Le musique du 48e RI de Guingamp, carte postale (détail). Collection privée Cyrille L'Hénoret.

La naissance de la clique de binious du 48e RI

Taldir Jaffrennou est un personnage absolument central du premier Emsav, la première génération de militants du mouvement breton. Eminent celtisant, il est en quelque sorte, dans ce milieu bien particulier, une figure d’autorité. Aussi ne peut-on lire qu’avec un intérêt appuyé l’historique des binious aux armées qu’il publie en 1931 dans la revue An Oaled qu’il dirige, propos qui ne tarde pas à s’ancrer autour du 48e RI de Guingamp[1] : on sait en effet que c’est l’une des unités tenant garnison dans la péninsule armoricaine où l’affirmation de l’identité bretonne est la plus marquée.

                Contextualiser la source

Mais toute histoire est du temps présent, et ce texte de Taldir Jaffrenou ne fait pas exception. Autrement dit, c’est bien à la lumière du contexte politique particulier du début des années 1930 que doit aussi être appréhendé ce petit article. Evoquée dès la première ligne, l’analogie avec les Ecossais « à juste titre fiers de leurs Cornemusiers, dont les Bagpipes entraînent de trilles bourdonnantes leurs régiments » n’étonnera personne : il s’agit d’insérer le sujet dans une trame plus large, celtique, postulant des pratiques communes. Là est un discours classique et il ne semble pas nécessaire de revenir dessus.

Réception de la musique des Highlanders à Paris, sans date, carte postale. Collection particulière.
Réception de la musique des Highlanders à Paris, sans date, carte postale. Collection particulière.

Plus surprenantes sont en revanche deux anecdotes que nous ne sommes pour l’heure pas en mesure d’attester sur le plan historique. La première renvoie à la Légion du Finistère qui, en 1815 et à en croire les sources convoquées par Taldir Jaffrennou, disposerait de binious à la tête de la compagnie de grenadiers. La seconde renvoie à la guerre de 1870, conflit dont on sait pourtant le souvenir happé par celui de la Grande Guerre, et à un courrier adressé par le préfet de ce même département du Finistère incitant les maires à inviter les mobilisés à prendre avec eux, lors de leur départ en campagne, leurs binious.

S’il s’inscrit dans une certaine permanence basse-bretonne[2], le propos n’est assurément pas développé par Taldir Jaffrennou par hasard. En effet, en remontant de la sorte au premier tiers du XIXe siècle, il affirme non seulement l’ancienneté des binious militaires mais insère cette pratique musicale dans une sorte de tradition française. Si ceci renvoie certainement au propre parcours du directeur d’An Oaled, lui aussi mobilisé pendant la Grande Guerre, et même si son expérience combattante est la source d’une mémoire quelque peu rancie, le propos n’est pas neutre politiquement. En effet, il témoigne indéniablement de la césure entre le premier et le deuxième Emsav, de la frontière étanche avec cette nébuleuse Breiz Atao voulant sortir du giron hexagonal[3]. Là encore, en cette aube des années 1930, la mémoire se révèle être l’outil politique du temps présent.

                Du rôle social de l’officier

Toujours est-il que c’est selon cet article de Taldir Jaffrennou à Guingamp que réside le berceau des binious militaires que l’on retrouve pendant la Grande Guerre. Si c’est faire peu de cas des unités finistériennes ainsi que de l’exemple, bien connu, du 270e RI, le propos n’en est pas moins intéressant et mérite d’être examiné scrupuleusement. En définitive, il apparaît qu’à l’origine des binious et bombardes du 48e RI seraient donc deux officiers, le colonel de Conchard et le capitaine de Malleray.

La caserne du 48e RI, carte postale. Musée de Bretagne: 972.0018.208.
Caserne du 48e RI, carte postale. Musée de Bretagne: 972.0018.208.

