La force du rite comme continuité biographique ? Maurice Laval

Si l’on devait choisir un mot pour qualifier le volume que B. Salaün consacre à Maurice Laval, ouvrage publié aux éditions Locus Solus, cela serait sans doute « multiple »[1]. Multiple tant sont nombreuses les vies de cette grande figure du XXe siècle mais aussi multiple tant, au final, est protéiforme ce volume : entre biographie, source pour l’historien – on pense notamment à la personne qui se chargera de compléter la notice que lui consacre le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et social – et hommage admiratif, ce petit livre est indéniablement à part.

A part, et d’une certaine manière unique, comme l’est le parcours de Maurice Laval. Né le 8 septembre 1920 à Saint-Symphorien – une commune qui est aujourd’hui un quartier de Tours – il passe l’essentiel de sa vie active à Paris avant de s’établir en 1990 à Quimper. Tour à tour et bien souvent en même temps ouvrier, trotskyste, résistant, déporté, homme de presse et franc-maçon, sans oublier un fin gourmet qui conquerra même ses lettres de noblesse en devenant grand chancelier de la Confrérie de la Cornouaille gourmande (p. 47), Maurice Laval est tout cela. Ce faisant, son parcours rappelle combien la trajectoire biographique est complexe, évanescente, diffuse, à tel point qu’un immense sociologue n’a pas hésité à parler à ce propos de véritable « illusion »[2].

Mais, justement, et c’est là sans doute que l’histoire en tant que discipline permet de nuancer l’approche bourdieusienne, tout en gardant nécessairement à l’esprit l’écueil téléologique, la biographie de B. Salaün souligne tout un tas de continuités qui ne manquent pas de frapper. La grande chancellerie de la Confrérie de la Cornouaille gourmande pourra sans doute faire sourire, elle n’en constitue pas moins un environnement social chargé de rituels – et de grades – qui ne peut pas ne pas faire écho à l’adhésion de Maurice Laval à la franc-maçonnerie (p. 37-38 notamment). Et que dire de son engagement trotskyste, mouvance dont on connait la culture du secret ? Enfin, on sait que l’engagement en Résistance est indissociable de rites de passage qui symbolisent la rupture, mais également de hiérarchies que sont les grades P0, P1 et P2 (p. 21). Là encore, il n’y a sans doute pas de hasard puisqu’on le sait également, à la fin des années 1930, compagnon imprimeur au service technique graphique des usines Renault de Billancourt (p. 15). On sait d’ailleurs combien les rites du compagnonnage et de la franc-maçonnerie sont similaires.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Bien entendu, cette situation professionnelle n’est pas neutre et pourrait, par bien des égards, expliquer l’engagement en Résistance de Maurice Laval. L’historien F. Marcot, mais aussi pour ce qui concerne l’Ille-et-Vilaine J. Sainclivier, ont bien montré combien le métier, ainsi que le lieu où celui-ci est exercé, sont des ressorts essentiels de l’entrée dans « l’armée des ombres » et notre homme ne fait à cet égard pas exception[3]. Sauf qu’à l’été 1940, ce sont les réseaux de Léo Lagrange et du Comité laïque des auberges de jeunesse, dont Maurice Laval devient secrétaire national, qui l’amènent à entrer en contact avec Londres (p. 17-20). Ce faisant, se fait jour la distinction entre « résistance mouvement » et « résistance organisation » puisqu’en parallèle de ses activités clandestines au service de la France libre, il « sabote chez Renault, à Boulogne-Billancourt » (p. 21).

Pour autant, et c’est ce que rappelle avec force la discipline historique, l’attention aux structures et aux permanences ne doit pas détourner de la chronologie. Car si Maurice Laval est assurément un homme qui se vit et se pense à gauche, celle-ci n’est assurément plus à la fin des années 1990 celle pour laquelle il milite en 1936, au moment du Front populaire. En cela il n’est bien évidemment pas un exemple unique et, sorte de quadrature du cercle, se retrouvent à travers le livre de B. Salaün de nombreuses trajectoires similaires : il en est par exemple ainsi de Max Théret, vétéran des Brigades internationales, proche des trotskystes et co-fondateur de la FNAC – c’est-à-dire d’une coopération répondant à l’acronyme de Fédération nationale des achats des cadres, et non pas le supermarché de la culture de masse que nous connaissons aujourd’hui – et côtoyé à la fin des années 1930 (p. 16). La vie de Maurice Laval est aussi cela, c’est-à-dire un cheminement du service d’ordre de Léon Trotsky à un compagnonnage avec Pierre Bérégovoy (p. 46) et François Mitterrand. Ce faisant, c’est bien, d’une certaine manière, la permanence de la centralité du fait guerrier – et en l’occurrence, sans doute, de sa remémoration – dans cette société française de l’après-Seconde Guerre mondiale qui ainsi se fait jour.

