Les Américains en Bretagne (1917-1919) : un « âge d’or » manqué ?

Rendant compte, le 8 avril 1917, de l’entrée en Première Guerre mondiale des Etats-Unis, le rédacteur en chef du Courrier des Campagnes, Georges Loire, affirme : « Ce n’est pas seulement le concours financier du pays des milliards, des rois du fer et de l’acier, qui va accélérer encore la hausse du crédit de l’Entente et faire monter ses actions, le concours moral, militaire, naval de notre nouvel et si puissant allié va aussi jeter dans la balance un poids formidable et décisif qui hâtera l’heureux dénouement de l’horrible et sanglante tragédie »[1]. Autrement dit, la question n’est désormais plus de savoir si les puissances alliées à Paris remporteront la Victoire mais bien de deviner quand elles le feront.

Un tel enthousiasme ne doit pas surprendre[2]. Avec l’entrée en guerre des Etats-Unis en avril 1917, la Bretagne change soudainement de statut. D’une région périphérique, située certes sur un front maritime mais relevant plus globalement du point de vue de la guerre terrestre – la seule à réellement compter dans les esprits – d’un arrière, la péninsule armoricaine devient en l’espace de quelques heures absolument centrale, escale obligée d’un gigantesque pont maritime reliant Hoboken, New-Jersey, à Chaumont, en Haute-Marne, où est installé le quartier général du corps expéditionnaire levé par Washington. En effet, Saint-Nazaire puis Brest deviennent des points de passage obligatoires pour ces soldats américains destinés à être déployés en France, sous le commandement du général Pershing[3]. C’est donc bien cette modification de l’équilibre stratégique du conflit qui laisse entrevoir de riches perspectives en Bretagne, à tel point qu’il n’est sans doute pas impossible de parler d’un véritable « âge d’or américain ».

En effet, partout où les archives attestent la présence de ceux que l’on nomme alors les Doughboys, on assiste à une véritable ruée vers le dollar, fièvre qui sévit dans toutes les couches de la population. Prostituées, bourgeois et capitaines d’industrie partagent les mêmes rêves « d’âge d’or », ce qui invite à interroger le contexte dans lequel émerge cette aspiration : la morne année 1917 bien entendu mais aussi l’image qui immanquablement est associée à l’Oncle Sam. Une représentation mentale qui, comme souvent, diffère assez largement de la réalité

25 mai 1918 : deux marins américains posent avec les tenancières d’un café de Saint-Nazaire. National archives at College Park : 165-WW-332D-34.
25 mai 1918 : deux marins américains posent avec les tenancières d’un café de Saint-Nazaire. National archives at College Park : 165-WW-332D-34.

C’est cette histoire d’un rêve américain pas complètement advenu, d’autant plus incongru qu’il surgit en pleine Première Guerre mondiale, que je devais évoquer dans le cadre du cycle de conférences sur les « âges d’or » de la Bretagne organisé par l’association Bretagne Culture Diversité. Bien entendu, du fait du confinement imposé par l’épidémie de Covid-19, il n’était plus question d’organiser cet événement à la Maison internationale de Rennes, comme cela était initialement envisagé. Du coup, c’est sur la page Facebook de Bretagne Culture Diversité que l’on se retrouvera, en direct, le 15 avril prochain, à 17 heures 30.


[1] Loire, Georges, « Les Etats-Unis et la Guerre », Le Courrier des campagnes, 92e année, n°72, 8 avril 1917, p. 1.

[2] Ajoutons qu’il ne s’agit nullement d’une spécificité bretonne. Chatillon, Sébastien, Les Poilus de Haute-Savoie. Conscription, mobilisation, réinsertion sociale, 1889-1939, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2020, p. 154 note par exemple : « Les Américains suscitent un enthousiasme unanime ».

[3] Pour de plus amples développements on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale, Bruz, Editions CODEX, 2018,p. 72-82.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.