Paul-Prosper Vermeil de Conchard nous est principalement connu par son dossier de Légion d’honneur, consultable en ligne sur Léonore. Né le 28 décembre 1847 à Fontenay-le-Comte, cet officier de carrière sort de Saint-Cyr en 1869 et participe donc à la guerre de 1870 en tant que lieutenant au 13e régiment d’infanterie. Bien que sorti d’un rang modeste de l’Ecole spéciale militaire – 223e sur 259 élèves – il est breveté de l’Ecole supérieure de guerre en novembre 1879. Son parcours est sans embûche si l’on excepte deux sévères chutes de cheval occasionnant de multiples blessures. Faut-il voir là la raison de son détachement, à partir du 15 mars 1881, à Saint-Cyr comme professeur d’études littéraires et d’histoire-géographie ? Cela est possible mais il n’en demeure pas moins que cet officier dispose d’un profil qui le destine à l’évidence à un tel emploi. Fils d’un professeur de latin, il paraît témoigner d’un réel goût des lettres comme le suggère sa bibliographie. On lui doit en effet une biographie du maréchal Blücher « d’après sa correspondance », ouvrage publié en 1877 alors qu’il est capitaine au 130e RI de Mayenne, ainsi qu’un volume sur l’assassinat du maréchal Brune paru 10 ans plus tard chez Perrin[4]. Il est également l’auteur d’une traduction du « Mode d’attaque de l’infanterie prussienne dans la campagne de 1870-1871 » du duc Guillaume de Wurtemberg, d’un historique du 120e RI ainsi que d’un « précis d’histoire militaire » publié chez Lavauzelle, ouvrage « rédigé d’après les programmes officiels » et « à l’usage des candidats aux écoles militaires »[5]. Au total, le catalogue IdRef lui attribue 25 références, ce qui donne une idée de l’ampleur de son œuvre. Il n’est d’ailleurs pas anodin de découvrir que la médiathèque de Brive, commune de Corrèze où il décède en septembre 1936 – nouvelle qui sera du reste annoncée dans la rubrique mondaine du quotidien parisien Excelsior – le décrit comme un « érudit local » par ailleurs membre de la Société scientifique, historique et archéologique de la Corrèze[6]. Son goût pour l’histoire est en réalité ancien puisqu’on le sait, alors que lycéen à La Rochelle, distingué d’un septième accessit en 1865 à l’occasion du Concours général[7]. Homme de guerre, Paul-Prosper Vermeil de Conchard n’en est pas moins un homme de culture, ce qui renvoie du reste au rôle social que l’on attribue alors à l’officier dans la cité. Quoi qu’il en soit, aucun élément ne permet, en l’état actuel de la documentation, de le relier à l’Emsav.

Mais tel n’est en revanche pas le cas pour le capitaine Henri Miche de Melleray puisque Taldir Jaffrennou nous apprend qu’il est membre de l’Union régionaliste bretonne : une information qui confère un intérêt supplémentaire au parcours de cet officier mort pour la France, avec le grade de lieutenant-colonel, à la tête du 210e RI d’Auxonne le 29 mars 1916. Né à Brest le 25 juillet 1859, ce fils d’officier d’infanterie de marine témoigne lui aussi d’un parcours classique. Sorti de Saint-Cyr en 1880 (87e sur 312 élèves), il sert d’abord en tant que sous-lieutenant au 131e RI (casernement : Orléans et Pithiviers) puis est transféré, avec un deuxième galon, le 29 juillet 1885 au 48e RI. Promu capitaine en décembre 1891, il est fait capitaine adjudant-major avec ce même régiment en décembre 1900. En août 1902, Henri Miche de Melleray est fait chevalier de la Légion d’honneur et est reçu dans l’ordre par son supérieur hiérarchique, le colonel Paul-Prosper Vermeil de Conchard[8]. Là ne s’arrête d’ailleurs pas la connexion entre les deux hommes puisque le membre de l’Union régionaliste bretonne est également l’auteur d’une dizaine d’ouvrages : un volume de souvenirs d’un « officier de la Troisième République » publié en 1911, des enquêtes sur les armées ottomanes, grecques, russes et suédoises ainsi que des ouvrages histoire médiévale revisitant la bataille de Bouvines ou encore de combat des Trente, sujet renvoyant à n’en pas douter à sa firme régionaliste[9].

La parade de la garde du 48e RI, carte postale. Musée de Bretagne: 972.0018.205. Sur le cliché on aperçoit un tambour mais nul biniou ni bombarde.
La parade de la garde du 48e RI, carte postale. Musée de Bretagne: 972.0018.205. Sur le cliché on aperçoit un tambour mais nul biniou ni bombarde.

