Acte d'engagement dans les Forces françaises libres (détail). Archives SD ONAC 22: dossier Yves Eouzan.

Le « réflexe patriotique » des 128 Français libres de l’île de Sein

L’histoire du ralliement de 128 Sénans dès la fin du mois de juin 1940 à la France libre est d’autant plus passionnante qu’elle est engoncée dans une chappe de gloire et d’héroïsme qui constitue un prisme éminemment déformant. Que l’on en juge par exemple par cette confession livrée au soir de sa vie par Charles de Gaulle à l’ancien chef du service de presse de l’Elysée, Pierre-Louis Blanc : « Qu’avais-je comme Français autour de moi ? Des Juifs lucides, une poignée d’aristocrates, tous les braves pêcheurs de l’île de Sein »[1]. Tous les braves pêcheurs de l’île de Sein ? Mais les hommes valides en âge de porter les armes ne sont-ils pas mobilisés depuis septembre 1939, tout particulièrement via l’inscription maritime ? Rappelons qu’à en croire les chiffres du recensement de 1936, l’île compte alors 1 328 habitants et qu’à notre connaissance la surreprésentation féminine n’y est démographiquement pas établie[2]. Il en est de même en ce qui concerne le « volontariat » de ces 128 Sénans.

                Mettre en perspective le volontariat

L’idée de « volontariat » est en effet particulièrement difficile à manier pour l’historien.Dans un article paru dans un volume collectif publié en 2012, j’ai montré combien la France libre constitue un terrain propice à une remise en perspective de cette notion. La Résistance extérieure se montre il est vrai très rapidement consciente de son héroïsme et cultive volontiers, et pour des raisons qui sont par ailleurs parfaitement compréhensibles, le goût de la rupture : rupture avec l’attentisme, avec Vichy, avec Pétain, avec la collaboration pour, en définitive, poursuivre le combat sous l’égide du général de Gaulle. Dès le départ, donc, le récit sert des intentions politiques. Si celles-ci sont par ailleurs parfaitement légitimes, il n’en demeure pas moins que ce qui en résulte ne relève pas de l’histoire mais bien de la mémoire, celle-ci étant l’outil politique du temps présent. Dans les décennies qui suivent la Seconde Guerre mondiale, et ce jusqu’au premier quart du XXIe siècle, la figure du général de Gaulle conserve un poids incomparable et constitue une pièce de choix au sein du répertoire d’actions commémoratives s’offrant aux gouvernants : c’est ce qui explique le grand nombre de récupérations politiques dont font l’objet l’homme du 18 juin et les Français libres. Pour autant, il n’en demeure pas moins que les sciences sociales permettent de mettre en perspective leur engagement : s’ils sont bien une rupture complète avec l’ordre légal instauré par Vichy et l’occupant, leurs parcours recèlent bien souvent des continuités de carrière et de trajectoire. Exposer cela n’est pas intenter à la mémoire de ces hommes, c’est juste rappeler avec les outils des sciences sociales qu’en histoire comme en bien d’autres domaines la génération spontanée n’existe pas[3].

Ar Zenith, sans lieu ni date. Association Ar Zenith.
Ar Zenith, sans lieu ni date. Association Ar Zenith.

Ces remarques s’appliquent également aux 128 Sénans qui quittent leur île à la fin du mois de juin 1940, affirmation qui appelle quelques précisions. En effet, il serait intéressant de déterminer dans quelle mesure l’engagement de ces hommes découle de ces logiques de carrière et de trajectoire afin de voir en quoi leur parcours s’insère, aussi, dans certaines formes de permanence. Il y a là, à n’en pas douter, un magnifique terrain pour le prosopographe sachant que les continuités jouent dans cette affaire un rôle d’autant plus fondamental que la chappe de gloire imposée par la mémoire impose trop souvent une perspective téléologique. Que l’on songe par exemple au parcours de Jean-Marie Menou, patron d’Ar Zenith rallié à 54 ans et ancien fusilier-marin ayant pris part en 1914 aux opérations de Dixmude : ne s’agit-il pas là, d’une certaine manière, de la perpétuation d’un habitus ?

