Pour une culture de la guerre de 1940

L’ouvrage que l’historien, et officier d’active, R. Porte fait paraître aux éditions Perrin, dans la bien nommée collection « Vérités et légendes » dirigée par le journaliste féru d’histoire E. Hecht, est de ceux qu’il faut lire[1]. En effet, en ces temps de 80e anniversaire de l’année 1940, il paraît d’autant plus nécessaire de revenir sur cette « année terrible » que la geste commémorative n’est pas sans charrier son lot d’idioties : comme si les historiens ne travaillaient pas, comme s’il n’était pas utile de les lire et comme s’il était pertinent de toujours ressasser les mêmes sornettes[2]. Là est du reste la démarche de l’auteur : « corriger des affirmations cent fois répétées » et « revenir aux faits en intégrant les dernières avancées de la recherche, les archives officielles, les témoignages des acteurs, la presse du temps et les fonds privés » (p. 12-13), tout particulièrement ceux du Service historique de la Défense que R. Porte connait particulièrement bien.

Inutile de préserver le suspens, les objectifs que se fixe cet ouvrage sont parfaitement remplis. En 30 chapitres bien équilibrés, le lecteur dispose d’une heureuse série de mises au point sur tout un tas d’aspects relatifs à cette année 1940. Agréable à lire et ne sacrifiant rien au fond, le texte revient sur un certain nombre de mythes embrassant tant les questions militaires – ce qui n’étonnera nullement celles et ceux qui connaissent l’œuvre de R. Porte – que politiques. Prenons ainsi le cas du prétendu déficit de chars de l’armée française par rapport à la Wehrmacht : « la question n’est pas celle du nombre, mais celle des capacités techniques, de la doctrine et de l’emploi » (p. 92). Il en est également de même en ce qui concerne ce Front populaire qui aurait désarmé la France (p. 27-33), mais aussi la surprise de Sedan (p. 151-164) ou encore la rivalité entre les généraux Weygand et Gamelin (p. 195-205). A chaque fois le propos est clair, nuancé et complété par un appareil critique discret mais qui permet néanmoins de renvoyer à un certain nombre de travaux permettant d’approfondir tel ou tel point. Pour le dire autrement, il s’agit-là d’une belle et réussie démarche d’histoire publique.

                L’ombre portée de la Grande Guerre

Néanmoins, une fois la lecture de cet ouvrage achevée, on reste frappé par le poids de la Grande Guerre comme facteur permettant d’expliquer l’issue de la Campagne de France. Là n’est du reste pas un constat neuf et, à la fin des années 2000, le regretté P. Garraud – malheureusement absent de la bibliographie présente en fin de volume – évoque à ce propos « l’ombre portée de 1914-1918 dans les années 1930 »[3]. Plus que le poids du pacifisme dans cette France d’anciens combattants (p. 21), c’est le rapport même à la chose militaire et à l’idée de guerre qui ici est en jeu. Ainsi, la défiance de Léon Blum pour l’armée de métier vantée par Charles de Gaulle repose, fondamentalement, sur cette idée de citoyenneté en armes qui prévaut dans le premier quart du XXe siècle (p. 24).

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

En réalité, pour R. Porte, « l’armée française du début des années 1930 est l’ombre de celle, victorieuse, de 1918 » (p. 56). Ce constat résulte d’un double manquement, autant civil que militaire puisque « dès 1933, les présidents du Conseil et les commandants en chef ne préparent pas la prochaine guerre, celle qui va leur être imposée par Hitler, mais la précédente, la Première Guerre mondiale : un conflit long, exigeant un effort de formation et une montée en puissance progressive de la mobilisation industrielle et de l’outil militaire » (p. 57). C’est dans cette discordance des temps, qui ne doit pour autant pas tomber dans le piège du mythe de la « guerre-éclair » bien déconstruit par l’historien K.-H. Frieser[4], que réside la source de la défaite de 1940.

