Signature du Guillaume Le Moal sur son acte de mariage, 9 janvier 1914. Archives départementales de Seine-Maritime: 4E 19922.

De l’intérêt de recourir aux fiches matricules pour écrire l’histoire du mouvement ouvrier : Guillaume Le Moal

Il est des silences qui constituent de magnifiques sources. Tel est le cas de la notice biographique de Guillaume Le Moal publiée par le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et social, le Maitron. Un texte qui rappelle combien la fiche matricule du recrutement, archive bien connue des historiens du fait militaire et de la guerre, est utile à celles et ceux qui s’intéressent à l’histoire syndicale.

La trajectoire de Guillaume Le Moal est particulièrement intéressante. Natif de Louargat, dans les Côtes-du-Nord, il part à l’instar de nombreux Trégorrois s’établir au Havre : le port de l’embouchure de la Seine est en effet un haut-lieu d’émigration bretonne. Là, d’après ce que peuvent nous en dire J. Maitron lui-même ainsi que G. Davranche et G. Pichavant, il se marie en 1904 puis devient une figure du mouvement social en étant élu, en 1913, trésorier du Syndicat général des ouvriers du port (SGOP). Pour qui s’intéresse à la Bretagne, et plus précisément à l’histoire de l’émigration au départ de la péninsule armoricaine, ce parcours est particulièrement riche d’enseignements. Loin des parias de Paris que l’on décrit trop souvent, Guillaume Le Moal montre que tous les Bretons ne subissent pas la situation diasporique : si dans bien des cas les individus partent s’établir en Normandie du fait des conditions économiques qui sont alors celles régnant dans la péninsule armoricaine, cette migration est aussi, quelque part, une quête d’opportunité[1]. D’ailleurs, si Guillaume Le Moal milite au SGOP, c’est bien qu’il a des intérêts à défendre et qu’il est un acteur de son existence, autrement dit individu essayant de peser sur le monde qui est le sien. En réalité, c’est à une analyse en termes d’agentivité qu’invite cette trajectoire. Certes, il y a bien au départ diaspora, c’est-à-dire un mouvement migratoire qui s’effectue sous la contrainte, mais celui-ci ne signifie pas nécessairement que les acteurs restent passifs face à cette dernière[2].

Le bassin Vauban au Havre, non loin d'où réside Guillaume Le Moal. Carte postale. Collection particulière.
Le bassin Vauban au Havre, non loin d’où réside Guillaume Le Moal. Carte postale. Collection particulière.

Pour autant, le parcours de Guillaume Le Moal est sans doute beaucoup moins linéaire que ce suggère la notice du Maitron, texte composé notamment à partir des écrits de l’historien J. Barzmann et de trois cartons de la sous-série 10 M des Archives départementales de Seine inférieure. Si nous n’avons pas pu consulter ces papiers, ceux-ci ont visiblement trait, si l’on en croit le cadre de classement, au travail. Sans doute s’agit-il de rapports de police ou de notes des Renseignements généraux décrivant ses activités militantes. Autrement dit, ce que l’on sait aujourd’hui de Guillaume Le Moal est produit par un double regard, à la fois policier et syndical.

                Un Havrais

Il nous semble toutefois possible d’aller plus loin en recourant à une autre dimension de la vie de cet acteur, sa citoyenneté. Né le 5 mars 1875 à Louargat, Guillaume Le Moal est le fils d’un maçon de 24 ans et d’une filandière de 30[3]. Il est donc de nationalité française, ce qui lui confère des droits mais également un certain nombre de devoirs. Pour le dire autrement, il est astreint au service militaire, ce qui nous invite tout naturellement à consulter sa fiche matricule de recrutement. En effet, bien que non exempte de failles, cette archive est très précieuse, et tout particulièrement dans le cas qui nous intéresse ici.

En premier lieu, il convient de remarquer que la fiche matricule de Guillaume Le Moal est conservée non à Saint-Brieuc, aux Archives départementales des Côtes d’Armor, mais à Rouen, aux Archives départementales de Seine-Maritime[4]. Là est un point important puisque cela signifie que notre Breton passe devant le Conseil de révision non pas à Guingamp mais au Havre. En d’autres termes, cela signifie qu’il réside déjà dans l’estuaire de la Seine au moment où il est recensé, c’est-à-dire à l’âge de 20 ans. Contrairement donc à ce qu’affirme sa notice Maitron, il ne s’installe pas au Havre en 1904 mais y réside depuis au moins 1895. Il est peut-être même possible que cela soit ses parents qui viennent s’établir, par manque de travail en Trégor, dans le port normand, embarquant avec eux leur enfant. Une hypothèse séduisante qui mériterait toutefois d’être testée.

