Protéine de coronavirus. National Institutes of Health (NIH).

Covid-19 et War Studies

Loin de moi l’idée de prétendre à une quelconque expertise dans le domaine médial, ou même en histoire religieuse puisqu’il en sera aussi question dans les lignes qui vont suivre. Pourtant, force est d’admettre qu’il est difficile d’assister à l’actuelle épidémie de psychose collective liée au Covid-19 sans penser au précédent que constitue la pandémie de grippe dite espagnole survenue à la fin de la Première Guerre mondiale. A ce propos, on profitera de l’occasion pour conseiller la lecture de l’excellente synthèse que Freddy Vinet a publié en 2018, chez Vendémiaire, sur la question[1].

Face à ce coronavirus, la rhétorique guerrière a envahi l’espace public et il n’est désormais plus question que de « front sanitaire » face à un ennemi qui est nécessairement « étranger ». Ce champ lexical était particulièrement présent dans la solennelle allocution prononcée le 12 mars 2020 à la télévision par le Président de la République. A plusieurs reprises, il a été fait référence à la « mobilisation générale » et à « l’Union sacrée », à tel point qu’il n’est sans doute pas impossible de voir la patte de Joseph Zimet, ancien directeur général de la Mission du centenaire et à ce tire excellent connaisseur de la séquence 1914-1918, derrière la plume d’Emmanuel Macron. Politiquement, il s’agissait de « faire Nation » dans une situation de crise et on sait qu’en telles circonstances la mémoire peut être un puissant levier.

Carte postale: la faculté de droit de Rennes transformée en hôpital complémentaire n°41. Musée de Bretagne: 2005.0011.144.
Carte postale: la faculté de droit de Rennes transformée en hôpital complémentaire n°41. Musée de Bretagne: 2005.0011.144.

Pour autant, les représentations mentales attachées au passé ne sont pas l’Histoire et il est frappant de remarquer combien l’emploi de cette rhétorique belliciste témoigne, tant dans le corps social que chez les responsables politiques, d’une vision complètement déréalisée de ce qu’est la guerre. La panique suscitée par ce Covid-19 est d’ailleurs extrêmement instructive et il y a fort à parier que les anthropologues du futur en feront leurs choux gras : de la persistance des peurs millénaires – le Covid-19 comme une nouvelle peste[2] – à l’impact de l’idéologie hygiéniste et des discours sur le « sain » ainsi que son inévitable corollaire, le « vicié », sans oublier bien entendu la formidable caisse de résonance que constituent les vecteurs d’information en continu, il y aura à l’évidence beaucoup à dire. Lorsqu’il sera temps de se retourner sur cette crise, l’histoire, en tant que discipline critique apportant la profondeur de champ que confère la perspective chronologique, sera à n’en pas douter utile. On verra alors combien certaines situations observées au printemps 2020 invalident l’idée d’un sens linéaire, inéluctable, de l’Histoire.

Pour autant, là n’est pas le propos de ce billet. Ce sont deux nouvelles pouvant paraître anecdotiques, et pour tout dire de peu d’intérêt, mais qui néanmoins, avec le recul, sont particulièrement instructives, qui nous occuperont ici. Tout d’abord un article publié par Le Courrier Cauchois le 13 mars 2020, donc avant que ne soit enclenché le stade 3 face au Covid-19, texte qui explique que l’archevêque de Rouen, Mgr Lebrun, a décidé pour lutter contre le virus de célébrer plus de messes. L’argument peut faire rire plus ou moins jaune, il n’en est pas moins éminemment rationnel et même louable. Pour se conformer aux mesures prophylactiques qui s’imposent, l’idée est non seulement de modifier la liturgie, en contraignant par exemple à une certaine distance lors des confessions, mais de diminuer le nombre de personnes au mètre carré lors des offices : multiplier les messes, c’est en effet diminuer, à nombre de fidèles constant, la densité dans les églises et donc prévenir les risques de contagion. Malgré les apparences, et un titre bien racoleur du Courrier Cauchois, la foi est dans le diocèse de Rouen en conformité avec la révolution pasteurienne. Tel ne semble en revanche pas le cas en Pologne. Dans les colonnes de l’excellent Courrier d’Europe centrale, on apprend ainsi, grâce à un article de Gwendal Piegais, que « pour lutter contre le coronavirus le clergé polonais appelle à… célébrer plus de messes ». Mais, cette fois-ci, point de titre inutilement sensationnel. En effet,

