"The Tank Corps Follies." Brittany leave area. Y.M.C.A. St. Malo, Ille et Vilaine, France (détail). National Archives at College Park: 111-SC-51220.

30 décembre 1918 : Blackface à Saint-Malo !

On ne dira jamais assez combien les archives de la section cinématographique du Signal Corps sont précieuses. Aisément consultables, et de surcroît libres de droit, sur le site des archives nationales américaines, ces sources sont pourtant peu utilisées par l’historiographie qui les cantonne encore à un strict rôle illustratif. Or, à l’instar de cette photographie prise le 30 décembre 1918 par le caporal Arthur O. Smith – un individu dont nous ignorons tout – à l’intérieur d’une salle de spectacle de Saint-Malo, il s’agit là d’un matériau de grande qualité offrant de vastes possibilités en termes d’analyse[1].

"The Tank Corps Follies." Brittany leave area. Y.M.C.A. St. Malo, Ille et Vilaine, France. National Archives at College Park: 111-SC-51220.
« The Tank Corps Follies. » Brittany leave area. Y.M.C.A. St. Malo, Ille et Vilaine, France. National Archives at College Park: 111-SC-51220.

Que voit-on au juste sur ce cliché ? Une salle de théâtre dont la légende affirme qu’elle relève de la Young Men’s Christian Association, célèbre organisation accompagnant les Doughboys envoyés en Europe pendant la Première Guerre mondiale. Mieux, la légende de deux autres clichés émanant des fonds du Signal Corps, et pris par ce même caporal Arthur O. Smith, nous permet de nous situer précisément : l’édifice dont il est question se trouve devant la ville close, au bout de la célèbre plage du Sillon[2]. Autrement dit, il s’agit de l’intérieur du casino de Saint-Malo ce qui, en soit, est déjà un élément très intéressant puisqu’à notre connaissance on ne dispose que de peu de photographies nous permettant de pénétrer à l’intérieur de cet édifice.

Mais il y a plus stimulant encore. La légende de la photographie qui nous occupe ici nous indique que ce qui est immortalisé par l’opérateur est une revue intitulée The Tank Corps Folies, nom qui fait probablement référence aux célèbres Folies bergère parisiennes. Ce spectacle n’est pas donné en ce lieu par hasard mais parce que la région de Saint-Malo est érigée, par le corps expéditionnaire américain, en Leave Area, en d’autres termes en zone de permission pour les Doughboys épuisés par les combats[3]. Ici, à l’évidence, ce sont des tankistes qui profitent des charmes de la Côte d’Emeraude en ce 30 décembre 1918. L’intention photographique[4] du caporal Arthur O. Smith est donc claire : montrer au public américain que l’Oncle Sam prend soin de ses boys retenu outre-Atlantique. L’historien y voit, lui, une des nombreuses illustrations de ces promesses de prospérité qui font de la présence américaine un véritable « âge d’or », bien que le plus souvent rapidement déçu, de la Bretagne : les Doughbys concourent en effet à relever cette économie balnéaire confrontée à de grandes difficultés depuis 1914[5].

Mieux qu’un long discours, le cliché confirme que le commandement du corps expéditionnaire prend soin de la troupe : non seulement les sourires sont éclatants mais les canotiers – allusion au folklore français ? – sont de sortie, de même que les costumes de clown. L’ambiance est manifestement détendue et une superbe créature, seule présence féminine dans cette composition, peut trôner au milieu de cet aéropage mâle dans une position lascive évoquant une quelconque parade de music-hall. Tout irait pour le mieux si le regard n’était pas irrépressiblement attiré par 8 visages peinturlurés en noir, 8 individus maquillés, grimés, en personnages dont on ne peut dire au juste s’ils sont censés représenter des Africains ou des Afro-Américains. En tout cas, et sans que le moindre doute soit possible, ils figurent la négritude.

"The Tank Corps Follies." Brittany leave area. Y.M.C.A. St. Malo, Ille et Vilaine, France (détail). National Archives at College Park: 111-SC-51220.
« The Tank Corps Follies. » Brittany leave area. Y.M.C.A. St. Malo, Ille et Vilaine, France (détail). National Archives at College Park: 111-SC-51220.

