Couple de sonneurs (détail). Musée de Bretagne: 2007.0012.77.

Jean Choleau, les binious du 270e RI et la misère militaire

Le 38e numéro, daté du 4e trimestre 1931, d’An Oaled publie un intéressant témoignage concernant la musique du 270e RI, formation comportant pendant la Première Guerre mondiale des binious[1]. La chose pourra paraître surprenante pour une unité tenant garnison en Haute-Bretagne, elle n’en était pas moins déjà connue et, du reste, signalée par Y. Lagadec[2]. Pour autant, cet article, intéressant à plusieurs égards, permet de mieux comprendre la genèse de cette formation et de revenir sur les ambiguïtés et les frustrations d’un militant de l’Emsav, Jean Choleau.

                Les binious du 270e RI

Ces quelques lignes d’An Oaled sont signées « Jean CHOLEAU Ancien musicien au Front (270e et 70e RI) ». Si le parcours de l’intéressé est en réalité un petit peu plus complexe – nous y reviendrons ultérieurement – sa fiche matricule conservée aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine permet d’en confirmer les grandes lignes. Déclarant lors de son passage devant le Conseil de révision exercer la profession de « fabriquant de flanelle », Jean Choleau contracte le 9 mars 1900 – né le 10 novembre 1879, il a encore 20 ans – un engagement volontaire pour servir 3 ans au 70e RI. Incorporé en tant que soldat de 2e classe, il est fait soldat musicien le 26 septembre 1900. Cette fonction s’avère déterminante pour le reste de son parcours puisqu’il demeurera brancardier pendant toute sa vie militaire, ce qu’atteste d’ailleurs la citation à l’ordre du régiment qui lui est décernée le 1er juillet 1916 :

« Du 20 au 25 juin 1916 sous un bombardement presque continuel, a assuré l’évacuation des blessés et des tués avec un courage et un dévouement admirable. A été blessé »

Sa qualité de combattant est bien entendue reconnue par l’Etat et on sait, toujours grâce à sa fiche matricule, que sa demande de Carte du combattant est transmise pour instruction à Rennes, aux services de la préfecture – en réalité les services de l’Office départemental d’Ille-et-Vilaine des anciens combattants travaillant sous l’autorité du préfet – en décembre 1928[3].

Carte du combattant. Musée de Bretagne: 982.0005.64.
Carte du combattant. Musée de Bretagne: 982.0005.64.

Un point reste néanmoins nébuleux à l’examen de cette archive : en effet, jamais la fiche matricule ne mentionne le 270e RI dans le parcours de Jean Choleau. Si, du fait de son âge, cette affectation n’est pas aberrante, et même fort probable, l’historien ne peut se satisfaire d’un tel flou. Et c’est là que les choses se compliquent. Le seul indice sur lequel se baser pour savoir si cet individu porte effectivement l’uniforme du 270e RI est la citation à l’ordre mentionnée plus haut : les dates indiquées coïncident-elles avec ce que mentionne le journal des marches et des opérations de cette unité ? L’archive n’est pas particulièrement explicite mais rend néanmoins cette affectation crédible. Le 270e RI est alors en Argonne, à Chattancourt, au pied du Mort-Homme, et relève le 71e RI de Saint-Brieuc. S’il n’est pas fait mention de bombardements, et encore moins de la décoration qui nous intéresse, le bilan des pertes sur la période correspond en revanche parfaitement à la réalité décrite par la citation : 9 tués, 37 blessés et 1 disparu[4]. Preuve toutefois des incroyables niveaux de violence engendrés par la Grande Guerre, l’historique officiel du 270e RI qualifie la période de « relativement calme »[5].

Pour autant, il n’y a pas, sur ce point, de quoi mettre en doute la parole de Jean Choleau. Quand il parle de la musique du 270e RI, c’est jusqu’à preuve du contraire et malgré l’imprécision de la fiche matricule, de l’intérieur. La chose mérite d’être précisée car déterminer la composition des musiques régimentaires est loin d’être chose aisée. De surcroît, on profitera de l’occasion pour redire combien il convient de se méfier de la fiche matricule de recrutement en tant qu’archive : éminemment précieuse elle peut également tendre de nombreux pièges, comme ici.

