Appréhender les poilus bretons par la Haute-Savoie

Pourquoi donc s’intéresser, dans ces pages qui traitent essentiellement de la péninsule armoricaine, à un volume se rapportant aux poilus de Haute-Savoie ?[1] La réponse est simple et tient en un attendu méthodologique trop souvent perdu de vue : la vertu de la comparaison. En effet, il parait intéressant de confronter ce que l’on sait de la Bretagne et des Bretons en Grande Guerre avec cette étude portant sur un espace caractérisé par deux particularités essentielles, à savoir la dimension alpestre d’une part, la spécificité frontalière d’autre part. Or cette opération parait ici d’autant plus aisée que le livre dont il s’agit est une enquête quantitative – nous reviendrons ultérieurement sur cet aspect – menée à partir d’un dépouillement de fiches matricules relatives au département de la Haute-Savoie : un travail qui invite donc à un dialogue avec les données produites par les historiens J. Maurin et J. Halais à propos des bureaux de recrutement de Béziers, Mende et Granville[2].

                Points communs

Pour autant, ce qui frappe en lisant le livre de S. Chatillon – volume issu d’une thèse soutenue en juin 2015 – c’est d’abord combien la situation qu’il décrit à propos de la Haute-Savoie est conforme à ce que l’on peut s’avoir de l’ensemble de l’espace français et, plus spécifiquement, breton. Il est vrai que le cadre réglementaire s’applique de la même manière sur l’ensemble de l’hexagone et que, pour ne citer que ce seul exemple, il n’y a pas lieu que la reconnaissance des victimes de la guerre via le Code des pensions (p. 95 et suivantes) s’opère différemment dans la région d’Annecy et celle de Rostrenen. D’ailleurs, il apparaît évident que ces disposition réglementaires particulièrement complexes apparaissent partout aussi absconses, que l’on soit dans le Trégor ou sur les contreforts des Alpes (p. 236). C’est ainsi par exemple que l’auteur mentionne le cas, particulièrement savoureux, des « anciens combattants de Monnetier-Mornex [qui] ne voient aucun inconvénient à accéder à la requête légitime d’une habitante proposant que soit inscrit sur le monument aux morts de la commune le nom de son frère Wilfrid Bury, né à Mornex en 1881, et tué dans les Flandres belges…. sous uniforme britannique ! » (p. 97) Conflit des Nations, la Grande Guerre est aussi vécue régionalement, localement, ce qui implique un système de représentations bien spécifique pouvant, à l’occasion, brouiller les cartographies classiques.

Autre point particulièrement intéressant, et sur lequel il faut insister tant il y a là à l’évidence matière à un profond renouvellement des connaissances, l’Union sacrée paraît tout autant fragile en Haute-Savoie qu’en Bretagne. Comme dans la péninsule armoricaine, le clivage religieux persiste et les combats politiques continuent même s’ils se déroulent plus discrètement, et à fleuret moucheté, qu’en temps de paix (p. 185-186). On aurait toutefois apprécié que l’auteur développe un peu plus son propos et amorce une réflexion sur ce qui relève de la posture patriotique, autrement dit du discours, et de la réalité des pratiques.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

De la même manière, le chapitre IV de l’ouvrage montre – sans surprise du reste – que l’expérience de guerre est la même pour tous, que l’on dépende du bureau de recrutement d’Annecy, de Nice ou de Caen. Comme ailleurs, l’entrée dans le conflit s’effectue sur la base d’un patriotisme défensif qui « fait l’objet d’un consentement, sinon d’un consensus » (p. 166). La faim sévit dans les rangs de tous les régiments (p. 148), les lacunes de l’intendance n’opérant aucune distinction. De même, ce qui fait le « bon » du « mauvais » chef pour un Haut-Savoyard (p. 162) semble ne pas différer de ce que peuvent ressentir les Corses, les Bigoudens et les Occitans. Les difficultés liées à la démobilisation se retrouvent également partout. En Haute-Savoie comme dans le reste de l’hexagone, l’armée est un acteur économique important en ce que les rangs sont aussi constitués de « consommateurs » (p. 33). C’est du reste une réalité que nous avions esquissé en d’autres pages à propos de Saint-Malo et Rennes et que P. Diest, dans sa remarquable thèse publiée aux Presses universitaires du Septentrion, a également bien mis en valeur pour ce qui est du Nord-Pas-de-Calais[3]. Mais là ne sont en définitive que quelques exemples de ces réalités qui inscrivent ce département dans une certaine forme de « normalité » nationale.

