Fiche matricule de Jean Moulin (détail). Arch. dép. Hérault : 1 R 1328.993.

Fiches matricules et domiciliation

Bien connues des historiens du fait militaire et guerrier, les fiches matricules du recrutement sont des archives précieuses qui jouissent d’une réputation flatteuse. Produits le plus achevé de la science administrative de l’époque, elles sont censées ne contenir que peu d’erreurs et retranscrire fidèlement le parcours des individus auxquels elle se rapportent[1]. C’est d’ailleurs bien ce qui conduit un historien comme S. Chatillon à centrer sur cette archive son étude sur les poilus de Haute-Savoie. Pour autant, la réalité est sans doute plus complexe que cela… ce qui inévitablement conduit à interroger la fiabilité de la source.

Pour cela, et ce de manière fort classique du reste, il faut s’interroger sur les conditions de production du document. Bien entendu, on peut toujours relever un certain nombre d’erreurs humaines, conséquences de l’institution militaire elle-même. C’est en effet une chose que l’on a trop souvent tendance à oublier mais derrière la fiche matricule il y a un militaire chargé de la remplir, autrement dit un homme avec ses compétences et ses faiblesses, ses moments d’égarement et d’inattention. Mais pas uniquement…

Dans un bureau de recrutement, sans lieu ni date. Collection particulière.
Dans un bureau de recrutement, sans lieu ni date. Collection particulière.

Et c’est là que les choses commencent à se compliquer car, contrairement à ce que l’on pourrait croire, la fiche matricule du recrutement n’est pas une archive strictement militaire. Elle est en effet, comme le rappelle dès les années 1970 l’historien J. Maurin, co-produite par la sphère civile, notamment en ce qui concerne les indications de domiciliation puisque celles-ci doivent être transmises au bureau de recrutement par l’intéressé lui-même et suivant des modalités très précises. En effet,

« Domicile et résidence sont, en principe, deux notions distinctes. Une circulaire de 1912 en rappelle le sens : un homme change de domicile s’il quitte sans esprit de retour sa commune d’origine et qui est inscrite sur son fascicule de mobilisation ; il change seulement de résidence s’il ne part pas sans esprit de retour. »[2]

Curieusement, ces informations n’ont pas été beaucoup utilisées par les historiens des migrations. Il est vrai que la distinction entre domicile et résidence est de nature à induire un sérieux biais puisque les mouvements temporaires, mais néanmoins réguliers, n’apparaissent pas alors qu’ils constituent à l’évidence une part importante du phénomène. Que l’on songe par exemple aux paysans bretons partis faire « la saison » en Beauce à l’occasion des récoltes.

Scène de moisson en Beauce. Carte postale. Collection particulière.
Scène de moisson en Beauce. Carte postale. Collection particulière.

Pourtant, lorsqu’on compile ces données à une vaste échelle, elles donnent un panorama beaucoup moins figé que ce que l’on pourrait de prime abord croire. Pour le dire autrement, ces archives délivrent une vision très mobile, dynamique, de la société française du début des années 1910. Ainsi, pour ne prendre que l’exemple du 47e RI pendant la Première Guerre mondiale, on s’aperçoit que l’unité incorpore des individus que la guerre trouve à Saint-Malo, Saint-Brieuc et Guingamp mais également à Paris, à Londres ou encore à Buenos Aires. Certes, ces trajectoires restent rares mais elles ne sont pas non plus complètement exceptionnelles. Les fiches matricules de recrutement permettent ainsi de retrouver 3 fantassins du 47e RI morts pour la France pendant la Grande Guerre et qui, bien qu’originaires des Côtes-du-Nord et d’Ille-et-Vilaine, déclarent être domiciliés à Issy-les-Moulineaux avant le conflit. Pour le Havre, important foyer d’immigration bretonne, ce sont 8 individus que l’on parvient à identifier[3]. Pour Paris, le phénomène est encore plus important et ce sont 53 poilus nés en Ille-et-Vilaine, dans les Côtes-du-Nord ou en Morbihan, mais résidant dans la capitale avant leur incorporation au 47e RI, que l’on peut identifier.