Toujours est-il que le témoignage de Jean Choleau est précieux pour qui s’intéresse à la musique du 270e RI, formation dont on apprend qu’elle n’est constituée qu’à partir de la fin de l’année 1916 et sous la houlette de « M. Bigot, compositeur, qui dirige ou a dirigé les chœurs de l’Opéra » et d’un « Sous-Chef » qui était un certain Levindrey, fils d’instituteur. Parcellaires, ces informations n’en correspondent pas moins à ce que l’on peut croiser dans d’autres archives. C’est ainsi que l’encadrement du 270e RI figurant à la date du 18 novembre 1916 dans le JMO de l’unité fait état d’un certain sous-lieutenant Bigot assurant la fonction de porte-drapeau, celle-ci pouvant parfaitement s’ajouter à celle de chef de musique[6]. Mais, malheureusement, le nom de Bigot étant trop commun, il est illusoire en l’état actuel de la documentation d’espérer retrouver sa fiche matricule – le Grand Mémorial rapporte 7 415 occurrences pour ce nom – et d’en savoir plus à propos de cet individu. Mais tel n’est pas le cas pour Charles Levindrey : né le 13 octobre 1890 à Saint-Didier, une commune située entre Rennes et Vitré, il contracte en 1908 un engagement volontaire pour servir trois ans au 28e RI – une unité tenant garnison à Evreux et Paris – avant de retrouver la vie civile et, selon toute vraisemblance, une existence d’employé de commerce. Rappelé à l’activité militaire du fait de la mobilisation générale, il est incorporé au 270e RI et parvient même à sortir du rang : nommé caporal-tambour le 28 juillet 1915, il est sergent-tambour le 19 janvier 1916 puis adjudant tambour-major le 9 avril 1917[7].

Musique du 70e régiment d'infanterie de Vitré. Cliché datant d'avant la Première Guerre mondiale. Musée de Bretagne: 988.0021.37.
Musique du 70e régiment d’infanterie de Vitré. Cliché datant d’avant la Première Guerre mondiale. Musée de Bretagne: 988.0021.37.

Si cette dernière trajectoire n’a rien d’exceptionnel, il n’en demeure pas moins qu’elle prend tout son sens lorsqu’envisagée par le prisme de la musique régimentaire. Or, force est de constater que celle-ci n’est mentionnée ni au sein du JMO de l’unité, ni dans la fiche matricule conservée par les Archives départementales d’Ille-et-Vilaine. Qu’en déduire ? Que celle-ci n’a aucune existence officielle ? Cela est plausible puisqu’elle n’est également pas mentionnée par l’historique de l’unité[8]. Ceci confirmerait de surcroît l’importance de ce type de formation dans l’entretien de l’endurance combattante : entre affermissement de l’esprit de corps, évasion procurée par la mélodie et plus ou moins subtile pédagogie patriotique pour qui connaît le répertoire de ces orchestres.

                Culture victimaire bretonne

Mais Jean Choleau n’est pas qu’un simple poilu. Dirigeant de l’Union régionaliste bretonne, il compte parmi les fondateurs de la Fédération régionaliste de Bretagne en 1911 et succède en 1920 à François Vallée, le linguiste qui siège au sein du comité Jean IV, à la présidence de cette institution. Proche de Yann Fouéré, il est d’après L. Henry « une personnalité de Vitré » : issu d’une famille d’industriels du textile, il est le président de l’Union des industriels et des commerçants de la ville tout en étant le conservateur du musée et de la bibliothèque de la ville[9]. Et c’est ce parcours bien particulier qui rend son témoignage particulièrement intéressant.

En effet, Jean Choleau explique dans ce numéro d’An Oaled que cette musique du 270e RI prend la succession d’un groupe de sonneurs, vraisemblablement dissout au cours de l’année 1916. Et le militant breton de rapporter que « celui-ci avait été l’objet de toute la sollicitude de l’ancien colonel, un colonial, qui connaissait les Bretons, Vermot d’Hennebont et de son adjoint, le capitaine Lamy, d’Hennebont également ». Si ce dernier individu nous est parfaitement inconnu, tel n’est en revanche pas le cas du colonel Maurice Vermot : fils d’un officier des troupes de marine, ayant participé aux campagnes de Madagascar, de Cochinchine, du Tonkin et du Congo, il commande brièvement le 47e RI avant de rejoindre le 270e de Vitré[10].