                Spécificités

Par rapport à la Bretagne, la Savoie se distingue par trois spécificités que l’ouvrage souligne parfaitement : un rattachement tardif à l’hexagone (en 1860, p. 17), l’élément alpin ainsi que la proximité des frontières suisse et italienne (p. 23). De ce point de vue, la lecture de ce volume se révèle stimulante pour peu que l’on s’astreigne à dresser cette comparaison.

Carte du département de Haute-Savoie par Victor-Adolphe Malte-Brun (vers 1880). Musée de Bretagne: 987.0083.1.79.
Carte du département de Haute-Savoie par Victor-Adolphe Malte-Brun (vers 1880). Musée de Bretagne: 987.0083.1.79.

En ce qui concerne la « sensibilité militaire », concept que S. Chatillon oublie d’attribuer à J. Maurin[4], la proximité de la confédération helvétique ne semble pas influer sur la soumission au service national. L’auteur explique que « les divisions internes et l’instabilité de la main d’œuvre ouvrière trop saisonnière minent le syndicalisme » (p. 40), malgré l’activisme de certaines grandes figures comme Lucie Colliard (p. 188). Sans doute a-t-il à cet égard raison de se montrer particulièrement mesuré et de noter que « si le nombre de déserteurs et d’insoumis augmente avant-guerre en France comme en Haute-Savoie, il est impossible de distinguer l’antimilitarisme militant du traditionnel a-militarisme rural rechignant à l’encasernement lointain » (p. 41). C’est d’ailleurs probablement pourquoi la mobilisation générale se déroule en août 1914 avec si peu d’entraves, et l’on est en droit de se demander si cette réflexion ne pourrait pas être élargie à la péninsule armoricaine[5].

En ce qui concerne la Haute-Savoie, « l’insoumission apparaît donc comme étroitement liée à la mobilité géographique et non à un choix idéologique » (p. 68). Pour autant, il serait hâtif d’en conclure à la nullité de l’influence de la frontière dans le rapport au fait militaire. En effet, la Suisse semble constituer une sorte d’appel d’air, notamment pendant la Première Guerre mondiale (p. 131-132) :

« Les deux tiers des délinquants [militaires] résident en effet à l’extérieur du département, majoritairement en Suisse. Les autres sont souvent originaires de cantons frontaliers. La mobilité géographique des combattants hauts-savoyards constitue donc un facteur essentiel de délinquance, puisque la moitié des délits prend la forme d’un évitement du front. »

De surcroît, la convention franco-suisse de 1879 donne « la possibilité aux enfants de couples franco-suisses d’opter pour l’une des deux nationalités jusqu’à 22 ans » (p. 68-69), sorte de sélection individuelle savoyarde qui donne lieu à un certain nombre de procédures de répudiation qui constituent une véritable spécificité locale. Statistiquement marginal, le phénomène n’en est pas moins fort intéressant. Car plus qu’une simple disposition légale particulière, c’est bien d’un rapport spécifique à l’armée, à la Nation, mais aussi à l’institution judiciaire dont il s’agit ici. C’est ainsi que l’auteur expose le cas de convocations pour le Conseil de révision jugées, en pleine guerre, abusives au regard de la convention de 1879 et donnant lieu à une action en justice (p. 71). La contestation de ce type de décision devant un tribunal apparaît proprement hallucinante au regard de ce que l’on sait de l’armée française et de ces dizaines de milliers de cas de père de familles nombreuses incorporés dans des unités d’active en violation des textes ou d’individus envoyés en première ligne malgré des dossiers médicaux particulièrement lourds. C’est là d’ailleurs une réflexion à laquelle invite également, en Grande-Bretagne, le fameux « scandale des inaptes » qui éclate en 1917, et qui aurait méritée d’être, dans le présent volume, au moins esquissée[6].

