Affiche publicitaire pour le quotidien L'Ouest-Eclair (détail, vers 1914). Musée de Bretagne: 999.0021.1.

L’essai comparatif de L’Ouest-Eclair : 1870 et 1914

Dans son édition du 9 août 1914, le quotidien catholique breton, mais rallié à la République, L’Ouest-Eclair publie un court article intitulé « 1870 et 1914 »[1]. Visiblement produit par la rédaction parisienne du journal, cet encart paru en pages intérieures témoigne d’un traitement journalistique particulièrement moderne : à l’instar des multiples « essais comparatifs » qui jonchent la presse du XXIe siècle, il s’agit ici de confronter l’actualité du moment à la situation qui prévalait 44 ans plus tôt, et ce au moyen de quelques citations dûment sélectionnées. Cette démarche ne doit pas surprendre tant on sait combien la mémoire de 1870 est solidement ancrée dans les consciences en 1914, à telle enseigne qu’on a pu évoquer à ce propos, dans d’autres pages, une véritable « protoculture » de la Grande Guerre[2]. Toutefois, il semble que ce court article permette d’aller plus loin dans l’analyse.

                Du discours

Le propos défendu dans cette demi-colonne est limpide : la mobilisation générale de l’été 1914 n’est en aucun cas comparable avec celle de 1870. Les leçons de « l’année terrible » ont été bien retenues et, cette fois-ci, les armées tricolores sont prêtes pour la guerre. Il n’est nullement besoin de revenir là-dessus. Un historien comme J.-F. Chanet a parfaitement montré combien l’armée française des années 1870-1880 se réforme sur le souvenir de « l’année terrible »[3]. Concrètement, ce processus se traduit par la construction de nombreuses casernes tissant un dense réseau de subdivisions s’insérant dans des régions militaires prévues, justement, pour que la mobilisation générale s’effectue dans les meilleures conditions. Point de génération spontanée ici mais, au contraire, une application des principes qui, en 1870, se révèlent particulièrement efficaces de l’autre côté du Rhin[4].

Résumant la situation, pour mieux souligner le contraste avec l’été 1914, L’Ouest-Eclair affirme :

« Tout manquait. Pas de vivres, pas d’argent, pas d’approvisionnements pour la cavalerie, pas de munitions : elles auraient d’ailleurs été souvent inutiles, beaucoup d’ouvrages fortifiés étant dépourvus d’artillerie. Et un désordre ! »

De manière subliminale, le quotidien catholique breton dresse les mérites de la ligne Séré de Rivières, vaste réseau de fortifications érigées le long de la frontière. Et, poursuivant son argumentation en négatif pour mieux encenser la force des pantalons rouges de 1914, le journal rennais cite trois officiers généraux de 1870 qui, tous, sur le vif, dénoncent les carences de la mobilisation. Ainsi ce « major-général » qui, de Metz, télégraphie au ministre de la guerre le 27 juillet 1870 : « Les détachements qui rejoignent l’armée continuent à arriver sans cartouches et sans campement ».

Matériel du train auxiliaire arrivant à Metz, 1870. Gravure d'après M. Lançon. Collection particulière.
Matériel du train auxiliaire arrivant à Metz, 1870. Gravure d’après M. Lançon. Collection particulière.

A la suite des travaux de l’historien A. Prost, on ne manquera pas de souligner combien, du point de vue rhétorique, le propos publié par L’Ouest-Eclair s’apparente à une argumentation par la citation. Autrement dit, l’extrait soumis à la sagacité du lecteur a valeur de preuve irréfutable, de « fait positif » pour parler à la manière des historiens méthodiques :

« De toute façon, que prouve une citation ? Nous butons ici sur l’un des problèmes centraux de l’épistémologie de l’histoire : l’argumentation par exemplification, qui consiste à donner des exemples – dûment critiqués – à l’appui d’une thèse ne peut conduire au même degré de certitude qu’une argumentation de type sociologique ou linguistique, ou qu’une argumentation narrative, où la cohérence des enchaînements vaut preuve. L’exemplification renvoie toujours au moins jusqu’à un certain point, à l’intime conviction que l’historien se forge au fil de ses lectures par la fréquentation assidue de son sujet. »[5]

La seule différence est que, dans le cas précis, la stratégie du discours par l’exemplification ne concerne pas une enquête historique mais un article de presse convoquant un souvenir bien précis, qui plus est dans une période de crise.

                Un lourd contexte

D’ailleurs, tout porte à croire que c’est bien le climat du moment qui pousse à la publication de cet encart. L’Ouest-Eclair ne s’en cache du reste pas et affirme « que ces souvenirs de 1870 doivent être remués car ils amènent des comparaisons réconfortantes ». Il est vrai que la période est pour les lecteurs du quotidien breton, et les populations civiles de manière générale, particulièrement angoissante, car pleine d’incertitude. Loin de l’entrée en guerre « la fleur au fusil » que l’on a trop longtemps décrite, la mobilisation générale s’opère dans un contexte lourd, entre larmes et résignation[6]. En ce 9 août 1914, c’est-à-dire en plein cœur du mouvement de concentration des troupes, les régiments d’active des 10 et 11e régions militaires ont quitté depuis 3 à quatre jours leurs garnisons respective. Quand elles ne les ont pas imités, les unités de la réserve s’apprêtent à faire de même au moment où est publié l’article de L’Ouest-Eclair. C’est dire donc si l’inquiétude est alors grande vis-à-vis de ces pantalons rouges s’élançant vers la frontière et, pour tout dire, l’inconnu.

