Débarquement de Jean IV à Dinanrd d'après Th. Busnel. Gravure utilisée par le Comité Jean IV pour exposer son projet. Musée de Bretagne: 956.0002.956.

Quand Jean IV sert (presque) à commémorer la Grande Guerre

Passionnant document que ce courrier découvert, comme à l’habitude complètement par hasard, en flânant sur les collections en partage du Musée de Bretagne[1]. Il s’agit d’une archive à notre sens méconnue et qui non seulement fait puissamment écho aux travaux de l’historienne L. Moal sur cette mémoire bretonne de la Grande Guerre matinée de Moyen-Âge mais qui, de surcroît, rappelle combien la chronologie est importante en histoire[2].

Détails d’archives

De quoi s’agit-il ? D’une lettre adressée à Louis Esquieu par le secrétaire du Comité d’organisation des « fêtes commémoratives du débarquement de Jean IV à Dinard et de la grande semaine panceltique » devant se tenir, en août 1921, dans cette même commune.  Daté du 15 mars 1921, ce courrier est complété par un autre qui présente plus en détail cette structure[3]. Cette dernière archive est particulièrement intéressante car elle donne une liste de personnalités adhérant à ce Comité et qui constituent, en quelque sorte, une espèce de gage de sérieux adressé à Louis Esquieu, un individu dont pour l’heure on ne sait pas grand-chose. Présenté par sa famille comme « homme de lettres » et officier de l’instruction publique, il est un membre éminent de la Société et archéologique et historique d’Ille-et-Vilaine[4]. Il est par ailleurs l’auteur de plusieurs ouvrages, comme semble l’indiquer le catalogue de la Bibliothèque nationale de France.

Toujours est-il que Louis Esquier est, en cette fin d’hiver 1921, une personnalité « qui compte » aux yeux de ce « Comité de patronage des Fêtes de Jean IV » puisque cette association cherche à obtenir son « appui moral », tout en lui précisant qu’il ne peut refuser. En effet, cette institution s’enorgueillit d’une liste de prestigieux membres parmi lesquels on retrouve des hommes politiques et des artistes : les parlementaires Léon Jenouvrier, Gustave de Kerguézec et Robert Surcouf mais aussi des artistes comme le compositeur et directeur du Conservatoire de Strasbourg Guy Ropartz, le peintre et directeur de l’Ecole des beaux-arts de Rennes Jules Ronsin ou encore le poète Max Jacob ainsi qu’un officier général, l’amiral Louis Dartige du Fournet, ancien commandant de la troisième escadre en Méditerranée et ayant joué, dans ce cadre, un grand rôle dans l’aide aux Arméniens[5]. A cette liste de notables, on peut également ajouter le linguiste François Vallée, l’influent et droitier directeur du Nouvelliste de Bretagne Eugène Delahaye ou encore son confrère du Salut, René Bazin.

Riche, cette liste permet de croiser les réseaux qui s’entremêlent autour de ces fêtes de Jean IV. Avocat et sénateur, Léon Jenouvrier est également président de l’Association bretonne et responsable au début des années 1890 de l’Association des anciens élèves de l’institution Saint-Vincent, école rennaise célèbre pour sa classe préparatoire à Saint-Cyr[6]. Or, dans le cadre de ce Comité, cet établissement scolaire semble jouer un rôle central. Gustave de Kerguézec est en effet l’oncle de Jehan de Kerguézec, un ancien élève de cette même institution Saint-Vincent mort pour la France le 9 mai 1915, à Saint-Laurent-Blangy, dans les environs d’Arras, sous l’uniforme du 47e RI[7]. François Vallée enseigne lui pendant quelques temps dans cet établissement[8].

Carte postale figurant l’institution Saint-Vincent transformée en hôpital temporaire n°4 pendant la Première Guerre mondiale. Musée de Bretagne : 2017.0000.1761.
Carte postale figurant l’institution Saint-Vincent transformée en hôpital temporaire n°4 pendant la Première Guerre mondiale. Musée de Bretagne : 2017.0000.1761.

