Combat de cavalerie lors de la bataille de Sedan, 1er septembre 1870. Carte postale publicitaire. Collection particulière.

Le 50e anniversaire de la bataille de Sedan

C’est une formule que l’on répète comme une sorte de mantra : « la mémoire est l’outil politique du temps présent ». Autrement dit, si le souvenir d’un fait historique est convoqué dans le débat public, c’est qu’il offre au moment précis où il est employé une grille de lecture servant les intérêts de celui ou celle qui le mobilise. Là où l’histoire est la science qui s’attache à comprendre le passé sur la base d’une méthode dont l’alpha et l’oméga consistent en la critique interne et externe des archives, la mémoire a tout à voir avec le présent. Mais qu’en est-il de l’amnésie ? De l’absence de souvenir ? C’est à une telle réflexion qu’invite la non-commémoration du cinquantième anniversaire de la bataille de Sedan, au début du mois de septembre 1920.

                L’année absente?

Compulser la presse bretonne de cette période est se rendre compte combien le souvenir de « l’année terrible »[1], et singulièrement de la bataille de Sedan, est absent des représentations ayant alors cours dans la péninsule armoricaine. Ainsi, pas une ligne ou presque ni dans L’Ouest-Eclair, ni dans La Dépêche de Brest. Si à Saint-Brieuc, le Moniteur des Côtes-du-Nord publie en première page la « 20e liste de souscriptions » au « Monument aux Morts pour la Patrie » du chef-lieu du département, ceux-ci le sont bien évidemment pas en 1870-1871 mais pendant le seul conflit qui semble alors prévaloir, en ce qu’il est même censé être le « der des ders », c’est-à-dire la Grande Guerre[2].

Le monument aux morts de Saint-Brieuc, œuvre de Francis Renaud. Musée de Bretagne: 972.0004.414.
Le monument aux morts de Saint-Brieuc, œuvre de Francis Renaud. Musée de Bretagne: 972.0004.414.

A l’évidence, l’expérience des tranchées est encore dans tous les esprits et constitue une sorte de souvenir écran. C’est ainsi que tous les journaux bretons ou presque persistent à se faire l’écho des citations à l’ordre qui continuent d’être décernées aux valeureux combattants. Mais d’autres détails trahissent cette « ombre portée » de la Grande Guerre[3]. A Saint-Servan, par exemple, la kermesse qui doit avoir lieu le 5 septembre 1920, est organisée « au profit de son monument des morts »[4].A Plélo, petit village du Goëlo situé entre Paimpol et Saint-Brieuc, on pose de nouveaux vitraux dans l’église. Ces travaux sont réalisés dans le cadre de l’installation d’un monument aux 141 morts de la paroisse pendant la guerre et disent le poids du conflit dans les consciences. C’est ainsi que l’un des vitraux

« représente la Vierge offrant une palme à un mourant, tombé dans les fils barbelés, pendant que le blessé tend à la Vierge, d’un bras ferme, son drapeau ; pour accentuer cette scène de désolation l’artiste a présenté à droite de la tête de la Vierge, dans le lointain, la cathédrale de Reims en flammes. Le Christ domine contemplant cette scène. L’autre vitrail faisant pendant au premier, du côté nord, représente un aumônier présentant le crucifix à baiser à un soldat agonisant ; l’aumônier est assisté d’un brancardier ; au bras tout le fourniment d’un combattant ; en haut c’est une tranchée avec les sacs de terre ; plus haut une maison détruite par un obus. »[5]

A dire vrai, en Bretagne, Le Nouvelliste du Morbihan fait presque figure d’exception. Mais lorsque le journal lorientais décide de regarder 50 ans en arrière, ce n’est pas tant pour se remémorer Sedan que « le cinquantenaire de la République »[6]. Il en est de même pour Le Progrès du Morbihan, hebdomadaire se présentant comme « l’organe de la fédération des comités républicains » de ce département : si l’on évoque 1870, c’est bien au travers du 4 septembre, et non du 2[7]. Lui aussi républicain mais nettement plus conservateur, L’Avenir du Morbihan, basé pour sa part à Vannes, ne dit en revanche rien de cet anniversaire.