Malheureusement, tous ces ouvrages ne sont pas consultables sur Gallica. Il n’est donc pour l’heure pas possible d’en savoir plus à propos de ces « souvenirs d’officier de la Troisième République », volume qui pourrait nous permettre de mieux cerner Henri Miche de Melleray.  Préfacés par le général d’Amade, officier qui viendra commander la 10e région militaire après l’affaire de Gallipoli au printemps 1915, ses Preux d’Armor s’inscrivent dans la classique verve du récit national héroïque, déroulant les « grandes heures » et mettant en exergue les parcours remarquables de Bretons. Sorte de « lieux de mémoire » avant l’heure, le volume est écrit à la première personne et met en scène l’auteur dans une posture particulièrement intéressante, celle d’éclaireur de l’histoire. Là encore se retrouve assurément le rôle social de l’officier, celui de chef mais aussi d’éducateur de la conscience nationale, celle-ci se déclinant en différente gigognes patriotiques mariant harmonieusement la « petite » et la « grande » patrie[10]. C’est ainsi qu’Henri Miche de Melleray écrit :

« Or la vénération que l’on porte aux aïeux n’est-il point avec le culte passionné de la terre natale et la volonté de vivre libre, comme les fondements des vertus militaires ?

C’est donc ce sentiment que l’on doit s’attacher à faire vibrer chez le Breton dont on veut faire un soldat. En lui montrant le dévouement de ses pères à l’œuvre commune, le sacrifice qu’ils surent faire et de leurs temps et de leur vie, on combattra l’égoïsme envahissant et le sentimentalisme aussi. Que l’on enseigne à cet ignorant, à ce timide ce dont il est capable ; que l’on transforme son patriotisme local, si profondément enraciné, en patriotisme général ; qu’on lui montre la Bretagne combattant pour la France depuis qu’elle existe ; il prendra confiance en lui-même, on doublera se force, on fera de lui, ce que furent tant et tant de ses ancêtres, un bon ouvrier de la grandeur française. »[11]

Et si le lecteur venait à douter de la puissance de l’histoire dans la construction du sentiment national hexagonal, puisqu’être français c’est avant tout s’inscrire dans un héritage quand être américain est adhérer à une promesse, celle de l’American way of life, ces Preux d’Armor rappellent en exergue qu’il « est très sainct mourrir en deffendant son bon pays ». En définitive, si un parcours tel que celui d’Henri Miche de Melleray est aussi intéressant c’est qu’il montre qu’on peut être officier de carrière, militant de l’Union régionaliste bretonne[12] et mourir pour la France à la tête d’un régiment de réserve, dans le secteur d’Avocourt, pendant la bataille de Verdun[13]. Notons d’ailleurs que ce sens patriotique paraît se transmettre sur plusieurs générations puisque son fils, Hervé, est répertorié par la liste Ecochard comme Français libre au titre de la Résistance intérieure, au sein du réseau Vélite Thermopyles.

L'entrée de la caserne de La Tour d'Auvergne où le 48e RI tient garnison, carte postale. Musée de Bretagne: 972.0018.207.
L’entrée de la caserne de La Tour d’Auvergne où le 48e RI tient garnison, carte postale. Musée de Bretagne: 972.0018.207.

La presse locale permet d’en savoir un peu plus quant à la période guingampaise des carrières du colonel Vermeil de Conchard et du capitaine de Miche de Melleray. Le commandant du 48e RI apparaît régulièrement dans les colonnes de L’Ouest-Eclair, que cela soit à l’occasion d’une remise de décoration, d’une revue de troupe ou d’une promotion dans l’ordre de la Légion d’honneur[14]. Paul-Prosper Vermeil de Conchard est en réalité une personnalité en vue et c’est sans surprise qu’on le retrouve en 1906 parmi les présidents d’honneurs de la « cavalcade de bienfaisance » organisée par le Comité d’initiative du commerce guingampais aux côtés du sous-préfet Alfred Koziorowicz, du maire radical Jean-Marie Lorgéré, du sénateur conservateur Auguste Ollivier, du député libéral Louis Rolland du Roscoat, du conseiller général Ernest Droniou ainsi que de deux adjoints au maires de Guingamp, Charles Florisson et François Corson[15]. Ceci ne signifie pas que tous ces individus s’apprécient et partagent les mêmes points de vue et centres d’intérêt, bien au contraire. Au lendemain de la séparation des églises et de l’Etat, les tensions sont vives et les clivages particulièrement marqués. Cette énumération rappelle juste que de par ses fonctions Paul-Prosper Vermeil de Conchard compte parmi les personnalités les plus influentes de Guingamp.