La proximité de l’Italie joue par bien des aspects et se retrouve dans maints détails complètement absents des registres matricules du recrutement des 10e et 11e régions militaires. Tel est par exemple le cas des 2% d’individus décoré du ruban des Fatiche di guerra (fatigues de guerre), phénomène certes quantitativement négligeable mais que l’on ne retrouve nullement dans la péninsule armoricaine (p. 115). C’est là un point qu’il faut souligner car, par rapport aux décorations, les Haut-Savoyards étudiés par S. Chatillon semblent se comporter à l’image de ce que l’on peut savoir de l’ensemble des combattants (p. 117-118). Mais, plus globalement, et malgré une entrée en guerre tardive, la proximité avec les Italiens est semble-t-il réelle et ce, à en croire l’auteur, sur la base d’une certaine « continuité historique » (p. 155). C’est, là encore, un point qu’il faut souligner car cette communion frontalière n’est pas automatique : que l’on pense pour s’en convaincre aux rapports qu’entretiennent les Bretons avec leurs voisins d’outre-Manche et tout particulièrement les Anglais…

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Du point de vue du recrutement, les bataillons de chasseurs alpins constituent une spécificité qui contraste singulièrement avec la Bretagne puisque les conscrits des 10e et 11e régions militaires affectés dans ces unités constituent – pour ce que l’on peut en savoir à l’heure actuelle – des exceptions rarissimes. Conçus pour être utilisés en couverture pour contrer une éventuelle invasion italienne (p. 30), ces corps diffèrent des classiques régiments de ligne que connaît la péninsule armoricaine. Cette particularité, réelle ou supposée, conduit, d’après l’auteur, ces bataillons de chasseurs alpins à une sur-affectation dans le secteur d’Alsace-Lorraine, zone montagneuse qui constitue « un lieu d’engagement de prédilection […] lors de la première moitié du conflit » (p. 108). Pour autant, la chronologie n’étant pas plus détaillée, on reste il est vrai un peu sur notre faim ce qui, au final, invite à interroger la spécificité de ces unités. Certes, elles s’exercent lors de manœuvres distinctes, dites alpines (p. 31). La précision est intéressante mais en analysant de près le propos de S. Chatillon, on est en droit de se demander si cette spécificité s’incarne réellement dans les pratiques ou si elle n’est, en définitive, qu’un particularisme savamment entretenu dans le cadre d’une logique d’esprit de corps. Nous avons en effet montré à propos des grandes manœuvres auxquelles participe le 47e RI de Saint-Malo à la Belle époque que le véritable juge de paix de la performance d’une unité est son aptitude à la marche[7]. Or que nous dit l’auteur ? Que ces mises en situation « débutent par des marches-manœuvres sur de longues distances et de forts dénivelés » (p. 32). Si l’on veut bien admettre que ces chasseurs alpins sont « forts de compétences spécifiques acquises lors des manœuvres en montagne » (p. 36), on aurait tout de même aimé en savoir un peu plus à ce propos. Car encore une fois, à la lecture de cet ouvrage, les différences avec l’infanterie de ligne ne sont pas flagrantes. Tout comme les RI, les BCA sont de puissants vecteurs de diffusion de « l’activité sportive auprès de la population civile » (p. 37) sauf qu’il ne s’agit pas ici de football – rugby ou association comme dans le cas des garnisons de Nantes, Angers et Cholet étudiées par S. Bossy-Guérin[8] – mais de ski. Il en est de même en ce qui concerne l’hygiène. S. Chatillon a beau affirmer que « les chasseurs sont censés être les plus propres de l’armée française » (p. 38) – sans toutefois sourcer cette assertion –, on a tout de même envie de rappeler que le manuel d’instruction du fantassin de ligne contient 13 pages relatives à l’hygiène dont 2 spécifiquement dédiées aux soins liés à la marche[9]. Dans les faits, les poux et la crasse s’abattent avec la même vigueur sur tous les poilus (p. 150), quelle que soit leur origine.