                La vie qui reprend

En réalité, ce que montre la presse bretonne de ce début du mois de septembre 1920, c’est que la vie reprend son cours après des années de guerre. Et ceci ne laisse que peu de place à l’expression du souvenir de la bataille de Sedan. C’est ainsi par exemple que L’Ouest-Eclair, gourmand, se félicite du retour sur les étals des huîtres, en même temps que les mois en « r »[8]. La chronologie semble même devoir jouer quelques tours puisque le 2 septembre 1920 est également, au terme de la loi du 31 mars 1919 instaurant le droit à réparation, la date limite accordée « aux démobilisés pour faire valoir leurs droits éventuels à pension »[9].

Carte postale. Musée de Bretagne: 976.0010.66.
Carte postale. Musée de Bretagne: 976.0010.66.

La fin de l’été correspond à un moment d’intense activité dans les campagnes et la presse bretonne, à travers la rubrique des faits divers, rend compte de ces travaux des champs. A Lanvaudan, petite commune située au nord de Lorient, dans le Morbihan, un incendie se déclare. Le feu parait « activé par la sècheresse et l’amoncellement des éléments combustibles, meules de blé, de paille et de foin, toitures en chaume ». Alors que le bilan matériel est très important, puisque 4 des 5 fermes de ce hameau sont détruites par les flammes, Le Nouvelliste du Morbihan explique le développement du sinistre par « la fermentation des foins nouveaux sous l’action d’une température très élevée »[10]. A Plédran, à quelques kilomètres au sud de Saint-Brieuc, un domestique de ferme du nom d’Henri Cosson a le bras saisi par un batteur mécanique. Dépêché en toute hâte sur place, le médecin est obligé de procéder à l’amputation du membre dont le journal nous dit qu’il est « déchiqueté jusqu’à l’épaule »[11]. A Iffendic, non loin de la forêt de Brocéliande, c’est une petite fille de deux ans qui dormait dans un malon de paille qui est, par mégarde, enfourchée par un paysan…[12]

Pour autant, il serait faire fausse route que de considérer la séquence 1914-1918 comme une parenthèse refermée sans conséquences sur ce le cours de la vie. Quelques détails statistiques l’attestent sans aucune ambiguïté. C’est par exemple l’association des mutilés du canton de Malestroit qui, en septembre 1920, compte par moins de 350 membres, individus qui tous, par leur handicap, rendent quotidiennement visibles les conséquences du conflit[13]. L’après-guerre n’est pas comparable à l’avant et, en ce début de mois de septembre 1920, un certain vent de modernité semble planer sur l’économie bretonne. C’est ainsi qu’à l’occasion de la « Grande quinzaine du poisson », la ville de Lorient accueille le congrès national de l’Association française du froid artificiel. La surgélation est en effet une technique en plein essor, ce que rappelle Le Nouvelliste du Morbihan :

« Il y a actuellement en France 2 250 wagons frigorifiques, dont 450 cédés par les Etats-Unis après la démobilisation. Ces wagons sont surtout utilisés pour le transport de la viande et du poisson. Chaque matin, de Lorient ou de La Rochelle, du poisson est amené dans toutes les grandes villes dans un excellent état de fraîcheur. »[14]

Là encore, rien ne semble jouer en faveur de 1870, année absente faute – nous le verrons plus tard – d’écho avec l’actualité.

                Entrelacements de mémoires politiques

Le retour à la paix est aussi le retour à la politique et si la lettre pastorale de l’évêque de Saint-Brieuc évoque la Grande Guerre, c’est pour mieux rappeler l’importance du Ciel dans l’issue de la bataille[15] :

« C’est cette pléiade de chefs admirables dont les noms égaleront dans l’histoire ceux des plus illustres capitaines, c’est cette étroite coordination des mouvements de l’armée alliée sous la conduite d’un généralissime de génie, c’est, tout ensemble, la résistance, l’endurance, la ténacité et l’élan de nos magnifiques soldats qui ont brisé l’effort allemand, culbuté l’envahisseur et remporté, à la française, la plus belle victoire connue. Mais qui ne sait que la pensée humaine est toujours courte par quelque endroit, si Dieu ne l’assiste, et que le bras de l’homme est facilement brisé s’il ne le soutient ? »[16]

