Scène de combat, sans lieu ni date. Creative commons.

Pierre de Portgamp ou la portée heuristique du T

Source précieuse tant elle est riche, la fiche matricule de recrutement est une archive qui peut également se révéler redoutablement piégeuse. C’est ce que rappelle l’exemple du poète Pierre de Portgamp, individu qui semblait être mobilisé sous l’uniforme du 75e RI mais qui en réalité combat sous l’uniforme d’une unité de territoriaux bretons. Or, de prime abord anodine, cette affectation fait surgir de nouvelles hypothèses…

Sur un conseil de notre ami Y. Lagadec, nous avons été invité à tester l’hypothèse selon laquelle Pierre de Portgamp, ou plutôt Emile Durand, ne servirait pas au 75e RI de Romans mais au 75e RIT de Rennes. A première vue, cette hypothèse semble assez vraisemblable si l’on veut bien se rappeler, d’une part, de la réalité du recrutement régional en 1914, d’autre part de l’âge de l’intéressé : notre poète naît en effet en 1879 et est donc âgé de 35 ans lors de la mobilisation générale.  Mais la fiche matricule de l’intéressé, document conservé aux Archives départementales de Loire-Atlantique est pour sa part formelle : c’est bien au 75e RI qu’Emile Durand est mobilisé. Il est même nommé caporal au sein de cette unité le 1er janvier 1915 puis sergent le 24 juin 1915[1].

Dès lors qui croire ? La réponse nous est fournie par la fiche matricule de recrutement en la confrontant à une deuxième source : le journal des marches et des opérations du 75e RIT. En effet, il est indiqué sur la fiche matricule du recrutement qu’Emile Durand part aux armées le 13 août 1914. Or cette date correspond, d’après le JMO de l’unité, à la « date du départ du 75e Régiment territorial de Rennes pour Paris », à 8h28 du matin très précisément[2]. Le 75e RI quitte pour sa part Romans le 5 août 1914 : il n’y a désormais plus de doute possible, c’est bien sous l’uniforme d’un régiment breton et de surcroît territorial qu’Emile Durant et son double poétique Pierre de Portgamp partent en campagne[3].

Au-delà du simple cas de cet homme de lettres, ce splendide piège archivistique – à tel point qu’on est réellement en droit de se demander comment l’administration militaire parvient à s’y retrouver… – nous semble éminemment fécond. En effet, ce que montre cette source c’est qu’elle ne peut se satisfaire d’un traitement uniquement sériel, qui consisterait en une lecture horizontale et, il faut bien l’avouer, nécessairement superficielle de centaines ou de milliers de documents semblables, dans une perspective classiquement quantitative. Ce que rappelle un exemple tel que celui que nous fournit Emile Durand, c’est qu’avant d’en arriver à une telle démarche, on ne peut, sous peine de raisonner à partir d’une base de données éminemment polluée, faire l’économie d’une lecture en profondeur, biographique, de la fiche matricule du recrutement.

3 soldats du 75e RIT posent avec une femme, probablement lors de l’hiver 1914-1914. Collection particulière.
3 soldats du 75e RIT posent avec une femme, probablement lors de l’hiver 1914-1914. Collection particulière.

En revanche, il est certain que du point de vue de la source de départ, le fait qu’Emile Durand soit incorporé sous l’uniforme du 75e RIT, et non du 75e RI, ne simplifie pas les choses : même si l’historique officiel du régiment fait état d’un nombre certain de morts, l’expérience combattante du 75e RIT n’a rien à voir avec celle du 75e RI[4]. Dès lors, comment interpréter la fameuse « licence poétique » du territorial et notamment cette phrase où Pierre de Portgamp explique que « les tranchées allemandes étaient si calmes qu’on s’accoutumait à croire que personne ne les habitait plus » ? Faut-il y voir un strict reflet de l’expérience au front d’Emile Durand ? Et quel sens donner à cette pancarte portant la mention « Au cirage musical Fa Si La Si Ré » ? En l’état actuel de la documentation, c’est bien la prudence qui doit s’imposer…

Malheureusement, cette affectation au 75e RIT ne permet pas de comprendre comment s’établit la connexion entre Emile Durand et Antoine Yvan. En effet, ce dernier effectue son service militaire au 41e RI entre novembre 1902 et septembre 1903, avant de bifurquer en 1906, à l’occasion d’une période de réserve, vers le 47e RI, alors que Pierre de Portgamp n’arrive dans ce quartier d’infanterie rennais que pour la mobilisation générale. C’est en effet sous l’uniforme du 65e RI de Nantes qu’il effectue son service militaire puis ses deux périodes de réserve[5]. Or tout porte à croire que les quartiers du 41e RI constitue un centre, si ce n’est névralgique, au moins important de l’Emsav en Haute-Bretagne, et plus singulièrement à Rennes.

