Couple de sonneurs du 73e RIT en couverture de L'Illustration du 3 juillet 1915 (détail). Musée de Bretagne: 983.0044.1.

Les binious du 73e RIT

Si le rôle effectif du colonel Paul-Prosper Vermeil de Conchard dans la création de la clique de binious du 48e RI au début des années 1900 reste encore nébuleux, le personnage essentiel de cette histoire semblant avoir été le capitaine Henri Miche de Melleray, l’implication du colonel Aymar Quengo de Tonquédec dans la mise en place, 15 ans plus tard, de celle du 73e RIT ne semble en revanche pas faire de doute. Publié en 1931 dans la revue An Oaled dirigée par Taldir Jaffrennou, le témoignage de Jacques Moreau de Bellaing est à cet égard particulièrement explicite : « Cette fanfare a été créée en Belgique en 1915 sous les auspices du Colonel de Tonquédec et les instruments ont été offerts à la suite de dons d’officiers ou de veuves d’officiers du régiment de la 87e division »[1].

                De Fachoda à Guingamp

Malgré ce que pourraient suggérer ses origines aristocratiques, Aymar Quengo de Tonquédec n’est pas un officier sorti de la « Grande porte », l’Ecole spéciale militaire d’infanterie. Engagé volontaire le 26 novembre 1886 au 2e régiment d’infanterie de marine, ce natif de Glénac, dans le Morbihan, est un officier colonial passé par Saint-Maixent[2]. Son titre de gloire est probablement de porter secours, à la toute fin du XIXe siècle, à la célèbre mission Marchand empêtrée dans la retentissante affaire de Fachoda. C’est ainsi qu’alors que simple lieutenant, il a le droit, dès l’hiver 1900, aux honneurs de la presse. L’Ouest-Eclair, dresse ainsi, en première page, le portrait de cet « officier breton » et rappelle qu’il est issu « d’une très vieille famille de Bretagne »[3].

Publié en 1942, cet album destiné à la jeunesse est moins un témoignage de la survivance du souvenir de Fachoda qu'une illustration de la propagande anglophobe développée par Vichy. Collection particulière.
Publié en 1942, cet album destiné à la jeunesse est moins un témoignage de la survivance du souvenir de Fachoda qu’une illustration de la propagande anglophobe développée par Vichy. Collection particulière.

Non seulement Aymar Quengo de Tonquédec devient rapidement célèbre mais il constitue un véritable symbole idéologique pour cette République porteuse de la civilisation coloniale, ce que l’historien V. Joly qualifie « d’impérialisme populaire »[4]. En témoigne par exemple cet article publié le 20 mars 1900 par L’Ouest-Eclair et tiré de la plume « d’un correspondant particulier » :

« Tous les patriotes ont applaudi à la nomination au grade de Chevalier de la Légion d’honneur du lieutenant de Tonquédec qui a ramené en France l’arrière-garde de la mission Marchand. […]

Par une coïncidence heureuse les noms de Marchand et de Tonquédec, l’un simple enfant du peuple, l’autre descendant des anciens preux, sont réunis dans un même souvenir pour l’honneur et la défense de la Patrie. »[5]

Mais il convient de ne pas se méprendre sur l’aura qui pourrait entourer à la veille de la Grande Guerre Aymar Quengo de Tonquédec. En effet, :

« L’affaire de Fachoda n’avait pas ému durablement une opinion publique qui, dans l’ensemble est peu sensible aux aventures outre-mer. Pour les Français, la menace est sur la Moselle pas sur le Nil. »[6]

Pour autant, il n’y a rien ici qui, a priori, ne prédispose à la création d’une troupe de binious. Mais ce profil de colonial n’est pas inintéressant. On sait en effet que, d’après le témoignage de Jean Choleau publié dans ce même numéro d’An Oaled, le groupe de sonneurs du 270e RI est « l’objet de toute la sollicitude » du colonel Maurice Vermot, lui aussi colonial. Faut-il donc voir dans cette appétence particulière pour la musique bretonne un trait caractéristique des troupes coloniales ? On remarquera également que ces deux officiers sont bretons, et même morbihannais, puisque respectivement nés à Glénac – on l’a dit – et Hennebont. De surcroît, le fait est qu’Aymar Quengo de Tonquédec débute la guerre en tant que commandant de l’unité de transport du 76e RIT, unité dont la garnison se trouve à Vitré, là où se situe donc celle du 270e RIT[7]. De là formuler l’hypothèse d’un climat culturel bien spécifique à la caserne de la Trémoille, il n’y a qu’un pas qui ne demande qu’à être franchi… et testé. En effet, si cette idée devait se vérifier, alors on serait en présence d’un intéressant transfert horizontal, initiative importée d’une unité à une autre à l’occasion d’un changement d’affectation. Blessé le 30 octobre 1914 au mollet gauche par un shrapnell, Aymar Quengo de Tonquédec prend après un bref passage à la tête d’un des bataillons du 74e RIT de Saint-Brieuc, le commandement, le 28 avril 1915, du 76e RIT et y amènerait les recettes qu’il a vu fonctionner à Vitré[8].

