Protéine de coronavirus. National Institutes of Health (NIH).

Covid-19 et War Studies (2)

Le combat contre le Covid-19 n’a rien d’une guerre. Pour autant, cela ne signifie pas que les War Studies ne peuvent pas contribuer à une meilleure compréhension de la situation dans laquelle nous sommes plongés depuis maintenant plusieurs semaines. Bien au contraire. La Première Guerre mondiale, et tout particulièrement l’épidémie de grippe espagnole qui sévit en plusieurs vagues entre 1918 et 1921, constitue ainsi un utile point de référence pour permettre d’appréhender la crise totalement inédite à laquelle nous faisons face. Et ce pour au moins deux raisons.

La première, bien connue des historiens de la période 14-18, renvoie au prix de la vie, celui-ci – et c’est assurément une nouvelle dont il faut se réjouir ! – ayant considérablement augmenté en l’espace d’un siècle. Si les données sont connues, elles méritent néanmoins d’être rappelées : pendant la Grande Guerre, c’est au rythme effarant de 900 morts par jour que tombent les poilus sans que jamais ce chiffre soit suffisamment important pour que les voix appelant à la cessation des combats deviennent majoritaires. Frappant est à cet égard le contraste avec l’embuscade d’Uzbin en 2008 : en l’espace de 10 morts, 10 morts de trop bien évidemment mais « seulement » 10 morts, l’opinion française se retourne et déjuge l’intervention en Afghanistan pourtant décidée dans le sillage des attentats du 11 septembre afin de renverser le régime moyenâgeux – les médiévistes nous excuserons pour l’emploi de ce terme – des Talibans[1]. De la même manière, à l’automne 2019, l’émoi suscité par l’accident d’hélicoptère ayant emporté 13 soldats au Mali est tel que des voix s’élèvent à la suite de ce drame pour interroger la pertinence de la présence militaire française au Sahel, alors que celle-ci est déterminante pour la lutte contre le terrorisme islamiste. A l’évidence, ces retournements de situation ne doivent rien au hasard. A mesure que les idées – ou les slogans ? – de « guerre propre » ou de « frappe chirurgicale » envahissent l’espace médiatique, le coût politique de la mort militaire en opération extérieure augmente jusqu’à devenir exorbitant.

Rennes, l'hôpital militaire. Carte postale. Musée de Bretagne: 2017.0000.3391.
Rennes, l’hôpital militaire. Carte postale. Musée de Bretagne: 2017.0000.3391.

Or, ce que montre l’épidémie de Covid-19, c’est que cette inflation ne concerne pas uniquement le coût de la vie militaire. Dans un article publié le 14 avril 2020, le quotidien Libération fait état de très révélatrices statistiques sur la mortalité du Covid-19 en Europe : 17 décès pour 100 000 habitants au Royaume-Uni, 22,3 en France, 34, 2 en Belgique, 33, 9 en Italie et 37, 4 en Espagne. Bien entendu, ces chiffres sont effroyables et l’on ne peut que déplorer tous ces deuils. Mais il n’en demeure pas moins que même en Espagne, pourtant le pays le plus touché, le taux de mortalité n’atteint pas 0,05%. Alors, certes, les statistiques ne pleurent pas. Pour autant, il n’en demeure pas moins qu’un regard sur la situation qui prévalait il y a un siècle dévoile un contraste particulièrement saisissant. En octobre 1918, le sous-directeur de l’Institut Pasteur est dépêché à Brest, où la grippe espagnole fait des ravages au sein du 2e dépôt des équipages de la flotte, et prescrit de confiner le port du Ponant pour enrayer la contagion : un remède impensable à l’heure où les Doughboys continuent de débarquer pour regarnir un front qui continue de faire face à une situation démographique très préoccupante. Certes, à Rennes, le confinement des casernes est au même moment décrété mais cette mesure n’entrave en rien la poursuite du conflit, celle-ci demeurant l’alpha et l’oméga des politiques publiques[2]. Mais en 2020, c’est en dépit des conséquences économiques que le confinement a été décidé. Autrement dit, et quoi que puissent en dire les nombreuses critiques qui assènent a posteriori qu’il fallait faire « autrement » et surtout « beaucoup plus tôt », c’est bien le principe de précaution qui a triomphé indépendamment des intérêts en espèces sonnantes et trébuchantes. C’est d’ailleurs ce que rappelle le Président de la République lors de son allocution le 13 avril 2020 : « l’objectif premier demeure la santé de tous les Français ».

Mais ceci ne nous dit pas pourquoi, et comment, en l’espace de quelques instants, autant d’hommes et de femmes de par le monde, et apparemment sans que cela constitue une difficulté psychologique insurmontable, se sont arrêtés de travailler. C’est la seconde raison qui rend le détour par les War studies particulièrement profitable. Bien entendu, toute activité professionnelle n’a pas disparu de la surface de la planète à la faveur de l’épidémie de Covid-19. Des magasiniers qui permettent aux drives des supermarchés de fonctionner au personnel médical, sans oublier les facteurs, les pompiers et les forces de l’ordre, les exemples sont nombreux. De plus, le télétravail permet pour de nombreux cols blancs de concilier poursuite d’une activité professionnelle et mesures prophylactiques. Enfin, et c’est un élément absolument essentiel, ni le chômage, ni les faillites ne laissent véritablement le choix à un certain nombre d’acteurs. Pour autant, comme un triomphe de la société des loisirs jadis décrite par le sociologue J. Dumazedier, le travail semble être désormais si peu central dans les sociétés occidentalisées du XXIe siècle qu’un confinement peut non seulement être décrété mais suivi d’effet[3].