Résidant dans la capitale ou plus précisément déclarant résider dans la capitale. L’archive étant en effet constituée sur la base des renseignements fournis par les intéressés eux-mêmes, des lacunes sont nécessairement à craindre. La fiche matricule de Joseph Jacob, le fondateur du Cercle celtique de Paris qui rencontre au printemps 1919 le président américain Woodrow Wilson, est à cet égard particulièrement intéressante : si cette source fait état de plusieurs domiciliations différentes pour le début des années 1890, on ne dispose plus d’informations pour les années suivantes. Est-ce à dire qu’il reste jusqu’à la déclaration de guerre dans son logement de la rue de Linois ?[4] Et qu’en est-il des autres conscrits ? Peut-on sur la foi d’informations ne figurant pas sur leur fiche matricule penser qu’ils n’ont pas émigré en région parisienne ou au Havre ? Opérant « une analyse critique du contenu des fiches matricules », J. Maurin pense que ces archives sont globalement fiables[5]. Pourtant un exemple comme celui de Joseph Jacob est assurément de nature à susciter le doute : n’est-il pas un très respectable fonctionnaire du Ministère des Finances, c’est-à-dire un homme par définition au fait des nécessités administratives ?

A cette inconnue déjà délicate à prendre en charge pour les historiens de la Première Guerre mondiale vient s’ajouter une autre, celle née de la perspective diachronique. Autrement dit, comment les pratiques évoluent-elles dans le temps, tout particulièrement, pour ce qui nous intéresse ici, en ce qui concerne les individus appelés à effectuer leur service militaire dans les années 1920 ou 1930 ? Là encore, on se gardera bien de produire une réponse définitive mais une fiche matricule, conservée aux Archives départementales de l’Hérault, nous semble à cet égard particulièrement riche d’enseignements. Il s’agit de celle de Jean Moulin[6]. Son parcours militaire est bien connu et l’on sait que, né en 1899 à Béziers, il ne fait « que » frôler la Grande Guerre. S’en suit une brillante carrière oscillant, au gré des scrutins, entre postes préfectoraux et cabinets ministériels, notamment auprès de Pierre Cot[7].

Carte postale. Musée de Bretagne: 993.0011.340.
Carte postale. Musée de Bretagne: 993.0011.340.

C’est ainsi que Jean Moulin est nommé sous-préfet de Châteaulin, dans le Finistère. Bien entendu, il n’est pas en permanence dans son arrondissement. Son activité professionnelle lui impose de fréquents déplacements à Paris et on le connait, par ailleurs, amateur de sports d’hiver. De plus, on sait que les nominations préfectorales sont par nature temporaires tant le mouvement dans ce corps est important. Aussi, si l’on reprend les termes des définitions formulées plus haut par J. Maurin, Jean Moulin n’est pas au sens strict un résident du département du Finistère. Mais cette remarque vaut fondamentalement pour tous les postes préfectoraux occupés par celui qui sera Rex. Or il est intéressant de remarquer que si la fiche matricule de Jean Moulin fait bien état de sa domiciliation à Chambéry, en tant que « chef de cabinet », ainsi que de sa domiciliation à Chartres, en Eure-et-Loir, à la préfecture, elle ne dit en revanche rien de son passage à Châteaulin. A l’évidence, le représentant de l’Etat dans cet arrondissement du Finistère a omis de prévenir le bureau de recrutement de Béziers de sa nouvelle affectation. De quoi laisser particulièrement songeur quant à la fiabilité des indications de domiciliation figurant sur les fiches matricules de recrutement…


[1] Pour une présentation synthétique de cette source se reporter à Mouflet, Jean-François, « Les registres de matricules militaires », in Nivet, Philippe, Coutant-Dayde, Coraline et Stoll, Mathieu (dir.), Archives de la Grande Guerre. Des sources pour l’histoire, Rennes, Archives de France / Presses universitaires de Rennes, 2014, p. 55-56.

[2] Maurin, Jules, Armée, Guerre, société. Soldats languedociens (1899-1919), Paris, Publications de la Sorbonne, 1982, p. 49.

[3] Sur l’histoire des Bretons du Havre se reporter à Perrono, Thomas, « Le Havre, au temps des migrations bretonnes », ArMen, n°216, janvier-février 2017, p. 16-23.

[4] Arch. dép. CdA : 1 R 982.2001.

[5] Maurin, Jules, Armée, Guerre, société…, op. cit., p. 51.

[6] Arch. dép. Hérault : 1 R 1328.993.

[7] Pour de plus amples développements et parmi une bibliographie très riche on conseillera le stimulant et très accessible Azema, Jean-Pierre, Jean Moulin. Le rebelle, le politique, le résistant, Paris, Perrin, 2003.


1 réflexion sur « Fiches matricules et domiciliation »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.