Couverture du numéro du magazine Elle daté du 6 janvier 1948 (détail). Gallica / Bibliothèque nationale de France.

Quand Elle aide les victimes des camps nazis

Quoi de plus frivole que la presse féminine ? Pas grand-chose sans doute à regarder les colorées pages du magazine Elle. Le numéro du 6 janvier 1948 de ce célèbre journal s’ouvre ainsi sur « les belles de Paris », succession de mannequins célèbres, d’épouses de hauts fonctionnaires et de diplomates ou encore de têtes couronnées. Toutes rivalisent de toilettes plus luxueuses les unes que les autres et l’effet sur les lectrices de province doit être, à n’en pas douter, saisissant. Pour autant, rien ne serait plus faux que de cantonner ces journaux féminins à une succession de photographies où le glamour n’a d’égal que l’élégance. Travaillant sur le poids de la Première Guerre mondiale, l’historienne Dominique Fouchard a ainsi montré combien le courrier des lectrices de ces publications permettent d’accéder à des objets historiques du plus grand intérêt mais très rarement évoqués dans les archives : ainsi des retrouvailles des corps après des années passées dans les tranchées ou des nuits peuplées de cauchemars des poilus revenus certes victorieux mais traumatisés des champs de bataille[1]. Subrepticement donc, comme par effraction, la presse féminine dévoile l’atmosphère des sociétés d’alors et, loin du sex-appeal des magnifiques mannequins, permet d’entrevoir certaines réalités difficiles. L’historien D. Kalifa a d’ailleurs bien souligné cette propension à propos des faits divers[2]. Aussi n’y a-t-il rien d’étonnant, en fin de compte, à ce que l’impossible retour des camps nazis face irruption dans ces pages.

                Accéder à un interminable deuil

C’est ce que rappelle un courrier adressé au magazine Elle par une certaine « Mme L. à Anthony » et publié dans l’édition du 6 janvier 1948 :

« Depuis cinq ans, je suis sans nouvelles de mon mari déporté en Allemagne. De nombreux camarades m’ont affirmé qu’il était mort là-bas. Que dois-je faire pour régulariser ma situation ? Beaucoup de femmes sont dans le même cas. »[3]

Cette question constitue un magnifique, et poignant, objet d’analyse pour l’historien. En effet, ce courrier de lectrice montre que la Seconde Guerre mondiale est loin de s’achever, en Europe, en mai 1945 par la capitulation sans condition des derniers dignitaires du Troisième Reich. Le deuil des familles de victimes est d’autant plus difficile, d’autant plus lourd à endurer, que l’incertitude plane encore. Ajoutons du reste qu’il ne s’agit pas d’un cas unique, ce que rappelle d’ailleurs « Mme L. » : « beaucoup de femmes sont dans le même cas ». C’est d’ailleurs probablement cette réalité qui conduit Elle à publier ce courrier : la réponse apportée par le magazine sera donc en mesure de rencontrer un large lectorat, dimension qui n’est peut-être pas anodine en termes de diffusion. Toujours est-il que 1948 ne marque pas la fin du calvaire pour ces familles séparée, parfois à jamais, par la Seconde Guerre mondiale. 10 ans plus tard, en 1958, année du retour au pouvoir du Général de Gaulle, la question des personnes déplacées n’est toujours pas réglée et, le 4 mars, Ouest-France s’émeut du sort réservé à un jeune ukrainien de 7 ans : grâce à la générosité d’un auditeur de Radio-Luxembourg, le petit Manfred Punkiw peut quitter pendant 4 mois le camp autrichien où il est réfugié pour découvrir Bannalec, dans le Finistère[4].

Dans la rade de Brest, dans les années 1950: au premier plan, des baraquements de reconstruction. Carte postale. Musée de Bretagne : 975.0051.34.
Dans la rade de Brest, dans les années 1950 : au premier plan, des baraquements de reconstruction. Carte postale. Musée de Bretagne : 975.0051.34.

Là est un point sur lequel il faut insister tant il invite à bouleverser les frontières chronologiques mais également géographiques. Depuis plusieurs années, les travaux sur les sorties de guerre mais également les questions mémorielles invitent à renouveler les chronologies des conflits, en passant en quelque sorte d’une datation diplomatique, faite de déclarations de guerre et d’armistices ou de capitulations sans conditions, à des calendriers ressentis, éprouvés. En Bretagne et en ce qui concerne la Seconde Guerre mondiale, dans des villes comme Brest, Lorient ou Saint-Nazaire, cette dimension est essentielle tant, à l’évidence, la reconstruction vient prolonger le conflit. Il en est de même pour les familles éprouvées par le sort d’un proche envoyé dans les camps nazis : qu’il soit revenu ou non, l’épreuve est un traumatisme et laisse des séquelles avec lesquelles il faut vivre. C’est bien pour cela que le courrier publié par Elle ne peut pas être réduit à une source « parisienne » : à l’évidence, cette lettre « parle » aussi dans la péninsule armoricaine.

                Le déporté « L. »

Il n’est malheureusement pas possible d’identifier le mari de « Mme L. ». L’emploi d’une seule initiale garantit certes l’anonymat de la correspondante, mais empêche le travail de l’historien… Ce faisant, se dévoile néanmoins une caractéristique essentielle de l’hydre concentrationnaire nazie : son gigantisme. Ce sont en effet des millions de vies qui sont englouties pendant la Seconde Guerre mondiale dans cette nébuleuse de camps.