Toujours est-il que Guillaume Le Moal témoigne d’un enracinement durable au Havre. En effet, en croisant les informations consignées sur sa fiche matricule et dans sa notice biographique Maitron, il est possible de cartographier un certain nombre de ses domiciliations successives. Certes, là n’est pas l’information la plus fiable de la fiche matricule et celle-ci ne fait pas exception à la règle puisque les données manquent pour les années 1920 et 1930. Néanmoins, il en émerge une tendance qui est particulièrement stimulante. Non seulement toutes ses adresses se situent dans un rayon de quelques kilomètres mais celles-ci paraissent nous renseigner quant à la socialisation de Guillaume Le Moal : c’est en effet dans le quartier Arcole Brindeau qu’il réside, et non dans ce quartier Saint-François qui est bien souvent associé à la colonie bretonne venue s’établir en Normandie. Faut-il en déduire un lien distendu avec sa petite patrie d’origine ? Nous verrons que sur ce point la prudence doit s’imposer.

                La rédemption par l’amour ?

Fondamentalement, l’histoire de Guillaume le Moal telle qu’elle est retranscrite par le Maitron débute en 1913 avec son accession au poste de trésorier du SGOP. Mais la fiche matricule éclaire d’un jour nouveau les jeunes années de ce militant anarchiste. En effet, cette archive nous apprend qu’il est condamné le 9 mai 1894 par le Tribunal du Havre à 6 jours de prison et 5 francs d’amende pour « outrage aux agents et ivresse ». Un an plus tard, cette même juridiction le condamne à 13 mois de prison pour « vol et tentative de vol ». Malheureusement, la presse normande ne nous permet d’en savoir plus sur ces deux affaires. Mais toujours est-il que c’est à Biribi, et plus précisément au 2e bataillon d’infanterie légère d’Afrique (2e BILA) que Guillaume Le Moal est affecté, le 16 novembre 1896, dans le cadre de son service militaire[5].

Rappeler cela n’est nullement intenter à la mémoire d’un homme. C’est au contraire montrer combien ces turbulentes années ne constituent qu’une parenthèse dans la trajectoire de Guillaume Le Moal. D’ailleurs, après deux ans de service au 2e BILA, il est incorporé au 1er régiment de Zouaves avant de retrouver la vie civile, et selon toute vraisemblance Le Havre, le 1er novembre 1899. Versé dans la réserve, il effectue, en 1902 et 1905, deux périodes de manœuvres avec le 129e RI et sa fiche matricule ne mentionne plus aucune condamnation judiciaire. A l’évidence, il est rangé des voitures.

Comment expliquer une telle rédemption ? Il est bien évidemment difficile de répondre à une telle question mais une hypothèse peut néanmoins être formulée. Celle-ci s’appelle Marie Livolant, une « ménagère » née à Morlaix, dans le Finistère, et qu’il épouse au Havre le 9 janvier 1904[6]. L’acte de mariage conservé par les Archives départementales de Seine-Maritime ne dit bien évidemment rien de la rencontre entre ces deux personnes mais force est toutefois de constater que tous deux sont nés en Bretagne. Cette archive nous apprend d’ailleurs qu’à cette époque Guillaume Le Moal réside chez ses parents, au 18 de la rue Suffren, et que Marie Livolant est domiciliée chez son père, sa mère étant décédée, au 64, rue de l’Eglise. Autrement dit, la vie de ces deux personnes s’inscrit avant même leur mariage dans ce même espace où sera domicilié Guillaume Le Moal pendant toute sa vie, tout du moins pour ce que l’on peut en savoir aujourd’hui.

Détail intéressant, c’est en tant que journalier qu’il épouse Marie Livolant en 1904, qualificatif professionnel pour le moins flou et qui renvoie à ce que l’on appellerait aujourd’hui une situation de précarité. Lors de son passage devant le Conseil de révision, c’est la profession de « commis » qu’il déclare exercer.