Ces constats, pour juste qu’ils soient, auraient sans doute mérité que l’analyse soit poussée un peu plus loin. On connaît l’heureuse propension de R. Porte à se dégager des débats historiographiques qui, pour être particulièrement stimulants, présentent aussi le défaut d’être parfois sclérosants à force de vaines polémiques. Or, en délaissant de manière évidente certains concepts ayant structuré le champ au cours des deux dernières décennies, le livre tend malheureusement à jeter le bébé avec l’eau du bain. Car, fondamentalement, toutes ces références à la séquence 1914-1918 ne posent-elles pas la question d’une culture de la Grande Guerre qui se prolongerait jusqu’en 1940 ? Là est en tout cas l’hypothèse défendue de manière convaincante par A. Bernard dans une thèse récemment défendue et qui, espérons-le, sera rapidement publiée[5]. Du point de vue des représentations, 40 serait moins un événement autonome qu’un ultime succédané de 14, grille de lecture qui présente toutefois le piège de sérieuses injonctions contradictoires en termes de chronologie. Car si les deux conflits ont, à l’évidence, beaucoup à voir entre eux, leurs natures idéologiques respectives invalident toute idée de « guerre de 30 ans »[6]. Pour le dire autrement, le dossier est loin d’être clos.

Lors de manœuvres en 1930.Carte postale-photo. Collection particulière.
Lors de manœuvres en 1930.Carte postale-photo. Collection particulière.

Plus encore, c’est sans doute le poids de la victoire de 1918, et la culture qui en résulte, qui doit être interrogé dans les années à venir. Car la discordance des temps que nous évoquions plus haut n’est pas que le fait de la France. La Grande-Bretagne aussi pense à la fin des années 1930 que « s’il doit y avoir un conflit, il sera prolongé, laissant le temps d’une montée en puissance de l’outil militaire » (p. 77). Cette approche transnationale de 1940 est d’autant plus féconde qu’elle montre bien combien la conférence de Doullens n’est, en définitive, qu’une parenthèse exceptionnelle. Tant en 1914 qu’en 1940, la conduite interalliée de la guerre laisse en effet largement à désirer (p. 77 notamment).

Une forte dimension bretonne

Les lecteurs intéressés par l’histoire de la péninsule armoricaine trouveront d’autant plus matière à satisfaction dans cet ouvrage que la Bretagne y est régulièrement présente. Tel est par exemple le cas de cette description, fort peu flatteuse, de la 3e compagnie du 13e bataillon de chars de combat, unité dont apprend que « le personnel est composé de Bretons du Morbihan en majorité » et de Vendée (p. 38), une géographique qui suggère un recrutement au sein de la 11e région militaire. Il en est de même à propos du 41e RI de Rennes, sévèrement décrit par le lieutenant-colonel Loichot qui la commande (p. 224) : « Pas d’allant dans la troupe et les cadres subalternes, hésitation de la part du commandement, les hommes ont toujours tendance à s’enivrer, les petits gradés ne réagissent pas suffisamment, fréquemment je suis obligé d’intervenir énergiquement, ce qui ne devrait pas être mon rôle ».

Mais c’est assurément à propos du « réduit breton » et tout particulièrement de l’action du général Robert Altmayer que la péninsule armoricaine est la plus présente dans ce volume (p. 236-239). Faisant bien la part des choses entre ce qui relève des moyens militaires et de la vision – pour ne pas dire plus – politique, R. Porte rouvre un dossier dont on se dit qu’il serait intéressant de le reprendre de fond en comble. Car si l’historien polonais L. Maliszewski parle à ce propos de « cul de sac », et non de « réduit »[7], on voit qu’il y a là une histoire complexe à écrire sur une multitude de modes : politique et militaire bien entendu mais également profondément transnational et ce, tant du point des acteurs (Britanniques et Allemands mais également Polonais) que des observateurs (quid des Américains par exemple ?).

A Rennes, l'entrée de l'hôtel de Corbin, haut-lieu de l'histoire du "réduit breton". Sous-secrétaire d'Etat à la Défense nationale et à la guerre, le général de Gaulle s'y rend deux fois, les 12 et 15 juin 1940. Cliché: Erwan Le Gall (6 juin 2020).
A Rennes, l’entrée de l’hôtel de Corbin, haut-lieu de l’histoire du « réduit breton ». Sous-secrétaire d’Etat à la Défense nationale et à la guerre, le général de Gaulle s’y rend deux fois, les 12 et 15 juin 1940. Cliché: Erwan Le Gall (6 juin 2020).

