Le fameux général présent à ce mariage et que l'on cherche à identifier (capture d'écran). Cinémathèque de Bretagne: Saint-Brieuc et divers : 1927-1934 {rushes} [3849] 1927 à 1934 | Louis Bogrand.

Mais que fait le général Léon Godfroy à ce mariage ?

Il n’aura donc fallu que quelques minutes à Kevin Maggi pour identifier cet officier général convié au printemps 1933 à un mariage à Saint-Brieuc, individu que l’on a découvert grâce à une passionnante archive issue des collections de la Cinémathèque de Bretagne. La réponse se trouvait dans les colonnes du Moniteur des Côtes-du-Nord, mais dans un article qui avait manifestement échappé à notre vigilance. Même si cela n’excuse en rien notre erreur, on profitera de l’occasion pour souligner l’intérêt de l’OCRisation pour ce type de recherches… Mea culpa donc, même si demeure tout de-même une question lancinante : que fait le général Léon Godfroy, puisque c’est bien de lui dont il s’agit, à ce mariage célébré au printemps 1933 à Saint-Brieuc ?

Dans son édition du 29 avril 1933, le Moniteur des Côtes-du-Nord, dans son carnet mondain, nous apprend que :

« On a célébré le 20 avril en l’église Saint-Michel, le mariage de Mlle Yvonne Bogrand, la gracieuse fille de Mme et M. Louis Bogrand, propriétaire des Grands Magasins du Bon accueil, Croix de guerre, military Cross, avec M. André Dupont, fils de Mme et M. Léon Dupont, industriel à Montreuil-sous-Bois.

[…] Le mariage civil avait été célébré le jour même à l’Hôtel de Ville par M. Brilleaud, maire, qui avait prononcé une délicate allocution. Les témoins étaient M. Léon Godefroy, général de Brigade, chef de l’Etat-Major au Conseil supérieur de la guerre, officier de la Légion d’honneur, croix de guerre, de Paris, et M. Emile Delmas, hôtelier à Paris. »[1]

L’identité du mystérieux officier ne semble faire donc désormais plus aucun doute et, contrairement à ce qu’indique la notice de la Cinémathèque de Bretagne et conformément à l’hypothèse que nous formulions il y a quelques jours, c’est bien du témoin dont il s’agit. Il n’est malheureusement pas évident de revenir sur le parcours de cet officier : s’il est titulaire de la Légion d’honneur, ce qui est parfaitement normal pour un militaire de ce rang, aucun dossier ne figure à son nom sur Léonore. Le Grand Mémorial ne se révèle guère plus utile : si l’on recense 1 730 entrées au nom de famille « Godefroy », aucune ne correspond au prénom Léon. Il faut donc s’en remettre à d’autres sources et, en l’occurrence, aux toujours précieux annuaires officiels de l’armée française. Et c’est ainsi que l’on retrouve la trace, dans l’édition 1936 de l’Annuaire officiel des officiers de l’armée active, d’un certain général de division Léon-Jean-Adrien Godfroy – et non Godefroy comme indiqué par Le Moniteur des Côtes-du-Nord – « commandant la 27e division d’infanterie et le secteur fortifié du Dauphiné »[2]. Et comme par miracle, ce nom renvoie cette fois-ci à un dossier consultable sur la base Léonore des titulaires de la Légion d’honneur…

Malheureusement, celui-ci ne comporte aucun état signalétique et des services, document qui nous aurait permis de reconstituer la carrière de cet officier et d’essayer de formuler quelques hypothèses quant aux liens qu’il entretient avec les époux Bogrand-Dupont. Tout juste sait-on que Léon Godefroy est reçu chevalier de la Légion d’honneur le 28 octobre 1915 alors que, commandant, il est chef d’état-major de la 25e DI. Promu officier en octobre 1920, il est fait commandeur en juillet 1936, élévation qui correspond non seulement aux observations formulées pendant le visionnage des rushes de la famille Bogrand mais probablement aussi à son passage au rang de général de division et à la fonction de commandant de la 27e DI[3]. En fouillant au hasard des moteurs de recherche, on identifie son dossier personnel conservé au Service historique de la Défense sous la cote 13 YD 1540 – ainsi que ses archives conservées sous la cote 1 K 16 – mais, à dire vrai, rien qui ne puisse nous aider dans cette enquête : on ne sait même pas l’arme d’origine de ce militaire, autrement dit s’il s’agit d’un fantassin ou d’un artilleur ! Le Grand Mémorial, lui, ne se révèle d’aucune utilité, ce qui est sans doute à mettre en relation avec le fait que Léon Godfroy soit né à Oran, en Algérie, le 30 octobre 1876.