Toujours est-il que lorsque Guillaume Le Moal est élu, en 1913, trésorier du SGOP, son casier judiciaire et son passage par Biribi appartiennent à une histoire non seulement ancienne mais révolue. Comment expliquer autrement qu’il soit désigné pour une fonction aussi sensible ? L’historien J. Barzman explique en effet qu’il « recueille les cotisations mensuelles directement auprès des membres, leur remet un timbre que ces derniers apposent sur leur carte d’adhérent, et leur rappelle probablement qu’ils doivent refuser de travailler avec des dockers qui ne sont pas à jour de leurs cotisations ». Des tâches qui impliquent confiance et probité.

                Un soldat

Recourir à la fiche matricule de Guillaume Le Moal permet donc de combler certains angles-morts de la notice biographique de ce militant anarcho-syndicaliste mais également de nuancer quelques points. En effet, le Maitron a beau le présenter comme un « pacifiste », son parcours militaire dévoile une Première Guerre mondiale qui sans être exceptionnellement glorieuse est sans faille. Comme nombre de militants politiques et syndicaux, il répond à l’appel de la mobilisation générale et rejoint le 5 août 1914 son régiment, le 129e RI, alors qu’âgé de 40 ans. Sans doute est-ce d’ailleurs ce qui explique son départ relativement tardif pour le front, le 19 mai 1916. Rapidement transféré à la 7e section d’infirmiers militaires, il est « hospitalisé intérieur au cours de sa permission le 27 septembre 1918 » mais rejoint la zone des armées 2 jours après l’Armistice. Guillaume Le Moal n’est démobilisé que le 5 janvier 1919.

La salle d'honneur du 129e RI, au sein de la caserne Kleber, au Havre. Carte postale. Collection particulière.
La salle d’honneur du 129e RI, au sein de la caserne Kleber, au Havre. Carte postale. Collection particulière.

Ces quelques éléments invitent à interroger la notice biographique du Maitron sur deux points. En premier lieu, ce texte aura beau présenter Guillaume Le Moal comme un militant anarchiste et pacifiste, sur une ligne dont on nous dit qu’elle est pendant la Grande Guerre proche de celle d’Alphonse Merrheim, il n’en demeure pas moins qu’il sert sans discontinuer, tant à l’arrière qu’au front, pendant 54 mois. C’est là l’intérêt de recourir à la fiche matricule, remarque nous avions déjà formulée à propos d’Alexandre Le Guennic. Rappelons d’ailleurs que ce consentement au devoir militaire pendant la Première Guerre mondiale s’insère dans une continuité certaine : en effet, à en croire sa fiche matricule de recrutement, jamais Guillaume Le Moal ne se soustrait à une période de réserve.

Il n’est d’ailleurs pas certain que ces positions soient inconciliables. Les acteurs sociaux sont des êtres complexes et peut-être Guillaume Le Moal parvient-il à militer sous les drapeaux en faveur de la paix ? C’est d’ailleurs la seconde interrogation que suscite la lecture de la fiche matricule de cet individu. Comment ce militant parvient-il concrètement, pratiquement, à concilier ces deux vies ? En effet, la notice biographique du Maitron nous apprend que Guillaume Le Moal participe, à la fin de l’année 1916, à la reconstitution du SGOP et qu’il en est le trésorier permanent à partir de 1917. Or sa fiche matricule est formelle : entre le 19 mai 1916 et le 26 septembre 1918, le natif de Langoet est dans la zone des armées. Est-ce à dire qu’il parvient, à distance, à conjuguer militantisme et service de la nation en armes ?


[1] Le misérabilisme est une composante essentielle de l’historiographie des migrations bretonne, y compris en ce qui concerne la Normandie. Pour s’en convaincre Arzur, Marie-Aude, « Le Havre, colonie bretonne », ArMen, n°75, mars 1996, p. 2-14.

[2] Sur la notion de diaspora bretonne Perrono, Thomas, « Les bretons de Paris face au concept de diaspora », En Envor. Revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°6, été 2015, en ligne.

[3] Arch. dép. CdA : EC Louargat. Son acte d’état-civil indique qu’il décède le 1er juin 1951 au Havre.

[4] Arch. dép. Seine-Mar. : 1 R 2985.2042.

[5] Sur ces troupes, se rapporter à Kalifa, Dominique, Biribi. Les bagnes coloniaux de l’armée française, Paris, Perrin, 2009.

[6] Arch. dép. Seine-Mar. : 4E 19922.


1 réflexion sur « De l’intérêt de recourir aux fiches matricules pour écrire l’histoire du mouvement ouvrier : Guillaume Le Moal »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.