                Problèmes posés par l’ouvrage

En réalité, la lecture de l’ouvrage de S. Chatillon invite à questionner les modalités d’une enquête qui, menée dans un cadre départemental, ne repose que sur l’examen de 1000 fiches matricules (p. 301). Le chiffre peut paraître considérable, notamment au vu des heures de dépouillement que cela implique, il n’en demeure pas moins fragile. En effet, à force de procéder par sondages, on en finit par produire une analyse qui conjugue paradoxalement vue par satellite et spectre fin : moralité de l’histoire, on ne voit rien ou pas grand-chose et ce sur un petit espace. Ainsi, les pages que consacre l’auteur aux effets de la politique de récupération (p. 65-66, p. 74) et aux modalités de recrutement vers l’infanterie, arme considérée sans distinguer les régiments de ligne des bataillons de chasseurs alpins (p. 81-83), sont particulièrement frustrantes en ce qu’elles s’avèrent, en réalité, très myopes. Il en est de même en ce qui concerne l’expérience combattante abordée au chapitre IV dans un seul et même tout, le « front », comme si combattre dans les plaines de Flandres avec de l’eau jusqu’à la taille était la même chose que de tenir des tranchées dans la boue de Verdun ou la craie champenoise, sans même bien entendu parler de la guerre en montagne et des confins des théâtres d’opérations d’Orient.

D’ailleurs, on se demande si le besoin que l’auteur ressent de recourir à quelques « parcours singuliers » (p. 134-142) – individus dont on ne peut pas dire que le profil socio-culturel soit vraiment représentatif de la population française, et singulièrement haute-savoyarde, d’alors – ne relève pas d’une volonté de contrebalancer des fiches matricules rendues inexploitables par le biais des sondages. On retrouve là la dichotomie éculée entre des sources perçues comme par nature quantitatives et des témoignages jugés, eux, quantitatifs, comme s’il n’était pas pertinent de débusquer dans ces textes les intertextualités et les permanences rhétoriques… Bref, c’est un regard résolument classique, et peut-être même dépassé, que l’auteur jette sur ses sources, à l’inverse de ce qu’a pu suggérer par exemple, il y a quelques années, l’historien F. Clavert[10].

Chasseurs alpins, vers 1900. Musée de Bretagne: 2017.0011.121.262.
Chasseurs alpins, vers 1900. Musée de Bretagne: 2017.0011.121.262.

Il faut insister sur ce point car les sondages disent en réalité l’impasse dans laquelle se trouve aujourd’hui cette perspective historiographique. Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que le reproche que nous formulons à l’endroit du travail de S. Chatillon est à peu près le même que celui que nous adressions à M. Marly dans son étude sur les sous-officiers de la Belle-époque : comment peut-on réduire la population des sous-officiers de l’armée française de 1872 à 1914 à seulement 3 327 cas sélectionnés dans 13 bureaux de recrutements différents ?[11] En d’autres termes, peut-on circonscrire les trajectoires de dizaines de milliers de Haut-Savoyards pendant la Grande Guerre à seulement 1000 cas ? Ayant travaillé sur un régiment d’infanterie pendant la Grande Guerre – unité dont l’effectif théorique en 1914 est de 3 300 fantassins – sur la base d’une prosopographie constituée d’un peu moins de 2700 fiches, il nous semble que la réponse doit osciller vers la négative. D’ailleurs, tout montre que la recherche semble devoir évoluer dans les années à venir vers des directions diamétralement différentes : soit des enquêtes à très large spectre relevant des big datas – et non plus d’une histoire quantitative qui apparaît de ce strict point de vue aujourd’hui largement dépassée en ce qu’elle est basée sur des sondages qui n’ont aujourd’hui plus lieu d’être – soit des approches beaucoup plus fines, prosopographiques – et donc nécessitant une lecture individuelle et non plus uniquement sérielle des parcours – et prenant pour cadre la monographie régimentaire[12].