C’est à ce moment de l’analyse qu’il faut se rappeler que cet article est publié en 1931, donc 15 ans après les faits évoqués. Autrement dit, ce dont cette archive témoigne est moins de la pratique musicale au sein du 270e RI que de la mémoire qui a pu en résulter. Et là, force est de constater que c’est l’amertume qui est au centre du discours de Jean Choleau :

« Les nouveaux dirigeants, le colonel, un méridional, le chef, M. Bigot, ne prisaient que très peu la musique bretonne. Celle-ci ne permettait pas l’exécution de certaines inepties qui faisaient les délices de Montmartre et… il faut bien le dire, il y avait au régiment une majorité de soldats non bretons. De plus, les derniers engagements avaient réduit considérablement les effectifs et rendu le recrutement des sonneurs difficile. On avait dû faire appel à des musiciens d’autres régions, peu amateurs de binious… »

Fort, le propos ne doit pour autant pas induire en erreur. Formulé 15 ans après les faits, il n’est pas certain que ce jugement traduise le sentiment de la troupe – quand bien même un seul témoignage pourrait être jugé comme représentatif de l’ensemble des combattants bretons – face à la nationalisation du recrutement. Au sein du 270e RI, celui-ci est attesté par les données annotées sur la base des morts pour la France à l’occasion du défi collaboratif 1 Jour 1 Poilu. En considérant que ces individus sont représentatifs de l’ensemble des fantassins de cette unité, puisque rien ne permet de postuler un biais en termes de mortalité, celle-ci frappant sans distinction géographique basée sur le lieu de naissance ou le bureau de recrutement, on obtient des résultats très nets. En 1914, 92,7% des morts pour la France du 270e RI sont nés dans un des 5 départements bretons, proportion qui chute à 63, 7% en 1916 et 57,70% en 1917, année où le régiment est dissout. Contrairement à ce qu’indique Jean Choleau, les Bretons ne sont manifestement pas minoritaires au sein des rangs du 270e RI en 1916, même si leur proportion baisse à l’évidence drastiquement. C’est d’ailleurs selon toute vraisemblance la rapidité avec laquelle évoluent les aires géographiques de recrutement de l’unité qui conduit à un tel ressenti.

L’analyse en termes de bureaux de recrutement confirme cette tendance puisqu’on observe, entre 1914 et 1917, une part toujours moins importante de la 10e région militaire. Si le bureau de Vitré pèse 33,5% des morts pour la France déplorés par le 270e RI en 1914, cette proportion ne cesse par la suite de diminuer : 38% certes en 1915 mais 21,1% en 1916 et plus que 9,2% en 1917. Notons par ailleurs le poids important, et ce tout au long de la campagne, du bureau de recrutement de Nantes dans le recrutement de ce régiment : 34, 8% en 1914, 33,6% en 1915, 19,5% en 1916 et 21,1% en 1917. A se demander s’il s’agit bien du 270e « de » Vitré…

On mesure néanmoins là le poids du recrutement régional dans la constitution des rangs d’une unité de réserve. Notons d’ailleurs que le cadre que constitue la région militaire semble plus prégnant au 47e RI qu’au 270e, ce régiment ne recrutant par exemple pas du tout dans la Manche en 1914[11]. Sans doute est-ce là la différence entre une unité d’active et de réserve.

Alors que penser de ces quelques lignes écrites par Jean Choleau ? Faut-il y voir une incarnation supplémentaire du glissement, au cours des années 1920 et 1930, d’une certaine frange du mouvement breton vers les nébuleuses fascisantes ? Cela serait sans doute aller rapidement en besogne tant on sait que, y compris pendant la Première Guerre mondiale, la proclamation des valeurs combattantes bretonnes est indissociable de la dénonciation d’un contre-modèle, méridional lui. Comme le formule parfaitement Y. Lagadec, il s’agit de « dénigrer les Midis pour mieux se faire valoir »[12]. De la même manière, si la charge contre Paris via Montmartre est rude, il n’en demeure pas moins qu’elle relève d’une classique rhétorique de la périphérie vis-à-vis du centre. 