Autour du noyau constitué par l’Institution Saint-Vincent, établissement dont la devise Pro Deo et Patria ne laisse pas énormément de doutes quant au climat idéologique qui y règne, se cristallisent des réseaux empruntant tant à l’aile droite du spectre politique qu’au milieu militaire. C’est le cas on l’a vu avec Gustave de Kergézec, officier de réserve au 47e RI de Saint-Malo au début des années 1900[9], mais aussi avec Eugène Delahaye : homme fort du Nouvelliste de Bretagne, il est un ancien officier du 41e RI de Rennes et sert même, avant sa capture en mai 1918, en tant que porte-drapeau de cette unité avant de devenir un militant actif de l’influente Union nationale des combattants en Ille-et-Vilaine. Lui aussi homme de presse, René Bazin est également imprimeur et témoigne d’une certaine proximité avec le souvenir des tranchées : c’est en effet lui qui publie, en 1921, le Livre d’or des anciens élèves du collège de Saint-Malo morts pour la France[10].

Pourquoi la prosopographie ?

On pourra toutefois légitimement questionner l’intérêt d’une telle prosopographie. Passionnante pour qui aime la pratiquer, cette méthode de travail n’en est pas moins qu’un outil au service de l’historien et ne saurait constituer une fin en soi. Ici, il est vrai que l’utilité d’une telle démarche ne saute de prime abord pas aux yeux, sauf à considérer les raisons qui poussent ce Comité à organiser ces commémorations en l’honneur de Jean IV : « Ces fêtes ont pour objet de commémorer l’un des événements les plus remarquables de l’histoire de Bretagne, dont notre ville peut à bon droit s’honorer, et, en même temps, d’assurer au Comité du Monument aux Morts de Dinard le complément de ressources qui lui est nécessaire pour réaliser une œuvre digne du sacrifice de ceux qu’il veut glorifier »[11].

Ce faisant se dévoile cette mémoire de la Première Guerre mondiale qui, en ce début des années 1920, agit véritablement à la manière d’un trou noir, aspirant toutes les autres gammes du souvenir. Et c’est à ce moment qu’interviennent les travaux de L. Moal puisqu’en se basant notamment sur la destinée post-mortem de Bertrand Du Guesclin elle montre combien le discours sur les tranchées se marie bien avec le Moyen Âge.  L’historienne rappelle ainsi que les fêtes organisées pour le 600e anniversaire du chevalier, en juillet 1921 à Rennes, sont placées sous le patronage du maréchal Foch, ce qui donne d’ailleurs lieu à un savoureux parallèle entre le connétable et l’ancien officier commandant en chef des armées alliées[12]. Or ces festivités sont organisées par l’Association bretonne, vénérable institution présidée par Léon Jenouvrier, individu dont on a vu qu’il est également membre du Comité Jean IV.

Jean IV, estampe de François-Jean Chaperon (XVIIIe siècle). Musée de Bretagne: 2016.0000.2473.
Jean IV, estampe de François-Jean Chaperon (XVIIIe siècle). Musée de Bretagne: 2016.0000.2473.

Et c’est là que, grâce à la prosopographie, on prend la mesure de l’interpénétration des réseaux qui permettent de passer d’un discours sur l’histoire médiévale de la Bretagne à une volonté politique évidente : cultiver le souvenir des morts de la Grande Guerre et commémorer le souvenir des Bretons morts pour la France. Du point de vue de l’histoire culturelle, cette rhétorique est loin d’être inconnue et L. Moal a, justement, bien montré combien le souvenir de Bertrand Du Guesclin est érigé en symbole de la fidélité de la « petite patrie » à la « grande ». Mais la prosopographie permet d’aller encore plus loin et d’opérer une histoire sociale du culturel en mettant en lumière les acteurs qui permettent que s’élabore et se diffuse ce discours. D’où l’importance des réseaux liant la question bretonne aux relais d’opinion que sont les hommes de presse tels Eugène Delahaye et René Bazin mais aussi au monde militaire. En d’autres termes, la prosopographie permet de mettre en lumière la persistance de ce que l’historien J. Maurin appelait la sensibilité militaire[13]. En effet, il ne s’agit pas uniquement de gens touchés par la guerre – comment pourrait-il d’ailleurs en être autrement dans un conflit où la mort est si massive ?[14] –  mais bien d’individus dont la proximité avec l’armée en tant qu’institution est réelle.

