Le fameux général présent à ce mariage et que l'on cherche à identifier (capture d'écran). Cinémathèque de Bretagne: Saint-Brieuc et divers : 1927-1934 {rushes} [3849] 1927 à 1934 | Louis Bogrand.

Qui est ce général ?

A la faveur du confinement imposé par l’épidémie de Covid-19, la Cinémathèque de Bretagne a ouvert ses collections au plus large public et propose ainsi, gratuitement, plus de 6 000 films, soit autant d’archives absolument passionnantes, y compris pour un historien du fait militaire et guerrier. Parmi les documents qui ont attiré notre attention, il y a une séquence tirée d’un montage de rushes tournés par un certain Louis Bogrand à Saint-Brieuc, entre 1927 et 1934[1]. Il n’en faut pas plus pour être interpellé par la source et mener l’enquête…

Que voit-on sur ces quelques secondes de film ? Un officier général en plan très serré portant un uniforme d’apparat et arborant maintes décorations : Croix de grand-officier de la Légion d’honneur, Croix de guerre avec palme, Médaille commémorative 1914-1918 et Médaille interalliée sont clairement identifiables. L’homme, qui semble dépasser d’une bonne tête les personnes se trouvant auprès de lui, à moins qu’il s’agisse d’un effet de cadrage, parait âgé d’une soixantaine d’années et être sur le perron d’un édifice. Sans doute s’agit-il de l’Eglise Saint-Michel de Saint-Brieuc puisque la notice accompagnant cette archive indique que parmi les rushes se trouvent des images du mariage, en mai 1933, de la fille d’un individu dénommé « Louis Bogrand ».

Le fameux général présent à ce mariage et que l'on cherche à identifier (capture d'écran). Cinémathèque de Bretagne: Saint-Brieuc et divers : 1927-1934 {rushes} [3849] 1927 à 1934 | Louis Bogrand.
Le fameux général présent à ce mariage et que l’on cherche à identifier (capture d’écran). Cinémathèque de Bretagne: Saint-Brieuc et divers : 1927-1934 {rushes} [3849] 1927 à 1934 | Louis Bogrand.

D’emblée, et de manière instinctive, nous formulons l’hypothèse qu’il s’agit de l’officier général qui a attiré notre attention. Or ceci s’avère faux, comme le confirme la notice produite par la Cinémathèque de Bretagne : la mariée est en effet filmée très distinctement, et à deux reprises, sur le seuil de la mairie puis de l’église, au bras d’un homme d’un certain âge et vêtu en civil. Le protocole suggère à l’évidence qu’il pourrait s’agir du père de l’heureuse élue. La confusion avec le marié est en effet impossible puisque celui-ci apparaît au bras de son épouse, redingote noire et fleur blanche à la boutonnière.

Toujours est-il que ces images, qui semblent en tous points conformes aux canons du genre sont particulièrement stimulantes : comment, en effet, ne pas être frappé par le contraste entre le torse du marié, vierge de toute décoration, et celui de l’officier général que nous cherchons à identifier ? Ne peut-on pas déceler dans ces quelques rushes une illustration concrète du « complexe de Mars » si bien décrit par l’historien S. Carney ?[2] Et quid donc de ce beau-père, le lieutenant Louis-François Bogrand ? Détaillé, son feuillet nominatif de contrôle fait état d’une belle guerre dans des régiments de hussards et de dragons avant d’être détaché au sein de l’état-major de la 1e armée en 1916[3]. Là encore, il y a sans doute de quoi se sentir écrasé par l’expérience des tranchées…

Celle-ci est probablement d’autant plus lourde que les conditions matérielles que trahissent ces rushes laissent sans doute pas mal de temps à cette jeunesse pour réfléchir sur le sens de son existence. A l’évidence, ce que montrent ces images, ce sont des gens « bien nés » appartenant à cette notabilité de province recrutant tant dans les rangs de l’armée que parmi la bourgeoisie commerçante. Le nombre de voitures, mais également des voyages à Jersey ou en Espagne ainsi que la qualité des toilettes trahissent à n’en pas douter une certaine aisance. Il en est de même de ces escapades en villégiature, où l’on s’adonne par exemple aux plaisirs des sorties en mer.

Carte postale promotionnelle diffusée par les magasins Bogrand, sans date. Collection particulière.
Carte postale promotionnelle diffusée par les magasins Bogrand, sans date. Collection particulière.

