Revoir « l’âge d’or » américain de la Bretagne (1917-1919)

J’ai la conviction que la culture et le savoir sont non seulement essentiels mais, dans la crise que nous traversons, véritablement salutaires. L’histoire, tout particulièrement, permet de s’évader, de sortir de la morne réalité quotidienne du confinement pour arpenter des mondes nouveaux, des univers différents. En tant que discipline, elle offre de surcroît des éléments de comparaison qui permettent de mieux saisir le présent et, singulièrement, donnent quelques clefs de compréhension de cette crise invraisemblable à laquelle nous sommes confrontés. Pour toutes ces raisons, j’ai été particulièrement heureux d’assurer le 15 avril 2020, sur la page Facebook de Bretagne Culture Diversité, la conférence que je devais donner dans le cadre d’un cycle consacré aux « Âges d’or » de la Bretagne. Pour celles et ceux qui l’aurait ratée, vous pouvez soit consulter le dossier thématique publié sur Bécédia soit regarder le replay !

Bien entendu, évoquer un « âge d’or » en pleine Première Guerre mondiale n’a pas de sens. Ce qui ici est objet d’histoire est le fol espoir, pour une large part rapidement déçu, suscité par l’entrée dans le conflit des Etats-Unis puis l’arrivée des Américains en Bretagne. En somme, il s’agit de l’histoire d’un réel non advenu, mais d’un réel qui, justement, nous permet de mieux comprendre comment peut émerger cette idée « d’âge d’or ».

Pour celles et ceux qui souhaiteraient approfondir ce sujet, je me permets de vous donner quelques références bibliographiques qui devraient vous permettre de satisfaire votre curiosité.

Sur les chromonymes, mot barbare qui désigne les expressions servant à nommer le temps, on ne peut que conseiller le récent ouvrage coordonné par D. Kalifa et publié dans la prestigieuse Bibliothèque des histoires de la NRF : Les noms d’époque. De ‘Restauration’ à ‘années de plomb’.

Pour une synthèse générale sur les Etats-Unis pendant la Première Guerre mondiale, on renverra au livre d’H. Harter, chercheuse associée au laboratoire Tempora de Rennes 2, publié chez Tallandier.

Pour une approche plus strictement militaire, c’est vers M. Bourlet et les éditions Ouest-France qu’il faudra se tourner avec un petit livre extrêmement bien conçu, très pédagogique.

En ce qui concerne Brest, je ne peux que vous conseiller l’excellent volume collectif dirigé par S. Carney publié aux Editions du CRBC : 1917-1919 Brest ville américaine ? Vous retrouverez notamment dans cet ouvrage les plumes prestigieuses et acérées d’A. Becker, C. Bouchard et Y. Lagadec, auteurs qui reviennent lucidement sur l’année 2017 et les commémorations du centenaire.

Enfin, pour celles et ceux qui s’intéressent à Saint-Nazaire et sa région, je ne peux que vous renvoyer au livre que j’ai publié aux Editions CODEX : Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale (1917-1919). Reprenant un chantier inauguré il y a bientôt 50 ans par le vénérable Y-H. Nouailhat, je montre comment les populations de l’estuaire de la Loire tentent tant bien que mal de composer avec la guerre et la présence du corps expéditionnaire américain de manière à, dans la mesure du possible, préserver au maximum leurs intérêts propres.


1 réflexion sur « Revoir « l’âge d’or » américain de la Bretagne (1917-1919) »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.