Shelburn : un chantier à réinvestir

A l’annonce de la sortie, aux éditions Coop Breizh, de l’ouvrage que C. Bénech consacre au réseau Shelburn, notre curiosité a été immédiatement aiguisée : qu’il y a-t-il à découvrir de neuf sur cet aspect de la Résistance en Bretagne ?[1] Qu’est-ce que les archives exhumées depuis les travaux pionniers et fondateurs de R. Huguen apportent de nouveau ?[2] Qu’est-ce que l’historiographie – particulièrement dense et notamment en ce qui concerne la Bretagne avec en particulier les travaux de C. Bougeard et J. Sainclivier – permet de mettre en relief et d’insérer dans la trame générale de notre compréhension de la Seconde Guerre mondiale ? Avouons-le de suite, notre gourmandise fut rapidement déçue. L’ouvrage de C. Bénech n’est pas de cette envergure, ce qui ne signifie pas pour autant qu’il soit dépourvu d’intérêt.


Ce livre n’est pas le fruit du travail d’un historien « de métier » et l’auteur n’entend d’ailleurs pas avoir cette prétention. Dès l’avant-propos, C. Bénech l’explique en toutes lettres et indique avoir voulu produire « un recueil panoramique qui rend hommage aux acteurs de cette histoire peu banale » (p. 8). Sur la base d’un tel cahier des charges, on se doit de concéder que le pari est globalement réussi. On soulignera de même les vertus pédagogiques de cet ouvrage fort bien illustré et doté d’ingénieux encadrés qui rendent accessibles au plus grand nombre la période : le lecteur n’ignorera désormais rien de la radiogoniométrie (p. 33), des mines de la plage Bonaparte (p. 39) ou encore du gazogène (p. 130).

Reste toutefois que cet ouvrage pose problème en ce qu’il ne respecte pas la méthodologie de la monographie, démarche ô combien utile mais qui impose de nombreuses variations d’échelles afin de restituer l’écosystème de l’objet étudié. Shelburn, en effet, ne peut pas être dissocié du contexte qui le produit et, en omettant de le rappeler, C. Bénech en viendrait presque à tromper le lecteur. En effet, si l’histoire de ce réseau est belle, très belle même, il n’en demeure pas moins qu’elle ne concerne qu’une filière d’évasion parmi bien d’autres : le débarquement de Morland à Beg-an-Fry en témoigne, de même que le maquis de Fréteval, dans le Loir-et-Cher. Certes, la chose est rappelée au début de l’ouvrage (p. 18) mais on aurait aimé que cela soit fait avec plus d’insistance tant cette question apparaît comme fondamentale, surtout dans un ouvrage qui ne s’adresse pas à un lectorat spécialisé mais au plus large des publics.

La plage Bonaparte à Plouha, port d'embarquement des aviateurs exfiltrés par Shelburn. Musée de Bretagne: 970.0049.8391.2.
La plage Bonaparte à Plouha, port d’embarquement des aviateurs exfiltrés par Shelburn. Musée de Bretagne: 970.0049.8391.2.

Il y a toutefois plus dérangeant. En effet, il importe d’avoir à l’esprit que l’organisation en réseaux et en mouvements est une grille de lecture forgée a posteriori par les historiens pour rendre plus lisible la clandestinité. Il s’agit donc d’une vue artificielle de la Résistance dont il importe de savoir se départir faute de tomber dans le travers d’un récit d’autant plus factice que les archives peuvent se révéler fort trompeuses. En oubliant que les dossiers de Combattants de volontaires de la Résistance ne sont pas des archives de la Seconde Guerre mondiale mais des dossiers établis après le conflit en vue d’une procédure de reconnaissance ouvrant des droits sociaux, on perd de vue la grande porosité des frontières qui existent entre ces différentes entités et les multiples casquettes portées par les acteurs. Dans la clandestinité, on fait d’abord « de la Résistance » avant de combattre au sein de telle ou telle chapelle. Tout cela viendra plus tard, après la Libération. En d’autres termes, si les formulaires de l’Office national des anciens combattants ne réclament qu’une attestation d’appartenance à une organisation résistante, cela ne signifie pas, pour autant, que les engagements ne sont pas pluriels, bien au contraire. C’est d’ailleurs ce que rappelle, presque malgré-lui serions-nous tenté d’écrire, l’ouvrage de C. Bénech en revenant sur les destins de la famille Ropers qui, à Saint-Brieuc, officie aussi pour Défense de la France (p. 107), d’Henri Le Blais qui, chef de service à l’Office départemental des Côtes-du-Nord des céréales est membre du Front national (p. 121) ou encore de Georges Le Cun, membre de Georges-France 31 (p. 125). Là ne sont pas des cas exceptionnels et nous avions, pour notre part, évoqué il y a dix ans le cas de Michel Royer, véritable incarnation de ces entrelacements clandestins en ce qu’il est probablement l’une des rares personnes en France à être titulaire de deux cartes de Combattant Volontaire de la Résistance, l’une émise en 1954 au titre de la Résistance intérieure, l’autre, délivrée deux ans après, cette fois-ci au titre de la France Libre[3].

