Arch. mun. Pontivy : 2 h 9, Rapport du commissaire de police de Pontivy, 2 mai 1917 (détail).

Citation à l’ordre et réhabilitation civique

Parmi les critiques que nous avons formulées à l’endroit des « Poilus de Haute-Savoie » de S. Chatillon, il y a notamment le reproche d’un manque de distance avec les sources, tout particulièrement avec les citations à l’ordre[1]. En effet, ces courts textes, qui accompagnent la délivrance d’une décoration telle que la Croix de guerre, la Médaille militaire ou la Légion d’honneur, sont avant tout un discours de l’institution militaire sur elle-même et ne sauraient donc être pris au pied de la lettre[2]. C’est ce que rappelle, sans ambiguïté aucune, un document conservé par les Archives municipales de Pontivy.

Tout part de la requête formulée au printemps 1917 par un certain Tugdual Allanic. Titulaire d’un casier judiciaire solidement garni de 13 condamnations délivrées entre 1893 et 1904 « par les tribunaux de Vannes, Saint-Nazaire et Nantes pour bris de clôture, vols, coups, vagabondages [et] outrages », cet individu mobilisé depuis août 1914 sollicite sa réhabilitation[3]. Passé par les bataillons d’Afrique – autrement dit Biribi[4] – ce Breton né le 31 mai 1876 à Vannes témoigne visiblement d’un rapport complexe envers l’autorité militaire. Déclaré insoumis en 1905, il avait pourtant reçu 4 ans auparavant la Médaille coloniale, avec agrafe « Sahara », mais il lui est interdit de la porter pour ne pas avoir répondu à une convocation relative à une période de réserve.

Pour autant, Tugdual Allanic se présente, à Vannes, au dépôt du 85e régiment d’infanterie territoriale le 15 août 1914, conformément aux prescriptions inscrites sur son fascicule de mobilisation[5]. Deux éléments d’explication, parfaitement compatibles du reste, peuvent être avancés pour expliquer cette ponctualité. La première hypothèse est celle d’une rentrée dans le rang. En 1914, Tugdual Allanic est âgé de près de 40 ans. Or non seulement sa dernière condamnation remonte à 1905 mais on le sait, lors de la mobilisation générale, marié et père d’un enfant[6]. La seconde hypothèse renvoie à l’essence même de l’entrée en guerre qui, indéniablement, change le rapport à l’astreinte militaire : ici il ne s’agit plus d’un devoir que l’on accepte de manière plus ou moins renfrognée, comme le paiement d’un « impôt du temps », mais bel et bien de la défense en armes de la patrie agressée. Là est une nuance qui est indéniablement de nature à changer les perspectives.

En l’état actuel de la documentation, on ne connait rien de la guerre de Tugdual Allanic. Tout juste pouvons-nous indiquer qu’elle est visiblement sans histoire, autrement dit sans nouvelle condamnation judiciaire à en juger par ce que nous indique sa fiche matricule de recrutement[7]. Il se pourrait même que sa campagne soit vaillante puisque c’est manifestement sur la base d’une citation à l’ordre qui lui a été décernée – distinction que nous n’avons pas pu retrouver dans les archives – que Tugdual Allanic formule sa demande de réhabilitation[8].

Citation à l'ordre de l'armée (détail). Musée de Bretagne: 982.0005.69.3.
Citation à l’ordre de l’armée (détail). Musée de Bretagne: 982.0005.69.3.

Avouons-le de suite, ce type de procédure constitue encore, à notre humble connaissance, un angle-mort de l’historiographie. Pourtant, en ce que la guerre est un acte civique, c’est-à-dire un acte plaçant la citoyenneté au cœur du champ symbolique, cette requête en réhabilitation ne constitue pas un élément impensable. Bien au contraire, dans le cadre de notre thèse sur le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, nous avons croisé un certain nombre de trajectoires pouvant relever de logiques en tous points semblables[9]. Citons par exemple le cas d’Henri Rumeur qui, refusant de faire son service militaire, est déclaré insoumis en janvier 1910. Mais, s’étant présenté spontanément au bureau de recrutement de Saint-Malo le 13 août 1914, il est non seulement rayé des contrôles de l’insoumission mais dispensé de peine pour être incorporé comme soldat de 2e classe au 47e RI, procédure qui équivaut à une certaine forme de réhabilitation[10]. La promotion à un grade aussi subalterne que celui de caporal, élévation qui ne fait toutefois pas, rappelons-le, sortir du rang, ne semble ainsi pas être conditionnée à un casier judiciaire vierge. C’est en tout cas ce que laisse à penser le cas de Louis Desguez, chaussonnier fougerais installé en Seine-Inférieure avant le conflit : incorporé au 25e RI le 18 décembre 1914, il est condamné à 15 jours de prison avec sursis pour vol le 9 février 1915 par le tribunal correctionnel de Fougères. Envoyé aux armées le 14 mai 1915, à l’issue de ses classes, et transféré le même jour au 47e RI, il est nommé caporal le 19 juin 1915, élévation modeste mais qui n’en constitue pas moins une certaine forme de réhabilitation « au feu »[11].