Henri Miche de Melleray est pour sa part proche de la Société d’émulation des Côtes-du-Nord et prononce d’ailleurs, devant cette noble société savante, le 22 novembre 1899, une conférence traitant de « l’organisation de l’armée anglaise »[16]. A partir du 10 octobre 1901, il publie en feuilleton dans les colonnes de L’Ouest-Eclair le récit de la participation de la 19e DI aux manœuvres d’armée de l’été 1900[17] et, régulièrement, ce journal fait état de son actualité éditoriale évoquant tel ou tel article placé dans une revue parisienne[18]. Cette proximité avec le quotidien rennais est particulièrement intéressante car elle permet sans doute de postuler un certain positionnement idéologique : catholique et conservateur certes, mais rallié à la République. On le sait également investi dans le combat antialcoolique et les mesures qu’il prend au sein même du 48e RI semble recueillir un certain écho[19]. Ces éléments pourront paraître anecdotiques, ils n’en témoignent pas moins de l’insertion de ces officiers dans la société guingampaise, et plus largement bretonne, d’alors. S’ils ne font pas partie de l’élite, celle-ci commençant dans l’armée avec le généralat, ces officiers subalternes et supérieurs appartiennent cette notabilité de province dont on sait le pouvoir prescripteur[20].

                Fonctions et apothéose de la clique

Toujours est-il que les Preux d’Armor publiés en 1908 par Henri Miche de Mallerey permettent, par ricochet, de mieux comprendre les conceptions intellectuelles entourant la création de cette clique de clique de binious et bombardes au 48e RI. Ces instruments du « folk-lore », comme on disait alors, renvoient en effet à cette « Bretagne éternelle », à ce « patriotisme local, si profondément intériorisé » qui permet d’accéder au seul véritable patriotisme, celui qui importe vraiment, le « patriotisme général », autrement dit le patriotisme français. En d’autres termes, cette clique du 48e RI participe ni plus ni moins d’une déclinaison musicale du principe des gigognes patriotiques mis en évidence par l’historienne A.-M. Thiesse et doit inviter à une analyse fonctionnaliste : c’est bien pour consolider l’esprit de corps et affermir l’idéologie du conscrit qu’est mise sur pied, « à l’aurore du XXe siècle » pour reprendre les mots de Taldir Jaffrennou, une telle formation. Pour le dire autrement, là est une autre illustration du mécanisme identifié par l’ethnomusicologue M.-B Le Gonidec qui érige une pratique non seulement civile mais locale en musique militaire et par définition nationale[21].

Un concours de binious à Guingamp, carte postale (détail). Musée de Bretagne: 972.0001.21.
Un concours de binious à Guingamp, carte postale (détail). Musée de Bretagne: 972.0001.21.

D’ailleurs, à en croire le directeur d’An Oaled, « l’apothéose » de la clique du 48e RI intervient à Guingamp, au champ de manœuvre, à l’occasion du 14 juillet 1902 :

« Un Chœur de Soldats chanta le Sao Breiz Izel[22].  Bombardiers et Biniouistes, très en forme, firent sensation au défilé. »

Mais les archives invitent à pondérer « l’apothéose » décrite par Taldir Jaffrennou. L’Ouest-Eclair ne dit par exemple aucun mot des festivités guingampaise du 14 juillet 1902. Quant à la Dépêche de Brest, elle en donne un compte rendu circonstancié où la clique de binious et bombardes n’a manifestement pas sa place :

« A l’occasion du 14 Juillet, des fêtes multiples et variées ont eu lieu à Guingamp, organisées par la municipalité.

Le 13, à neuf heures du soir, grande retraite aux flambeaux, suivie d’un splendide feu d’artifice sur la place du Vally. Une des pièces représentait la République debout et a produit une vive admiration.

Le 14, à six heures du matin, une abondante distribution de pain aux indigents a commencé la journée, qui a continué par des réjouissances publiques très goûtées : grandes luttes sur la place Saint-Sauveur, courses de bicyclettes et courses d’hommes.