L’auteur, tout au long de ces pages, prend bien soin de varier les focales et les niveaux d’analyse. C’est ainsi qu’en se plaçant à l’échelle d’une unité, il montre parfaitement le chaos qui traverse l’armée française de 1940 : par exemple, entre le 13 mai et le 22 juin, la 2e division cuirassée connaît quinze changements de subordination. Un cas sans doute exceptionnel mais qui n’en est pas moins doublement intéressant : non seulement cette évocation concoure, plus que de longs développements, à l’efficacité pédagogique du livre mais rappelle combien les monographies d’unité, quand elles sont bien composées (p. 192), sont utiles à l’amélioration des connaissances.

Une historiographie en devenir

Reste que malgré toutes ses qualités, la belle synthèse produite par R. Porte pâtit de quelques lacunes historiographiques qui ne sont nullement imputables à l’auteur mais bien à l’état actuel des connaissances. Malgré de nombreuses variations d’échelles, certains points restent appréhendés de manière lointaine, faute de mieux. Tel est par exemple le cas de cette armée française des années 1920 qui souffre de graves coupes budgétaires (p. 27-28) : si la situation est globalement connue au niveau national, on ignore tout de la réalité de cette histoire aux échelles inférieures que sont les régions militaires ou les subdivisions. Pour le dire autrement, qui peut aujourd’hui dire avec précision comment se matérialise cette réduction de voilure dans un département comme les Côtes-du-Nord ? A notre connaissance, personne. Aussi, l’on peut insister à raison sur le caractère sclérosant de l’Instruction provisoire sur l’emploi tactique des grandes unités du 6 octobre 1921 (p. 108), il n’en demeure pas moins que l’on manque grandement d’enquêtes sur les manœuvres effectuées par ces mêmes grandes unités lors des années 1920 et 1930… Traduisent-elles fidèlement ces instructions ? Et comment sont-elles reçues par les acteurs et les observateurs ?

Carte postale-photo. Collection particulière.
Carte postale-photo. Collection particulière.

N’y aurait-il d’ailleurs pas une histoire à produire, sur le temps long, de la prise de décision au sein de l’armée française ? Car si R. Porte avance l’idée qu’en 1940 « ce qui fait défaut, côté français, n’est pas l’intelligence, mais la capacité à passer rapidement du concept à la réalisation, à transformer une analyse stratégique pertinente en ordres tactiques exécutables, à traduire en actions des réflexions judicieuses » (p. 112)[8], notre expérience des combats de l’année 1918 ne témoigne pas, de ce strict point de vue, d’un contraste fondamentalement flagrant. L’exemple du 47e RI reflète au contraire une réelle incapacité à gérer le mouvement, dimension à peu près égale en 1918 et en 1914 et d’autant plus remarquable que l’unité combat à peu près aux mêmes endroits lors des deux batailles de la Marne[9]. Dès lors, c’est bien le sens du 11 novembre 1918 qui reste à déterminer : s’agit-il véritablement d’une victoire du plus fort comme le suggère l’historien M. Goya où l’Armistice est-il avant tout le produit de l’effondrement du plus faible ?[10] Une meilleure connaissance de cette armée française des années 1920-1930, et de sa faculté à digérer les lauriers conquis lors de la Grande Guerre, devrait concourir à une singulière amélioration de nos connaissances sur ce sujet.

Ce manque de travaux « de terrain » est particulièrement criant lorsqu’il s’agit de mesurer le poids du parti communiste dans l’armée, non plus à l’échelle nationale mais dans les rangs, dans les cours des casernes et dans les chaînes de montage des arsenaux. R. porte en est d’ailleurs parfaitement conscient et rappelle que du fait « de l’absence d’études précises sur le sujet, il est impossible de déterminer l’ampleur du phénomène » (p. 71). C’est là du reste une réalité que nous soulignions il y a quelques années à propos des travaux de l’historien G. Vidal sur la figure de l’ennemi intérieur dans l’armée française de 1917 à 1939, enquête remarquable mais qui pâtissait de manques de sondages en province[11]. Et l’on mesure tout l’intérêt qu’il y aurait à décloisonner les historiographies et à fusionner ces approches politiques et militaires

