Breteillais de 39-40 et prisonniers de guerre

Sans vouloir rallumer ici de sempiternels débats sur la valeur du témoignage en histoire, force est néanmoins de constater à la lecture de ce passionnant livre composé par B. Monvoisin que l’écriture de guerre répond à des règles particulièrement absconses[1]. Publié par la commune de Breteil, cet ouvrage permet notamment de découvrir deux « carnets de guerre » se rapportant à la campagne 1939-1940 et ses suites, textes rédigés par deux soldats nés dans ce petit village d’Ille-et-Vilaine, à l’ouest de Rennes. Le premier est celui de Pierre Hubert, né en 1911 et mobilisé en septembre 1939 à la 3e section de Commis et ouvriers militaires d’administration. Le second est celui de Pierre Thébault, né en 1915 et mobilisé au 8e régiment d’infanterie caserné à Cherbourg. A ces deux carnets, B. Monvoisin adjoint toute une série d’extraits de mémoires ou de retranscriptions d’entretiens accordés par d’anciens combattants de 1940 fait prisonniers à l’issue de la Campagne de France. C’est dire donc la richesse d’un volume qui, de surcroît, présente l’intérêt d’être abondamment illustré.

Carte postale. Musée de Bretagne: 970.0049.1659.
Carte postale. Musée de Bretagne: 970.0049.1659.

Issus de milieux sociaux comparables – des familles de paysans modestes – ces Bretons mènent des campagnes radicalement différentes lors de la guerre 1939-1940 : si, classiquement, Jean Demay reflue en permanence vers l’Ouest sous la poussée allemande, jusqu’à être fait prisonnier le 21 juin 1940 à Caudan, dans le Morbihan, Pierre Thébault est lui capturé un mois plus tôt à Boussois, près de la frontière belge (p. 144) et Pierre Hubert, dans les Vosges, le 22 juin 1940 (p. 72). Autrement dit, à l’inverse du mouvement stratégique, la campagne de Pierre Hubert se résume à une course vers l’Est, comme si son unité avait plus ou moins inconsciemment cherché la protection des contreforts de la ligne Maginot !

Il est donc manifeste que Pierre Thébault et Pierre Hubert ont des expériences de guerre radicalement différentes : si le premier connaît la brutalité du feu et combat dans des conditions extrêmement difficiles, le second est toujours en retrait de la ligne de front. Pourtant, tous deux sont pareillement emportés dans le maelstrom de la campagne, ce qui explique que leurs carnets respectifs se limitent, pour une très large part, à la description positive d’un vaste itinéraire, succession de noms de lieux traversés. On touche là assurément une limite essentielle de l’écriture de guerre. Quand le conflit est immobile, comme pendant la Drôle de guerre, c’est l’ennui qui prime et sans doute n’y a-t-il pas grand-chose de plus difficile à coucher sur le papier que ceci pour des plumes de paysans peu habituées aux circonvolutions littéraires. Quand vient l’heure du mouvement, au contraire, le rythme trépident de la campagne ne permet plus de tenir à jour le carnet et empêche l’écriture, tout comme en 1914 du reste. Puis, une fois détenu dans un stalag, c’est de nouveau l’ennui, désœuvrement dont il est d’autant plus difficile de rendre compte que la place sur le papier est limitée et oblige, d’une certaine manière, à une économie de pénurie (p. 21).

Malgré ces difficultés inhérentes à l’écriture de guerre, il est indéniable que ces deux carnets sont d’une grande richesse. Il en est ainsi de l’omniprésence du champ lexical du travail. Comme si cette culture professionnelle des combattants que nous avons identifiée à l’échelle du 47e RI pendant la Première Guerre mondiale perdurait lors de la Seconde[2]. Il est vrai que Pierre Hubert est mobilisé en tant que boulanger, ce qui facilite certaines analogies : « le travail est de 12 heures, une semaine de nuit, l’autre de jour » écrit-il par exemple à propos de l’hiver 1939-1940 (p. 41). Mais pour le fantassin Pierre Thébault, la passerelle est sans doute moins évidente. Pourtant, cela ne l’empêche pas, lui aussi, de parler de « métier militaire » (p. 154). Transféré dans un kommando de travail, il concède même « après avoir travaillé 4 à 5 jours, je constate que j’ai affaire à de très bon patrons » (p. 152). Pour tous, bien entendu, la défaite est un véritable choc et c’est sans doute Pierre Hubert qui, le mieux, résume le sentiment général : « Pour nous, ce n’est plus le 11 novembre 1918, c’est plutôt un grand jour de deuil » (p. 73).

Carte des camps de prisonniers français détenus en Allemagne ou dans des territoires occupés par les armées du IIIe Reich et établie d'après les documents du Ministère des prisonniers de la France libérée. Musée de Bretagne: 988.0070.1.
Carte des camps de prisonniers français détenus en Allemagne ou dans des territoires occupés par les armées du IIIe Reich et établie d’après les documents du Ministère des prisonniers de la France libérée. Musée de Bretagne: 988.0070.1.

Présentées de manière fine et méticuleuse par B. Monvoisin, ces deux archives viendront assurément enrichir le corpus de celles et ceux qui travaillent sur la Campagne de France et la captivité de 1940-1945. Loin des visions parfois caricaturales et stéréotypées qui attribuent la débâcle de 1940 à Léon Blum, au Front populaire et à « l’esprit de jouissance », Pierre Hubert écrit (p. 73) :

« Voilà où nous a conduits l’égoïsme, nos divisions politiques et [le] bourrage de crâne. Puissent les générations futures en prendre de la graine. »

Faut-il y voir le reflet d’une opinion publique qui, en Ille-et-Vilaine, est irrémédiablement modérée ?[3] Cela serait formuler l’hypothèse d’une certaine spécificité bretonne dans l’expérience de la guerre 1939-40, vaste chantier qui reste à mener mais qui, assurément, est plein de promesses.


[1] Monvoisin, Bertrand, Carnets de guerre des soldats Hubert et Thébault 1939-1940 suivi de Victimes et prisonniers de guerre de Breteil 1939-1945, Breteil, Commune de Breteil, 2020. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Le Gall, Erwan, Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Capdevila, Luc, Rennes, Université Rennes 2, 2019.

[3] Sainclivier, Jacqueline, L’Ille-et-Vilaine. 1918-1958, Vie politique et sociale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1996.


4 réflexions sur « Breteillais de 39-40 et prisonniers de guerre »

  1. Bonjour ,

    Ou es-ce-qu’ on peut commander , ce livre ? BRETEILLAIS DE 39-40 et prisonniers de guerre . Merci de votre attention ,et de votre prochaine réponse .

    Bien cordialement .

    Olivier SAVOYE .

    1. Bonjour,
      Le mieux est de vous rapprocher de la maire de Breteil et de leur adresser un mail à l’adresse suivante: mairie@breteil.fr
      J’imagine qu’ils vous répondront aussi vite que possible, le confinement ne facilitant bien évidemment pas les choses…
      Bien à vous.
      Erwan LE GALL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.