Bannière tirée d'une carte du site Les morts oubliés. https://mortsoubliesfr.files.wordpress.com/2020/05/carte_vf_nb_deces_origine_departement_offensive_allemande-1.png

A propos des morts de 1940

Développé par le professeur d’économie de l’université de Bordeau C. Dupuy et le doctorant en histoire économique P. Maneuvrier-Hervieu, le site Les morts oubliés vient de mettre en ligne quelques cartes relatives aux soldats titulaires de la mention « mort pour la France » au titre de la campagne 1939-1940. Illustrant à merveille toutes les possibilités offertes par la datavisualisation[1], celles-ci ont été mises en ligne à l’occasion du 80e anniversaire du 10 mai 1940 et soulignent encore une fois, dans le sillage du succès rencontré pendant le centenaire de la Grande Guerre par le défi collaboratif 1 Jour 1 Poilu, le tournant digital de la commémoration. En effet, de l’aveu même de ces deux chercheurs, cet « atlas numérique » se veut être « un travail de mémoire collective » visant à « mettre à disposition de tous des cartes et des statistiques relatives aux soldats décédés durant la Seconde Guerre Mondiale réalisées à partir de la base Mémoire des Hommes disponible sur le site du Ministère des Armées ». Louable intention qui permet de rappeler quelques points de méthode qu’il est toujours bon d’avoir à l’esprit… sous peine de déconvenues.

                Permanences et rupture (du front)

Tout d’abord, il importe de rappeler que ce fichier est constitué non pas au fil de l’eau, jour après jour pendant la Campagne de France, mais a posteriori. Le fait que la base soit très lacunaire, puisque « 45 % des données seulement sont complètes et bien référencées » est à cet égard très significatif. De même, 35% des fiches – une proportion très loin d’être négligeable – ne comportent pas de lieux de décès. Ces pourcentages montrent l’immense zone grise qu’est le champ de bataille à partir du 10 mai 1940 et sont une traduction administrative de la débâcle : pris en étau entre de très durs combats et une retraite pour le moins éprouvante, les services sont incapables de répertorier les morts et d’en assurer une juste traçabilité. C’est ce qui explique cette proportion aussi importante de disparus.

Groupe de militaires, sans lieu ni date. Musée de Bretagne: 999.0022.27.
Groupe de militaires, sans lieu ni date. Musée de Bretagne: 999.0022.27.

Ajoutons qu’il ne s’agit pas là d’un phénomène inédit puisqu’on observe une tendance similaire en août 1914[2]. Au contraire, il y aurait même tout lieu de se demander s’il n’y a pas là, en fin de compte, une traduction statistique, sur le temps long de la première moitié du XXe siècle, de l’incapacité de l’armée française à gérer le mouvement, surtout quand il s’agit de violents reculs. La comparaison entre la proportion de disparus à l’été 1914 et au printemps 1940 serait d’autant plus intéressante que, sur la Marne, les poilus tiennent.

Rappelons enfin qu’en juillet 1940 la France a d’autres choses plus importantes à faire que de se préoccuper du sort de soldats non seulement morts mais vaincus. Certes, la continuité de l’administration est une réalité mais la mise en place de l’Etat français et l’instauration d’une politique de collaboration, sans compter le nombre invraisemblable des prisonniers, constituent alors autant de priorités, contrairement à l’établissement du fichier qui nous intéresse ici. Or, dans ce type de démarche, le temps est un adversaire particulièrement redoutable en ce qu’il s’évertue à consciencieusement effacer les traces qui permettent de reconstituer ces milliers de destins individuels brisés en l’espace de 6 semaines[3].

                Aux origines de la source

Les données mises en ligne sur le portail Mémoire des hommes, traduction numérique d’un fascinant fichier conservé à Caen, souffrent en réalité d’un certain nombre de biais qu’il importe d’avoir à l’esprit. Bien que conservées par le Service historique de la défense, ces archives ne sont pas produites par l’armée elle-même mais par le Ministère des Pensions et échouent en Normandie à la fin des années 1980 à la faveur, d’une part, du déménagement du Ministère de l’Economie et des Finances du Louvre à Bercy, d’autre part des ambitions électorales de Louis Mexandeau, Secrétaire d’Etat aux anciens combattants ayant des vues sur la mairie de Caen. C’est d’ailleurs bien au prisme du Code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de la guerre, et non des journaux des marches et des opérations des unités prises dans le tourbillon de l’étrange défaite, qu’il faut lire ces archives. Tout comme en 1914, la mention « mort pour la France » attribuée à ces soldats de 1940 est une disposition d’état-civil dont la fonction est de reconnaître les individus, et leurs ayants-droit, pouvant se prévaloir de la solidarité de la Nation en application de la loi du 31 mars 1919 portant droit à réparation[4]. Certes, il y a dans ce fichier une évidente intention mémorielle, réaction faisant suite à un traumatisme dont on peine à prendre aujourd’hui la juste mesure. Mais ce sont bien des vues utilitaristes, et plus précisément encore administratives, qui priment dans l’établissement de ces fiches. C’est notamment ce qui explique pourquoi – outre des difficultés liées à l’état-civil ou encore à la structure même de l’administration dans ces territoires – « la base pour l’armée coloniale est particulièrement difficile à exploiter ».