Ceci ne doit pas surprendre. Cet espace clos qu’est la caserne est également un lieu où se créent, se développent voire même se poursuivent des réseaux de sociabilité, qu’il s’agisse de connaissances entre « pays » mais également entre sportifs – ceux-ci sont par exemple attestés au sein des casernes du 47e RI pour les footballeurs de l’Union sportive de Saint-Servan – ou, pour ce qui nous concerne ici, entre militants bretons. Or force est de constater que de nombreuses figures connues de l’Emsav gravitent au sein ou autour du 41e RI et des deux autres unités qui en découlent : le 241e RI et le 75e RIT. En effet, outre Pierre de Portgamp et Antoine Yvan, on sait que Théodore Botrel est très lié à ce régiment.

Groupe de fantassins du 41e RI sur les marches de la caserne Saint-Georges, sans date. Musée de Bretagne : 991.0041.2.2.
Groupe de fantassins du 41e RI sur les marches de la caserne Saint-Georges, sans date. Musée de Bretagne : 991.0041.2.2.

Mais d’autres pistes peuvent être envisagées. On sait en effet qu’à partir de 1905 le Cercle républicain d’enseignement laïque d’Ille-et-Vilaine dispense aux conscrits des 41e RI et 7e RAC des « cours d’enseignement industriel, commercial et agricole »[6]. Or, qui trouve-t-on aux côtés de Victor Basch et Henri Sée parmi les fondateurs de cette institution ? L’éminent celtisant – et par ailleurs conseiller municipal de Rennes – Georges Dottin. Retraçant son activité à partir des Bulletins du Cercle républicain départemental d’enseignement laïque, H. Baudru montre que l’histoire, et plus précisément encore l’histoire de la Bretagne et de l’Irlande, ne sont pas absentes des cours délivrés dans ce cadre par celui dont on sait qu’il dirige également la thèse de Taldir Jaffrennou, figure éminente du premier Emsav. D’ailleurs, cet historien évoque le cas d’un certain René Guedon, individu décrit comme étant un « étudiant en langues et littératures celtiques » et qui confesse aux tranchées penser à « Evallach le Roi Pêcheur, à la déesse Brigit et à Tir-na-nog »[7]. Malheureusement, nous ne sommes pour l’heure pas parvenus à retrouver la fiche matricule de celui qui est, selon toute vraisemblance, un étudiant de Georges Dottin.

On pourra néanmoins s’étonner du parallèle qui est fait dans ce billet entre ce Cercle et les casernes du 41e RI. C’est oublier que ces deux institutions sont non seulement éminemment républicaines mais qu’elles sont également fermement émancipatrices. Les cours dispensés par Georges Dottin et ses camarades radicaux et socialistes au sein du Cercle républicain d’enseignement laïque d’Ille-et-Vilaine ont, d’après ce que peut nous en dire l’historien H. Baudru, clairement l’ambition « d’élever le peuple », dessein qui repose sur la croyance en un sens de l’histoire. Or, étonnement, cette idée est mise en exergue par L’Historique sommaire du 75e régiment d’infanterie territoriale où sert donc Pierre de Portgamp. Publié en 1920, cet opuscule porte en couverture ces quelques mots : « Pour la libération du monde par le sacrifice héroïque des fils de France ».


[1] Arch. dép. Loire-Atl. : Savenay 1899, matricule 2802.

[2] SHD-DAT : 26 N 790/6, JMO 75e RIT, 13 août 1914.

[3] SHD-DAT : 26 N 661/1, JMO 75e RI, 5 août 1914.

[4] Anonyme, Historique sommaire du 75e régiment d’infanterie territoriale, Paris, Henri Charles-Lavauzelle, 1920.

[5] Arch. Paris : D4R1 1062.3554 et Arch. dép. Loire-Atl. : Savenay 1899, matricule 2802.

[6] Baudru, Hervé, « Georges Dottin (1863-1928) : un combat pour la République », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, Tome 104, n°2, 1997, p. 86.

[7] Baudru, Hervé, « Le Cercle républicain d’enseignement laïque d’Ille-et-Vilaine, 1904-1927 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, n°109-2, 2002, p. 103-114.


1 réflexion sur « Pierre de Portgamp ou la portée heuristique du T »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.