La caserne de la Trémoille à Vitré, carte postale. Musée de Bretagne: 973.0048.112.
La caserne de la Trémoille à Vitré, carte postale. Musée de Bretagne: 973.0048.112.

Cette idée d’un transfert horizontal est à dire vrai riche de nombreuses perspectives. Ainsi, il convient de se rappeler que la 87e DIT à laquelle appartient le 73e DIT est projetée en Flandres belges dès l’automne 1914 et, à ce titre, côtoie de nombreux régiments du corps expéditionnaire britannique dont on sait qu’un certain nombre sont dotés de pipe bands. Peut-être ont-ils, comme par capillarité, réactivé le souvenir de la clique de binious du 48e RI fondée à l’aube du XXe siècle ? Alors qu’il porte l’uniforme du 79e RIT de Granville, unité faisant partie de la 87e DIT et combattant donc dans le même secteur que le 73e RIT, le docteur Nel écrit en septembre 1915, alors qu’il se trouve dans les environs de Boesinghe : « On entend dans le boyau fredonner Tipperary, la chanson du jour »[9]. C’est donc aussi vers une histoire de la circulation des pratiques culturelles que pourrait conduire une étude approfondie de cette formation musicale.

                D’une clique à une autre ?

Ce qui est en revanche certain, c’est que la genèse de cette clique de binious intervient dans un contexte mouvant pour l’unité, les rangs ayant été profondément marqués par les pertes engendrées par les lourds combats menés en Belgique, ce qu’atteste d’ailleurs parfaitement l’historique officiel du 73e RIT. Le colonel Aymar Quengo de Tonquédec prend en effet la tête du régiment au moment où celui-ci reçoit, le 7 juin 1915, un renfort de 14 officiers, 942 sous-officiers, caporaux et soldats en provenance du 30e RIT[10] :

« Ce sont, pour la plupart, des Beaucerons encadrés par de nombreux Parisiens […]. Cet afflux modifiait quelque peu le caractère exclusivement breton que le 73e avait conservé jusqu’alors. D’ailleurs, ces éléments divers ne tardèrent pas à se fondre, des échanges furent faits entre les bataillons.

Le colonel de Tonquédec tenait beaucoup à cette bote bretonne, et en ce sens, il créa une équipe de binious dont le célèbre dessinateur Scott donna un aperçu dans l’Illustration. Il créait aussi une fanfare, sous la direction de l’adjudant-chef Thépault. Pour distraire les hommes, on organisait des jeux, luttes bretonnes, courses, etc…. et trois semaine à peine après être sorti de la fournaise le 73e s’offrait le luxe d’une séance théâtrale organisée par le sous-lieutenant Pasquier. Les éléments ne manquaient point. Le sous-lieutenant Lenoir écrivait une revue ‘Quand Même’ ; l’adjudant Carpentier de la Motte dessinait, peignait ; le sergent Dumas, ancien prix de Rome, apportait le concours de son talent de violoncelliste. »[11]

Dès lors, se dévoile la fonction assignée à la clique de binious du 73e RIT : raffermir le moral des troupes et consolider l’esprit de corps d’une unité devant faire face à un large renouvellement de ses rangs. Celui-ci est d’ailleurs confirmée par les données de la base des morts pour la France indexée dans le cadre du défi collaboratif 1 Jour 1 Poilu. 83, 4% des 695 morts pour la France de l’unité jusqu’au 6 juin 1915 dépendent du bureau de recrutement de Guingamp, proportion qui s’élève à 92% si l’on considère l’ensemble des bureaux de recrutement de la 10e région militaire. Mais lorsqu’on envisage les morts pour la France de ce même 73e RIT après le 6 juin 1915, les chiffres expriment une toute autre réalité : le bureau de recrutement de Guingamp ne compte plus que pour 43,25% des morts pour la France et les bureaux de recrutement de la 10e région pour 51, 75%. Dans cette seconde cohorte, on recense 40 titulaires de la mention « mort pour la France » dépendant du bureau de recrutement de Chartres.