Ces considérations, relevant peu ou prou d’une classique critique interne de la source, ne doivent pas faire oublier la complexité de la période étudiée et la multiplicité des contextes dans lesquels peuvent opérer les acteurs. C’est bien pour cela qu’il nous semble opportun, en de telles circonstances, de retenir le critère d’analyse le plus sélectif qui soit, en l’occurrence uniquement les individus titulaires de la mention « mort pour la France ». Ne pas opérer de la sorte est prendre le risque de mettre sur le même plan les individus effectivement tués au combat mais également ceux victimes d’un banal accident de la route au sortir d’une permission trop arrosée ou encore les victimes de bombardements, soit autant de cas de décès relevant de logiques fort différentes. Etudier le lourd bilan humain concédé par l’armée française pendant la campagne de France n’est pas prendre en considération la mortalité sous les drapeaux entre septembre 1939 et juin 1940.

Rappelons d’ailleurs que d’un strict point de vue mémoriel, la démarche n’a de sens que pour corriger l’image d’une « armée Ladoumègue »[5], cliché véhiculé notamment par la fameuse 7e compagnie. Mais, éminemment louable, un tel but impose, là encore, des choix rigoureux. Dès lors pourquoi donc incorporer dans le champ d’analyse les quelques 1 300 morts de Mers el-Kébir, opération résultant du sort de la Campagne de France mais qui ne saurait être confondue avec elle ? De surcroît, intégrer ces victimes à la base de données, c’est accréditer l’image de soldats de 1940 fauchés sans combattre… ce qui n’est pas franchement le but qui était initialement poursuivi par l’enquête.

Nécessaires, ces précisions méthodologiques invitent à se garder de l’illusion technicienne entourant ces humanités que l’on dit numériques. Indépendamment des importantes possibilités de calcul offertes par les outils dont on dispose aujourd’hui, il importe de coller aux préceptes de la méthode historique. Même si l’on dispose de machines très performantes, faire de l’histoire reste une opération humaine, et plus précisément encore intellectuelle, qui impose une structuration éminemment rigoureuse des bases de données travaillées, sous peine de biais rédhibitoires d’analyse.

                Des résultats qui interrogent

Ce sont ces attendus méthodologiques qui invitent à remettre en cause certains des résultats présentés par C. Dupuy et P. Maneuvrier-Hervieu, notamment en ce qui concerne « l’origine régionale et départementale des soldats ». On notera tout d’abord un défaut de lecture. En effet, en partant de la sur-représentation des départements du Nord (4,5%) et du Pas-de-Calais (2,9%), les deux auteurs affirment que « ce sont souvent des soldats des Hauts-de-France qui ont défendu leurs frontières », assertion qui nous semble doublement problématique. Ne nous étendons pas sur l’utilisation d’un qualificatif régional entré en vigueur au cours des années 2010 : l’anachronisme est trop évident pour qu’on s’y attarde. Rappelons juste qu’il nous aurait semblé plus opportun de développer une analyse reprenant le cadre des régions militaires d’alors. C’est d’ailleurs ce qui amène une seconde remarque, d’importance : les données mises en ligne sur Mémoire des hommes renvoient à un fait militaire et non strictement démographique. En d’autres termes, elles résultent d’opérations sur le champ de bataille, celles-ci constituant un prisme qui impose d’en passer par les archives de l’armée et notamment par les journaux des marches et des opérations des unités engagées. Car on ne peut pas dire sur la base des ces quelques chiffres que « ce sont souvent des soldats des Hauts-de-France qui ont défendu leurs frontières ». Ce que montrent les cartes produites par C. Dupuy et P. Maneuvrier-Hervieu, c’est que les soldats originaires des départements du Nord et du Pas-de-Calais constituent un contingent important des titulaires de la mention « mort pour la France » au titre de la Campagne de France.

Les départements d'origine des soldats décédés lors de la bataille de France (10 mai - 25 juin 1940). Données: SGA-Mémoire des hommes / Claude Dupuy. Carte: Paul Maneuvrier-Hervieu.
Les départements d’origine des soldats décédés lors de la bataille de France (10 mai – 25 juin 1940). Données: SGA-Mémoire des hommes / Claude Dupuy. Carte: Paul Maneuvrier-Hervieu.

La nuance est de taille car malgré des taux de mortalité importants, avec des moyennes journalières qui ne doivent rien envier aux jours les plus sombres de la bataille de Verdun, il n’en demeure pas moins que les ordres de grandeur peuvent être trompeurs. L’analyse de C. Dupuy et P. Maneuvrier-Hervieu repose en effet sur 49 443 fiches de titulaires de la mention « mort pour la France » au titre de la campagne 39-40. Or ce chiffre doit être considéré au regard des plus de 4 500 000 hommes que Paris mobilise[6]. Pour dramatiques qu’ils soient, ces près de 50 000 morts n’équivalent qu’à l’effectif d’un peu plus de 3 divisions, chiffre à rapporter aux dizaines de divisions figurant sur l’ordre initial de bataille : on voit donc bien combien il est absolument nécessaire d’en passer par une histoire des opérations avant de pouvoir affirmer, avec l’appui du fichiers des morts pour la France au titre de 1939-1940, que « ce sont souvent des soldats des Hauts-de-France qui ont défendu leurs frontières ».

