L'équipe de football du 357th Infantry Regiment, Campa Travis, San Antonio, TX, 18 mai 1918. National Archives at College Park: 65-WW-467A-43.

18 février 1919 : Quand Saint-Nazaire bat Marseille au football.

C’est une source encore relativement peu exploitée par l’historiographie que la Bibliothèque nationale de France soumet, depuis le 1er juillet 2018, à la sagacité de ses lecteurs : l’Army edition du Chicago Tribune. Fondé le 10 juin 1847 et se présentant, en toute simplicité, comme étant le « world’s greatest newspaper », ce quotidien est initialement prévu pour être vendu uniquement dans les camps du corps expéditionnaire[1]. Autrement dit, il est à peu près certain que ce titre est diffusé, au moins jusqu’au début de l’année 1919, en Bretagne et notamment dans les villes de Brest et Saint-Nazaire. En cela, il constitue une archive susceptible de souligner les différences de représentations mentales existant entre soldats américains et populations civiles bretonnes.

C’est là un point sur lequel il faut insister puisque la vulgate mémorielle, discours abondamment diffusé lors des commémorations du centenaire du débarquement de juin 1917, postule une véritable fusion culturelle qui ne s’embête pas vraiment de la réalité des faits. Du jour au lendemain ou presque, chacun se serait mis dans la péninsule armoricaine à écouter du jazz et à jouer au baseball ou basketball. Et peu importe que ce sport soit pratiqué à Paris depuis les années 1890 ! Selon cette représentation mentale, l’engouement suscité par le débarquement des Sammies conduirait à une quasi-situation de melting pot, un véritable Salad Bowl[2]. Malheureusement, les archives montrent une réalité beaucoup plus contrastée, comme en témoigne un court article publié dans l’Army edition du 19 février 1919 du Chicago Tribune[3].

La "une" de l'Army Edition du Chicago Tribune du 19 février 1919 conservée par la Bibliothèque nationale de France. Celle-ci est rehaussée de la mention manuscrite "Get the boys home - toot sweet!! / Ramenez les gars à la maison, tout de suite!!". Ce jeu de mot dit à la fois les préoccupations des Dougboys et ce qui les sépare des populations françaises. Gallica / Bibliothèque nationale de France.
La « une » de l’Army Edition du Chicago Tribune du 19 février 1919 conservée par la Bibliothèque nationale de France. Celle-ci est rehaussée de la mention manuscrite « Get the boys home – toot sweet!! / Ramenez les gars à la maison, tout de suite!! ». Ce jeu de mot dit à la fois les préoccupations des Dougboys et ce qui les sépare des populations françaises. Gallica / Bibliothèque nationale de France.

Le conflit est alors dans une situation intermédiaire : certes l’Armistice est signé depuis le 11 novembre 1918 mais la paix n’est pas encore acquise. Pire, les négociations de Versailles s’enlisent et les dissensions entre les Alliés apparaissent au grand jour. D’ailleurs, le président américain Woodrow Wilson n’est plus en France puisqu’il est reparti de Brest 5 jours plus tôt, pressé de revenir au pays par les élections de mi-mandat. Si la situation diplomatique est tendue, les relations au quotidien entre les soldats du corps expéditionnaire et les populations civiles le sont tout autant : en Bretagne, et tout particulièrement à Brest et Saint-Nazaire, la présence américaine est de plus en plus ressentie comme un fardeau, pour ne pas dire comme une occupation qui ne dirait pas son nom. « L’Âge d’or » est bel et bien terminé. Les dents grincent alors d’autant plus que les Doughboys rembarquent depuis novembre 1918 vers leur home sweet home tandis que les poilus, dont certains sont mobilisés depuis août 1914, sont encore sur leur pied de guerre. L’Armistice n’est en effet qu’une suspension provisoire des combats et il ne s’agirait pas de baisser trop hâtivement les armes et de se faire surprendre par ceux qui ne sont, en définitive, que des « Boches ». Autant d’éléments de contexte qui permettent de penser une coexistence distante entre soldats américains et populations civiles bretonnes plutôt qu’une sorte de fusion symbolisée par les quelques mariages mixtes que les archives permettent de recenser.