C’est dire si, en définitive, la perplexité est grande à la lecture des maigres attendus relatifs aux fiches matricules (p. 301-302), archives pourtant présentées comme une « source de base ». Il en est de même en ce qui concerne les catégories socio-professionnelles employées pour analyser les cohortes de cas. Non seulement la distinction entre « artisans traditionnels » (p. 47) et « artisans et ouvriers exerçant des activités de la deuxième révolution industrielle »  (p. 48) nous semble trop rigide et faire peu de cas de la poly-activité (pourtant soulignée p. 245), mais on se demande bien à quoi sert d’emprunter le sillage de J. Maurin si c’est pour ne pas employer ses outils conceptuels et, ainsi, produire une analyse solidement comparative. Travaillant sur la subdivision de Granville, J. Halais a lui compris tout ce qu’il pouvait tirer d’une telle approche. Mais, malheureusement, le lecteur qui aurait souhaité de plus amples développements à propos de ces questions méthodologiques sera bien obligé de rester sur faim, S. Chatillon ayant, à l’heure où sont rédigées ces lignes, refusé la diffusion de sa thèse sur internet. Au final, les éléments de comparaison avec les travaux de J. Maurin sont extrêmement rares dans cet ouvrage (p. 52 et 119 notamment). Quant aux travaux de J. Halais, ils ne sont jamais cités ce qui, par ailleurs, amène à un constat amère : la bibliographie référencée en notes de bas de page s’arrête en 2016, comme si rien d’intéressant n’avait été publié lors des deux dernières années de la Grande Guerre…

Il n’est d’ailleurs pas certain que la thèse tapuscrite puisse renseigner les lecteurs intéressés par ces questions tant ces aspects méthodologiques paraissent pour une large part échapper à un auteur qui se distingue, en réalité, à maintes reprises par un manque flagrant de distanciation. Nombreuses sont ainsi les unités de Haute Savoie à être qualifiées « d’élite » – le 30e RI d’Annecy (p. 27), la 28e DI (p. 30), le XIVe CA (p. 132), « l’armée des Alpes » (p. 55)… – sans que jamais ces discours subjectifs ne soient objectivés et pris pour ce qu’ils sont, c’est-à-dire un discours de l’armée sur elle-même. A-t-on en effet déjà vu une unité se décrire comme un régiment de crosses en l’air ? L’historien britannique A. Watson a à cet égard particulièrement raison de rappeler qu’un régiment est un prestige, une histoire au sens littéraire du terme, bref un passé magnifique et magnifié qui ne correspond en rien à la réalité[13]. Du reste, M. Goya a bien montré qu’il n’y a pas de divisions « d’élite » en France, ce qui correspond pour une large part à une matérialisation sur le champ de bataille de l’égalité républicaine[14].

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Il en est de même à propos des bons de la défense nationale et, de manière plus générale, du financement public de l’effort de guerre. Pourtant abondamment détaillée (p. 192-196), cette question n’est envisagée que sous l’angle de l’investissement patriotique, comme si les acteurs n’avaient jamais eu le souci de préserver aussi leurs intérêts propres. Comme le rappelle l’historien J. Horne, la mobilisation de la bienfaisance est aussi celle de l’épargne et il ne faut pas se leurrer : si les taux d’intérêts sont aussi ostensiblement mis en avant par les autorités, c’est bien la preuve que la seule corde patriotique ne suffit pas à délier les bourses[15]. Il aurait du reste été intéressant de mener une semblable réflexion à propos des œuvres de guerre (p. 200-212), analyse qui aurait pu être formulée en termes d’investissement social et symbolique.