A plusieurs reprises, dans cette série de rushes, on aperçoit des coureurs cyclistes passant devant des devantures portant une inscription « Louis Bogrand » : on peut ainsi reconnaître un magasin de jouets et un autre de vêtements. Cette famille est en effet indissociable du Passage de la poste, galerie commerçante implantée du cœur de Saint-Brieuc. Son inauguration en mai 1933, au cœur d’une grande semaine commerciale, est d’ailleurs saisie par l’objectif de la caméra de Louis-François. Car l’homme qui préside aux manettes de l’entreprise familiale, c’est alors Pierre Bogrand : membre de la Chambre de commerce et d’industrie, il est une figure « qui compte » dans le chef-lieu du département des Côtes-du-Nord et est d’ailleurs particulièrement mis en avant par la presse locale quand elle rend compte de l’événement[4]. Celui-ci appelle d’ailleurs deux réflexions. La première renvoie, là encore, aux poids de la guerre. En effet, parmi les personnes qui assistent à la réception officielle à l’Hôtel de ville, dans des salons qui sont eux aussi inaugurés à cette occasion, on retrouve un certain Cocho : sans doute s’agit-il de l’épicier du 23, rue Charbonnerie, individu que l’on connait par ses carnets de guerre et de prisonnier publiés en 2010 par les Presses universitaires de Rennes[5]. Fondateur et administrateur de la Banque populaire des Côtes-du-Nord, il compte aussi parmi les notables de Saint-Brieuc. La seconde réflexion que suscite cette inauguration nous ramène, en revanche, à l’objet de ce billet, c’est-à-dire ce mariage. Car si le patriarche de la famille Bogrand est alors Pierre et que c’est Louis-François qui tient la caméra pour immortaliser la cérémonie, alors il ne peut figurer sur les rushes au bras de sa fille. Dès lors, soit la jeune mariée sort de la mairie et de l’église au bras de son grand-père, soit son père a laissé pendant quelques instants sa caméra à une tierce personne… Pourrait-il s’agir de Louis-Georges Bogrand, fils de Louis-François, né en 1917 ?

Toujours est-il que l’officier général qui nous intéresse, et demeure toujours anonyme, tient manifestement une place importante dans ce mariage, à en juger par le nombre de plans qui lui sont consacrés. La notice de la Cinémathèque de Bretagne formule l’idée qu’il s’agit du père du marié. Peut-être aussi s’agit-il d’un témoin ? En tout cas, on le voit signer le registre de mariage en la mairie de Saint-Brieuc, ce qui confirme son statut éminent et octroie par la même occasion une autre piste de recherche.

Malheureusement, les registres d’Etat-civil consultables sur le site des Archives départementales des Côtes d’Armor ne nous permettent pas d’en savoir plus sur cette union, ces documents n’étant consultables que jusqu’en 1905. La presse ne se révèle pas plus utile puisque La Croix des Côtes-du-Nord ne mentionne aucun mariage correspondant à celui qui nous intéresse. Mais tel n’est en revanche pas le cas du Moniteur des Côtes-du-Nord puisque cet hebdomadaire fait état de l’union de « André Dupont, employé de commerce, et Yvonne Bogrand, sans profession ». En revanche, il est indiqué que ce mariage est célébré entre le 17 et le 25 avril 1933 alors que la notice de la Cinémathèque de Bretagne évoque le mois de mai 1933…[6] Y aurait-il confusion entre cette cérémonie et l’inauguration du Passage de la poste ? Nous en aurons le cœur net au sortir du confinement, lorsque l’on pourra enfin se rendre à Saint-Brieuc et aux archives. Car malheureusement, le patronyme Dupont ne facilite pas les choses et empêche, pour l’heure, la vérification de l’hypothèse formulée par la Cinémathèque de Bretagne…

Facture des grands magasins Bogrand « Au Bon accueil », 1947 (détail). Collection particulière.
Facture des grands magasins Bogrand « Au Bon accueil », 1947 (détail). Collection particulière.

Ajoutons néanmoins pour être aussi complet que possible que ces rushes s’insèrent dans une pratique familiale déjà ancienne puisqu’on sait que Louis-François Bogrand s’adonne dès les années 1910 à la photographie en amateur. En témoignent les centaines de clichés réalisé pendant la Grande Guerre et qui ont été versés, à l’occasion du Centenaire de la Première Guerre, aux Archives municipales de Saint-Brieuc. Numérisées, ces archives sont consultables en ligne via la plateforme Flickr.


[1] Cinémathèque de Bretagne : Saint-Brieuc et divers : 1927-1934 {Rushes}, 3849.

[2] Carney, Sébastien, « Spectres de Mars. Le mouvement breton et ses fantômes au XXe siècle », Socio-anthropologie, n°35, 2017, en ligne.

[3] Arch. dép. CdN. : 1 R 1258.353.

[4] « La Semaine commerciale », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 34e année, n°18, 6 mai 1933, p. 4.

[5] Cocho, Paul, Mes carnets de guerre et de prisonniers, 1914-1919, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010. Voir également à ce propos Lagadec, Yann, « Réinvestir l’expérience de guerre, Les Carnets du lieutenant Cocho (1914-1919) », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, n°118-1, 2011, p. 165-192.

[6] « Etat-civil », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 64e année, n°17, 29 avril 1933, p. 2.


1 réflexion sur « Qui est ce général ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.