C’est précisément ce que montre le court article intitulé « St. Nazaire Beats Marseille » publié dans l’army edition du 19 février 1919 du Chicago Tribune. De quoi s’agit-il ? De la rencontre de football entre les Saint-Nazaire Tigers, l’équipe de la « Base Section n°1 », et Marseille : un match remporté avec autorité sur le score de 12 à 0. Quiconque est familiarisé avec l’histoire du corps expéditionnaire américain en Bretagne pendant la première Guerre mondiale connaît la place occupée par le sport dans le quotidien des Doughboys, tout particulièrement dans les premiers mois de l’année 1919. Pour le commandement, il s’agit en effet d’occuper les hommes et, peut-être même surtout, de les éloigner des plaisirs immoraux proposés par les débits de boisson et les maisons closes. Ce match ne relève donc pas d’une politique de loisirs menée dans le cadre des leave areas, ces zones où les permissionnaires sont envoyés pour quelques jours au repos, mais d’une stratégie délibérée d’occupation des hommes visant à combattre d’une part l’oisiveté, d’autre part à les préserver de certains dangers perçus par le commandement comme inhérents à la vie en France. Un programme qui, à n’en pas douter, dit l’écart qui existe entre les deux alliés.

Pourtant, certaines manifestations organisées dans ce cadre peuvent semer le doute. Tel par exemple du « Grand prix » organisé le 31 mai 1919 sur la plage de La Baule, course qui attire de nombreux spectateurs. Mais la rencontre entre Marseille et les Saint-Nazaire Tigers ne participe nullement de tels échanges franco-américains. En effet, une lecture attentive du compte rendu qui en est donné par le Chicago Tribune montre qu’il ne s’agit pas de classique soccer mais bien de football américain : les termes de punt, de linemen, de course de 30 yards et plus encore de touchdowns ne laissent aucune ambiguïté à ce propos. Or, s’il est bien sport qui résiste à la vulgate de la soi-disant fusion culturelle transatlantique, c’est bien le football américain.

Match de football au Base Camp n°1, Saint-Nazaire, 4 novembre 1917. National Archives at College Park : 111-SC-67130.
Match de football au Base Camp n°1, Saint-Nazaire, 4 novembre 1917. National Archives at College Park : 111-SC-67130.

A y regarder de plus près, on se rend d’ailleurs compte que ce numéro du Chicago Tribune est un efficace révélateur de cette coexistence athlétique qui n’est pas nécessairement, au contraire même, synonyme de rencontres franco-américaines. Dans cette même army edition du 19 février 1919 est publié le récit d’une grande réunion de boxe et de lutte organisée à Saint-Nazaire, au « Parc Athletic club »[4] : tous les combattants appartiennent à des unités du corps expéditionnaire ou de l’US Navy[5]. Malheureusement, l’article ne permet pas de savoir qui assiste à cette grande rencontre pugilistique. Il est toutefois intéressant de noter que l’édition nantaise du 19 février 1919 de L’Ouest-Eclair ne dit pas un mot de cet événement sportif, mais n’hésite pas à consacrer plusieurs lignes à « l’odieuse agression » dont est victime une femme de 23 ans. Si la nationalité de l’homme impliqué dans ce fait divers n’est pas formellement indiquée, celle-ci ne fait peu de doute puisque le quotidien catholique prend bien soin de préciser qu’il s’agit d’un « nègre »[6]. Une archive qui en définitive témoigne du racisme ordinaire de l’époque mais aussi de la tension croissante qui existe entre les Américains et la population civile en Bretagne[7].

L’army édition du Chicago Tribune datée du 19 février 1919 montre que les loisirs organisés pour les Doughboys le sont au sein même du corps expéditionnaire, comme si celui-ci vivait en quelque sorte en autarcie, replié sur lui-même. Qu’il s’agisse de tir à la carabine ou de basket-ball, les compétitions opposent systématiquement des soldats américains et la présence de spectateurs français n’est non seulement jamais mentionnée mais même pas suggérée. D’ailleurs, il est intéressant de noter que les comptes rendus de ces rencontres ne sont pas publiés dans la rubrique sportive, celle-ci ne concernant que des épreuves civiles – la Major League Baseball, la Long Island Athletic League – strictement américaines ou des équipes universitaires – Yale, Princeton… Loin d’être le vecteur sur lequel se forgent de fructueux échanges franco-américains, le sport apparaît ici comme le symbole d’une alliance en train de se déliter.


[1] The Chicago Tribune (Army edition), n°1, July 4, 1917.

[2] Pour de plus amples développements, on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale (1917-1919), Bruz, Editions CODEX, 2018, p. 139-164.

[3] « St. Nazaire Beats Marseille », The Chicago Tribune (Army edition), n°583, February 19, 1919, p. 2.

[4] Ce lieu n’a pas pu être identifié mais tout porte à croire qu’il se trouve à l’intérieur d’un des camps américains de Saint-Nazaire. J’en profite pour remercier l’historien M. Mahé pour ses précieux conseils.

[5] « Star Bout A Draw », The Chicago Tribune (Army edition), n°583, February 19, 1919, p. 2.

[6] « Odieuse agression », L’Ouest Eclair (Nantes), 20e année, n°7139, 19 février 1919, p. 3.

[7] Pour de plus amples développements on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale…, op. cit.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.