Carte du département d'Oran (Algérie) dans les années 1880 (détail). Musée de Bretagne: 987.0083.1.102.
Carte du département d’Oran (Algérie) dans les années 1880 (détail). Musée de Bretagne: 987.0083.1.102.

C’est le très précieux site de la Saint-Cyrienne qui nous permet d’en savoir un peu plus sur cet officier, sorti en 1879 de la promotion Alexandre III de l’Ecole spéciale militaire. Fantassin, Léon Godfroy compte parmi les 20 généraux de division formés lors de ces deux années d’enseignement. A Saint-Cyr, il côtoie l’éphémère Président du Conseil et homme d’affaires déchu Frédéric François-Marsal mais également le général de corps d’armée Louis Audibert, chef de l’armée secrète dans l’Ouest pendant la Seconde Guerre mondiale, grande figure de la Résistance en Bretagne et futur député de Loire-Inférieure. Mais, là encore, rien qui puisse nous ramener sur la piste ce mariage célébré au printemps 1933 dans le chef-lieu du département des Côtes-du-Nord.

Pour tenter sortir de l’impasse il faut emprunter un autre chemin basé sur l’hypothèse suivante : Léon Godfroy et Louis-François Bogrand se seraient connus pendant le Première Guerre mondiale et leur amitié se serait perpétuée bien après le conflit, jusqu’à la célébration de cette union. Un détail permet en effet de soutenir cette idée : après avoir servi au 13e régiment de hussards de Dinan puis aux 27e et 23e régiments de dragons, Louis-François Bogrand est détaché à l’état-major de la 1e armée le 28 décembre 1916[4]. Or, d’après ce que l’on peut savoir du dossier de Légion d’honneur de Léon Godfroy, qui encore une fois de plus ne conserve aucun exemplaire de son état signalétique et de ses services, on peut observer que cet officier semble précisément spécialisé dans ces fonctions d’état-major : on se rappelle en effet que c’est en tant que chef d’état-major de la 25e DI qu’il est fait chevalier de la Légion d’honneur à l’automne 1915.

A Breteuil, dans l'Oise, devant le quartier général de la 1e armée, 10 avril 1918. La Contemporaine: VAL 276/05.
A Breteuil, dans l’Oise, devant le quartier général de la 1e armée, 10 avril 1918. La Contemporaine: VAL 276/05.

Mais les adresses relevées dans les différents documents qui composent cette liasse semblent faire état d’une affectation à l’Ecole supérieure de guerre au début des années 1920 et, surtout, pour ce qui nous intéresse dans ce billet, au Grand Quartier Général au cours de l’année 1917. Or de ce centre névralgique de l’armée française de la première Guerre mondiale, les liaisons avec les états-majors d’armées sont continues. C’est ce qui, pour l’heure, permet de formuler l’hypothèse que ces deux hommes se rencontrent dans la deuxième partie du conflit, dans le cadre de leurs fonctions d’état-major. Liant connaissance, ils se prennent réciproquement en amitié jusqu’à devenir très proches, à tel point que Léon Godfroy officie en tant que témoin lors du mariage de la fille de Louis-François Bogrand. Il s’agit-là d’un scénario certes fragile mais, en absence d’archives plus probantes, c’est bien celui-ci qu’il faut privilégier.


[1] « Mariages », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 64e année, n°17, 29 avril 1933, p. 2.

[2] Ministère de la Guerre, Annuaire officiel des officiers de l’armée d’active à la date du 1er juillet 1936, Paris, Librairie militaire Berger-Levrault, 1936, p. 89.

[3] Arch. Nat. : LH 19800035/444/59477.

[4] Arch. dép. CdN. : 1 R 1258.353.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2020, 3 mai). Mais que fait le général Léon Godfroy à ce mariage ? Ar Brezel. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbl3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.