Classique grille de lecture catholique de la Grande Guerre mais qui ne doit pas faire perdre de vue la fonction politique du discours. Car, ce qui est en jeu ici, pour l’évêque de Saint-Brieuc, c’est bien le droit de cité de la parole divine. Autrement dit, il s’agit de rappeler son rôle dans la victoire pour, éventuellement, si l’opportunité se présente, revenir sur les choses qui fâchent comme, par exemple, la loi de Séparation des églises de l’Etat. Dès lors, on comprend que la mémoire de la bataille de Sedan, et de la guerre de 1870 de manière plus générale, ne soient pas ici d’une grande utilité pour le prélat.

Lors de la bataille de Sedan, la défense de Bazeilles. Carte postale publicitaire. Collection particulière.
Lors de la bataille de Sedan, la défense de Bazeilles. Carte postale publicitaire. Collection particulière.

Il en est d’ailleurs de même en ce qui concerne l’aile gauche du « spectre politique ». Conseiller municipal de Brest, après avoir été dans le fauteuil de maire pendant la guerre en remplacement d’Hippolyte Masson, mobilisé, Ernest Hervagault se montre particulièrement dur à l’égard de la commémoration du cinquantenaire de la République, celle-ci ayant atteint « l’âge ou les femmes deviennent dévotes ». Pourquoi une telle acrimonie ? La faute à un régime « bourgeois », coupable de surcroît du péché originel.

« La république actuelle s’est montrée une trop mauvaise mère envers le prolétariat pour que les militants socialistes éprouvent à son égard autre chose que de la compassion. […]

Il est vrai que la Troisième naquit sous de tristes auspices. Le nom de Thiers, son premier président, ne peut évoquer, chez nous, que des souvenirs cruels et nous remémorer les heures tragiques de la Commune. »[17]

Protéiforme, le souvenir de 1870 comporte décidément trop d’aspérités pour faire consensus. Ce d’autant plus que le traumatisme de la Grande Guerre vient ajouter de l’eau au moulin de la critique :

« La majorité gouvernementale ne donne pas à la 3e République un aspect très reluisant. Après cinq années de souffrance, elle n’a su faire bénéficier le pays que de lourds impôts frappant le pauvre sans toucher le mercanti. »[18]

Et Ernest Hervagault d’enfoncer encore un peu plus le clou :

« Pour sauver ce régime, les nôtres ont souvent payé de leurs personnes, mais ce que vous leur demandez de fêter avec vous, ce n’est pas le sens propre du mot, c’est le bilan de cinquante années. Ce bilan est déficitaire pour le Prolétariat et il ne peut donc s’en réjouir ! »[19]

Sans doute la mémoire de 1870 agit-elle ici à la manière d’un révélateur des tensions qui traversent les gauches, espace politique plus que jamais partagé entre réformistes et révolutionnaires. Là encore, les comptes de la Grande Guerre et du ralliement à l’Union sacrée ne sont pas encore soldés[20]. Quelques semaines plus tard, le Congrès de Tours se chargera d’acter la rupture… D’ailleurs, en ce 4 septembre 1920, Daniel Renoult – l’un des fondateurs du Parti communiste français – affirme dans les colonnes de L’Humanité que « la vraie République, celle pour laquelle les républicains révolutionnaires de 1793, de 1831-32, de 1848, de 1871 ont sacrifié leur vie, n’existera que le jour où le socialisme aura été réalisé »[21].

Plutôt proche des intérêts de la bourgeoisie d’affaire, Le Nouvelliste du Morbihan s’amuse lui de l’amendement adopté sur proposition du député des Basses-Alpes Charles Baron et proposant que « seront considérés comme ayant des titres exceptionnels les candidats [à la Légion d’honneur] qui prouveront qu’ils n’ont réalisé, au cours des hostilités, aucun bénéfice sur les commandes qu’ils ont reçues pour la défense nationale ». Et le journal de la place Bisson de dépeindre des hordes de patrons respectant scrupuleusement la loi et refusant les croix que des ministres leur offre[22]. Le propos pourra sans doute faire sourire, il n’en est pas moins emblématique d’une longue et difficile démobilisation culturelle, plus d’un an après la signature du traité de paix, à Versailles. Un difficile processus qui parait s’envenimer au contact du champ politique.