A dire vrai, les approximations et les erreurs d’appréciation sont nombreuses au fil de ces pages. S’il est ainsi un lieu commun de souligner le manque absolu d’hygiène dans les tranchées, il nous semble que la rareté (5% du corpus) des maladies de peau (p. 104) renvoie moins à cette réalité qu’au contraire, à une certaine accoutumance à la crasse qui, justement, immunise en quelque sorte les poilus. De la même manière, les citations à l’ordre sont toujours comprises littéralement alors qu’elles sont avant tout un discours de l’armée sur elle-même, représentation qu’il convient donc de savoir mettre à distance[16]. Se basant sur le bon mot du député savoyard Jacques Duboin pour qui « une armée moderne, c’est une armée qui se reconnait à l’odorat : elle sent le pétrole et pas le crottin » (p. 84), S. Chatillon décrète que l’armée française de 1918 est une « armée industrielle et motorisée annonçant déjà la guerre suivante » (p. 84). Si le poids du moteur est bien entendu sans commune mesure au moment de l’Armistice de 1918 avec ce que l’on peut observer lors de la mobilisation générale, faire sienne la formule de ce parlementaire revient néanmoins à ignorer l’hippo-dépendance de l’armée française qui s’observe… jusqu’en 1940. Méconnus et d’ailleurs ignorés par ce volume, les travaux de C. Milhaud viennent toutefois le rappeler avec brio[17].

Chasseurs alpins, vers 1900 (détail). Musée de Bretagne: 2017.0011.121.226.
Chasseurs alpins, vers 1900 (détail). Musée de Bretagne: 2017.0011.121.226.

En définitive, si l’ouvrage de S. Chatillon regorge de passages très intéressants, ceux-ci ne sont pas suffisamment interrogés sous l’angle de leur représentativité. Ainsi, lorsque l’étudiant René Germain de la classe 1914 évoque un banquet des conscrits suite à un conseil de révision survenu le 31 octobre 1914 (p. 63), on aimerait savoir si cette pratique est ou non unique à l’échelle du département étudié. En tout cas, nous n’avons pas connaissance en ce qui concerne la Bretagne de survivances de ces fêtes au cours de la Première Guerre mondiale. Mais il n’en demeure pas moins, malgré toutes ces réserves, que ce livre que S. Chatillon publie aux Presses universitaires de Rennes mérite d’être lu, notamment par celles et ceux qui s’intéressent à la Grande Guerre et à ses conséquences. Les pages que l’auteur consacre en effet à la rééducation et à la réinsertion des mutilés Hauts-Savoyards sont passionnantes et résument bien ce qu’est cet ouvrage : un véritable travail d’archives basé sur d’impressionnants dépouillements mais qui pâtit d’une mise en perspective insuffisante, notamment du fait de sondages sans doute trop sélectifs.


[1] Chatillon, Sébastien, Les Poilus de Haute-Savoie. Conscription, mobilisation, réinsertion sociale, 1889-1939, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2020. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Maurin, Jules, Armée, guerre, société, soldats languedociens (1889-1919), Paris, Publications de la Sorbonne, 1982 (réed. 2013) ; Halais, Jérémie, Les conscrits de la subdivision militaire de Granville (1899-1919). Parcours, comportements et socio-anthropologie historique des hommes mobilisés dans la Grande Guerre, Mémoire de Master 2 sous la direction de Boivin, Michel, Caen, Université de Caen, 2011 ;   Halais, Jérémie, Les Conscrits de la subdivision de Granville, 1899-1919, Thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Boivin, Michel, Caen, Université de Caen, 2016 ; Halais, Jérémie, Des Normands sous l’uniforme 1899-1919. De la caserne à la Grande Guerre, Bayeux, OREP éditions, 2018.