Un bal à grand orchestre, par la musique Indépendante, de Morlaix, a clôturé les fêtes, dont chacun gardera un bon souvenir. »[23]

D’ailleurs, tout porte à croire que les compositions bretonnes ne constituent qu’une partie seulement du répertoire interprété par la musique du 48e RI à l’occasion de ces festivités du 14 juillet 1902. En témoigne par exemple le programme du concert donné la veille, place du Vally, et publié par L’Echo Guingampais : il n’y est question que d’un « Salut lointain », d’un « Menuet », d’une « Schiller Marsch », d’une fantaisie intitulée « Patrie » et d’une valse dénommée « La Vallée d’Ossau »[24]. A dire vrai, la seule touche spécifiquement bretonne de cette fête nationale semble être l’organisation, place Saint-Sauveur, d’un tournoi de gouren, lutte « traditionnelle » alors en pleine dynamique de réinvention[25] :

« La Commission des fêtes du 14 juillet avait apporté cette année quelques changements au programme habituel. Deux attractions nouvelles ont été fort bien accueillies par le public : le feu d’artifice que l’on a tiré sur le Vally la veille au soir et les luttes qui ont eu lieu sur la place Saint-Sauveur et auxquelles se pressaient un nombreux public.

Comme toujours, un grand nombre de nos concitoyens assistaient, sur le Vally, à la revue du 48e, qui a été passée par M. le colonel de Conchard le matin du 14. Par ailleurs, cette fête populaire a eu son succès accoutumé et nous n’avons rien de bien particulier à en dire. »[26]

Inutile de préciser que cette description contraste singulièrement avec ce que peut publier, 30 ans et une guerre mondiale après les faits, An Oaled. Or tout indique que Taldir Jaffrennou est présent lors de ces festivités du 14 juillet 1902 à Guingamp puisqu’il est alors sous l’uniforme du 48e RI pour y effectuer son service militaire[27]. Faut-il dès lors voir dans ce décalage une marque supplémentaire du pouvoir déformant de la mémoire ? En l’état actuel de la documentation, il ne parait pas raisonnable de statuer et tout juste pouvons-nous avancer l’idée que la musique du 48e RI semble être particulièrement mise à l’honneur à l’occasion de cette cérémonie : en témoigne les Légions d’honneur remises au capitaine Miche de Malleray et au tambour-major Gasnier, individu dont on ne sait par ailleurs rien[28]. Mais il est évident que les années ne font rien pour conserver les événements dans leur bain d’origine, la mémoire étant on l’a vu comme rancie par les aspirations non assouvies. Or c’est bien cette frustration qui invite les acteurs à altérer les faits, à modifier leur énoncé positif – pour employer une formule digne d’un historien de l’école méthodique – en un récit servant les intérêts du moment. C’est ainsi que Taldir Jaffrenou revient en 1937, à l’occasion d’une « fête des binious » ayant eu lieu à Plozévet, sur l’histoire de la clique du 48e RI. Cette allocution, qui reprend la structure de l’article publié 6 ans plus tôt dans An Oaled, nous est connue par Le Citoyen – un journal républicain dont les locaux se trouvent à Quimper – qui la reproduit dans son édition datée du 4 septembre 1937[29]. Rendant un hommage appuyé à Henri Miche de Malleray, qu’il n’hésite pas à comparer au colonel Driant, et à Paul-Prosper Vermeil de Conchard, il feint de s’interroger à propos de la création de cette clique de binious :

« Comment cela s’était-il fait, en marge des règlements militaires ?

Comment une telle initiative avait-elle été autorisée, ou plutôt tolérée ? »

Certes, on pourra toujours arguer qu’il s’agit-là d’une simple formule rhétorique servant à maintenir l’attention des auditeurs. Il nous semble néanmoins que celle-ci est révélatrice d’un certain glissement vers une bretonnité indissociable d’une culture victimaire. L’emploi du verbe « tolérer » est à cet égard riche de sens. De même, affirmer que cette clique était « en marge des règlements militaires » est non seulement mensonger – comme le démontre le présent billet – mais n’a pas de sens puisque de tous temps les armées s’intéressent à la musique pour entraîner, dans tous les sens du terme, les hommes[30].

