Portrait de Joseph Jacob (carte postale, détail). Collection privée Cyrille L'Hénoret.

Joseph Jacob : l’inconnu qui rencontra Woodrow Wilson

L’un des événements les plus cocasses de la Première Guerre mondiale est certainement cette rencontre improbable, le 16 mai 1919, entre le président américain Woodrow Wilson et le fondateur du Cercle de celtique de Paris, Joseph Jacob. Véritable dialogue de sourds, puisqu’aucun interprète n’avait été dépêché pour l’occasion, cette entrevue nous est connue grâce aux travaux de l’historien canadien C. Bouchard et constitue une parfaite illustration de cet « âge d’or » manqué de la présence américaine en Bretagne[1]. Mais elle n’en pose pas moins un certain nombre de problèmes, à commencer par les modalités même de cet entretien : quels sont en effet les réseaux qui permettent à ce Breton de Paris d’atteindre la véritable icône qu’est alors le 28e Président des Etats-Unis, « bon pasteur venu évangéliser les ignorants » européens pour reprendre les propos – légèrement excessifs – de l’historien J.-Y. Le Naour[2].

En nous basant sur les travaux de C. Bouchard, nous savions que Joseph Jacob était proche de deux régionalistes bretons bien connus, Camille Le Mercier d’Erm d’une part, le marquis Régis de l’Estourbeillon d’autre part : deux figures du premier Emsav pas particulièrement marquées à gauche et qui contribuent à dessiner une vision « ancestrale », « éternelle » de la Bretagne. Notables établis, Le Mercier d’Erm et l’Estourbeillon contribuent donc à nous fournir un premier indice quant à la trajectoire de Joseph Jacob, individu pour lequel nous ne disposions, jusqu’à peu, que d’informations très partielles : à l’évidence, il ne s’agit pas d’un de ces « parias de Paris » décrits par l’historienne américaine Leslie P. Moch[3]. Au contraire, c’est plutôt d’une trajectoire migratoire résolument ascendante, à la manière d’un René Le Fur, dont il semble s’agir ici.

Carte postale. Collection privée Cyrille L'Hénoret.
Carte postale. Collection privée Cyrille L’Hénoret.

C’est ce que nous ont confirmé des éléments aimablement transmis il y a quelques jours par C. L’Hénoret, dont cette carte postale nous permettant de mettre – enfin ! – un visage sur le nom de Joseph Jacob[4]. En apprenant que le fondateur du Cercle celtique de Paris naît le 21 novembre 1867 à Plestin – aujourd’hui Plestin-les-Grèves – dans les Côtes du Nord, nous avons pu nous reconnecter à un certain nombre d’archives qui non seulement nous confirment l’intuition formulée plus haut mais qui, de surcroît, nous permettent de distinguer un certain nombre d’éléments particulièrement intéressants.

                Un anti-paria

La première de ces sources, conservée aux Archives départemental des Côtes d’Armor, est son acte de naissance. En effet, Joseph Jacob figure dans les registres d’état-civil de Plestin comme étant le fils de Jean et Jeanne Jacob, âgés respectivement de 54 et 40 ans. Détail qui a son importance, le père du futur fondateur du Cercle celtique de Paris est répertorié comme étant « propriétaire », ce qui parait témoigner d’une certaine aisance financière. Ajoutons d’ailleurs que les deux témoins qui assistent à la déclaration de naissance, le 23 novembre 1867, déclarent exercer pour l’un la profession de « propriétaire », pour l’autre celle de commerçant. S’il est difficile de déduire de ces quelques éléments un quelconque niveau de revenus, ceux-ci suffisent néanmoins à affirmer que Joseph Jacob ne voit nullement le monde parmi les indigents et les parias[5].

Cette impression est confirmée par une seconde archive, toujours conservée aux Archives départementales des Côtes d’Armor : sa fiche matricule de recrutement[6]. Ce document indique en effet que Joseph Jacob déclare exercer, lors de son passage devant le Conseil de révision, la profession « d’employé d’enregistrement ». A en croire ce même document, c’est sans doute cette carrière administrative qui l’amène à résider, à partir de 1892, à Paris.