Il n’est d’ailleurs pas certain que Mr. « L. » soit un déporté « concentrationnaire », déporté par mesure de répression – pour ce qu’il a fait, comme un acte de Résistance – ou de persécution – c’est-à-dire pour ce qu’il était, un juif par exemple. En effet, le terme de « déporté » n’a alors pas la signification qu’il a aujourd’hui et s’applique alors encore aux requis du travail forcé en Allemagne, plus connus sous l’acronyme « STO ». C’est là la longue « bataille des statuts » identifiée notamment par l’historien O. Wieviorka : si la reconnaissance par l’Etat des requis du travail forcé intervient avec la loi du 15 mai 1951, c’est le 23 mai 1979 que la Cour de cassation retire aux « STO » le terme de « déporté » du travail[5].

Certificat de travail établi au nom de Nicolas Albert travaillant pour la firme W.Keufer (Soissons), sorti le 7 juin 1943 et requis à cette date pour travailler en Allemagne. Musée de Bretagne : 990.0032.465.
Certificat de travail établi au nom de Nicolas Albert travaillant pour la firme W.Keufer (Soissons), sorti le 7 juin 1943 et requis à cette date pour travailler en Allemagne. Musée de Bretagne : 990.0032.465.

Or certains passages de la lettre que « Mme L. » adresse au magazine Elle nous invitent à penser qu’elle est, selon toute vraisemblance, la veuve d’une victime du STO. Celui-ci est en effet instauré par la loi du 16 février 1943, ce qui correspond au peu d’éléments qui sont portés à notre connaissance. Ajoutons du reste que la répression nazie en France en 1943 s’incarne plus par le peloton d’exécution que par la déportation en Allemagne[6]. Enfin, « Mme L. » affirme que « de nombreux camarades [lui] ont affirmé qu’il était mort là-bas », ce qui semble suggérer qu’elle a pu s’entretenir avec des survivants partis en Allemagne en même temps que son mari. Quand on connaît les taux de mortalité au sein du système concentrationnaire nazi, on en arrive à penser que Monsieur « L. » est selon toute vraisemblance victime du travail obligatoire.

                La réponse de Elle

Ces considérations n’empêchent pas le magazine Elle de répondre à leur lectrice :

« Un imprimé est à la disposition des familles dans chacune des Directions départementales du Ministère des Anciens combattants et Victimes de la guerre (pour la Seine, 105, rue Réaumur, à Paris). Cette formule, remplie et accompagnée de tous renseignements et témoignages concernant le sort du disparu, ainsi que les pièces d’état civil le concernant : acte de naissance, acte de mariage, etc… doit être remise au Ministère des Pensions, bureau de l’état civil des déportés. Sur le vu de cette demande et de la documentation existant au ministère, un acte de décès est dressé, si des preuves de décès figurent au dossier. A défaut de telles preuves, un acte de disparition est établi, et la famille qui désire obtenir un acte de décès doit alors adresser une requête au Procureur de la République pour obtenir un jugement déclaratif de décès. »

On le voit, le propos est d’une neutralité toute administrative et se borne à une description des démarches à entreprendre, notamment auprès de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre. Pourtant, cette relative sécheresse est riche d’enseignements. Elle montre d’abord combien peuvent être désemparées les personnes qui, si elles ne sont pas dotées de capitaux sociaux-culturels suffisants, sont bien en peine de faire valoir leurs droits. C’est d’ailleurs là une des spécificités des mesures mises en place en France envers les anciens combattants et victimes de guerre : c’est en effet aux intéressés eux-mêmes de se signaler auprès des services compétents. C’est du reste bien parce qu’il n’y a aucun caractère d’automaticité dans la prise en charge des veuves de guerre que « Mme L. » passe au travers des mailles – distendues – du filet de la reconnaissance mise en œuvre par l’Etat.

Certes, on pourra objecter que les associations d’anciens combattants sont, en théorie, là pour faire l’interface avec l’administration. Mais le fait est que le primat du masculin est tel dans ces institutions que la question des veuves de guerre passe alors bien souvent au second plan, quand ce n’est pas au troisième voire plus encore. Ce n’est que plus tard, avec le vieillissement des effectifs des associations conjugué à une traditionnelle surmortalité masculine que ces préoccupations viendront au premier plan.

Carte postale publiée en 1948 par la Fédération nationale des déportés du travail. Les femmes sont clairement absentes du discours de cette association. Collection particulière.
Carte postale publiée en 1948 par la Fédération nationale des déportés du travail. Les femmes sont clairement absentes du discours de cette association. Collection particulière.

N’occupant que quelques lignes dans une publication richement illustrée, et en couleur, ce courrier dit en réalité la fonction de la presse féminine : diffuser une image de beauté, de glamour, pour faire rêver et échapper au quotidien. En réalité, cette archive fonctionne pour l’historien à la manière d’une « anti-source » : alors qu’Elle diffuse à première vue une image de légèreté, de superficialité, le courrier de « Mme L. » dit au contraire le poids du deuil de la Seconde Guerre mondiale.


[1] Fouchard, Dominique, Le poids de la guerre. Les poilus et leur famille après 1918, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

[2] Kalifa, Dominique, « Faits divers en guerre (1870-1914) », Romantisme, n°97, 1997, p. 89-102.

[3] « Courrier social et juridique », Elle, 6 janvier 1948, p. 22.

[4] Cité in Le Gall, Erwan, « Une nouvelle génération du feu ? Le présent algérien face aux mémoires des deux guerres mondiales »,in Le Gall, Erwan et Prigent, François (dir.), C’était 1958 en Bretagne. Pour une histoire locale de la France, Rennes, Editions Goater, 2018, p. 360.

[5] Wieviorka, Olivier, La Mémoire désunie. Le souvenir politique des années sombres, de la Libération à nos jours, Paris, Seuil, 2010, p. 90-92.

[6] Pour de plus amples développements Besse, Jean-Pierre et Pouty, Thomas, Les Fusillés. Répression et exécutions pendant l’occupation (1940-1944), Paris, Editions de l’Atelier, 2006,


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.