Le ralliement de ces 128 Sénans au général de Gaulle, contrairement à ce que l’on a pu écrire pendant longtemps, ne va pas de soi. Dans numéro de la Revue historique des armées publié en 1970 on pouvait ainsi lire, sous la plume d’un certain « colonel Hervé » :

« On apprend avec une douloureuse stupeur la demande d’armistice puis on écoute, de Londres, l’appel du général de Gaulle qui incite les Français à poursuivre la lutte. Cet appel, les rudes îliens sont bien faits pour l’entendre : obstinés comme tous les Bretons, ils sont de longue date habitués à se mesurer avec les éléments déchaînés et à espérer parfois contre toute évidence. »[4]

Autrement dit, le caractère volontaire de l’engagement de ces 128 Sénans résiderait dans leur nature même de Breton. Un propos essentialisant qui, bien évidemment, n’est pas acceptable du point de vue des sciences sociales mais qui permet, à coup sûr, de distinguer le propos mémoriel, servant la plupart du temps des considérations politiques, du discours historien.

Trois petits enfants de l'île de Sein. Carte postale diffusée dans les années 1960. Collection particulière.
Trois petits enfants de l’île de Sein. Carte postale diffusée dans les années 1960. Collection particulière.

Certes, lorsqu’ils quittent leur île, les Sénans partent en Angleterre puis rejoignent le général de Gaulle. Mais il n’est alors qu’un homme, seul ou presque. La France libre, plus encore les Forces navales françaises libres et l’idée d’une Résistance extérieure n’ont alors aucun sens. Structurellement, la France libre ne voit d’ailleurs le jours que le 1er juillet 1940[5]. De là à penser qu’il s’agit, en juin 1940, plus d’un refus – et notamment d’une fuite face à la peur d’être fait prisonnier au moment où les Allemands arriveraient sur l’île – que d’un engagement, il n’y a qu’un pas qui, à rebours de la gloire mémorielle, semble assez aisé à franchir. En tout cas, il y a là assurément matière à discuter le pont dressé par l’historien J.-F. Muracciole entre la Première et la Seconde Guerre mondiale et les taux d’engagements volontaires que l’on observe à cette occasion[6] : les forts pourcentages relevés à l’échelle de la péninsule armoricaine en 1914-1918 correspondent moins à un patriotisme exacerbé – récolte des graines semées par les « hussards noirs » en particuliers et la IIIe République en général – que par le poids de l’inscription maritime. Autrement dit, derrière la posture patriotique, réside une savante stratégie d’évitement qui rappelle que les Bretons sont beaucoup moins désemparés devant le devoir militaire que ce que l’on veut trop souvent dire[7].

                Le poids de l’insularité

Il est toutefois une spécificité propre à l’épopée sénane qui est insuffisamment soulignée par l’historiographie, de toute manière peu présente sur ce terrain, alors qu’elle nous semble jouer un rôle absolument fondamental : c’est la dimension insulaire. En effet, sans pour autant aller jusqu’à parler de huis-clos ou recourir aux analyses de M. Foucaud et E. Goffman sur les milieux fermés, il apparait certain que la pression sociale inhérente à un tel environnement doit être prise en compte. Car si l’engagement est traditionnellement appréhendé par le prisme de l’individu, c’est bien collectivement, et sous le regard de la population insulaire, que la décision de partir est prise. Lui-même Compagnon de la Libération – il appareille de Brest le 18 juin 1940 sur le cuirassé ParisJacques Bauché explique en 1965 dans les colonnes de la Revue de la France libre que l’Appel fut entendu à Sein « de façon assez banale, comme on put l’entendre dans mille autres villages de France[8] ; mais ce qui fut extraordinaire, c’est que l’on commenta cet appel en public, autour du maire, du recteur, du médecin, de l’instituteur et du président des anciens combattants ». Et d’ajouter :

