ce programme. Il en va bien évidemment de même pour l’étude de la guerre.

Au sein du CRBC, j’entends plus particulièrement m’inscrire dans deux axes privilégiés par le laboratoire. La recherche que j’entends mener, au cours de ma prochaine décennie et dans le cadre d’une habilitation, sur l’histoire et la mémoire du Camp de Conlie devrait partir d’une approche sociale d’un fait militaire pour déborder sur une perspective culturelle appréhendant des questions relatives à la construction des identités régionales et aux nationalismes minoritaires. C’est là une dimension travaillée notamment par Sébastien Carney. Par ailleurs, fervent prosopographe, je m’intéresse tout particulièrement à la base PRELIB. Aussi, non seulement je pense pouvoir contribuer à ce chantier par l’intermédiaire des données prosopographiques sur le champ militaire dont je dispose déjà et qui croisent pour partie la question de la littérature en langue bretonne, mais j’espère pouvoir m’insérer efficacement au sein de l’axe « humanités numériques » du laboratoire.

Au CRBC, j’aurai par ailleurs le plaisir de retrouver bon nombre d’amis parmi lesquels Gwendal Piégais, Laurence Moal, Patrick Harismendy et Christian Bougeard. Car si l’écriture de l’histoire est un exercice nécessairement solitaire, la recherche, elle, ne peut se conjuguer autrement que sur le mode du collectif.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.