Eléments du 48e RI rentrant d'une marche manœuvre, carte postale. Musée de Bretagne: 979.0065.16.
Eléments du 48e RI rentrant d’une marche manœuvre, carte postale. Musée de Bretagne: 979.0065.16.

Reste que tant l’article publié dans le 37e numéro d’An Oaled que les éléments consultés pour retracer les parcours biographiques de Paul-Prosper Vermeil de Conchard invitent à interroger la responsabilité effective du colonel commandant le 48e RI dans la création de cette clique de binious et bombardes. Il est en effet assez symptomatique de remarquer que l’officier supérieur, dans le discours – exceptionnellement reproduit par L’Ouest-Eclair[31] – qu’il prononce à l’occasion de sa mise en retraite et donc de son départ de Guingamp après 9 ans de service, ne mentionne pas ce fait lorsqu’il revient sur son parcours. S’il insiste sur les qualités militaires de l’unité, nécessairement remarquables, il ne dit en revanche rien de cette formation musicale. Sans doute a-t-il simplement donné son accord pour l’exécution d’un projet porté par l’un de ses subordonnés, en l’occurrence Henri Miche de Malleray[32]. On soulignera toutefois un étonnant paradoxe dans cette présentation de l’histoire de la création de la clique du 48e RI : il n’y est jamais question de musiciens et encore moins du chef de musique Jacques Testet. Pourtant, les travaux de l’ethnomusicologue L. Bigot ont récemment souligné toute son importance puisque c’est lui qui compose « Menez Bre », la marche du 48e RI[33]. Comment interpréter une telle absence ? Faut-il y voir la preuve d’un quelconque clivage politique ? L’hypothèse est séduisante mais en l’état actuel de la documentation, rien ne permet de l’étayer. Toujours est-il qu’à en croire Taldir Jaffrennou, la clique de binious du 48e RI disparaît en 1905 à la suite de la réduction à deux ans du service militaire. Il affirme même en 1937 : « On prétexta qu’on n’avait plus le temps d’apprendre le biniou et que la formation militaire exigeait un emploi du temps serré »[34].


[1] Jaffrennou, Taldir, « Les binious militaires », An Oaled. Le Foyer breton, 5e année, Tome 7, n°37, 3e trimestre 1931, p. 233-234.

[2] A ce propos on lira avec intérêt Diaz, Anne, « Gallos » et « Bretons » : représentations de l’Autre et mobilisation de la frontière linguistique dans les processus de construction identitaire : une approche anthropologique de la limite entre Haute et Basse-Bretagne, thèse de doctorat d’ethnologie sous la direction de Le Coadic, Ronan et Pesteil, Philippe, Rennes, Université Rennes 2, 2018.

[3] Carney, Sébastien, Breiz Atao ! Mordrel, Delaporte, Lainé, Fouéré : une mystique nationale (1901-1948), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.

[4] Conchard Vermeil, Paul, Le Maréchal Blücher d’après sa correspondance, Paris, Librairie militaire de J. Dumaine, 1877 ; Vermeil de Conchard, commandant, L’assassinat du maréchal Brune épisode de la terreur blanche, Paris, Librairie académique Perrin, 1887. La biographie qui lui est consacrée dans le Dictionnaire international des écrivains du jour fait état de liens de parenté entre Paul-Prosper Conchard de Vermeil, le maréchal Brune et le comte Cabanis, à qui il consacre également un volume. « Conchard (Paul-Prosper Vermeil de), De Gubernatis, A., Dictionnaire international des écrivains du jour, Tome deuxième Comes à Le Loup, Florence, Louis Niccolai Editeur, 1890, p. 677.

[5] Wurtemberg, Guillaume de (traduit de l’allemand par Conchard-Vermeil, lieutenant au 13e régiment provisoire d’infanterie), Mode d’attaque de l’infanterie prussienne dans la campagne de 1870-1871, Paris, Ch. Tanera Editeur, 1871 ; Vermeil de Conchard, chef de bataillon, Historique du 120e régiment d’infanterie, Givet, Imprimerie Albert Dury, 1892 ; Vermeil de Conchard, Capitaine d’infanterie breveté, ex-professeur à l’Ecole militaire d’infanterie, Précis d’histoire militaire rédigé d’après les programmes officiels à l’usage des candidats aux écoles militaires, Paris, Henri Charles-Lavauzelle, 1885.