C’est du reste ce geste, dénommé Blackface, qui donne matière à réflexion. En France, cette expression n’émerge dans l’espace public qu’au début du XXIe siècle, à la faveur d’un scandale impliquant le joueur de football Antoine Griezmann : authentique fan de basketball, l’attaquant de l’Atlético Madrid commet en 2017 une maladresse en se déguisant en joueur des Harlem Globetrotters et, pour compléter son accoutrement, en se maquillant le visage en noir. La polémique est immédiate et le geste massivement condamné, une frange importante de l’opinion voyant dans ce pastiche la perpétuation de pratiques racistes. Il est vrai qu’au XIXe siècle les clowns grimés en noir font partie intégrante de la culture populaire blanche aux Etats-Unis et que cette pratique est indissociable de la ségrégation raciale.

Aussi cette archive nous rappelle-t-elle que ce corps expéditionnaire américain qui vient combattre en France pendant la Première Guerre mondiale n’est pas nécessairement aussi libéral que ce que l’on veut bien souvent dire, la figure de James Reese Europe permettant d’oublier un passé pas nécessairement glorieux. En effet, non seulement cet Oncle Sam est encore vigoureusement ségrégationniste, malgré les appels wilsoniens pour la liberté des peuples, mais il interdit que des Afro-Américains portent les armes. Si certains combattent, à l’instar des célèbres Hellfighters de New-York, c’est uniquement du fait de l’amalgame avec les troupes françaises[6]. Lorsqu’ils sont sous les ordres du général Pershing, ces hommes sont cantonnés à des tâches de manutentionnaires, ce rôle de Stevedores qu’ils exercent sur les quais des ports de Saint-Nazaire ou de Brest. Dans l’Amérique de Wilson, prendre les armes pour la « civilisation » et contre la « barbarie boche » est un privilège blanc, ce qui dit en dit long sur la manière dont la négritude est considérée. C’est ce que souligne de manière glaçante cette photographie prise le 30 décembre 1918 dans le théâtre du casino de Saint-Malo. Car non seulement les visages sont joviaux, unanimement souriants, mais personne ne semble s’offusquer de ces Blakfaces qui renvoient immanquablement à la ségrégation et aux lois Jim Crow. Pire encore, tout porte à croire que le cliché obtient sans encombre le visa de diffusion de la censure américaine : l’armée ne voit rien à redire à ce cliché et couvre pour ainsi dire les agissements de ses boys.


[1] National Archives at College Park: 11-SC-5120.

[2] National Archives at College Park: 11-SC-5122 et 511223.

[3] Sur les Leave Areas on renverra à Perrin, Loïs, « La Dauphiné Leave Area: une armée au service de ses soldats? », in Evanno, Yves-Marie et Vincent, Johan, Tourisme et Première Guerre mondiale. Pratique, prospective et mémoire (1914-2014), Ploemeur, Editions CODEX, 2019, p. 85-96.

[4] Sur cette notion se rapporter du point de vue théorique à Barthes, Roland, La Chambre claire, notes sur la photographie, Paris, Gallimard, 1980 et pour une application concrète pour la période 1914-1918 à Le Gall, Erwan, « Dans la Chambre claire d’Alexandre Mounicot. Réflexions barthiennes sur un fonds de photographies privées de la Grande Guerre », En Envor, revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°9, hiver 2017, en ligne.

[5] Pour de plus amples développements se rapporter à Le Gall, Erwan, « Syphiliser Saint-Malo ? Prophylaxie et tourisme sur la Côte d’Emeraude pendant la Grande Guerre », in Dornel, Laurent et Le Bras, Stéphane (dir.), Les Fronts intérieurs européens. L’arrière en guerre (1914-1920), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018, p. 339-353.

[6] Sur cette question se reporter au classique Kaspi, André, Le temps des Américains, 1917-1919, Paris, Publications de la Sorbonne, 1976.


1 réflexion sur « 30 décembre 1918 : Blackface à Saint-Malo ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.