Ceci amène d’ailleurs à un constat sans ambiguïté : non seulement ce départ pour la capitale n’est manifestement pas subi, puisqu’il s’intègre dans une logique parfaitement classique de carrière, mais le moins que l’on puisse dire est que Joseph Jacob ne réside pas dans ces quartiers du lumpenprolétariat parisien où viennent s’entasser par milliers les émigrants en provenance de la péninsule armoricaine. Un détail, toutefois, ne trompe toutefois pas : habitant d’abord dans le 1er arrondissement, il se rapproche rapidement de Montparnasse, fief des Bretons de Paris, en s’établissant rue Royer-Collard. Sans doute peut-on en déduire certains liens communautaires – peut-être même par l’intermédiaire de la musique puisqu’on le sait « soldat musicien » pendant une partie de son service militaire – sans qu’il soit possible, à ce stade de l’enquête, d’en dire plus. Malheureusement, la troisième adresse indiquée par la fiche matricule n’est pas lisible : peut-être s’agit-il du 33, rue de Linois, ce qui l’éloignerait du XIVe arrondissement mais le situerait à proximité de l’Ecole militaire.

Il aurait également été intéressant de connaître son lieu de travail puisqu’à l’évidence son métier influe très largement sur son destin militaire. En effet, après 2 années de service militaire dans l’infanterie de ligne et une période de réserve, Joseph Jacob est classé « non disponible » et affecté, en tant que commis, à la Trésorerie et Poste aux armées. Puis vient en 1908 une affectation spéciale, toujours à la Trésorerie et Poste aux armées mais cette fois-ci au Havre et en tant que commis principal des Douanes. En 1913, enfin, il est nommé à Paris, en tant que contrôleur des Douanes. Ce sont là des détails très intéressants qui rappellent que l’armée française est capable, pour des tâches très spécifiques, de puiser dans le vivier des compétences civiles. Cela est vrai à la Belle époque mais aussi pendant la Grande Guerre, comme en témoigne le parcours de Joseph Jacob : mobilisé en tant que payeur particulier de 3e classe à la Trésorerie et Poste aux armées[7], il est aux armées du 3 août 1914 au 29 octobre 1914. Ayant vraisemblablement atteint la limite d’âge, puisqu’il accuse à ce moment 47 ans au compteur, Joseph Jacob semble retrouver un poste aux douanes avant de définitivement quitter le service en novembre 1917. Il a alors 50 ans et les premiers contingents du corps expéditionnaire américain sont en France depuis à peine 5 mois.

                Vers le premier Emsav

Tout ceci ne nous dit évidement pas comment le fondateur du Cercle celtique de Paris en vient à rencontrer Woodrow Wilson mais ces éléments contribuent indéniablement à mieux cerner le personnage. Se dessine en effet un profil socioculturel qui correspond bien à ce que l’on peut savoir du premier Emsav, c’est-à-dire un mouvement recrutant régulièrement parmi les notables de la péninsule armoricaine, diffusant un message assez clairement conservateur tout en promouvant une émancipation bretonne à l’intérieur même de l’hexagone. En témoigne la Grande Guerre – même si encore une fois celle-ci est très particulière – de Joseph Jacob, mais également l’ouvrage qu’il consacre à Louis Le Dantec, son professeur de sciences au petit séminaire de Tréguier. Publié en 1937, par les conservatrices imprimeries du Nouvelliste de Bretagne, ce volume entend non seulement rendre hommage à celui qui, natif de Plestin, est nommé vicaire de Ploubazlanec au mitan des années 1890[8], mais également diffuser un message à caractère beaucoup plus idéologique :

« En publiant ces minces pages, j’ai obéi à deux impulsions : une profonde et affectueuse admiration pour mon vieux professeur, l’abbé Le Dantec et aussi le désir de mettre en échec la coupable opinion des matérialistes prétendant mettre en contradiction la Science et la Religion, et démontrer ad absurdo leur antinomie originelle et totale. »[9]

Or Louis Le Dantec est aussi, d’après ce que nous indique la précieuse prosopographie relationnelle PRELIB, un éminent écrivain en langue bretonne à qui l’on doit une traduction du « Récit de quelques miracles parmi des centaines, commis en notre temps grâce à la vierge Marie de Lourdes » publié par Henri Lasserne[10].