A Versailles, dans la Galerie des Glaces : la table où sera signé le traité de paix. Photographie de presse] de l'agence Meurisse. Gallica / Bibliothèque nationale de France: Meurisse, 72953.
A Versailles, dans la Galerie des Glaces : la table où sera signé le traité de paix. Photographie de presse] de l’agence Meurisse. Gallica / Bibliothèque nationale de France: Meurisse, 72953.

Car que pèse le 50e anniversaire de l’une des pires débâcles militaires de l’histoire de France face au 6e anniversaire d’un véritable « miracle », celui de la Marne ? Pas grand-chose et c’est précisément ce qui justifie la présence, à Meaux, le 5 septembre 1920, d’Alexandre Millerand, président du Conseil, aux cérémonies commémorant cette bataille. Entouré de de trois maréchaux ainsi que du général Weygand, le ministre de la Guerre, André Lefèvre, délivre un discours très politique exhortant notamment à la poursuite de « l’union », prolongeant ainsi la mystique de 14-18, et dans lequel le souvenir de 1870 fait en réalité fonction d’anti-modèle :

« Tenir ici ou mourir disait Raoult[23] en 1870. Garder le terrain coûte que coûte et se faire tuer sur place plutôt que reculer disait Joffre en 1914. Pourquoi donc alors et là la défaite, hier et ici la victoire ? Parce qu’il y avait, entre les deux armées, une différence de moral. La France de 1914 savait pourquoi elle se battait : pour sa vie. La France de 1870 ne savait trop pourquoi elle se battait, peut-être pour le régime. Cause flamboyante et totale en 1914, cause obscure et étroite en 1870. Puis, la merveilleuse méthode de stratégie en 1914 ; les hommes se sentaient menés vers quelque chose de décisif, où déjà pointait l’aube de la victoire. Les troupes de 1870 se sentaient menées, ramenées, malmenées, dispersées sans ordre, sans cohésion, et entrevoyaient, au bout de ces ordres et contre-ordres, la débâcle. Rien n’avait mieux préparé le moral des héros de 1914 que les alertes données à notre pays par une Allemagne dont l’ivresse d’orgueil altérait la psychologie. »[24]

On le voit, la Première Guerre mondiale agit à la manière d’un trou noir et absorbe tous les discours mémoriels, réalisant une étonnante fusion qui n’est d’ailleurs pas sans susciter quelques réactions. C’est ainsi que le député du Morbihan Maurice Marchais regrette publiquement, dans les colonnes du Progrès du Morbihan, que la commémoration du 50e anniversaire du 4 septembre 1870 soit décalée au 11 novembre 1920, célébration du jour de l’Armistice[25].

                La mémoire comme culture de guerre

Ce choix est assurément le fruit d’un calcul politique complexe. Toutefois, il est également indéniable qu’à cette époque Sedan ne fournit aucune grille de lecture pour le temps présent. Certes, il s’agit d’un événement peu glorieux pour la France, ce qui peut expliquer en bien des manières cette non-commémoration. Mais, plus décisif pour ce qui nous importe ici, le monde de 1920 n’est assurément plus celui de 1870. C’est pourquoi le souvenir de « l’année terrible » se révèle d’aucune utilité, étant incapable de rendre lisible le présent. Pour s’en convaincre, il suffit de se reporter à l’édition du 2 septembre 1920 du grand quotidien catholique rennais, mais rallié à la République, L’Ouest-Eclair. Les éléments qui font la une de ce journal – qui annonce tirer à 250 000 exemplaires en 1924[26] – sont à cet égard éloquents : la situation en Europe centrale après la dislocation de l’Autriche-Hongrie, les poussées indépendantistes en Egypte, la guerre russo-polonaise et le sac du consulat de France à Breslau (Wroclaw) ainsi que la question irlandaise. En seconde page, est évoqué le conflit gréco-turc ainsi que l’affaire de Fiume. Or, en quoi le souvenir de la bataille de Sedan pourrait-il éclairer cette actualité aussi foisonnante que complexe ? Sans compter que l’impact de cet événement reste très limité à la France alors que les informations dont rend compte L’Ouest-Eclair en ce 2 septembre 1920 s’ancrent dans une perspective continentale.