Ecrire l’histoire de cette armée française des années 1920 et 1930, celle-là précisément qui subit la débâcle de 1940, est assurément une tâche de grande ampleur, non seulement du fait de la quantité d’archives qui restent à explorer mais aussi, et peut-être même surtout, par les paradoxes qui habitent ce terrain. Car le poids de la Grande Guerre lors de ces deux décennies n’est pas qu’un simple souvenir historique plus ou moins traumatisant, il est une véritable représentation déterminant les décisions prises lors de la période. C’est ainsi que la mémoire de 1914-1918 repose sur un mythe, la figure du poilu, qui occulte profondément le poids du moteur et de l’acier dans la Victoire : que serait en effet l’ancien combattant de Verdun sans la noria de la « Voie sacrée » si ce n’est un vaincu ? C’est bien cette représentation mentale qui explique le poids des vétérans des tranchées dans la France des années 1920-1930. Or le paradoxe est que c’est ce même pays qui érige la ligne Maginot, « formidable réalisation technique, dont certains équipements étonnent encore aujourd’hui par leur modernité » mais qui, d’après ce qu’avance R. Porte, « n’a pu être réalisée qu’au détriment de l’armée de campagne » (p. 46).  Or cette évolution n’est ni plus ni moins que celle du prix accordé à la vie humaine, les taux de pertes concédés entre 1914 et 1918 n’étant plus supportables dans les années suivantes. Ce qui, en d’autres termes, renvoie à l’idée de culture de guerre.

Soldat français, sans lieu ni date. Musée de Bretagne: 978.0026.19.
Soldat français, sans lieu ni date. Musée de Bretagne: 978.0026.19.

Le livre que R. Porte publie aux éditions Perrin contentera bien des lecteurs, des simples curieux désireux d’en savoir plus sur l’année 1940 aux spécialistes toujours en quête de nouveaux chantiers. Car c’est un fait, si cet ouvrage n’est pas parfait, cela est très largement dû à une historiographie par bien des égards lacunaires, ou tout du moins en cours de maturation. Tout juste regretterons-nous un prisme terrestre sans doute trop marqué : si les questions relatives à la culture de guerre intéressent largement fantassins, artilleurs, tankistes, pilotes, sapeurs et même cavaliers, elles concernent également les marins. Or le fait est que la Royale est singulièrement absente de ce volume.


[1] Porte, Rémy, 1940. Vérités et légendes, Paris, Perrin, 2020. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Sur l’idée d’année « terrible » se reporter à Caron, Jean-Claude et Ponsard, Nathalie (dir.), La France en guerre. Cinq « années terribles », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[3] Garraud, Philippe, « L’ombre portée de 1914-1918 dans les années 1930. La définition d’une conception différente de la guerre », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n°104, 2009-4, p. 17-27.

[4] Friser, Karl-Heinz, Le Mythe de la guerre-éclair. La campagne de l’Ouest de 1940, Paris, Belin, 2003.

[5] Bernard, Amaury, Une guerre en suspens, 26 août 1939 – 10 mai 1940. Quand les combattants allemands, britanniques et français attendent, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Becker, Annette, Nanterre, Université Paris Nanterre, 2019.

[6] Pour nourrir la réflexion on se reportera à « XXe siècle : d’une guerre à l’autre », En Jeu. Histoire et Mémoires vivantes, juin 2014, n°3.

[7] Maliszewski, Lech, « Juin 1940 : du sauvetage des soldats polonais pris au piège de l’immense cul-de-sac breton », in Bene, Krisztián et Ferenc, Dávid (dir.), La France, les Français en guerre(s) et l’Europe médiane aux XIXe et XXe siècles, Actes du colloque international d’histoire de l’Université de Pécs, 17 avril 2014, Talmont-Saint-Hilaire, Editions CODEX, 2015, p. 69-81.

[8] Il est à noter que R. Porte opte pour une formulation sensiblement plus prudente p. 161 : « Ce serait donc à l’esprit d’initiative et à la rapidité de la prise de décision du commandant de la division qu’il faudrait attribuer le succès allemand, situation que l’on retrouve rarement du côté français, où la bataille préparée et l’alignement du front constituent de véritables dogmes ».

[9] Le Gall, Erwan, Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, thèse de doctorat d’histoire sous la direction du professeur Capdevila, Luc, Rennes, Université Rennes 2, 2019.

[10] Goya, Michel, Les Vainqueurs. Comment la France a gagné la Grande Guerre, Paris, Tallandier, 2018.

[11] Vidal, Georges, L’Armée française et l’ennemi intérieur. 1917-1939, Enjeux stratégiques et culture politique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.


1 réflexion sur « Pour une culture de la guerre de 1940 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.