                Le militant breton… et le conscrit

La Bretagne de Joseph Jacob est donc, par essence, catholique et l’on comprend mieux pourquoi il s’engage au mitan des années 1930 pour l’érection d’un calvaire sur le Roc’h Allaz, à Plestin-les-Grèves[11]. Tout cela, bien entendu, n’explique pas comment le natif de Plestin en arrive à ne pas réussir à dialoguer, le 16 mai 1919, avec Woodrow Wilson, cette acmé de « l’âge d’or » manqué de la présence américaine en Bretagne pendant la Grande Guerre. Mais la fiche matricule de recrutement se révèle encore une fois une archive précieuse en ce qu’elle permet, si ce n’est d’expliquer cette rencontre, de souligner l’importance d’un lieu qui semble faire la jonction entre le militantisme breton et l’institution militaire : le 48e RI. C’est en effet au sein de cette unité que Joseph Jacob effectue un an de service militaire entre le 11 novembre 1890 et le 1er novembre 1891. On le retrouve ensuite au 248e RI pour une période de réserve au mois de septembre 1893, c’est-à-dire alors qu’il est déjà installé à Paris.

Carte postale. Musée de Bretagne: 972.0018.208.
Carte postale. Musée de Bretagne: 972.0018.208.

Or de nombreuses archives témoignent, au moins jusqu’à la Première Guerre mondiale, d’une affirmation particulièrement vive du sentiment régional au sein des unités en garnison à Guingamp. On se rappelle d’ailleurs les difficultés que le tonnelier de Peyriac-Minervois Louis Barthas rencontre pour s’intégrer au sein de ce 248e RI où il est affecté à la fin de l’année 1917, ce qui le conduit d’ailleurs à dresser un portrait bien peu sympathique des Bretons[12]. Il est vrai que le journal de ce régiment, Le Biniou à poil, raille sans retenue, dans son premier numéro publié vraisemblablement dans la seconde partie de l’année 1916, l’accent chantant des habitants Tarascon, « patrie de l’illustre Tartarin »[13]. D’ailleurs, on retrouve dans cette publication un article signé d’un certain Taldir, autrement dit le célèbre François Jaffrenou, figure éminente du premier Emsav dont le parcours est particulièrement stimulant : effectuant son service militaire au 48e RI, entre le 14 novembre 1901 et le 20 septembre 1902, puis deux périodes de réserve avec cette même unité en 1906 et 1908, il est d’abord mobilisé dans l’artillerie puis dans l’arme du train. Mais, manifestement, ceci ne l’empêche pas d’entretenir de bons rapports avec sa garnison d’origine, puisqu’il se trouve donc amené à participer à ce Biniou à poil alors qu’il ne figure pas parmi les rationnaires du 248e RI[14]. Une information qui ne manquera pas d’intéresser celles et ceux qui s’intéressent aux journaux de tranchées…[15]

François Jaffrenou est incorporé au 48e RI pour y effectuer son service militaire 10 ans après Joseph Jacob. C’est là une différence de taille puisque c’est à partir de 1900 que cette unité est dotée d’une clique de 12 sonneurs, 6 binious et 6 bombardes[16]. Pendant la Grande Guerre, on sait que c’est le 73e RIT qui est doté d’une telle formation et l’on sait que deux sonneurs font même la couverture de L’Illustration en juillet 1915. Moins connues en revanche, mais tout aussi stimulantes, sont les deux gwerz sur feuilles volantes composées par le soldat de 2e classe François Goareger d’une part, le caporal Jean Le Bris d’autre part, deux militaires du 248e RI[17].