L’intérêt de la chronologie

Cette histoire sociale du culturel est en réalité très politique et, en cela, elle accorde une importance fondamentale à la chronologie. Car de quel mouvement breton s’agit-il ici ? Les fêtes de Dinard ont beau s’afficher comme étant « panceltiques », la formulation ne doit pas tromper. Ce qui est à l’œuvre ici – et la figure de Taldir Jaffrenou, lui aussi membre de ce comité Jean IV, le rappelle sans aucune ambiguïté – c’est bien le premier Emsav, autrement dit cette génération de militants bretons qui ne conçoivent pas le destin de la péninsule armoricaine en dehors du cadre français. D’où la collusion d’intérêts entre en ces fêtes Jean IV et l’érection du monument aux morts pour la France de Dinard.

Morts pour la France et non mort par la France. La nuance est de taille et est opérée par Breiz Atao, organe du groupuscule nationaliste éponyme qui est censé prendre la relève, dans un second mouvement émergeant après la Première Guerre mondiale, du premier Emsav[15]. Or, ce que montre ce comité Jean IV, c’est aussi la rupture qui est en train de s’opérer sur fond de récit médiéval entre ces deux générations de militants bretons. Car le comité de patronage constitué dans le cadre de « l’organisation des fêtes commémoratives du débarquement de Jean IV à Dinard et de la grande semaine bretonne et panceltique de Dinard » sont des figures bien connues parmi lesquelles on retrouve également Georges Dottin et Théodore Botrel[16], soit autant d’acteurs de ce premier mouvement breton qui ambitionne de se retrouver à Guerlesquin, en septembre 1914, pour célébrer la mémoire de Prosper Proux. Ne manque finalement plus à l’appel que le marquis Régis de L’Estourbeillon pour que le panorama soit complet. Toutefois, cette absence ne calme pas les jeunes loups de Breiz Atao, bien au contraire. Et c’est ainsi qu’en septembre 1921, François Debauvais attaque frontalement les dirigeants de l’Association bretonne et fustige dans les colonnes de la « revue mensuelle du nationalisme breton » le culte de Bertrand Du Guesclin, discours qui est associé à « la glorification d’un traître »[17]. Une diatribe qui témoigne d’un climat qui sera fatal au projet dinardais.

Carte postale. Musée de Bretagne: 988.0040.2.
Carte postale. Musée de Bretagne: 988.0040.2.

Celui-ci prend en effet sa source dans le souhait d’inscrire un peu plus cette cité balnéaire dans l’économie touristique alors renaissante :

« Comme les peuples heureux qui n’ont pas d’histoire, Dinard-la-Jolie, Perle de la Côte d’Emeraude, Dinard ville heureuse, ville de luxe, ville moderne, créée depuis un demi-siècle à peine par quelques familles de touristes anglais, – Dinard ville bretonne pourtant, puisqu’elle arbore fièrement l’hermine de Bretagne sur son jeune blason et les armes du Duché sur son hôtel des Postes –, Dinard, notre Dinard n’a guère de passé dont elle puisse s’enorgueillir.

Mais, si la ville elle-même ne compte point dans ses courtes annales de ces fastes où se complaisent ses glorieuses voisines, Dinan-la-Médiévale, Saint-Malo-la-Corsaire, du moins le rivage breton où s’étale son opulence patricienne peut revendiquer à bon droit de nobles souvenirs et s’honore surtout d’avoir été le théâtre de l’un des évènements les plus retentissants de l’histoire de notre Bretagne. »[18]

Cet évènement, c’est le débarquement, le 3 août 1379, de Jean IV revenu d’exil d’Angleterre pour livrer combat aux Blois. Il n’est bien entendu pas besoin d’être un médiéviste de haut vol pour voir là une recomposition du passé qui sied parfaitement aux impératifs de l’économie touristique puisque le secteur de la villégiature est indissociable d’une mise en avant de ce que l’on nomme encore le « folk-lore ». Ville neuve, Dinard se légitime sur le marché touristique en se forgeant de toutes pièces ou presque – la référence au Barzaz Breiz dans le document couchant sur le papier ce projet de commémoration est à ce propos particulièrement savoureux[19] – un passé millénaire reposant sur un médiéval merveilleux dont on sait qu’il est alors particulièrement en vogue[20].

