Exercice d'entraînement des sapeurs-pompiers de Paris: sauvetage d'un homme tombé dans un puits asphyxiant. Carte postale (détail). Collection particulière.

Pompiers rennais en Grande Guerre

L’historiographie est assurément un bon reflet du temps qui la produit. C’est bien pour cela, du reste, que toute écriture de l’histoire est nécessairement contemporaine. Ainsi, la multiplication des travaux portant sur les forces de l’ordre et sur les logiques de répression n’est-elle pas avant tout l’écho de notre obsession pour la sécurité ? Autrement dit, dans quelle mesure l’essor que connaissent actuellement les « études gendarmiques » n’est-il pas imputable à l’instauration, sous la présidence de François Hollande, de l’état d’urgence ? C’est là un vaste débat, et que nous n’entendons nullement mener ici sauf à souligner que l’intérêt historiographique pour les forces de police et de gendarmerie se double d’un mouvement strictement inverse, le désamour dont font l’objet les pompiers. Car si l’on fait exception de la thèse en cours de C. Tropeau, travail effectué à l’Université de Bretagne-Sud sous la direction de F. Ploux et qui ne concerne qu’à la marge les soldats du feu[1], force est de déplorer la rareté des enquêtes portant sur cette institution pour le moins essentielle.

Ajoutons d’ailleurs que le champ de la Première Guerre mondiale, y compris à l’échelle de la Bretagne, ne fait nullement exception à cet état de fait. Ainsi, on a pu apprécier récemment un article de J.-F. Tanguy, ancien maître de conférences à l’Université Rennes 2, se rapportant au maintien de l’ordre en Ille-et-Vilaine, propos publié dans un ambitieux ouvrage d’actes adoptant une perspective résolument transnationale[2]. Il est vrai que les sources judiciaires sont un véritable classique du répertoire d’action de l’historien et qu’il n’est dès lors, du fait de la profusion d’archives, pas totalement absurde de s’intéresser aux entités qui contribuent à les produire. Pour autant, comment expliquer un tel désamour pour les pompiers ? A notre connaissance, en effet, le seul article portant sur les soldats du feu dans ce même département d’Ille-et-Vilaine pendant la Grande Guerre est à mettre au compte de R. Fillaut[3]. Nous y reviendrons d’ailleurs dans les lignes qui suivent.

Carte postale. Musée de Bretagne: 2017.0000.3585.
Carte postale. Musée de Bretagne: 2017.0000.3585.

C’est avec ces éléments en tête qu’on se plonge avec délectation dans le récit que publie L’Ouest-Eclair dans son édition du 27 décembre 1916, propos se rapportant à un sinistre s’étant déclaré la veille en plein centre du chef-lieu de la 10e région militaire, dans la boulangerie David située au 13, rue Vasselot[4]. Ajoutons que, pour qui connait Rennes, cet article s’insère dans une longue et douloureuse histoire. Depuis 1720 jusqu’au sinistre qui dévaste en février 1994 le parlement de Bretagne, le chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine est en effet marqué par de nombreux incendies : l’hôtel de ville en novembre 1920, la caserne Saint-Georges en août 1921 ou encore, dix ans plus tard, le cinéma Omnia-Pathé de la place du Carthage. En février 1906, Rennes a même les honneurs de la presse nationale à la suite de l’embrasement d’un « asile de vieillards » situé en périphérie de ville, drame conduisant à la mort d’au moins 10 individus.

On aurait tort de ne prêter qu’un œil discret à ces sinistres, trop éloignés du front et, pour tout dire, anecdotiques en comparaison de l’horreur des tranchées. D. Kalifa a bien montré combien le fait divers peut être une source précieuse pour l’historien et le récit de cet incendie dans les colonnes de L’Ouest-Eclair ne se soustrait pas à cette règle, bien au contraire[5]. Ainsi, le lecteur du quotidien breton apprend que le feu s’est déclenché dans le fournil – « où étaient amassés une certaine quantité de fagots » – d’une boulangerie de la rue Vasselot, une rue du centre historique de Rennes située au sud de la Vilaine.

En réalité, la situation est particulièrement critique. Non seulement la farine « conserve très facilement le feu » mais le sinistre se développe dans ces si fragiles bâtiments en bois du centre-ville de Rennes. Située dans une rue commerçante, la boulangerie David jouxte une épicerie mais surtout le magasin d’un marchand de vins en gros : bref autant de boutiques « contenant des futs d’alcool et des matières inflammables ». Les dégâts sont, à la vérité, considérables :

« Au premier étage, où un stock assez important de farine était accumulé, seule une pièce du devant tient encore ; sur les derrières, ce n’est plus qu’un amas de cendre et de poutres calcinées, le foyer de l’incendie existant au rez-de-chaussée, derrière le fournil où se trouvait un tas de fagots et, par suite communiqué le feu à tous les logements se trouvant au-dessus.

