Insigne du 35e RAD. La devise de l'unité est « Mourir en chantant ». Musée de Bretagne : 2010.0035.31.

14 juillet 1938 : accident du travail au 35e RAD

Les Archives municipales de Ploemeur conservent une passionnante liasse improprement – et pour une raison qui nous échappe – intitulée « Dossier Le Bruchec »[1]. Passionnants, les documents qu’elle contient permettent, dans le prolongement de nos travaux de thèse sur la culture professionnelle des combattants de la Première Guerre mondiale, d’approfondir pour les années 1930 le lien entre uniforme et travail[2]. Car c’est bien sous l’angle du « métier militaire » que les appelés envisagent leurs périodes sous les drapeaux, ce qui n’est pas sans mettre en lumière certains vides juridiques en termes de protection sociale.

               L’accident

De quoi s’agit-il ? D’un accident tellement anodin que la presse locale ne juge même pas nécessaire de l’évoquer. Appelé au 35e régiment d’artillerie divisionnaire (RAD) de Vannes pour une période de réserve, un certain Jean Bruchec est « blessé en service commandé » :

« Le 14 juillet 1938, au cours d’une corvée, la jument qu’il conduisait, sans cause apparente, prit brusquement le trot et le galop. Après avoir vainement essayé de contenir l’animal, et pour n’être pas atteint par le tombereau qu’il conduisait, Bruchec essaya de se garer et tomba dans un caniveau où il se fractura la jambe. »[3]

Banal, cet accident que l’on imagine bien volontiers douloureux, n’est pour autant pas sans conséquences pour l’infortuné réserviste : « Transporté à l’hôpital militaire de Vannes, il fut dirigé ensuite sur l’hôpital maritime de Lorient, d’où il est sorti le 10 septembre 1938, et n’a pu reprendre son travail que le 15 novembre »[4]. C’est là le début d’un complexe et éminemment signifiant imbroglio administratif.

Le village de Kerroc'h en Ploemeur, première moitié du XXe siècle. Photographe d'Henri Laurent-Nel. Musée de Bretagne: 996.0061.27.
Le village de Kerroc’h en Ploemeur, première moitié du XXe siècle. Photographie d’Henri Laurent-Nel. Musée de Bretagne: 996.0061.27.

Nous ne disposons malheureusement que de très peu d’informations sur Jean Bruchec. Nous savons toutefois qu’il réside en Kerroc’h, l’un des nombreux villages de la très étendue commune qu’est Ploemeur[5].  Sa fiche matricule n’est pas disponible en ligne sur le site des Archives départementales du Morbihan, appartenant sans doute à une classe postérieure à 1921. Par ailleurs, son nom n’apparaît pas dans la dernière synthèse en date sur la Seconde Guerre mondiale à Ploemeur[6]. Nous devons donc pour l’heure nous contenter des informations contenues dans la liasse conservée par les Archives municipales de Ploemeur : à la fin des années 1930, Jean Bruchec est marié et père de deux enfants. Sans doute déclare-t-il lors de son passage devant le Conseil de révision exercer la profession d’ouvrier agricole ou encore de journalier. Peut-être même travaille-t-il à la mine de kaolin située sur la commune ?[7] Mais si ses revenus sont de toute évidence modestes, il n’est toutefois pas sans réseaux : suite à l’accident survenu le 14 juillet 1938 sous l’uniforme du 35e RAD, il bénéficie d’interventions du maire de Ploemeur, et par ailleurs directeur de la mine des Kaolins d’Arvor, Marcel Guihot, mais aussi de l’expertise d’un agent d’assurances et même de démarches entreprises par le député socialiste Louis L’Hévéder.

Pour autant, les archives montrent que Jean Bruchec est un homme de condition modeste, à la tête d’un foyer ne disposant de pas ou de très peu de réserves de trésorerie :

« Du 10 juillet au 15 novembre [1938], BRUCHEC n’a touché que 15 jours de solde militaire, et c’est tout. Or, il est évident que ce n’est pas avec cela qu’il a pu subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille. »[8]

Ecrite dans le but de faire valoir auprès du général commandant à Nantes la 11e région militaire, cette phrase est significative en ce qu’elle envisage le passage sous les drapeaux non plus uniquement du point de vue d’un service rendu à la Nation mais aussi d’une activité rétribuée en espèces sonnantes et trébuchantes. Autrement dit, pour Jean Bruchec, l’emploi d’artilleur est peut-être imposé par les textes réglementaires régissant la conscription et les périodes de réserve, il n’en procure pas moins un revenu d’autant plus indispensable qu’il ne dispose pas d’autres ressources pour nourrir sa famille. Contexte militaire oblige, il ne perçoit pas un salaire mais une solde : pour autant, du point de vue de l’économie du ménage, la finalité reste la même.