Autant d’éléments qui, encore une fois, n’expliquent pas comment Joseph Jacob est amené à rencontrer Woodrow Wilson mais qui montrent, en revanche, comme le militantisme breton et le service de la Nation – française – en armes pendant la Grande Guerre se conjuguent, et ce de longue date. Il n’en demeure pas moins que le dossier que constitue le fondateur du Cercle celtique de Paris est encore loin d’être refermé.


[1] Bouchard, Carl, « Nous nous souviendrons de vous : lettres de Bretagne au président Woodrow Wilson », in Carney, Sébastien (dir.), 1917-1919, Brest ville américaine ?, Brest, Centre de recherche bretonne et celtique, 2018, p. 143-146.

[2] Le Naour, Jean-Yves, 1919-1921. Sortir de la guerre, Paris, Perrin, 2020, p. 96.

[3] Moch, Leslie Page, The Pariahs of yesterday. Breton Migrants in Paris, Durham and London, Duke University Press, 2012. Ajoutons que Henry, Lionel, Dictionnaire biographique du mouvement breton XX-XXIe siècle, Fouesnant, Yoran Embanner, 2013 ne comporte aucune notice au nom de Joseph Jacob.

[4] Nous souhaitons adresser ici tous nos plus sincères remerciements à C. L’Hénoret dont l’aide fut pour le coup véritablement providentielle. Nous étions depuis plusieurs mois dans une véritable impasse concernant Joseph Jacob et, grâce aux informations qu’il nous a transmises, nous sommes parvenus à sortir de l’impasse. Sans lui, ce modeste billet n’aurait pu être rédigé.

[5] Arch. dép. CdA : EC Plestin 1865 – 1869, acte n°146.

[6] Arch. dép. CdA : 1 R 982.2001.

[7] Notons que ce grade ne colle pas vraiment avec le rang de commandant que certaines sources tendent à lui octroyer.

[8] Il y croise alors selon toute vraisemblance le jeune Pierre-Marie Lec’hvien, futur aumônier du 47e RI pendant la Première Guerre mondiale et disciple de l’abbé Jean-Marie Perrot. Poisson, Abbé H., L’Abbé Pierre-Marie Lec’hvien (1885-1944), Saint-Brieuc, Les Presses bretonnes, 1959 ne dit rien de l’influence qu’aurait pu exercer Louis Le Dantec sur Pierre-Marie Lec’hvien.

[9] Jacob, Joseph, Un savant breton. Louis Le Dantec, Rennes, Imprimeries du Nouvelliste de Bretagne, 1937, p. 6.

[10] Nous souhaitons remercier ici chaleureusement Marc-Antoine Ollivier pour l’aide précieuse qu’il nous a fournie à ce moment de la démonstration.

[11] Jacob, Joseph, « La Croix du Roc’h-allaz », An Oaled. Le Foyer breton, 8e année, n°48, 2e trimestre 1934, p. 147.

[12] Barthas, Louis, Les carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918, Paris, La Découverte, 1997, p. 489 et suivantes.

[13] « Tarascon pendant la guerre », Le Biniou à poil. Organe du 248e RI approximativement hebdomadaire, sans date. La citation à l’ordre attribuant le port de la fourragère publiée en première page permet toutefois de dire que ce numéro date au plus tôt d’août 1916.

[14] Arch. dép. CdA : 1 R 1122.807.

[15] Audoin-Rouzeau, Stéphane, 14-18 Les combattants des tranchées, Paris, Armand Colin, 1986.

[16] Kermaric, Giles et Le Gonidec, Marie-Barbara, « La clique de binious du 73e RIT de Guingamp. Un cas unique dans l’histoire des instruments bretons sur le front », Musique bretonne, n°244, juillet-août-septembre 2015, p. 30-31.

[17] Nicolas, Serge, Brezel parzeg pe ar « Brezel Bras ». Chanson sur feuilles volantes en breton de la guerre de 14, Institut culturel de Bretagne, en ligne


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.