L’attention à la chronologie permet également de voir l’évolution des modalités de l’engagement politique. La violence des années 1930 (p. 16) n’a évidemment plus cours après la Seconde Guerre mondiale, ce que rappelle d’une belle formule l’ancien maire de Quimper Bernard Poignant dans la préface de l’ouvrage (p. 8) :

« Son combat continuera sous d’autres formes. Il sera pacifique mais tout autant résistant. »

La libération des camps constitue à cet égard une évidente rupture – qui interroge du reste puissamment l’idée de brutalisation formulée par George L. Mosse[4] – mais est en même temps jalonnée de continuités qui érigent le système concentrationnaire en berceau de fascinantes sociabilités. C’est ce que montrent les relations de Maurice Laval avec David Rousset, tout particulièrement à la fin des années 1940 au sein du Rassemblement démocratique révolutionnaire, mais également avec Claude Bourdet, fréquenté dans la rédaction de France Observateur. Il y a là des réseaux nés au sein même de l’horreur, ou quelque peu avant, qui mériteraient une vaste étude prosopographique. C’est ainsi par exemple qu’en 1949, jeune journaliste à Combat, « Maurice Laval signe une interview de Marcel Prenant, cinq ans après l’avoir croisé dans le camp de Royallieu » (p. 34).

Vue du camp de Royallieu (frontstalag 122) pendant la Seconde Guerre mondiale, auteur inconnu. Wikicommons.
Vue du camp de Royallieu (frontstalag 122) pendant la Seconde Guerre mondiale, auteur inconnu. Wikicommons.

Il faut enfin revenir sur les conditions d’écriture de cet ouvrage, recueil de témoignages élaboré à partir de plusieurs entretiens entre Maurice Laval et B. Salaün au cours des années 2014 et 2015. C’est là une technique d’écriture classique et qui permet à l’historien d’accéder à la parole du témoin, ce qui n’est pas sans poser un certain nombre de problèmes méthodologiques. Soulignons d’ailleurs que l’auteur du livre n’est nullement dupe et sait à l’occasion se faire critique, comme à propos des débats sur l’école publique et la laïcité qui traversent le PSU : « Maurice Laval prétend ne pas en avoir gardé le souvenir plus de cinquante ans après » (p. 37). Car en ces années 2010, l’ancien déporté incarne le « devoir de mémoire », idée qui l’amène à témoigner inlassablement, c’est-à-dire jusqu’à ce que ses forces le lui permettent, dans les établissements scolaires[5]. Il en résulte une parole peut-être pas moins fiable[6], mais à coup sûr stéréotypée, comme grippée par une certaine mécanique de la performance oratoire répétée dans des dizaines de classes, bref sans doute beaucoup plus difficile d’emploi pour l’historien.

On le voit, le texte que B. Salaün consacre à Maurice Laval est non seulement inspirant mais stimulant au sens où, en s’y plongeant, on en vient à rêver de multiples projets. Parmi ceux qui viennent à l’esprit il y aurait, sorte de cousin naturel du Dictionnaire des fusillés élaboré par les équipes du Maitron et de version élargie du Dictionnaire Dora, une gigantesque base prosopographique relative aux individus déportés au sein du système concentrationnaire nazi. Certes, on dispose déjà des listes établies par S. Klarsfeld en ce qui concerne la déportation de persécution, par la Fondation pour la mémoire de la déportation en ce qui concerne la répression. Mais envisager un corpus plus élargi, englobant les parcours biographiques avant et après les camps, permettrait de mettre en lumière ces réseaux de sociabilité qui, comme le montre la vie de Maurice Laval, tissent des continuités qui restent encore, pour une très large part, à étudier.


[1] Salaün, Bruno, Laval, un résistant. Le siècle de Maurice Laval, Châteaulin, Locus Solus, 2020. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Bourdieu, Pierre, « L’Illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, 1986, vol. 62, n°1, p. 69-72.

[3] Marcot, François, « Pour une sociologie de la Résistance : intentionnalité et fonctionnalité », in Prost, Antoine, La Résistance, une histoire sociale, Paris, Editions de l’Atelier, 1997, p. 21-41 ; Sainclivier, Jacqueline, La Résistance en Ille-et-Vilaine 1940-1944, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1993.

[4] Mosse, George L., De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, Paris, Hachette littératures, 1999.

[5] Sur cette notion se reporter à Ledoux, Sébastien, Le Devoir de mémoire. Une formule et son histoire, Paris, CNRS éditions, 2016.

[6] Lire à ce propos Browning, Christopher, A l’intérieur d’un camp de travail nazi. Récit des survivants : mémoire et histoire, Paris, Les Belles Lettres, 2010.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2020, 1 avril). La force du rite comme continuité biographique ? Maurice Laval. Ar Brezel. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbks

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.