Mais la mémoire est un jeu dangereux qui requière finesse et habileté au risque de s’exposer à de grosses désillusions. C’est précisément ce qui se passe dans cet immédiat après-guerre où les forces du second Emsav font déjà ressentir leur pouvoir de nuisance. En effet, L’Ouest-Eclair rapporte dans son édition du 28 mai 1921 l’annulation pure et simple des fêtes en l’honneur de Jean IV prévues au mois d’août. Se cantonnant à une description – prudente – des faits, le quotient catholique rennais relaie la parole du Comité d’organisation qui « tient à élever une protestation formelle contre l’interprétation tendancieuse donnée par certains à son projet » et « déclare qu’à aucun moment il n’est entré dans la pensée d’aucun de ses promoteurs de donner à la commémoration du débarquement de Jean IV le moindre caractère politique et notamment le caractère d’une manifestation de nationalisme breton ». De son côté, la municipalité, considérant que cette célébration « constituerait pour la saison un attrait de tout premier ordre », botte en touche et « renvoie la question pour étude devant la commission des finances ». Car pour la mairie, c’est moins de politique que d’économie dont il s’agit, ce qui l’amène à regretter « que des polémiques tardives soient venues entraver la réalisation d’une fête qui ne pouvait manquer d’intéresser vivement la clientèle et la population de Dinard » et à s’offusquer que des communes comme Fougères, Guérande ou Hennebont aient pu « organiser une semaine bretonne du même ordre sans que son patriotisme soit suspecté »[21].

A Dinard, lors de l'inauguration, le 1er août 1937, du bas-relief en l'honneur de Jean IV. Publié par An Oaled, ce cliché est légendé ainsi : « De gauche à droite : Camille Le Mercier d'Erm, le marquis de l'Estourbeillon, Abalor et Taldir ». An Oaled, 11e année, n°62, 4e trimestre 1967, p. 368.
A Dinard, lors de l’inauguration, le 1er août 1937, du bas-relief en l’honneur de Jean IV. Publié par An Oaled, ce cliché est légendé ainsi : « De gauche à droite : Camille Le Mercier d’Erm, le marquis de l’Estourbeillon, Abalor et Taldir ». An Oaled, 11e année, n°62, 4e trimestre 1937, p. 368.

On se doute qu’un tel report n’a pas dû bénéficier à l’érection du monument aux morts de Dinard. Toujours est-il qu’il n’est inauguré qu’en 1927, sans binious ni bombardes[22]. Jean IV, lui, doit attendre encore 10 ans pour être honoré sur la Côte d’Emeraude avec la pose, le 1er août 1937, d’un bas-relief inauguré en présence de la vieille garde du premier Emsav : Taldir Jaffrenou, Camille Le Mercier d’Erm et le marquis Régis de l’Estourbeillon[23]. Bref, bien loin de la nébuleuse Breiz Atao.


[1] Musée de Bretagne : 956.0002.955.

[2] Moal, Laurence, Du Guesclin. Images et histoire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.

[3] Musée de Bretagne : 956.0002.958.

[4] « Obsèques », L’Ouest-Eclair, 29e année, n°9553, 21 décembre 1927, p. 6 ; « A la Société d’archéologie », L’Ouest-Eclair, 42e année, n°16212, 19 avril 1941, p. 4. Il est à noter que cet article le présente comme étant un « éminent folkloriste » tandis que sa notice Wikipedia le décrit comme étant un archiviste-paléographe.

[5] Delluc, Gilles, « Courrier des lecteurs », Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, Tome CXXXVII, 2010, 2e livraison, p. 284-285.