               Un régime de non-droit

On comprend dès lors pourquoi Jean Bruchec et ses conseils se tournent vers l’autorité militaire, sollicitant jusqu’au Ministre de la Guerre – et alors Président du Conseil – Edouard Dalladier, pour faire valoir ses droits. L’accident avec l’impétueuse jument ayant eu lieu « en service commandé », c’est donc en toute logique l’armée qui est responsable et doit couvrir la perte de revenus de l’artilleur. C’est ce qu’explique très clairement Marcel Guihot au commandant de la 11e région :

« Vous reconnaitrez sans peine, mon Général, que cette situation est particulièrement angoissante et anormale. Si cet homme avait été blessé d’un accident du travail, il aurait eu droit aux indemnités légales de demi-salaires, etc… S’il avait été malade, il aurait eu droit aux prestations prévues par les assurances sociales. »

Et d’insister : « Bruchec blessé en service commandé n’a pu subvenir, pendant plus de quatre mois aux besoins de sa famille, composée de sa ferme et de deux enfants qu’en empruntant et en demandant du crédit au boulanger, car les petites économies ont été rapidement absorbées »[9]. La seule faveur dont il a pu bénéficier est la gratuité des soins médicaux[10].

L’hôpital maritime de Lorient où est soigné Jean Bruchec après son séjour à l’hôpital militaire de Vannes. Carte postale. Musée de Bretagne : 993.0133.2100.
L’hôpital maritime de Lorient où est soigné Jean Bruchec après son séjour à l’hôpital militaire de Vannes. Carte postale. Musée de Bretagne : 993.0133.2100.

Or ce que montre cette affaire, c’est combien l’action sociale militaire prévue pour être déployée en réparation de dommages de guerre, et plus précisément pour ce qui nous concerne ici de la séquence 14-18, est inadaptée au service en temps de paix. C’est ainsi que l’on apprend grâce à cette passionnante liasse conservée aux Archives municipales de Ploemeur que le colonel commandant le 35e RAD à Vannes est dans l’impossibilité d’accorder un secours à Jean Bruchec, sa situation n’entrant dans aucun des cadres prévus par les règlements. Les services du ministre de la Guerre le reconnaissent d’ailleurs bien volontiers :

« La réglementation en vigueur ne permet pas d’attribuer une indemnité à titre de réparation civile.

Les droits des militaires atteints de blessures contractées en service sont uniquement ceux définis par la loi du 31 mars 1919, qui envisage l’attribution d’une pension, en cas d’invalidité persistante régulièrement établie. »[11]

Autrement dit, si une « incapacité permanente » devait découler de sa fracture à la jambe, alors Jean Bruchec pourrait passer devant une commission de réforme pour solliciter une pension. Un tel imbroglio amènerait presqu’à penser qu’au bout du compte le malheureux artilleur n’est pas assez blessé pour pouvoir prétendre à quoi que ce soit. Bref, il s’agit là d’une histoire à première vue ubuesque. Et pourtant…

               Un contexte porteur

La requête formulée par Jean Bruchec pourra paraître étonnante, elle n’en demeure pas moins conforme aux représentations de l’époque. Or celles-ci ne doivent pas tromper. Certes, les militaires de carrière rechignent à évoquer leur service sous l’angle du travail, puisqu’ils sont engagés « au service de la Nation ». C’est d’ailleurs pour cela qu’ils perçoivent une solde et non un salaire. Mais il n’en demeure pas moins que lorsqu’il s’agit d’en réclamer l’augmentation, l’analogie est rapidement dressée. C’est notamment ce que rappelle un article publié le 16 juillet 1938 – donc deux jours après l’accident de Jean Bruchec – par L’Avenir de Vannes :

« [l’officier] n’a obtenu son grade qu’après de coûteuses études ou de longs services ; il est soumis à des obligations et à des contraintes que maints ouvriers ou employés jugeraient insupportables. Or, un sous-lieutenant ne touche que 1 375 francs par mois. A l’échelon le plus élevé de son grade, il atteindra 1 511 francs. Or, un manœuvre spécialisé de la métallurgie gagne en moyenne 1 520 francs pour 21 jours de travail. »[12]

Par ailleurs, l’accident dont est victime Jean Bruchec survient dans une période caractérisée par un certain nombre d’acquis sociaux. Certes, à l’été 1938, le Front populaire n’est plus qu’un vieux souvenir. La chute de l’éphémère – 28 jours – cabinet Blum II le 10 avril 1938 sonne le glas de la coalition gouvernementale parvenue au pouvoir à la suite des élections législatives de 1936. Mais l’on sait la situation particulièrement complexe en Morbihan puisque si la droite sort clairement gagnante de ce scrutin – seul le socialiste Louis L’Hévéder est élu dans la circonscription Lorient 1 – la gauche marque incontestablement des points. Si l’on ignore – faute d’archives – l’évolution des effectifs du Parti communiste dans le département, ceux de la SFIO sont en revanche clairement à la hausse : 810 adhérents en 1934 mais 2 200 en 1938[13]. A cela s’ajoutent les bénéfices de la loi du 31 mars 1919 et l’émergence d’un véritable proto-Etat providence prenant en charges les anciens combattants, les mutilés et les victimes de guerre (veuves, orphelins…). Enfin, l’exemple d’un Emile Marcesche, véritable tycoon de l’industrie lorientaise et propriétaire des Kaolins d’Arvor où travaille peut-être l’infortuné artilleur, mais que dirige Marcel Guihot, montre qu’il existe aussi des patrons sociaux, quoique volontiers paternalistes : instaurant dès 1905 une caisse de secours et de maladie pour ses employés, il développe aux Kaolins d’Arvor un service médical gratuit et crée une école pour les enfants des employés.