La ligne éditoriale de la presse bretonne est d’ailleurs, en ce 9 août 1914, particulièrement intéressante. L’Ouest-Eclair titre ainsi sur « Une victoire française en Alsace » et affirme que « Colmar et Mulhouse sont prises »[7]. A Brest, La Dépêche crie en première page et sur 6 colonnes « Victoire » tout en annonçant que « le drapeau français flotte sur Mulhouse », tandis que les Allemands sont en « échec » devant Liège[8]. A Lorient, Le Nouvelliste du Morbihan verse dans la surenchère et affirme, toujours sur 6 colonnes, que « repoussés sous Liège, ayant 20 000 hommes tués, les Allemands demandent un Armistice de 24 heures »[9]. Autant dire qu’on est loin du fameux communiqué du 29 août 1914 confessant l’issue désastreuse de la bataille des frontière et annonçant la situation du front « de la Somme aux Vosges »…

Pour autant, et indépendamment de ce qui s’apparente indéniablement à du « bourrage de crânes », il faut aller au-delà de ces fausses nouvelles et se demander dans quelles stratégies discursives elles s’intègrent. La réponse est claire et répond, en réalité, moins à un souci d’information qu’à la volonté de rassurer les populations civiles en attente de nouvelles d’un mari, d’un fils ou d’un frère mobilisé. Si la part de liberté éditoriale de L’Ouest-Eclair reste à déterminer – qu’est ce qui relève de la plume des journalistes rennais, autrement dit de l’auto-intoxication, et de la contrainte exercée par la commission de censure ? – la fonction assignée au message est, en revanche, évidente.

                Un événement qui fait sens

C’est d’ailleurs là que cet « essai comparatif » entre 1870 et 1914 prend tout son sens. Certes, le souvenir de « l’année terrible » est toujours vif 44 ans plus tard, à telle enseigne que la perte de l’Alsace et de Lorraine tient lieu de grille de compréhension du réel en cours[10]. Pour ne citer qu’un exemple, à en croire Le Nouvelliste du Morbihan, c’est bien pour assurer « la revanche de Sedan » que le 262e RI quitte sa garnison lorientaise le 7 août 1914[11].

Devant un café situé à l'angle des rues Ange Blaise et Etienne Dolet, à Rennes, une affiche annonce les titres de l'édition du jour de L'Ouest-Eclair. (détail). Musée de Bretagne: 991.0078.25.
Devant un café situé à l’angle des rues Ange Blaise et Etienne Dolet, à Rennes, une affiche annonce les titres de l’édition du jour de L’Ouest-Eclair. (détail). Musée de Bretagne: 991.0078.25.

Mais il y a sans doute plus dans ces quelques lignes publiées par L’Ouest-Eclair. En effet, il faut sans doute se demander pourquoi c’est le souvenir de 1870 qui est ici convoqué, et non pas, par exemple, celui des soldats de l’an II puisqu’on sait cette référence également abondement mobilisée lors de l’entrée en guerre en 1914[12]. La mémoire n’a en effet, dans le cadre qui nous intéresse ici, aucune autonomie et n’est sollicitée qu’en ce qu’elle est l’outil politique du temps présent. Or, pour que la référence historique s’avère utile et remplisse la mission que le discours lui assigne, il faut que celle-ci soit comprise et qu’elle ait du sens. Tel est précisément le cas de la guerre de 1870, convoquée dans cet article à la manière d’un anti-modèle pour rassurer un lectorat populaire. Or rien ne dit que l’an II puisse, en ce 9 août 1914, tenir le même rôle, le sens de cette épopée paraissant sans doute plus abscons, car plus lointain, aux lecteurs de L’Ouest-Eclair.


[1] « 1870 et 1914 », L’Ouest-Eclair, 16e année, n°5710, 9 août 1914, p. 2.

[2] Le Gall, Erwan, « Eriger 1870 en fondement d’une protoculture de la Première Guerre mondiale : l’exemple breton », En Envor, revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°4, été 2014, en ligne.

[3] Sur cette notion Caron, Jean-Claude et Ponsard, Nathalie (dir.), La France en guerre. Cinq « années terribles », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[4] Chanet, Jean-François, Vers l’armée nouvelle. République conservatrice et réforme militaire 1871-1879, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.

[5] Prost, Antoine, « Les limites de la brutalisation. Tuer sur le front occidental, 1914-1918 », Vingtième Siècle, Revue d’histoire, n°81, 2004, p. 18.

[6] Becker, Jean-Jacques, 1914 : Comment les Français sont entrés dans la guerre, Paris, Presses nationales de la Fondation des Sciences politiques, 1977.

[7] L’Ouest-Eclair, 16e année, n°5710, 9 août 1914.

[8] La Dépêche de Brest, 28e année, n°10604, 9 août 1914.

[9] Le Nouvelliste du Morbihan, 28e année, n°96, 9 août 1914.

[10] Chanet, Jean-François, Cochet, François, Dard, Olivier, Necker, Erick et Vogel, Jakob, D’une guerre à l’autre. Que reste-t-il de 1870-1871 en 1914 ?, Paris, Riveneuve éditions, 2016.

[11] « Le départ du 62 », Le Nouvelliste du Morbihan, 28e année, n°96, 9 août 1914.

[12] Pour s’en convaincre, se rapporter par exemple à la correspondance entre Robert Hertz et son épouse.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.