[6] Pour plus d’éléments biographiques sur Léon Jenouvrier on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, « Le deuxième procès de Rennes : trois officiers du 47e régiment d’infanterie devant le Conseil de guerre », En Envor, Revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°1, hiver 2013, en ligne.

[7] BAVCC/Mémoire des hommes ; Bellevue, Xavier de, Livre d’or des anciens élèves du collège Saint-Vincent de Rennes morts au champ d’honneur, Tome 1, A-M, Rennes, Oberthür, 1917, p. 226-233 ; Bazin, Yves, Livre d’or des anciens élèves du collège de Saint-Malo morts pour la France, Saint-Malo, Imprimerie R. Bazin, 1921, p. 118-123.

[8] Le Barzig, E. (Druide Roh-Vur), François Vallée, Druide Ab-Hervé), Rennes, Cercle de Brocéliande, 1956, non paginé.

[9] Arch. nat. : 424 AP 6 – Fonds Paul-Boncour. Nous remercions notre ami Matthieu Boisdron, dont la thèse de doctorat en courts consiste en une biographie de Joseph Paul-Boncour, de nous avoir communiqué cette information.

[10] Bazin, Yves, Livre d’or des anciens élèves du collège de Saint-Malo morts pour la France, Saint-Malo, Imprimerie R. Bazin, 1921,

[11] Musée de Bretagne : 956.0002.955.

[12] Moal, Laurence, « La Bretagne de Du Guesclin : un âge d’or », publication des actes du cycle de conférences « Les Âges d’or de la Bretagne », à paraître.

[13] Maurin, Jules, Armée, guerre, société, soldats languedociens (1889-1919), Paris, Publications de la Sorbonne, 1982, p. 167.

[14] Pour une mise au point se reporter à Cochet, François, « Mourir au front et à l’arrière front », in Homer, Isabelle et Pénicault, Emmanuel, Le Soldat et la mort dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, p. 27-40.

[15] Sur Breiz Atao se référer impérativement aux travaux de Carney, Sébastien, Breiz Atao ! Mordrel, Delaporte, Lainé, Fouéré : une mystique nationale (1901-1948), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015. Pour un exemple de distinction entre morts pour et par la France « L’Utilisation des Bretons », Breiz Atao, 3e année, n°9 (33), septembre 1921, p. 1-2.

[16] Musée de Bretagne : 956.0002.953.

[17] Debauvais, François, « Du Guesclin. La Glorification d’un traître », Breiz Atao !, 3e année, n°7 (31), juillet 1921, p. 1-2.

[18] Musée de Bretagne : 956.0002.956.

[19] Musée de Bretagne : 956.0002.956.

[20] Là n’est d’ailleurs pas un cas unique sur la côte d’Emeraude. Pour de plus amples développements on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, « Syphiliser Saint-Malo? Prophylaxie et tourisme sur la Côte d’Emeraude pendant la Grande Guerre », in Dornel, Laurent et Le Bras, Stéphane (dir.), Les Fronts intérieurs européens. L’arrière en guerre (1914-1920), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018, p. 339-353.

[21] « A Propos des fêtes de Jean IV », L’Ouest-Eclair, 22e année, n°7118, 28 mai 1921, p. 4.

[22] « L’anniversaire de l’armistice », L’Ouest-Eclair, 29e année, n°9514, 12 novembre 1927, p. 5.

[23] Sur ce point, qui mériterait à lui-seul une étude détaillée, voir notamment Abalor, « L’inauguration à Dinard du monument Jean IV », L’Ouest-Eclair, 39e année, n°14 876, 2 août 1914, p. 8 et Abalor, « L’inauguration à Dinard du monument Jean IV (suite)», L’Ouest-Eclair, 39e année, n°14 876, 2 août 1914, p. 7. Abalor est le pseudonyme de Léon Le Berre, figure du premier Emsav, proche de Taldir Jaffrenou membre du Comité consultatif de Bretagne pendant l’occupation. Henry, Lionel, Dictionnaire biographique du mouvement breton XX-XXIe siècle, Fouesnant, Yoran Embanner, 2013, p. 248.


1 réflexion sur « Quand Jean IV sert (presque) à commémorer la Grande Guerre »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.