Au deuxième étage, tout est perdu et le troisième, où au-dessus se trouve un grenier contenant environ 10 mètres cubes de braise, le feu couvait encore à une heure de l’après-midi hier. »[6]

Et encore, le bilan du sinistre aurait pu être plus lourd. Car si aucun décès ni blessé n’est à déplorer, un article publié le 28 décembre dans les colonnes de L’Ouest-Eclair explique que le drame était proche : « En combattant, les progrès du feu, les pompiers eurent la désagréable [surprise] d’entendre éclater autour d’eux des cartouches allemandes, une quarantaine environ qui se trouvaient dans des chargeurs et auraient pu occasionner de graves accidents »[7]. Et la veille, le même journal de préciser : « Si cet incendie avait eu lieu dans la soirée et même hier mardi, l’eau aurait manqué puisqu’il n’y avait pas de pression dans les bassins dimanche et lundi ou alors dans la nuit et toutes les vieilles maisons de ce quartier auraient été la proie des flammes »[8].

Le vieil escalier en bois de la rue Vasselot. Carte postale; Musée de Bretagne: 976.0057.4.
Le vieil escalier en bois de la rue Vasselot. Carte postale; Musée de Bretagne: 976.0057.4.

Occupant deux fois deux-tiers de colonnes dans l’article publié le 27 décembre 1916, un tiers de colonne dans celui du lendemain, le sinistre bénéficie d’un traitement d’ampleur de la part de L’Ouest-Eclair. Il est vrai que de nombreuses personnalités se sont déplacées sur les lieux du drame, à commencer par le maire et officier de réserve au 75e RIT Jean Janvier ainsi que des conseillers municipaux, parmi lesquels l’éminent celtisant Georges Dottin. Sont également mentionnés par le grand quotidien rennais l’architecte municipal Emmanuel Le Ray, un juge d’instruction ainsi qu’un certain « colonel Trique, du 7e d’artillerie ». A l’évidence, il s’agit-là d’une information qui fait vendre – ou tout du moins qui est manifestement susceptible d’intéresser le lectorat – et le journaliste – malheureusement anonyme puisque les initiales « R V… » ne permettent pas de l’identifier – livre un certain nombre de détails qui, censés rajouter du pathos à un fait divers déjà dramatique sont particulièrement précieux pour l’historien.

C’est ainsi par exemple que l’on apprend que parmi les victimes se trouve un certain Reuzé : « celui-ci a deux chambres appartenant à son fils, dont il n’a pas de nouvelles du front depuis 23 mois ». Peut-être s’agit-il de Louis Reuzé, poilu du 2e RI disparu en Artois le 16 juin 1915 ? Toujours est-il que les dégâts provoqués par cet incendie viennent s’ajouter à un climat psychologique particulièrement lourd.  Mais là n’est pas chose complètement inconnue et, à dire vrai, ce qui intéressera prioritairement l’historien de la Première Guerre mondiale. Sans surprise, L’Ouest-Eclair nous apprend que la boulangerie sinistrée est dirigée par « Mme David […] depuis que son mari est mobilisé ». Cette information dit le poids de la guerre mais il n’est en revanche pas certain que 1914 marque, du point de vue du travail féminin, une rupture nette : loin d’être aussi émancipateur que l’on veut bien le dire, le conflit rend certes plus visible l’emploi des femmes mais ne saurait constituer une nouveauté complète. Dans le cas présent, rien ne nous permet en effet d’affirmer que « Mme David » ne travaillait pas avant le déclenchement des hostilités à la boulangerie familiale, s’occupant de la vente tandis que son époux était au fournil. Ce que change la mobilisation générale, en apparence du moins car il ne faut pas négliger la perpétuation de lien de subordination par relations épistolaires[9], c’est la direction de l’entreprise. Pas la réalité du travail féminin. Il y aurait sans doute beaucoup à dire à ce propos, notamment du point de vue de la visibilité accrue que la guerre permet d’accorder provisoirement aux épouses d’artisans partis au front. Mais les archives manquent pour aller au-delà des supputations et on se limitera à un simple constat : le passage à l’économie de guerre ne se fait pas sans difficultés. C’est ainsi que le journaliste de L’Ouest-Eclair rapporte que « cette boulangerie est voisine d’une pâtisserie fermée depuis la guerre » mais aussi qu’un certain nombre de victimes de cet incendie ne sont pas assurées[10]. Autre détail intéressant, l’édition du 28 décembre 1916 du quotidien rennais rapporte que la boulangerie David « était fort bien installée et marchait mécaniquement »[11].