Toujours est-il que la requête formulée par Tugdual Allanic entraîne une procédure judiciaire. C’est pourquoi, dans un courrier du 24 avril 1917, le Tribunal de première instance de Vannes sollicite pour avis le commissaire de police de Pontivy[12]. C’est en effet dans la sous-préfecture du Morbihan que Tugdual Allanic s’installe en 1912. Il y exerce la profession de retameur ambulant et vit avec une certaine Margueritte Crossin qui, elle, est « marchande foraine ». A première vue sans histoire, le couple fait l’objet d’un rapport particulièrement sévère de la part du Commissaire :

« Ils avaient un enfant qu’ils ont légitimé en se mariant – le 23 février 1914. Leur conduite n’était pas exemplaire et il y avait souvent des scènes dans le ménage. »[13]

Difficile toutefois à la lecture de ces quelques lignes de se faire une idée sur la réalité du couple Allanic et, plus singulièrement pour ce qui nous intéresse ici, sur le soldat-citoyen Tugdual Allanic. En fait, ce dont témoigne cette archive, c’est du regard socialement biaisé, et réprobateur, du commissaire de police. En effet, force est de constater qu’aucun élément objectif – comme une condamnation ou la mention d’une intervention des forces de l’ordre – ne vient étayer le rapport, si ce n’est une remarque qui suinte la logique de classe : « Ils n’avaient aucune fortune et vivaient de leur salaire ». Il en est de même en ce qui concerne la « conduite déplorable » de Margueritte Allanic à la suite du départ au régiment pour son mari : un tel qualificatif témoigne avant tout d’une subjectivité et ne fournit aucun élément tangible à l’historien. Tout juste pouvons-nous souligner que ce comportement contraste avec celui du mobilisé : « Au cours des permissions qu’il obtint, Allanic se conduisit de manière satisfaisante » croit bon de noter le commissaire[14].

Groupe de territoriaux. Musée de Bretagne: 978.0087.44.
Groupe de territoriaux. Musée de Bretagne: 978.0087.44.

Dès lors, il n’y a rien d’étonnant à ce que le fonctionnaire de police se montre pour le moins réservé à l’endroit de la requête en réhabilitation formulée par cet individu. Mais ce sont les arguments avancés qui, eux, interpellent, en ce qu’ils invitent non seulement à considérer les citations à l’ordre avec précaution mais témoignent de la distance avec laquelle les contemporains eux-mêmes les accueillent :

« Il ne semble pas qu’il y ait lieu d’agréer une demande en réhabilitation, à moins que la conduite d’Allanic au régiment soit très bonne et que sa citation soit pour des actes vraiment méritoires. »[15]

Tout, ici, est assurément dans le « vraiment ». Un adverbe qui montre qu’une citation à l’ordre ne saurait constituer pour un commissaire de police un brevet d’honorabilité. Mais quels que puissent être par ailleurs ses biais d’analyse, marques d’un regard assurément socialement inscrit, le fonctionnaire dit en creux toute sa méfiance en l’économie de la reconnaissance qui prévaut au sein des armées : il y aurait des citations à l’ordre « vraiment » méritées et d’autres qui le seraient moins…


[1] Chatillon, Sébastien, Les Poilus de Haute-Savoie. Conscription, mobilisation, réinsertion sociale, 1889-1939, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2020.

[2] Pour de plus amples développements sur les citations à l’ordre on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, « Les Citations à l’ordre. Essai d’analyse dans une perspective régimentaire », in Harismendy, Patrick et Le Gall, Erwan (dir.), Un Adieu aux armes. Destins d’objets en situation de post-guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, p. 47-64.

[3] Arch. mun. Pontivy : 2 h 9, Le tribunal de première instance de Vannes à la mairie de Pontivy, 24 avril 1907. Arch. dép. Morbihan : r_1892.60. Montre que le cumul des peines reçues avoisine les 30 mois de prison. A ce total déjà impressionnant doivent être ajoutés 3 mois supplémentaires octroyés en 1905 par le Conseil de guerre permanent du gouvernement militaire de Paris pour « insoumission ».

[4] Kalifa, Dominique, Biribi. Les bagnes coloniaux de l’armée française, Paris, Perrin, 2009.

[5] Arch. dép. Morbihan : r_1892.60.

[6] Arch. mun. Pontivy : 2 h 9, Rapport du commissaire de police de Pontivy, 2 mai 1917.

[7] Arch. dép. Morbihan : r_1892.60.

[8] Arch. mun. Pontivy : 2 h 9, Rapport du commissaire de police de Pontivy, 2 mai 1917.

[9] Le Gall, Erwan, Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Capdevila, Luc, Rennes, Université Rennes 2, 2019.

[10] Arch. Dép. CdA : 1 R 1269.1544. Affecté au service intérieur, il est transféré en octobre 1915 au 6e régiment du génie.

[11] Arch. dép. I&V. : 1 R 2168.683.

[12] Arch. mun. Pontivy : 2 h 9, Le tribunal de première instance de Vannes à la mairie de Pontivy, 24 avril 1907.

[13] Arch. mun. Pontivy : 2 h 9, Rapport du commissaire de police de Pontivy, 2 mai 1917.

[14] Arch. mun. Pontivy : 2 h 9, Rapport du commissaire de police de Pontivy, 2 mai 1917.

[15] Arch. mun. Pontivy : 2 h 9, Rapport du commissaire de police de Pontivy, 2 mai 1917.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.