« Le Conseil des notables, ainsi que celui des anciens, décida qu’il fallait répondre à cet appel de façon la plus large possible. On fit la liste des bateaux capables d’affronter la traversée, on dressa le rôle des volontaires. »

Tout suggère dans ces quelques lignes une pression de la société insulaire – un monde où tout se sait et où tout le monde se connaît – sur ces individus qui, en définitive, semblent être moins volontaires que désignés pour le départ. D’ailleurs, l’historien C. Bougeard rappelle que les 128 sont au départ 136, et qu’on enregistre 7 retours sur l’île en septembre 1940[9]. Partir de Sein n’est donc pas nécessairement s’engager dans la France libre. Il y a là deux étapes différentes qu’il convient de bien distinguer sous peine d’écraser la chronologie et de céder au piège de la téléologie.

                Histoire culturelle VS sociale ?

Ce sont ces raisons qui nous poussent à ne pas voir dans l’engagement au sein des Forces françaises libres, et tout particulièrement en ce qui concerne l’île de Sein, « une sorte de réflexe patriotique dans le sillage du drame de la défaite »[10]. Notre propos n’est bien entendu pas d’affirmer que le contexte idéologique est sans incidence sur la conduite des acteurs. Chez certains individus, particulièrement au fait de la situation et clairvoyants, la haine du nazisme, des fascismes, de l’antisémitisme mais aussi un certain attachement à la République peuvent constituer des moteurs puissants. Pour autant, le paradigme du cercle des possibles forgé par le philosophe P.-L. Landsberg rappelle qu’il ne s’agît là que d’une infime minorité[11]. Dans la majorité des cas, le cadre idéologique est plutôt sclérosant : non seulement la défaite de 1940 est un événement à proprement parler aberrant, incompréhensible, mais l’aura du maréchal Pétain en fait, en juillet 1940, une figure rassurante, comme une sorte de « père de la Nation ». Ce sont donc d’autres facteurs qui doivent être mobilisés pour expliquer l’engagement des Français libres, tout particulièrement ceux de l’île de Sein.

C’est là qu’un détour par l’historiographie de la Première Guerre mondiale peut s’avérer fécond. En effet, les vifs débats sur l’endurance des poilus, entre « contrainte » et « consentement », ne sont ni plus ni moins que la classique dichotomie entre histoire culturelle et histoire sociale. Or, qu’on le veuille ou non, l’Homme est un individu à la fois culturel et social. Appréhender son adhésion renouvelée pendant plusieurs dizaines de mois au conflit impose donc de puiser aux deux sources. C’est pourquoi les mécanismes dits « d’auto-contrainte », qui rappellent la pression exercée par les groupes sociaux sur l’individu, sont aussi intéressants[12]. En d’autres termes, on pourra toujours considérer sous la forme d’un engagement volontaire à l’effort de guerre la conduite du poilu qui, à l’heure H, décide de son propre chef d’escalader le parapet de la tranchée et de se ruer à l’assaut des lignes ennemies. Il n’en demeure pas moins qu’avant de s’élancer sur le no man’s land, il est sous le regard de ses supérieurs hiérarchiques, sous-officiers et officiers de contact, mais aussi de ses pairs : les hommes du rang qui au sein de l’escouade forment le cœur de la « société combattante ». Un rappel qui semble de nature à singulièrement nuancer la libre volonté suggérée par les approches classiques, et décontextualisées, de l’engagement.

Le poids de la mémoire: la place du général de Gaulle sur l'île de Sein (sans date). Musée de Bretagne: 981.0024.345.
Le poids de la mémoire: la place du général de Gaulle sur l’île de Sein (sans date). Musée de Bretagne: 981.0024.345.