[3] Le Gall, Erwan, Une entrée en guerre. Le 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo au combat (août 1914 – juillet 1915), Talmont-Saint-Hilaire, éditions CODEX, 2014, p. 34-35 ; Le Gall, Erwan, « La construction tumultueuse du quartier Margueritte », Place publique Rennes et Saint-Malo, n°34, mars-avril 2015, p. 95-99 ; Diest, Philippe, Le poids des infrastructures militaires 1871-1914 Nord-Pas-de-Calais, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2019.

[4] Maurin, Jules, Armée, guerre, société…, op. cit., p. 167.

[5] Pour de plus amples développements on se permettra de renvoyé à Le Gall, Erwan, « Le ralliement à la guerre de 1914 de deux figures de la gauche bretonne : digressions sur la notion d’antimilitarisme », En Envor, revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°5, hiver 2015, en ligne.

[6] Lalanne-Berdouticq, Aude-Marie, « 1917, le scandale des inaptes. Crise de l’examen médical et réforme du recrutement militaire en Grande-Bretagne », in Barey, Morgane et Bourcart, Jean (dir.), 1917. L’année trouble, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, p. 167-179.

[7] Le Gall, Erwan, Une entrée en guerre…, op. cit., p. 53-71.

[8] Bossy-Guerin, Sylvie, Sport et pratiques sportives pendant la Première Guerre mondiale : les équipes de football et de rugby de Nantes, Angers et Cholet, Mémoire de master 2 sous la direction de Jeannesson, Stanislas, Nantes, Université de Nantes, 2018.

[9] Manuel d’infanterie à l’usage des sous-officiers et des caporaux, Paris, Lavauzelle, 1904, p. 653-666.

[10] Clavert, Frédéric, « Une histoire par les données ? Le futur très proche de l’histoire des relations internationales », Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, n°44, Automne 2016, p. 119-130.

[11] Marly, Mathieu, Distinguer et soumettre. Une histoire sociale de l’armée française (1872-1914), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019.

[12] Tel est en tout cas le sens de l’appel que nous avons lancé avec Le Gall, Erwan, « De la complexité d’un objet historique anodin : le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale », En Envor, Revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°12, été 2018, en ligne.

[13] Watson, Alexander, Enduring the Great War, Combat, Morale and Collapse in the German and Brittish Armies, 1914-1918, Cambridge, Cambridge University Press, 2009, p. 63.

[14] Goya, Michel, La Chair et l’acier. L’invention de la guerre moderne, 1914-1918, Paris, Tallandier, 2004, p. 380 identifie certes quelques divisions « troupes de choc », mieux équipées et dotées de moyens supérieurs. Mais la 30e DI qui recrute en Haute-Savoie n’en fait pas partie.

[15] Horne, John, « Accepter la guerre. Les Mobilisations de la bienfaisance et de l’épargne en France, 1914-1918 », in Beaupre, Nicolas, Jones, Heather et Rasmussen, Anne, Dans la guerre 1914-1918. Accepter, endurer, refuser, Paris, Les Belles lettres, 2015, p. 81-103.

[16] Le Gall, Erwan, « Les Citations à l’ordre. Essai d’analyse dans une perspective régimentaire », in Harismendy, Patrick et Le Gall, Erwan (dir.), Un Adieu aux armes. Destins d’objets en situation de post-guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, p. 47-64.

[17] Milhaud, Claude, 1914-1918 L’autre hécatombe. Enquête sur la perte de 1 140 000 chevaux et mulets, Paris, Belin, 2017.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2020, 22 mars). Appréhender les poilus bretons par la Haute-Savoie. Ar Brezel. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbkp

3 réflexions sur « Appréhender les poilus bretons par la Haute-Savoie »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.