Recrutement des morts pour la France du 73e RIT décédés avant et après le 6 juin 1915. Données Mémoire des hommes.
Recrutement des morts pour la France du 73e RIT décédés avant et après le 6 juin 1915. Données Mémoire des hommes.

Il n’en faudrait pas plus pour postuler l’idée d’un passage de témoins entre la clique du 48e RI, celle du début du siècle, et celle du 73e RIT, une quinzaine d’années plus tard. Celui-ci ne serait d’ailleurs que pour une très large part une illusion, les acteurs étant en définitive les mêmes. C’est ce qu’avance Taldir Jaffrennou en 1931 en écrivant : « Et en 1914, les Actives de 1900 étant revenus comme Territoriaux former les 73e et 74e Régiments, on sortit les binious des armoires »[12]. Cette dernière assertion fait vivement réagir Jacques Moreau de Bellaing en affirmant, toujours dans les colonnes d’An Oaled et en réponse au barde Taldir, que « les binious du 73e n’ont jamais appartenu au 48e », autrement dit que cette fanfare née en Belgique est une création ex-nihilo.

Si la chose semble donc entendue du point de vue des instruments, l’idée mériterait néanmoins d’être testée en ce qui concerne ceux qui les utilisent. Or, là encore, les relevés disponibles via l’indexation collaborative opérée sur Mémoire des hommes montre qu’il s’agit-là d’un cas de figure parfaitement envisageable. C’est ce que montre, à titre d’exemple, le parcours de François Le Caër, un cultivateur de Ploubezre effectuant son service militaire au 48e RI entre le 14 novembre 1900 et le 14 juillet 1901, c’est-à-dire pendant qu’est constituée la clique de binious de cette unité, puis mobilisé au 73e RIT[13]. Mais de telles trajectoires ne sont pas automatiques. En considérant les morts pour la France du 73e RIT décédés après le 6 juin 1915 et nés en 1879, donc appelés à faire le service militaire au 48e RI entre 1900 et 1902, on observe qu’un certain nombre d’individus passent par les équipages de la flotte, voire le service auxiliaire ou encore d’autres régiments d’infanterie comme les 2e, 41e et 119e RI. Sur une cohorte de 22 individus de la classe de recrutement 1899 morts pour la France sous l’uniforme du 73e RIT, le passage par le 48e RI pour le service militaire ne concerne que 8 cas, soit une proportion de l’ordre d’un tiers. Parmi ces conscrits, aucun musicien-brancardier n’a pu être identifié. Autrement dit, ces chiffres n’invalident pas le modèle formulé par Taldir Jaffrennou mais le fragilise néanmoins, le passage du 48e RI au 73e RIT n’ayant pas le caractère d’automaticité avancé par le barde.

                Fonctions de la clique

Cette fonction de raffermissement de l’esprit de corps assigné à la clique de binious appelle deux remarques. La première consiste à souligner le levier efficace que semble constituer dans ce cadre la fibre bretonne : la musique mais aussi la lutte, dont on sait qu’elle est alors en pleine réinvention[14]. Il s’agit de réaffirmer le lien de la petite patrie à la grande en tissant un pont entre le front et la garnison d’origine, à savoir Guingamp. Le phénomène n’est pas unique et l’historien Y. Lagadec a bien montré, à propos de la littérature, combien le conflit conduit à une « espèce de réinvestissement de la bretonnité »[15]. La seconde remarque qu’appelle la fonction assignée à la clique de binious du 73e RIT consiste à remarquer que celle-ci s’intègre dans une proposition culturelle large, allant de la musique au sport en passant par le théâtre, mais qui ne puise pas nécessairement dans le répertoire breton : le violoncelle du sergent Dumas, ancien prix de Rome, en témoigne. Il ne s’agit du reste pas d’une spécificité de la Grande Guerre puisqu’on observe la même chose au sein du 48e RI, au début des années 1900, quand est formée sous l’impulsion du capitaine Miche de Melleray la clique de binious : celle-ci vient indéniablement enrichir l’offre musicale du régiment, elle ne la résume en revanche pas.