Lénine prononçant un discours lors du deuxième congrès des Soviets de Russie, en octobre 1917. Carte postale. Collection particulière.
Lénine prononçant un discours lors du deuxième congrès des Soviets de Russie, en octobre 1917. Carte postale. Collection particulière.

Ce dont témoigne l’actualité telle que retranscrite par le quotidien catholique breton en ce 2 septembre 1920 c’est, ni plus ni moins, la conviction partagée par les contemporains de l’émergence d’un monde nouveau, né du conflit, en rupture nette avec l’avant 1914 et appelant donc à des grilles d’analyses ainsi que des remèdes, inédits. Que peut dire la bataille de Sedan face à une situation géopolitique aussi chaotique, rendue de surcroît encore plus explosive depuis octobre 1917 et l’apparition de la « menace bolchevique » ? Rien, assurément. Et c’est d’ailleurs ce qu’explique dans son éditorial consacré à la situation en Europe centrale l’historien et spécialiste des relations internationales René Pinon :

« On peut discuter à perte d’haleine s’il eût été plus avantageux et surtout s’il eût été possible de faire vivre l’empire austro-hongrois et de le dresser contre l’Allemagne. Mieux vaut prendre les choses telles que la guerre les a faites et surtout ne pas poursuivre la restauration impossible d’un passé aboli ; nous nous aliénerions ainsi les éléments sains et vigoureux issus de la dislocation de l’ancien Empire sans réussir à remettre debout un édifice artificiel dont l’écroulement même a montré la caducité. »[27]

C’est à ce moment de la démonstration qu’apparaît tout le paradoxe de la période. Si, en effet, on veut employer la définition forgée par J. Horne et A. Kramer selon laquelle la culture de guerre est la grille de lecture donnant du sens au réel en cours[28], alors non seulement la séquence 1914-1918 est à placer au cœur de ce qui semble relever d’une culture de paix – à moins que cette persistance témoigne juste d’une lente et difficile démobilisation culturelle, comme exposé plus haut – mais le cinquantième anniversaire de 1870 pourrait presque relever d’une sorte d’ « aculture » en ce qu’il est incapable de dire le présent. Sans compter que la mémoire de 1870 est profondément multiforme et traversée par des trames puissamment contradictoires : le souvenir du la défaite de Sedan n’est pas celui de la proclamation de la République et encore moins celui de la Commune de Paris.

Occurrences de l’expression “Bataille de Sedan” dans le corpus de livres scannés par l’application Google Ngram Viewer.

En fait, seule La Dépêche de Brest parvient faire mentir cette idée et à tisser un parallèle entre 1870 et l’actualité du moment, en l’occurrence la situation en Russie. Mais, pour cela, elle est contrainte de s’aider de propos rédigés par ses confrères. En effet, dans le cadre de sa « revue de presse », le quotidien finistérien érige une nouvelle fois 1870 en anti-modèle, mémoire qui d’ailleurs s’ancre moins sur le souvenir du 2 septembre que du 4. S’il s’agit de rappeler, grâce au Temps, que la proclamation de la République fut une « une révolution sans armes et sans larmes », c’est en réalité pour mieux insister, dans le sillage de L’Intransigeant, sur l’importance de « la lutte contre le Bolchevisme »[29].


[1] Sur cette idée Caron, Jean-Claude et Ponsard, Nathalie (dir.), La France en guerre. Cinq « années terribles », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[2] « Monument aux morts pour la Patrie », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 51e année, n°36, 4 septembre 1920, p. 1.

[3] Nous empruntons cette expression à Garraud, Philippe, « L’ombre portée de 1914-1918 dans les années 1930. La définition d’une conception différente de la guerre », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2009/4, n°104, p. 17-27.

