Capture d'écran du site « Territoire et Trajectoire de la Déportation ».

Pour une approche spatiale de la Shoah en Bretagne

Durant les années 1930, la péninsule armoricaine n’est pas ce que l’on peut appeler un important foyer de peuplement juif. Cela ne signifie pas que l’antisémitisme n’y est pas présent, bien au contraire. On se rappelle d’ailleurs qu’à l’été 1899 tous les projecteurs sont braqués sur Rennes, puisque le chef-lieu de la 10e région militaire accueille le procès en révision du capitaine Alfred Dreyfus. Mais le fait est que la déportation par mesure de persécution est statistiquement moins importante en Bretagne que dans d’autres régions de l’hexagone. C’est ce que montre de manière très éloquente la cartographie des enfants juifs déportés depuis la France de juillet 1942 à août 1944, remarquable travail, consultable en ligne, que l’on doit à J.-L. Pinol, E. Debono et S. Zeitoun. Ces historiens invitent en effet à une approche spatiale de la Shoah, démarche à laquelle on ne peut que souscrire et qui nous semble d’autant plus féconde que le numérique permet justement de se livrer à ces stimulants jeux d’échelle[1].

Dès le premier regard, opéré à l’échelle hexagonale, la péninsule armoricaine apparaît comme un territoire relativement épargné par la Destruction. Les points rouges figurant les victimes y sont nettement moins nombreux que dans le reste de l’hexagone, tout particulièrement dans le Morbihan, dans le Finistère et dans les Côtes-du-Nord. On sait d’ailleurs que ce département a pu servir de refuge et l’on connait ainsi l’exemple de la famille Le Quéré, à Trémel, reconnue « Juste parmi les nations » en juillet 2017 par le mémorial Yad Vashem à Jérusalem. Mais les statistiques, glaçantes, attestent l’horreur, et l’ampleur, de la Shoah en Bretagne. Par exemple, en Loire-Inférieure, 236 personnes juives sont déportées par mesure de persécution[2]. En Ille-et-Vilaine, ce chiffre s’élève à 128[3]. En témoigne également, sur une échelle cette fois-ci strictement individuelle, la place laissée vacante par Samy Mizrahi au lycée de garçons de Rennes lors de la rentrée 1944-1945. Résidant au 39, bd de la liberté il est déporté le 3 février 1944 à Auschwitz.

A dire vrai, ceci n’a rien d’étonnant. La Destruction des Juifs est un processus bureaucratique encadré juridiquement par des décrets et des lois[4]. Or le droit est censé s’appliquer partout en France, y compris en Bretagne. Néanmoins, on remarquera que la cartographie des enfants juifs déportés depuis la France de juillet 1942 à août 1944 fait figurer les régions administratives instituées par la fameuse loi du 19 avril 1941. Faut-il en déduire un certain nombre de décalages, notamment chronologiques, entre la Destruction telle qu’elle se déroule en Loire-Inférieure et dans les quatre autres départements bretons ? Certains éléments pourraient le laisser croire à l’instar de L’Ouest-Eclair qui, dans son édition rennaise, publie le 16 octobre 1940 un article destiné « aux juifs » détaillant « les décisions […] prises par le chef de l’Administration militaire en France de l’Armée allemande », et ne le fait pas à Nantes[5]. Mais le calendrier des rafles semble indiquer le contraire. En Loire-Inférieure, la première grande action a lieu le 15 juillet 1942, à la veille donc de celle du Vélodrome d’hiver. 98 personnes sont arrêtées dans tous les arrondissements du département : 28 dans celui de Nantes, 4 dans celui de Châteaubriant et 66 dans celui de Saint-Nazaire. Une seconde rafle est organisée le 9 octobre 1942 – 38 personnes arrêtées – puis une troisième, enfin, le 26 janvier 1944[6]. En Ille-et-Vilaine, le calendrier est sensiblement le même avec deux rafles le 16 juillet et le 9 octobre 1942[7].

Est-ce à dire que la dimension spatiale ne compte pas dans ce processus, que la géographie n’a rien à nous apprendre sur le déroulement de la Shoah en Bretagne ? Rien n’est moins sûr. Confronter la cartographie des enfants juifs déportés depuis la France de juillet 1942 à août 1944 avec celle relative aux installations administratives allemandes et françaises sous l’occupation, base de donnée hébergée par l’Institut historique allemand, fait apparaître un intéressant paradoxe : alors que la péninsule armoricaine abrite trois bases sous-marines essentielles pour le dispositif nazi en Atlantique, équipements qui impliquent d’importants effectifs, la Destruction des Juifs y aurait été statistiquement moins importante, plus particulièrement dans les départements du Finistère et du Morbihan. Un tel constat ne doit néanmoins pas tromper. L’évacuation des villes de Lorient, Brest et Saint-Nazaire, mesure de défense passive prise pour protéger la population des bombardements stratégiques alliés, est bien entendu à prendre en compte puisque la cartographie des enfants juifs déportés est réalisée à partir du lieu d’arrestation[8]. Plus grave encore, il ne faudrait pas tomber dans le piège d’une vision postulant une Kriegsmarine vertueuse face à des SS sanguinaires et une Wehrmacht qui l’est tout autant, et dont le rôle criminel a d’ailleurs été réévalué depuis longtemps par l’historiographie : le massacre de Penguérec, au nord de Brest, est là pour en témoigner[9].