Bien entendu, il serait absurde de penser que cette décision est universellement respectée. Pour autant, que nous disent les infractions au confinement si ce n’est l’exiguïté, et dans le même temps le coût prohibitif, des logements des grandes métropoles ? On pourra toujours arguer de la dangerosité du Covid-19, dimension qui serait de nature à faire entendre raison aux masses. Cela serait oublier que la maladie n’est que peu létale, et en tout cas beaucoup moins qu’Ebola ou le SIDA ce qui, en creux, souligne l’écueil des représentations mentales européennes et WASP : dans quelles mesures ces pathologies ne sont-elles pas considérées comme marginales car affectant – selon ces mêmes représentations mentales – prioritairement des Africains et des homosexuels, soit autant de populations de facto reléguées dans les confins de l’attention mainstream ? Pour le formuler plus brutalement, si la classe moyenne blanche et hétérosexuelle se confine, c’est sans doute que pour une fois elle se sent concernée.

Mais il y a sans doute autre chose, un autre facteur pour expliquer la situation actuelle. En effet, on ne peut que demeurer surpris par l’aisance avec laquelle les acteurs se détachent du travail en tant qu’identité sociale pour entrer dans un tiers monde – car celui-ci, malgré Netflix et la masse des offres en ligne, ne saurait être complètement confondu avec la société des loisirs de J. Dumazedier – centré sur la cellule – nucléaire – familiale. A ce propos, nous souhaitons profiter de ce billet pour affirmer notre désaccord profond avec Y.-M. Evanno et J. Vincent lorsqu’ils avancent dans les colonnes d’Ouest-France que s’il y a une similitude entre la crise du Covid-19 et la Première Guerre mondiale, c’est « peut-être la condamnation des loisirs par notre société ». Soulignons-le sans ambiguïté : une telle affirmation est parfaitement fausse. Si, effectivement, entre 1914 et 1918 il est particulièrement mal vu de s’adonner à de telles activités alors que les poilus risquent leur peau au front, ce qui impose un vernissage patriotique aux représentations théâtrales, concerts et autres concours de châteaux de sable que l’on peut observer par exemple sur la Côte d’Emeraude pendant le conflit[4], rien de tel n’existe au premier semestre 2020. Du lancement de Disney+ à la diffusion sur Netflix de The Last Dance – série de 10 documentaires que tous les fans de basketball et de Michael Jordan attendent avec une immense impatience – en passant par la hausse sensible de consommation de bande passante des sites pornographiques, même si l’explosion tant redoutée ne semble pas avoir eu lieu, tout montre que cette idée d’une condamnation des loisirs n’a pas de sens. Ceux-ci ont changé et sont désormais pour une très large part numériques puisqu’il n’est plus question d’aller au stade, d’assister à un concert ou de jouer au tennis. Mais l’idée même de loisir reste bien valide et moralement légitime.

Paramé, la plage. Carte postale. Musée de Bretagne: 992.0077.921.2.
Paramé, la plage. Carte postale. Musée de Bretagne: 992.0077.921.2.

Par ricochet, ce constat dit beaucoup de la crise actuelle du travail et du désinvestissement affectif dans l’emploi. Cela est certain. Pour autant, et c’est en cela que les War Sudies peuvent une nouvelle fois se révéler précieuses, on ne peut qu’être frappé par le contraste avec la situation qui prévalait il y a un siècle. En effet, l’exemple du 47e RI de Saint-Malo montre que les poilus appréhendent la Grande Guerre par le prisme du travail. Le « métier » de fantassin leur est certes imposé par les circonstances – en l’occurrence le Boche puisque c’est bien lui qui en France est la cause du conflit au regard des mécanismes mentaux liés au patriotisme défensif – mais renvoie à une tâche qu’il faut bien exercer : défendre armes à la main le pays en danger. C’est même cette culture professionnelle qui, en plus des aujourd’hui bien connues grilles dites de la « contrainte » et du « consentement », permet de comprendre l’endurance de ces hommes confrontés à des situations absolument hors du commun[5]. Dès lors, compte tenu de la centralité de la valeur du travail en 1914, est-ce qu’un confinement imposé par l’épidémie de grippe espagnole aurait pu être envisageable ? Et dans les années 1930 ? Bien entendu, prisonnier des archives, l’historien est incapable de répondre à une telle question. Pour autant, tout porte à se demander si la « rupture anthropologique majeure que » signerait l’épidémie de Covid-19 n’est pas celle, définitive, d’avec la valeur travail.


[1] Le gall, Erwan, Une entrée en guerre. Le 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo au combat (août 1914 – juillet 1915), Talmont-Saint-Hilaire, éditions CODEX, 2014, p. 10-11 ; Cabanes, Bruno et Pitte, Jean-Marc, 11 septembre, La Grande Guerre des Américains, Paris, Armand Colin, 2003.

[2] « Rennes consigné aux soldats », L’Ouest-Eclair, 19e année, n°2933, 30 octobre 1918, p. 3.

[3] Dumazedier, Joffre, Vers une civilisation du loisir ?, Paris, Seuil, 1962.

[4] Le Gall, Erwan,« S’accommoder de la Grande Guerre? Quelques réflexions à propos du tourisme à Saint-Malo en 1914-1918 », in Evanno, Yves-Marie et Vincent, Johan (dir.), Tourisme et Grande Guerre. Voyage(s) sur un front historique méconnu (1914-2019), Ploemeur, Editions CODEX, 2019, p. 155-168.

[5] PhD R1…


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.