Pièce d’artillerie, 1940. Musée de Bretagne : 990.0112.63.
Pièce d’artillerie, 1940. Musée de Bretagne : 990.0112.63.

Ce « dossier Bruchec » est particulièrement intéressant. Tout d’abord, il rappelle que quoi que puissent affirmer les représentations mentales érigeant la fin de la IIIe République en régime agonisant et sclérosé, la chaîne des élus continue de bien fonctionner. Saisi par un administré, le maire centriste[14] de Ploemeur travaille main dans la main avec le député socialiste Louis L’Hévéder jusqu’à saisir le Ministre de la Guerre et Président du Conseil Edouard Dalladier afin d’obtenir satisfaction auprès du général commandant la 11e région militaire. Ces archives montrent en effet comment, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, le temps sous l’uniforme est assimilé à un travail, notion qui renvoie à l’idée d’un « métier militaire ». D’ailleurs, le commandant du centre d’administration territorial de la 11e région militaire écrit le 22 mars 1939 au maire de Ploemeur pour l’informer qu’il a été alloué, suite à la demande formulée par l’édile, « un secours de 500fr par D.M. n°1448 C du 10 mars 1939 »[15]. Or cette somme, de l’aveu même du colonel Morel commandant le 35e RAD, correspond à une « indemnité en rapport avec les journées de travail perdues »[16]. Point de génération spontanée ici mais, au contraire, l’ombre portée de la Première Guerre mondiale puisqu’on sait que c’est aussi à la manière d’un travail, travail imposé par les circonstances – la guerre et en définitive « le Boche » puisque c’est bien lui qui en est responsable selon les représentations mentales d’alors – mais travail qu’il faut bien effectuer, qu’est appréhendée l’expérience combattante. Comment dès lors s’étonner que le champ lexical du labeur soit aussi présent dans les carnets de combattants de 1939-1940 ?


[1] Arch. mun. Ploemeur : Carton 1540, dossier Le Bruchec.

[2] Le Gall, Erwan, Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, thèse de doctorat d’histoire sous la direction du professeur Capdevila, Luc, Rennes, Université Rennes 2, 2019.

[3] Arch. mun. Ploemeur : Carton 1540, dossier Le Bruchec courrier au général commandant la 11e région militaire, 29 décembre 1938.

[4] Ibid.

[5] Arch. mun. Ploemeur : Carton 1540, dossier Le Bruchec, courrier adressé à Jean Bruchec, selon toute vraisemblance par le maire de Ploemeur, le 9 novembre 1938.

[6] Le Lan, Jean-Yves et Yhuel-Bertin, Emmanuelle (dir.), Ploemeur et la Seconde Guerre mondiale, Le Faouet, Liv’ Editions, 2017.

[7] C’est ce que semble suggérer Arch. mun. Ploemeur : Carton 1540, dossier Le Bruchec, courrier adressé au directeur de la Caisse primaire de l’Union mutualiste, 21 septembre 1938.

[8] Arch. mun. Ploemeur : Carton 1540, dossier Le Bruchec courrier au général commandant la 11e région militaire, 29 décembre 1938.

[9] Ibid.

[10] Arch. mun. Ploemeur : Carton 1540, dossier Le Bruchec, le colonel commandant le 35e RAD au maire de Ploemeur, 26 août 1938.

[11] Arch. mun. Ploemeur : Carton 1540, dossier Le Bruchec, courrier adressé à Jean Bruchec, selon toute vraisemblance par le maire de Ploemeur, le 9 novembre 1938 ; le ministre de la guerre à Jean L’Hévéder le 26 octobre 1939, courrier transmis au maire de Ploemeur.

[12] « La Grande Muette », L’Avenir du Morbihan, 60e année, n°8872, 16 juillet 1938, p. 1.

[13] Pour de plus amples développements on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan et Prigent, François (dir.), C’était 1936. Le Front populaire vu de Bretagne, Rennes, Editions Goater, 2016.

[14] On nous excusera ce terme, volontiers anachronique. Pour autant, le qualificatif de « modéré » pourrait laisser penser que Louis L’Hévéder ne le serait pas, ce qui témoignerait d’un inacceptable jugement de valeur de notre part. Marcel Guihot est élu au premier tour en 1935 à la tête d’une liste d’Union républicaine contre une autre d’Union des gauches. « Les résultats », Le Nouvelliste du Morbihan, 49e année, n°105, 7 mai 1935, p. 4.

[15] Arch. mun. Ploemeur : Carton 1540, dossier Le Bruchec, le commandant du Centre d’administration territorial de la 11e région militaire au maire de Ploemeur, 22 mars 1939.

[16] Arch. mun. Ploemeur : Carton 1540, dossier Le Bruchec, le colonel commandant le 35e RAD au maire de Ploemeur, 26 août 1938.


1 réflexion sur « 14 juillet 1938 : accident du travail au 35e RAD »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.