                Ce que ne dit pas Jean Choleau

En définitive, il serait simpliste de réduire le discours de Jean Choleau à une revendication bretonne matinée de xénophobie, comme un pont entre le premier et le deuxième Emsav. L’examen minutieux du parcours de cet individu invite en effet à se demander si cette rhétorique ne sert finalement pas de prêt-à-penser canalisant d’autres frustrations, moins liées à la Bretagne qu’à une soif inassouvie de gloire militaire. Précieuse, la parole du témoin ne doit pas être prise pour argent comptant, la mémoire étant indissociable de l’oubli. Or, dans ce petit article publié par An Oaled, Jean Choleau oublie de préciser qu’il est placé jusqu’au début de l’année 1916 en sursis d’appel, étant mobilisé comme tisserand à la manufacture de draps Balsan à Châteauroux[13].

La sortie des ouvriers de la manufacture de draps Balsan, à Châteauroux. Carte postale. Collection particulière.
La sortie des ouvriers de la manufacture de draps Balsan, à Châteauroux. Carte postale. Collection particulière.

C’est d’ailleurs cette arrivée tardive aux armées qui permet de mettre en perspective l’un des passages les plus virulents de ce témoignage :

« Mon arrivée à ce régiment fut signalée à certains membres de son Etat-Major par l’invitation suivante : Ne lui donner ni emploi, ni fonction, ni grade – On ne pouvait être plus aimable pour moi. – Aussi, dès les premiers jours mon nom et mon passé furent-ils l’occasion de nombreuses conversations à la table du Colonel, où des officiers, pleins de bonne volonté, mais d’une incompétence notoire, traitaient des questions bretonnes dont ils ignoraient le premier mot, confondant tous les mouvements qui divisaient déjà mes compatriotes. »

Si ces lignes témoignent à l’évidence d’un sentiment certain de persécution, elles s’inscrivent également dans le discours classique recourant à la dénonciation des officiers nécessairement « incompétents » et, en l’occurrence, non-Bretons. Mais on s’attachera aussi à souligner dans ce propos la perpétuation sous l’uniforme d’identités sociales civiles qui continuent, quoi qu’on en dise, à agir en contexte militaire. Il en est ainsi des « des questions bretonnes dont [ces officiers] ignoraient le premier mot, confondant tous les mouvements qui divisaient déjà [ses] compatriotes », allusion à peine déguisée à la fondation en 1911 de la Fédération régionaliste de Bretagne. Or, de la même manière que le militant breton ne disparaît pas sous le casque Adrian, le notable vitréen n’est pas effacé par les pattes de col frappées à l’effigie du 270e RI. Pire, ce sont deux identités sociales – la civile d’une part, la militaire d’autre part – qui ici s’entrechoquent violement.

En effet, l’arrivée tardive de Jean Choleau au front le prive des possibilités de carrière qu’offrent aux survivants les lourdes pertes de l’été 1914 et des « grignotages » de 1915. Pour monter en grade, il faut, mirabile dictu, que des places dans l’encadrement se libèrent, ce qui n’est plus le cas quand il rejoint le front. L’examen détaillé des données annotées par les participants au défi 1 Jour 1 Poilu confirme ceci. Si l’année 1916 est la plus meurtrière du régiment, conséquence d’âpres combats à Verdun, la structuration chronologique des pertes montre que lorsque Jean Choleau arrive dans la zone des armées, soit à la mi-avril d’après ce que consigne sa fiche matricule de recrutement, la fenêtre d’opportunité est déjà considérablement refermée. En effet, sur les 317 morts pour la France que déplore l’unité en 1916, 183 le sont entre janvier et mars, soit une proportion de 57,7%.

Mais, pour ce qui nous intéresse ici, c’est non pas la réalité des mécanismes de promotion au sein du 270e RI qui importent que la manière dont ils sont compris par les acteurs. C’est cette subjectivité qui permet de comprendre le développement de tels discours. Ici, la frustration, manifestement toujours vive 15 ans après les faits, est d’autant plus grande que Jean Choleau est un ancien du 70e RI, de surcroît engagé volontaire pendant 3 ans au début du siècle. Surclassé par des individus non seulement issus de milieux socio-culturels en toute logique perçus comme inférieurs au sien et doté d’une moindre expérience, il est au bas de l’échelle militaire après avoir été consciencieusement embusqué pendant la première vingtaine de mois du conflit. En d’autres termes, Jean Choleau est perdant sur toute la ligne mais ne peut bien évidemment l’exprimer de la sorte.