Ensuite, et c’est en cela que cet article publié par L’Ouest-Eclair est une source précieuse, on s’attachera à remarquer que si le sinistre est énergiquement combattu par les « soldats du feu », ceux-ci sont néanmoins en sous-effectifs : « Malgré la situation actuelle, beaucoup de nos pompiers étant mobilisés, on doit reconnaître que notre compagnie fut à la hauteur de sa tâche et qu’aussi malgré le petit nombre de pompiers se trouvant sur les lieux du sinistre, ils firent tous leur devoir »[12]. Autrement dit, et contrairement à ce que pourrait suggérer le déficit historiographique les concernant, les pompiers font bien face pendant la Grande Guerre aux mêmes difficultés en termes d’effectifs que les policiers. A dire vrai, les travaux de R. Fillaut permettent de savoir qu’à Rennes la situation n’est pas nouvelle. Déjà, à la veille de la mobilisation générale, la situation est tendue dans le chef-lieu d’Ille-et-Vilaine et « la dizaine d’incorporations réalisée en début d’année compense à peine les départs en retraite et le nombre anormalement élevé des démissions au cours des semaines précédentes »[13]. Le départ sous les drapeaux, dans les premiers jours d’août 1914, de 20% des effectifs ne fait qu’aggraver le problème et, en définitive, c’est une soixantaine d’hommes qui part aux tranchées pendant le conflit. Or R. Fillaut explique que l’effectif théorique de la compagnie de sapeurs-pompiers de Rennes est de 140 hommes…

Exercice de sauvetage par les pompiers à Lamballe, premier quart du XXe siècle (carte postale). Le Carton voyageur: AB00000751.
Exercice de sauvetage par les pompiers à Lamballe, premier quart du XXe siècle (carte postale). Le Carton voyageur: AB00000751.

Ajoutons que ce sous-effectif pour cause d’affectation aux armées est d’autant plus intéressant qu’il contraste avec l’omniprésence de l’institution militaire sur le lieu du drame… En effet, l’article de L’Ouest-Eclair explique que le service d’ordre autour du sinistre est assuré par des gendarmes mais également « les soldats de nos régiments d’artillerie » ce qui souligne, en creux, la faiblesse des forces de police. Et, là encore, les travaux de R. Fillaut permettent de comprendre qu’il ne s’agit pas d’un cas unique, bien au contraire. Déjà, en avril 1916, c’est un piquet militaire qui permet de circonscrire un incendie s’étant déclaré dans le magasin de fourrages de l’Hôtel des Trois Marchand, rue d’Antrain[14]. Un détail qui rappelle que si la Première Guerre mondiale est définitivement un confit industriel, les sociétés belligérantes n’en demeurent pas moins encore très largement hippomobiles. Or les chevaux ont besoin de foin pour s’alimenter… ce qui ne rend que plus crucial le rôle des pompiers.


[1] Pour un exemple on se rapportera à Tropeau, Christophe, « Devenir Sapeur-Pompier dans les communes rurales mayennaises au XIXe siècle, ou les ambiguïtés de l’engagement », En Envor, revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°8, été 2016, en ligne.

[2] Tanguy, Jean-François, « Normal Police Work in Times of War : Really ? The Case of Ille-et-Vilaine (Brittany, France) », in Campion, Jonas, Lopez, Laurent et Payen, Guillaume (edited by), European Police Forces and Law Enforcement in the First World War, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2019, p. 105-119.

[3] Fillaut, Raymond, « Les Pompiers de Rennes pendant la Grande Guerre », in Joret, Eric et Lagadec, Yann (dir.), Hommes et femmes d’Ille-et-Vilaine dans la Grande Guerre, Rennes, Conseil général d’Ille-et-Vilaine / Société archéologique et historique d’Ille-et-Vilaine, 2014, p. 273-279. Précisons que Raymond Fillaut n’est pas historien professionnel mais un ancien soldat du feu puisqu’il dirige pendant les 15 ans les sapeurs-pompiers du district de Rennes. Ceci n’enlève bien entendu rien à ses mérites mais souligne au contraire le désintérêt de la discipline pour ce champ d’investigation.

[4] « Le feu rue Vasselot », L’Ouest-Eclair, 16e année, n°6266, 27 décembre 1916, p. 3.

[5] Kalifa, Dominique, « Faits divers en guerre (1870-1914) », Romantisme, n°97, 1997, p. 89-102.

[6] « L’incendie de mardi », L’Ouest-Eclair, 16e année, n°6267, 28 décembre 1916, p. 5.

[7] « L’incendie de mardi », L’Ouest-Eclair…, art. cit.

[8] « Le feu rue Vasselot », L’Ouest-Eclair…, art. cit.

[9] Prochasson, Christophe, 14-18 Retours d’expériences, Paris, Tallandier, 2008, p. 220-223.

[10] « Le feu rue Vasselot », L’Ouest-Eclair…, art. cit.

[11] « L’incendie de mardi », L’Ouest-Eclair…, art. cit.

[12]  « Le feu rue Vasselot », L’Ouest-Eclair…, art. cit.

[13] Fillaut, Raymond, « Les Pompiers de Rennes… », art. cit., p. 273.

[14] Fillaut, Raymond, « Pompiers et soldats face aux incendies à Rennes », in Joret, Eric et Lagadec, Yann (dir.), Hommes et femmes d’Ille-et-Vilaine…, op. cit., p. 273.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.