[6] [http://mediatheque.brive.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=320:le-marechal-brune-numerise&catid=31&Itemid=255 ǀ page consultée le 23 avril 2020]

[7] « Variétés », Revue de l’Instruction publique, 25e année, n°21, 24 août 1965, p. 327.

[8] Arch. Nat. : LH/1863/19.

[9] Malleray, Henri de, Souviens-toi ! Etape d’un officier de la Troisième République, Paris, E. Sansot et Cie, 1911 ; Malleray, Henri de, Un coup d’œil sur les armées ottomane et grecque, Paris, L. Baudoin, 1898 ; Malleray, Henri de, Une visite aux armées russe et suédoise, Paris, L. Baudoin, 1896 ; Malleray, Henri de, Bouvines, champ de bataille et souvenir, Arras, Sueur-Charruey, 1905 ; Malleray, Henri de, Le Combat des Trente. Gestes d’Armor. Pèlerinages et souvenirs, Vannes, Imprimerie de Lafolye frères, 1906.

[10] Thiesse, Anne-Marie, Ils apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours patriotique, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, 1997 ; Thiesse, Anne-Marie, La création des identités nationales, Europe XVIIIe – XXe siècle, Paris, Seuil, 2001 ; Thiesse, Anne-Marie, La Fabrique de l’écrivain national. Entre littérature et politique, Paris, Gallimard, 2019.

[11] Malleray, Commandant de, Preux d’Armor. Pèlerinages et Souvenirs, Paris, Bibliothèque internationale d’éditions E. Sansot & Cie, 1908, p. 22.

[12] L’Ouest-Eclair atteste sa présence lors du congrès de l’URB qui, en septembre 1904, se tient à Gourin. « Le Congrès de l’URB », L’Ouest-Eclair, 6e année, n°1862, 25 septembre 1904, p. 4.

[13] Curieusement SHD-DAT : 26 N 715/8, JMO 210e RI, 29 mars 1916 ne donne pas d’informations quant aux circonstances de ce décès. Anonyme, Historique du 210e d’infanterie, Dijon, Imprimerie R. de Thorey, 1922, p. 9 est lui plus disert et indique : « le lieutenant-colonel de Mallerey est tué par un obus qui lui fauche les deux jambes, à 16 heures, à son poste de commandement qu’il venait juste d’installer au centre même du réduit, au milieu de ses hommes et en dépit de la violence du bombardement ennemi ».

[14] « Remise de décoration », L’Ouest-Eclair, 3e année, n°508, 20 janvier 1901, p. 3 ; « Revues », L’Ouest-Eclair, 8e année, n°3391, 21 juin 1906, p. 4 ; « Dans la Légion d’honneur », L’Ouest-Eclair, 5e année, n°1302, 13 mai 1903, p. 2 ; « Officiers de la Légion d’honneur », L’Ouest-Eclair, 5e année, n°1593, 30 décembre 1903, p. 5.

[15] « Cavalcade de bienfaisance », L’Ouest-Eclair, 8e année, n°3297, 18 mars 1906, p. 4.

[16] « Société d’émulation », L’Ouest-Eclair, 1e année, n°11, 21 novembre 1899, p. 3. Malheureusement, les bulletins de cette société savante n’en conservent pas la moindre trace. Dans son édition datée du 23 novembre 1899, L’Ouest-Eclair en livre le compte rendu suivant : « Hier soir, pendant plus d’une heure, M. de Malleray, capitaine du 48e de ligne, a intéressé son auditoire par sa conférence sur l’armée anglaise. Il a terminé la séance en faisant des projections au moyen de clichés rapportés de son voyage en Angleterre. Ces clichés donnent la silhouette de quelques officiers anglais ainsi que de quelques soldats. La séance a été levée à 10 heures. » « Société d’émulation », L’Ouest-Eclair, 1e année, n°113, 23 novembre 1899, p. 3. D’après ce qu’indique D’Avron, Roger, « L’Armée anglaise », L’Ouest-Eclair, 2e année, n°180, 31 janvier 1900, p. 2 le texte de cette conférence doit paraître au début de l’année 1900 dans La Revue des revues.