Groupe de soldats-musiciens, sans lieu ni date. Musée de Bretagne: 997.0044.66.
Groupe de soldats-musiciens, sans lieu ni date. Musée de Bretagne: 997.0044.66.

C’est là qu’on en revient au propos de Jacques Moreau de Bellaing affirmant que les instruments de la clique « ont été offerts à la suite de dons d’officiers ou de veuves d’officiers du régiment de la 87e division »[16]. Car outre un certain paternalisme – les officiers prenant soin des loisirs de la troupe – cette démarche a aussi pour fonction de resserrer les liens entre la petite patrie d’origine – les veuves – et les combattants du front. De là à suggérer l’idée qu’il s’agirait d’une manœuvre verticale, tentative d’introduction dans les classes populaires, symbolisées par le rang, d’un instrument de musique traditionnel par quelques officiers nobles férus de bretonnité… il y a là une hypothèse qui mériterait d’être plus sérieusement testée. Pour le dire autrement, les binious des régiments de Guingamp ont encore beaucoup à nous dire.


[1] De Bellaing [Jacques Moreau], « Les Binious militaires pendant la guerre », An Oaled. Le Foyer breton, 5e année, tome 7, n°38, 4e trimestre 1931, p. 314-316.

[2] Arch. nat. : LH 19800035/1234/42383 ; Arch. dép. Morbihan : r_1234.1352.

[3] « Un officier breton », L’Ouest-Eclair, 2e année, n°204, 24 février 1900, p. 1.

[4] Joly, Vincent, Guerres d’Afrique. 130 ans de guerres coloniales. L’expérience française, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 163.

[5] « Le lieutenant de Tonquédec », L’Ouest-Eclair, 2e année, n°228, 20 mars 1900, p. 1.

[6] Joly, Vincent, Guerres d’Afrique…, op. cit., p. 111.

[7] SHD-DAT : 26 N 790/12, JMO 76e RIT, 8 août 1914.

[8] SHD-DAT : 26 N 790/12, JMO 76e RIT, 30 octobre 1914 et 26 N 789/13, JMO 76e RIT, 28 avril 1915. Anonyme, Historique sommaire du 73e régiment d’infanterie territoriale, août 1914 – avril 1917, Rennes, Imprimeries Oberthür, 1920, p. 19, le décrit ainsi au moment de son arrivée au régiment, au printemps 1915 : « Petit, trapu, le colonel de Quengo de Tonquédec cache sous son képi de colonial un front large, obstiné. D’abord facile, d’esprit vif, son regard dénote une intelligence peu commune, de ses lèvres minces s’échappe le mot juste, spirituel. Ses manières relèvent le gentilhomme de vieille noblesse bretonne. Il aime les Bretons et il veut que le 73e maintienne sa réputation, la dépasse au besoin. »

[9] Nel, docteur Raoul, Boesinghe ou les combats de la 87e division territoriale sur l’Yser, Rennes, Imprimerie bretonne, 1922, p. 291. Affecté au 73e RIT au printemps 1916, ce médecin ne dit rien dans ses souvenirs de la clique de binious du régiment.

[10] Celui-ci est confirmé par SHD-DAT : 26 N 789/13, JMO 73e RIT, 7 juin 1915.

[11] Anonyme, Historique sommaire du 73e régiment d’infanterie territoriale…, op. cit., p. 19-20.

[12] Jaffrennou, Taldir, « Les binious militaires », An Oaled. Le Foyer breton, 5e année, Tome 7, n°37, 3e trimestre 1931, p. 233-234.

[13] Arch. dép. CdA : 1 R 1124.1920.

[14] Epron, Aurélie, Histoire du gouren (XIXe-XXe siècles) : l’invention de la lutte bretonne, thèse de doctorat en STAPS sous la direction de Robene, Luc, Rennes, Université Rennes 2, 2008.

[15] Lagadec, Yann, « Littérature(s), identité(s) régionale(s) et Grande Guerre en Bretagne », Siècles, n° 39-40, 2014, en ligne [https://journals.openedition.org/siecles/2723 ǀ page consultée le 26 mai 2020]

[16] De Bellaing [Jacques Moreau], « Les Binious militaires pendant la guerre », An Oaled. Le Foyer breton, 5e année, tome 7, n°38, 4e trimestre 1931, p. 314-316.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.