Ceci est encore plus vrai lorsqu’il s’agit d’appréhender les lieux de décès de ces titulaires de la mention « mort pour la France ». Si l’on n’a pas en tête le dramatique bombardement de la gare de Rennes le 17 juin 1940, on ne comprend pas pourquoi ce département enregistre autant de décès pendant la campagne de France : là encore il y a un biais manifeste puisqu’on ne peut pas dire que la Bretagne soit un haut-lieu des combats de la campagne de France, ce que confirme d’ailleurs la chronologie établie par les deux auteurs. Il n’y a du reste aucune spécificité armoricaine dans cet état de fait mais une permanence méthodologique. En croisant par exemple les données relatives aux départements d’Eure-et-Loir et du Rhône avec les archives des 26e et 25e régiments de tirailleurs sénégalais, on mettra statistiquement en évidence la dimension très clairement raciste des combats qui se déroulent en juin 1940. Certes, celle-ci nous est connue par diverses sources dont le Premier combat du préfet Jean Moulin en ce qui concerne Chartres, mais également le Tata érigé à Chasselay[7]. Pour autant, il n’en demeure pas moins que, malgré leur incomparable richesse, les fiches de titulaires de la mention « mort pour la France » ne peuvent pas retranscrire cette dimension pourtant fondamentale de la période étudiée. Où l’on en revient encore et toujours à ce qui fait l’alpha et l’oméga de la méthode historique, le croisement des sources…

Les départements de décès des soldats (10 mai - 25 juin 1940). Données: SGA-Mémoire des hommes / Claude Dupuy. Carte: Paul Maneuvrier-Hervieu.
Les départements de décès des soldats (10 mai – 25 juin 1940). Données: SGA-Mémoire des hommes / Claude Dupuy. Carte: Paul Maneuvrier-Hervieu.

En réalité, ce que montrent les cartes publiées par C. Dupuy et P. Maneuvrier-Hervieu, c’est le degré d’immaturité dans lequel se trouve l’historiographie de la bataille de France par rapport à celle de la Première Guerre mondiale. Non pas que des travaux absolument passionnants et de grande qualité n’aient pas été produits à ce propos, bien au contraire. Mais on mesure à la lecture de ces quelques lignes combien l’étude de la campagne 39-40 pâtit de la non mise en ligne de deux sources absolument indispensables pour entreprendre de telles analyses quantitatives : les journaux des marches et des opérations d’une part, les fiches matriculaires du recrutement d’autre part. Car si la Grande Guerre se traduit, du point de vue de la mortalité, par un effet de masse de nature à réduire ces biais statistiques, tel n’est pas le cas pour la Campagne de France[8]. Mirabile dictu, 50 000 morts ne sont pas 1 300 000.


[1] Pour un exemple saisissant publié il y a peu Lopez, Jean (dir.), Aubin, Nicolas, Bernard, Vincent et Guillerat, Nicolas (data design), Infographie de la Seconde Guerre mondiale, Paris, Perrin, 2018.

[2] Pour l’analyse d’un cas particulier, on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, La courte Grande Guerre de Jean Morin, Spézet, Coop Breizh, 2014.

[3] Ce d’autant plus que, la mémoire étant l’outil politique du temps présent, ces chiffres prennent rapidement une certaine importance du point de vue de l’idéologie. Pour de plus amples développements, Bernard, Vincent, « 1 000 victoires aériennes et 100 000 tués : les mythes héroïques du printemps 1940 », in Lopez, Jean et Wieviorka, Olivier (dir.), Les Mythes de la Seconde Guerre mondiale Volume 2, Paris, Perrin / Guerres & Histoire, 2017, p. 15-27.

[4] Le Gall, Erwan « Saint-Malo, la Bretagne, la France : des multiples inscriptions territoriales du 47e régiment d’infanterie », in Bourlet, Michaël, Lagadec, Yann et Le Gall, Erwan (Dir.), Petites patries dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 71-87.

[5] Azéma, Jean-Pierre, « Le choc armé et les débandades », in Azéma, Jean-Pierre et Bedardida, François (dir.), La France des années noires. T1 : De la défaite à Vichy, Paris, Seuil, 2000, p. 109. Voir également Santamaria, Yves et Vergnon, Gilles (dir.), Le syndrome de 1940. Un trou noir mémoriel ?, Paris, Riveneuve, 2015.

[6] Bachelier, Christian, « L’armée française entre la victoire et la défaite », in in Azéma, Jean-Pierre et Bedardida, François (dir.), La France des années noires…, op. cit., p. 76.

[7] Moulin, Jean, Premier combat, Paris, Les Editions de Minuit, 1947.

[8]  Cochet, François, « Mourir au front et à l’arrière front », in Homer, Isabelle et Pénicault, Emmanuel, Le Soldat et la mort dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, p. 27-40.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.