« Loin de nier la dangerosité du virus, l’église polonaise affirme en prendre la juste mesure. En effet, les autorités ecclésiastiques comparent volontiers la situation actuelle au règne de la peste noire période pendant laquelle les prières, selon eux, étaient un antidote efficace contre la maladie. Ils ajoutent que le monde actuel est même menacé par des fléaux plus dangereux, comme l’idéologie du genre. »

Nous ne commenterons pas ces propos, ce carnet de recherche étant un espace dédié à la pratique de l’histoire et non un lieu de débats idéologiques. Nous nous limiterons à rappeler la position du clergé morbihannais en 1918. Face à l’épidémie de grippe espagnole qui commence à sévir en Bretagne, Mgr Alcime Gouraud prend toutes les mesures prophylactiques qui s’imposent et préconise notamment l’aération des églises. Certes, l’évêque de Vannes profite de la situation pour réactiver le culte de Saint-Vincent Ferrier, un prédicateur espagnol mort dans le Morbihan en 1419 et connu, justement, pour ses pouvoirs de guérisseurs de la peste. Mais jamais le prélat ne va à l’encontre du discours scientifique. D’ailleurs, il nous faut souligner que cette intériorisation de la révolution pasteurienne n’est pas chose récente pour le clergé breton. Déjà, en mars 1870, La Semaine religieuse du diocèse de Vannes affirme, à l’occasion d’un épisode de variole : « La Providence nous a donné, par les mains de Jenner[3], un moyen certain de la prévenir, c’est le vaccin ; mais comme la préservation par le vaccin n’est pas indéfinie, il est de toute prudence de se faire revacciner, surtout en temps d’épidémie, dix ou quinze ans après une première vaccination »[4].

Portrait d'Alcime Gouraud publié en 1928, lors de sa mort, dans Le Nouvelliste du Morbihan. Wikicommons.
Portrait d’Alcime Gouraud publié en 1928, lors de sa mort, dans Le Nouvelliste du Morbihan. Wikicommons.

Et c’est là qu’on en revient à l’allocution prononcée le 12 mars 2020 par le Président de la République. Dans ce discours, il réaffirme notamment sa « confiance dans la science », propos qui résonne étrangement lorsqu’on veut bien se rappeler de la politique menée en 1918, dans le Morbihan, par Mgr Alcime Gouraud, voire même de celle de son prédécesseur en 1870, à propos d’une épidémie de variole. Autrement dit, ce qui paraissait évident il y a un siècle, à tel point qu’il n’était pas besoin de le rappeler, ne l’est manifestement plus aujourd’hui. Et si, au final, ce que révélait la crise née du Covid-19 était, avant tout, l’inaudibilité de plus en plus manifeste de la parole scientifique ?


[1] Vinet, Freddy, La Grande grippe. 1918. La pire épidémie du siècle, Paris, Vendémiaire, 2018.

[2] Le lien est très explicitement suggéré par Le Télégramme qui, publiant le 15 mars 2020 dans le cadre de sa rubrique histoire un article intitulé « 1348 : la peste noire ravage la Bretagne », affirme néanmoins « l’Histoire nous permet parfois de relativiser l’actualité ».

[3] Edward Jenner : médecin anglais né en 1749 dans le Gloucestershire et à l’origine d’une campagne de vaccination antivariolique ayant rencontré au XVIIIe siècle un vaste succès en Grande-Bretagne. Pour de plus amples développements, Salvadori, Françoise et Vignaud, Laurent-Henri, Antivax. La résistance aux vaccins du XVIIIe siècle à nos jours, Paris, Vendémiaire, 2019.

[4] « Instruction populaire au sujet de l’épidémie de variole », La Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 3e année, n°10, 10 mars 1870, p. 147.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Erwan Le Gall (15 mars 2020). Covid-19 et War Studies. Ar Brezel. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbkn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.