C’est là qu’intervient dans ce numéro d’An Oaled une note de bas de page anonyme, mais qu’il n’est pas difficile d’attribuer à Taldir Jaffrennou :

« Cette réflexion de l’Ovate Choleau appelle ce commentaire. Presque tous les Activistes bretons notoires mobilisables, qui ont aujourd’hui le demi-siècle passé, étaient inscrits au Carnet B. Ils étaient aussi l’objets de mentions équivoques telles que mauvais esprit, à leur livrets matricules-secrets. A cause de cela, moi-même parti 2e classe j’eu toutes les peines du monde à me frayer un chemin jusqu’au grade de sous-officier. Ayant alors occupé les fonctions de chef d’une importante unité de triage, j’eu sous les yeux les preuves de l’épouvantable régime de délation qui s’épanouit entre 1898 et 1903. La lecture du livret matricule de certains hommes, civils éminents, me révéla le pourquoi de leur stagnation et de leur misère militaires. »

Là encore, le propos ne peut qu’interpeller. L’historien sait depuis les travaux de J.-J. Becker que ce que dit Taldir Jaffrennou du Carnet B est faux, sans compter que celui-ci ne fut pas appliqué lors de la mobilisation générale, le drapeau tricolore prenant le dessus sur le rouge[14]. De la même manière, il ne semble pas nécessaire d’épiloguer outre-mesure sur les « livrets matricules-secrets » : c’est là la preuve manifeste du sentiment de persécution, fruit d’un passé qui ne passe pas pour reprendre une formule célèbre, qui frappe le directeur d’An Oaled. Si la référence à la période 1898-1903 est moins limpide, elle n’en traduit pas moins une semblable frustration qui fait puissamment écho à la fiche matricule de Taldir Jaffrennou conservée par les Archives départementales des Côtes d’Armor[15]. Né en 1879, c’est-à-dire à la même époque que Jean Choleau, cette figure éminente du premier Emsav est déjà un homme établi lorsque survient la mobilisation générale en août 1914. En témoigne les diverses condamnations qui figurent sur sa fiche matricule pour « diffamation » et « infraction à la loi de la presse », inscriptions qui n’ont rien de secrètes donc mais font indéniablement écho aux « mentions équivoques » dont fait état Taldir Jaffrennou.

Pour autant, c’est bien un scénario semblable à celui vécu par Jean Choleau que révèle cette archive. Ajourné pour faiblesse en 1900, ce licencié en droit – et futur docteur ès-lettres sous la direction de Georges Dottin – effectue entre le 14 novembre 1901 et le 20 septembre 1902 une année de service militaire au 48e RI de Guingamp, unité où l’on sait l’affirmation bretonne particulièrement vive. Après deux périodes de réserve manifestement sans histoire dans ce même régiment, Taldir Jaffrennou est mobilisé en août 1914 au 48e RI puis transféré le 13 septembre 1914, selon toute vraisemblance du fait de son âge, au 13e régiment d’artillerie puis, en juin 1916, au 20e puis au 19e escadron du train. Or, ce qui pourrait apparaître comme une affectation permettant d’éviter les premières lignes sonne aussi le glas d’une carrière militaire synonyme de montée en grade : du fait d’une mortalité faible, les promotions sont rares dans cette arme, ce qui n’empêche néanmoins pas le militant breton de recevoir son bâton de maréchal des logis le 7 mars 1918. Là encore, la collision des identités sociales est frappante : éminent érudit et intellectuel reconnu dans le civil, Jaffrennou n’est sous l’uniforme « que » sous-officier, un rang assurément infamant pour qui connaît les représentations mentales entourant ce corps[16]. Il n’en faut dès lors pas plus pour générer une frustration d’où naît une mémoire rancie de la Grande Guerre et de l’expérience combattante.

L'une des casernes du dépôt d'infanterie de Vitré, carte postale datant d'avant la Première Guerre mondiale. Musée de Bretagne: 973.0042.60.
L’une des casernes du dépôt d’infanterie de Vitré, carte postale datant d’avant la Première Guerre mondiale. Musée de Bretagne: 973.0042.60.