Autrement dit, Shelburn attend encore son nouvel historien tant il est évident qu’il y a matière à produire, plus de 45 ans après la thèse aujourd’hui classique de R. Huguen, une étude de référence. L’émergence de nouvelles sources et les développements de l’historiographie – on pense notamment aux apports de l’histoire culturelle et des approches transnationales – laissent en effet augurer de belles perspectives.

Rédigé au nom du « devoir de mémoire » et avec l’idée qu’il « est essentiel de relater ce genre d’évènement tant ces femmes et ces hommes sont remarquables » (p. 23), l’ouvrage de C. Bénech ne doit pour autant pas être négligé par les historiens de la Seconde Guerre mondiale[4]. En effet, ce recueil pourra se révéler très précieux pour celles et ceux qui travailleraient à la perpétuation, après le conflit, des réseaux nés dans la clandestinité. En publiant de nombreux clichés de réunions d’anciens combattants et de retrouvailles, parfois transatlantiques (p. 110), entre sauveurs et sauvés, l’auteur fait œuvre éminemment utile en offrant à la connaissance du plus grand nombre des archives d’un grand intérêt. Rien que pour cela, on ne peut que l’en remercier.


[1] Bénech, Claude, L’Incroyable histoire du Réseau Shelburn. Plouha-Guingamp 1943-1944, Spézet, Coop Breizh, 2019. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Huguen, Roger, Par les Nuits les plus longues. Réseaux d’aviateurs en Bretagne 1940-1944, Spézet, Coop Breizh, 2003.

[3] Le Gall, Erwan, « L’engagement des Français libres : une mise en perspective », in Harismendy, Patrick, et Le Gall, Erwan, Pour une histoire de la France libre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 29-47.

[4] Ledoux, Sébastien, Le Devoir de mémoire. Une formule et son histoire, Paris, CNRS éditions, 2016.


2 réflexions sur « Shelburn : un chantier à réinvestir »

  1. Nous, groupe de lecture sur l’histoire devons avouer que nous ne comprenons pas cette phraséologie ambigüe, semble t-il destinée à justifier l’idée que l’histoire appartient aux historiens …et à personne d’autre.
    On lit : » Dès l’avant propos , l’auteur explique, en toutes lettres et indique avoir fait un recueil panoramique…. »
    L’auteur l’a donc déjà écrit, ceci est peut être une explication, une traduction, pour lecteur qui ne comprend rien …?
    Plus loin  » l’auteur en viendrait presqu’à tromper etc… »
    Tromper…on connait MAIS » presqu’à tromper »
    la vraie question : qui trompe qui …?
    et plus loin : » ce livre ne concerne qu’une seule filière d’évasion »
    Oui, comme l’indique son titre : Le réseau SHELBURN
    ( la liste des réseaux et groupes d’évasion est décrit p 173.
    et encore : « Il y a plus dérangeant… »
    et le « cours » nébuleux commence ….
    Bref, produire..pour produire , faire du papier c’est bien mais sans pertinence …
    Ce recueil, modeste certes nous raconte la « petite » histoire mais il est précieux ..
    authentique et peut être même émouvant. Mais il faut retenir qu’il dérange d’aucuns.
    La critique est une bonne chose lorsqu’elle est constructive, mais là . . . .

    1. Oui je pense qu’il vaut mieux avoir une solide formation en histoire pour écrire des livres d’histoire. Et je maintiens mes propos quant à cet ouvrage.
      Bien cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.