On voit tout ce qu’une telle grille de lecture a à apporter à notre compréhension de l’épopée française libre de ces 128 Sénans. Le départ de l’île en juin 1940 a sans doute beaucoup moins à voir avec un « réflexe patriotique » qu’avec une certaine forme de fuite encouragée par la société insulaire. Il n’est d’ailleurs pas anodin de constater que tous ces individus ne renvoient qu’à 27 patronymes différents : c’est donc non seulement entre îliens mais en famille qu’est prise la décision de partir. Autant d’éléments qui invitent à mettre en perspective le volontariat dont il est question ici.


[1] Broche, François, Caïtucoli, Georges et Muracciole, Jean-François, La France au combat de l’Appel du 18 juin à la victoire, Paris, Perrin, 2007, p. 48.

[2] Bougeard, Christian, « Eléments d’une approche de l’histoire de la France libre », in Harismendy, Patrick et Le Gall, Erwan (dir.), Pour une histoire de la France libre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 24. Pour une présentation détaillée consulter Richard, Louis, « Population et économie de l’île de Sein », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, n°60-1, 1953, p. 159-170.

[3] Le Gall, Erwan, « L’engagement des Français libres : une mise en perspective » in Harismendy, Patrick et Le Gall, Erwan (dir.), Pour une histoire de la France libre…, op. cit., p. 29-47.

[4] Hervé, Colonel, « L’île de Sein répond à l’appel », Revue historique des armées, n°3 (spécial), 1970, p. 131.

[5] Porte, Rémy, 1940. Vérités et légendes, Paris, Perrin, 2020, p. 257.

[6] Muracciole, Jean-François, Les Français libres. L’autre résistance, Paris, Tallandier, 2010, p. 84-87.

[7] Sur cette notion de « stratégie d’évitement » se reporter à Rousseau, Frédéric, « De l’élan patriotique aux stratégies d’évitement. Anatomie des engagements volontaires souscrits à Nîmes durant la Grande Guerre », in Heyries, Hubert et Muracciole, Jean-François, Le soldat volontaire en Europe au XXe siècle, de l’engagement politique à l’engagement professionnel, Montpellier, Presses Universitaires de la Méditerranée, 2007, p. 133- 167.  Cette notion est à rapprocher de celle de « refus de basse intensité » employée notamment par Offenstadt, Nicolas, « Rebelles et insoumis », in Cabanes, Bruno (dir.), Dodman, Thomas, Mazurel, Hervé et Tempest, Gene (coord.), Une histoire de la guerre du XIXe siècle à nos jours, Paris, Seuil, 2018, p. 358.

[8] Le prisme gaulliste est ici manifeste. On sait aujourd’hui que l’appel de Pétain du 17 juin est beaucoup plus entendu que celui de de Gaulle. Comme le rappelle justement Porte, Rémy, 1940…, op. cit., p. 253 : « Pour quelle raisons des Français pris dans le maelström de l’exode sur les routes de France écouteraient-ils la radio britannique ? Et de surcroît un général inconnu ? »

[9] Bougeard, Christian, « Eléments d’une approche de l’histoire de la France libre », in Harismendy, Patrick et Le Gall, Erwan (dir.), Pour une histoire de la France libre…, art. cit, p. 24.

[10] Muracciole, Jean-François, « Les Français livres : les modalités de l’engagement », in La France libre. Actes du colloque international des 15 et 16 juin 2004, Paris, Lavauzelle, 2005, p. 30.

[11] Landsberg, Paul-Louis, « Réflexions sur l’engagement personnel », Vingtième Siècle, Revue d’histoire, vol. 60, n° 1, 1998, p. 118-123.

[12] Lagadec, Yann, « Réinvestir l’expérience de guerre. Les Carnets du lieutenant Cocho (1914-1919) », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, n°118-1, 2011, p. 165-192


3 réflexions sur « Le « réflexe patriotique » des 128 Français libres de l’île de Sein »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.