Le texte publié par Jean Choleau dans ce 38e numéro d’An Oaled intéressera bien entendu celles et ceux qui travaillent sur les musiques régimentaires, plus particulièrement celle du 270e RI. Mais, en réalité, la portée heuristique de la trajectoire de cet individu est bien plus vaste, et ce pour au moins deux raisons. En premier lieu, Jean Choleau nous rappelle combien il importe de décloisonner les historiographies. Ici, on mesure aisément tout ce que l’histoire politique et culturelle de l’Emsav a à gagner au contact de l’histoire militaire, et vice versa. En second lieu, on voit bien à travers un exemple tel que celui-ci que l’idéologie ne peut être appréhendée en vase clos, comme déconnectée de l’environnement qui la produit. Car ce à quoi appelle Jean Choleau, en définitive, c’est à une histoire sociale du culturel qui envisagerait le militantisme breton des années 1920-1930 sous l’angle d’un certain déclassement par rapport aux aspirations de la Grande Guerre. Car il y a là un modèle de trajectoire que confirme le parcours de Taldir Jaffrennou mais également d’un homme de lettres comme Loeiz Herrieu, autre figure de l’Emsav[17]. De quoi certes retomber dans le piège de la dimension matricielle de 1914-1918, mais d’une matrice déçue. En d’autres termes, une autre facette du complexe de Mars[18].


[1] Choleau, Jean, « Les binious militaires pendant la guerre », An Oaled, 5e année, Tome 7, n°38, 4e trimestre 1931, p. 313-314.

[2] Lagadec, Yann, « L’approche régionale, quelle pertinence ? Le cas des combattants bretons de la Grande Guerre », in Bourlet, Michaël, Lagadec, Yann et Le Gall, Erwan (dir.), Petites patries dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 61.

[3] Arch. dép. I&V : 1 R 1905.552.

[4] SHD-DAT : 26 N 733/12, JMO 270e RI, 20, 25 juin 1916.

[5] Historique du 270e régiment d’infanterie au cours de la campagne contre l’Allemagne (1914-1918), Rennes, Imprimerie Oberthür, 1920, p. 15.

[6] SHD-DAT : 26 N 733-12, JMO 270e RI, 18 novembre 1916. Ceci est confirmé par SHD-DAT : 26 N 733/13, JMO 270e RI, 1er janvier 1917, sans pour autant qu’il soit question de musique régimentaire.

[7] Arch. dép. I&V : 2088.742.

[8] Historique du 270e régiment d’infanterie…, op. cit.

[9] Henry, Lionel, Dictionnaire biographique du mouvement breton XX-XXIe siècle, Fouesnant, Yoran Embanner, 2013, p. 80.

[10] SHD-DAT : 26 N 636/6, JMO 47e RI ; Arch. Nat: LH: 19800035/451/60398; Le Naviel, Abbé L., Les héros d’Hennebont pendant la Grande Guerre (1914-1918), Hennebont, Méhat, 1920, p. 133-135.

[11] Pour un élément de comparaison on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, « Saint-Malo, la Bretagne, la France : des multiples inscriptions territoriales du 47e régiment d’infanterie »,in Bourlet, Michaël, Lagadec, Yann et Le Gall, Erwan (dir.), Petites patries dans la Grande Guerre…, op. cit., p. 63-89.

[12] Lagadec, Yann, « L’approche régionale, quelle pertinence ?… », art. cit., p. 45.

[13] Arch. dép. I&V : 1 R 1905.552.

[14] Becker, Jean-Jacques, Le Carnet B : les pouvoirs publics et l’antimilitarisme avant la guerre de 1914, Paris, Editions Klinksieck, 1973 ; Le Gall, Erwan, « Le ralliement à la guerre de 1914 de deux figures de la gauche bretonne: digressions sur la notion d’antimilitarisme », En Envor, Revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°5, hiver 2015, en ligne.

[15] Arch. dép. CdA : 1 R 1122. 807.

[16] Marly, Mathieu, Distinguer et soumettre. Une histoire sociale de l’armée française (1872-1914), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019.

[17] Herrieu, Loeiz (traduit du breton et édité par Carre, Daniel), Le Tournant de la mort, Rennes, TIR, 2014.

[18] Carney, Sébastien, « Spectres de Mars. Le mouvement breton et ses fantômes au XXe siècle », Socio-anthropologie, n°35, 2017, en ligne.


2 réflexions sur « Jean Choleau, les binious du 270e RI et la misère militaire »

    1. Ah super!! Merci! Je l’ignorais complètement!
      Je garde cette précieuse information sous le coude pour reprendre le dossier quand j’en aurai le temps!
      A bientôt.
      Erwan

Répondre à BIGOT Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.