La plage de Port-Maria, à Larmor-Plage, dans les années 1950. A droite se trouve le bas de l’avenue de la plage et dans le prolongement la Mairie. Carte postale. Collection particulière.
La plage de Port-Maria, à Larmor-Plage, dans les années 1950. A droite se trouve le bas de l’avenue de la plage et dans le prolongement la Mairie. Carte postale. Collection particulière.

C’est, à dire vrai, à une échelle micro-historique, individuelle, que l’approche spatiale de la Shoah est semble-t-il la plus prometteuse. L’exemple de Frida Hanen est à cet égard particulièrement intéressant. Contrairement à ce qu’indique la cartographie des enfants juifs déportés, elle n’est pas arrêtée à Lorient à l’âge de 17 ans mais non loin de là, dans la ravissante petite station balnéaire de Larmor-Plage. De nationalité grecque, elle vient s’établir, avec sa famille, dans cette commune en 1938. Ses parents sont commerçants et si elle, sa mère et ses sœurs sont arrêtées le 15 juillet 1942, son père Jacob Hanen l’est le 5 novembre 1942[10]. Or leur domiciliation près de la Mairie les place de facto à proximité des services de l’Etat français mais également d’une antenne du Sipo-SD située non loin de là, avenue de la plage. Il en est de même en ce qui concerne le jeune Samy Mizrahi évoqué précédemment. Résidant au 39, bd de la Liberté, il jouxte ce champ de mars où les troupes allemandes multiplient les prises d’armes, comme autant de démonstrations de force[11]. Les travaux de K. Hamon montrent également que l’appartement où il habite se trouve à quelques encablures seulement de locaux de la Kreiskommandantur et du Parti populaire français ainsi que d’un bureau de recrutement de la Waffen-SS. On mesure dès lors mieux toute l’horreur de ces arrestations, commises au vu et au su de tout le monde. Celles-ci concluent à l’évidence des mois d’angoisse, peur s’inscrivant dans des géographies même pas circonscrites à un quartier mais à un pâté de maisons, voire une rue. Soit autant de théâtres d’une persécution dont on peine aujourd’hui à imaginer combien elle a dû être moralement éprouvante : tous les jours passer devant le palier de son propre bourreau[12].


[1] Le Gall, Erwan avec Prigent, François, « Pour une histoire locale de la France », in Le Gall, Erwan et Prigent, François (dir.), C’était 1958 en Bretagne. Pour une histoire locale de la France, Rennes, Editions Goater, 2018, p. 8-17.

[2] Gualde, Krystel, En Guerres 1914-1918 1939-1945 Nantes & Saint-Nazaire, Nantes, Editions du Château des Ducs de Bretagne, 2013, p. 246.

[3] Laurent, Catherine, Veillard, Jean-Yves et Ferrieu, Xavier, Rennes 1940-1944. La guerre. L’occupation. La libération, Rennes, Editions Ouest-France / Mémorial de Caen / Ville de Rennes, 1994, p. 9. Toczé, Claude et Lambert, Annie, Les Juifs en Bretagne Ve-XXe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, carte n°8 donne des chiffres légèrement différents mais traduisant un semblable ordre de grandeur.

[4] Pour une synthèse Hilberg, Raul, La Destruction des Juifs d’Europe (Tome 2), Paris, Folio, 1999, p. 523-570.

[5] « Aux juifs de Rennes et du département d’Ille-et-Vilaine », L’Ouest-Eclair (Rennes), 42e année, n°16 030, 16 octobre 1940, p. 3 ; L’Ouest-Eclair (Nantes), 42e année, n°16030, 16 octobre 1940.

[6] Gualde, Krystel, En Guerres 1914-1918 1939-1945…, op. cit., p. 243-246.

[7] Laurent, Catherine, Veillard, Jean-Yves et Ferrieu, Xavier, Rennes 1940-1944…, op. cit., p. 10. Sur cette question se reporter à Toczé, Claude et Lambert, Annie, Les Juifs en Bretagne Ve-XXe siècles…, op. cit., chap. 4 : « Le temps des rafles et des déportations (1942-1944) ».

[8] Knapp, Andrew, Les Français sous les bombes alliées 1940-1945, Paris, Tallandier, 2017.

[9] Outre la thèse en cours de D. Poupon et parmi une très riche bibliographie mentionnons Husson, Edouard et Bensoussan, Georges (dossier préparé par), « La Wehrmacht dans la Shoah », Revue d’histoire de la Shoah, n°187, juillet-décembre 2007.

[10] Leroux, Roger, Le Morbihan en guerre 1939-1945, Mayenne, Jacques Floch Imprimerie Editeur, 1978, p. 133.

[11] Laurent, Catherine, Veillard, Jean-Yves et Ferrieu, Xavier, Rennes 1940-1944…, op. cit., p. 36-37.

[12] Une situation qui par bien des égards rappelle Gross, Jan T., Les Voisins – 10 juillet 1941. Un massacre de Juifs en Pologne, Paris, Les Belles Lettres, 2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.