[4] « La kermesse du 5 septembre », L’Ouest-Eclair, 21e année, n°7260, 2 septembre 1920, p. 3.

[5] « Les Nouveau vitraux de l’église », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 51e année, n°37, 11 septembre 1920, p. 2.

[6] « Le 4 septembre 1870 », Le Nouvelliste du Morbihan, 34e année, n°147, 29 août 1920, p. 1 ; « Le 4 septembre 1870 », Le Nouvelliste du Morbihan, 34e année, n°151, 3 septembre 1920, p. 1.

[7] Marchais, Maurice, « Le Cinquantenaire de la République », Le Progrès du Morbihan, 37e année, n°35, 28 août 1920, p. 1.

[8] « Septembre, premier mois en r », L’Ouest-Eclair, 21e année, n°7260, 2 septembre 1920, p. 2.

[9] « Démobilisés attention ! », Le Nouvelliste du Morbihan, 34e année, n°149, 1er septembre 1920, p. 1.

[10] « A Lanvaudan le fau a détruit les ¾ d’un village », Le Nouvelliste du Morbihan, 34e année, n°150, 2 septembre 1920, p. 2.

[11] « Horrible accident », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 51e année, n°36, 4 septembre 1920, p. 1.

[12] « Une enfant empalée », Courrier de Pontivy, 5 septembre 1920, p. 3.

[13] « Chez les mutilés », Le Nouvelliste du Morbihan, 34e année, n°150, 2 septembre 1920, p. 1.

[14] Duval, Maurice, « Le Froid artificiel », Le Nouvelliste du Morbihan, 34e année, n°150, 2 septembre 1920, p. 1.

[15] Sur le retour du politique avec la paix on se permettra de renvoyer le lecteur à Le Gall, Erwan, 1918-1926 : Entre en paix. Sortir de la Grande Guerre en pays de Montfort [catalogue réalisé dans le cadre de l’exposition éponyme présentée du 12 juillet au 14 décembre 2018 en l’hôtel de Montfort Communauté], Montfort-sur-Meu, Montfort Communauté, 2018, notamment p. 109-121.

[16] « Le Vœu à Notre-Dame de l’Espérance » », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 51e année, n°37, 11 septembre 1920, p. 1.

[17] Hervagault, Ernest, « Le Cinquantenaire de la 3e République », Le Cri du Peuple socialiste, 12e année, n°796, 4 septembre 1920, p. 1.

[18] Ibid.

[19] Ibid.

[20] Robert, Jean-Louis (dir. en collaboration avec Chaurand, David), Le Syndicalisme à l’épreuve de la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017.

[21] Renoult, Daniel, « Le 4 Septembre », L’Humanité, 17e année, n°6008, 4 septembre 1920, p. 1.

[22] « La Légion d’honneur et l’excommunication des fournisseurs de guerre », Le Nouvelliste du Morbihan, 34e année, n°150, 2 septembre 1920, p. 1.

[23] Général Noël Raoult commandant la 3e division de l’armée du Rhin. Saint-Cyrien, il décède le 3 septembre 1870 à Reichshoffen des suites d’une blessure contractée le 6 août 1870 lors de la bataille de Froeschwiller. Moritz, Yves, Dictionnaire de la Guerre de 1870, Paris, Editions SPM, 2020, p. 159.

[24] « La Marne », Le Temps, 60e année, n°21586, 6 septembre 1920, p. 1.

[25] Marchais, Maurice, « Le Cinquantenaire… », art. cit.

[26] Chiffre cité par Hamon, Christian, « Le développement de l’entreprise », in Lagrée, Michet, Harismendy, Patrick et Denis, Michel, L’Ouest-Eclair. Naissance et essor d’un grand quotidien régional, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2000, paragraphe 15.

[27] Pinon, René, « Les Conditions de l’ordre européen », L’Ouest-Eclair, 21e année, n°7260, 2 septembre 1920, p. 1.

[28] Horne, John et Kramer, Allan, Les Atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2005, p. 317.

[29] « Revue de presse », La Dépêche de Brest, 34e année, n°13514, 4 septembre 1920, p. 1.


1 réflexion sur « Le 50e anniversaire de la bataille de Sedan »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.