[17] « Une division bretonne aux manœuvres d’armées », L’Ouest-Eclair, 3e année, n°788, 10 octobre 1901, p. 2.

[18] Par exemple Vaindy, Jacques, « Gloires délaissées », L’Ouest-Eclair, 6e année, n°1936, 9 décembre 1904, p. 1.

[19] « L’Anti-alcoolisme dans l’armée », L’Ouest-Eclair, 4e année, n°1219, 17, décembre 1902, p. 2.

[20] Le Gall, Erwan, « De la prosopographie dans le cadre d’une monographie régimentaire : l’exemple du 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale », in Bougeard, Christian et Prigent, François (dir.), La Bretagne en portrait(s) de groupe. Les enjeux de la méthode prosopographique (Bretagne, XVIIIe-XXe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, p. 303-314.

[21] Le Gonidec, Marie-Barbara, « Du civil au militaire, du couple à la clique : l’exemple du bagad de Lann-Bihoué », in Le Gonidec, Marie-Barbara, Temps de la guerre versus temps de la paix : l’expression musicale comme agent du lien social, Paris, Editions du CTHS, 2013, en ligne.

[22] Les travaux de P. Malrieu conservent le texte d’une version sur feuille volante de Sao Breiz Izel qui donne une idée de ce qui a pu être entonné en ce 14 juillet 1902 : « Voici finie la nuit, le jour resplendit et la cloche sonne un Ave. Debout, Debout Bretagne, pays sans pareil, le soleil resplendit sur la terre et les oiseaux chantent pour te réveiller ! / Arvor, terre sainte, je t’aime. Les enfants chantent en rassemblant les bêtes les complaintes pas encore perdues. / Arvor, protège tes enfants ! » Le fait que ce chant soi entonné à l’occasion du 14 juillet dit bien l’emboitement des identités selon une logique de gigognes patriotiques.

[23] « Guingamp », La Dépêche de Brest, 16e année, n°5233, 16 juillet 1902, p. 3.

[24] « Musique du 48e de ligne », L’Echo Guingampais, 65e année, 12 juillet 1902, p. 1. Il en est d’ailleurs de même lors du concert du dimanche suivant dont le programme est présenté dans le même journal.

[25] « Fête nationale du 14 juillet 1902 », Le Journal de Guingamp, 49e année, 12 juillet 1902, p. 1 ; Epron, Aurélie, Histoire du gouren (XIXe-XXe siècles) : l’invention de la lutte bretonne, thèse de doctorat en STAPS sous la direction de Robene, Luc, Rennes, Université Rennes 2, 2008.

[26] « La fête nationale à Guingamp », Le Journal de Guingamp, 49e année, 19 juillet 1902, p. 1.

[27] Arch. dép. CdA : 1 R 1122. 807.

[28] « Les décorations du 14 juillet », L’Indépendant Guingampais, 8e année, n°393, p. 1. Ajoutons que l’article ne dit rien du répertoire interprété lors de ce 14 juillet et se contente de rapporter que « la chaleur était si intense que plusieurs soldats ont été frappés d’insolation pendant la revue ».

[29] « Allocution de M. Jaffrennou (barde Taldir) à Plozévet », Le Citoyen, 30e année, n°33, 4 septembre 1937, p. 2. Détail intéressant, Taldir Jaffrennou affirme, alors qu’il ne mentionne pas ce fait dans l’article qu’il publie 6 ans plus tôt dans An Oaled, « J’ai ouï dire à mon père, capitaine de mobilisés du Finistère au camp de Conlie, que plusieurs compagnies possédaient des sonneurs de binious ».

[30] Pour une approche institutionnelle du phénomène se reporter à Bouzard, Thierry, L’Orchestre militaire français. Histoire d’un modèle, Paris, Editions Feuilles, 2019.

[31] « Départ du colonel du 48e », L’Ouest-Eclair, 9e année, n°3278, 6 janvier 1908, p. 3.

[32] C’est ce que suggère « Allocution de M. Jaffrennou… », art. cit.

[33] Bigot, Laurent, « Musique aux armées. Le Menéz Bre, un pas redoublé… sur des airs bretons », Musique bretonne, n°244, juillet-août-septembre 2015, p. 34-39.

[34] Ibid.


3 réflexions sur « La naissance de la clique de binious du 48e RI »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.