Jean-Yves Le Naour sort de guerre

Historien talentueux à qui l’on doit des travaux pionniers sur le genre ou la dimension régionale en Grande Guerre[1], J.-Y. Le Naour change de braquet en livrant un volume, publié chez Perrin, intitulé 1919-1921. Sortir de la Guerre[2]. Il s’agit là du dernier tome d’une vaste série retraçant chronologiquement, année par année, ce conflit absolument hors-normes qu’est la Première Guerre mondiale et l’on retrouve en ces pages ce qui fait la force de cet auteur : une plume acérée – un peu trop peut-être… – et qui sait conjuguer art du récit et talent analytique tout en croquant efficacement les hommes – peu de femmes dans cette fresque – qui font l’Histoire. Il y a là une recette connue mais difficile à maîtriser et l’on se doit de souligner ici le talent manifeste de J.-Y. Le Naour : écrire ce type d’ouvrage n’est pas à la portée de tout le monde. Le paradoxe est que ce volume est, au contraire, pensé pour pouvoir être accessible au plus large lectorat : écriture aérienne, chapitres ciselés qui rythment l’ouvrage, appareil critique réduit à la portion congrue – et de surcroît en fin de livre ce qui est particulièrement exaspérant.

Personnes dans la rue à Versailles dont une brandit un périscope pour observer les manifestations liées à la signature du traité de Versailles le 28 juin 1919. Gallica / Bibliothèque nationale de France: Département Estampes et photographie, Agence Rol, EI-13 (652).
Personnes dans la rue à Versailles dont une brandit un périscope pour observer les manifestations liées à la signature du traité de Versailles le 28 juin 1919. Gallica / Bibliothèque nationale de France: Département Estampes et photographie, Agence Rol, EI-13 (652).

Présentant au début des années 2000 la biographie de Jean Moulin qu’il venait de publier, également chez Perrin du reste, J.-P. Azéma précisait qu’il avait voulu composer un ouvrage pour le « gentilhome »[3]. Là est assurément le programme de ce 1919-1921. Sortir de la Guerre de J.-Y. Le Naour et il n’y a rien à dire à ce propos. Pour autant, reste à savoir si l’on conseillerait ce volume à des étudiants qui auraient à leur programme la Grande Guerre, ou tout du moins ses ultimes soubresauts. Rien n’est moins certain. Certes, le volume se lit très facilement, agréablement même, et constitue ainsi une efficace entrée en matière. Pour autant, l’enseignement de l’histoire – tout du moins à l’Université puisque les programmes du secondaire n’invitent malheureusement pas à de telles subtilités – est indissociable de la perspective historiographique. Or c’est justement sur ce point que le volume de J.-Y. Le Naour se distingue.

                Bornes chronologiques

Parlons tout d’abord du titre : 1919-1921. Sortir de la guerre. Celui-ci semble couler de source puisqu’il fait effectivement référence à la fin de ce conflit et, de manière plus générale, à un champ d’études à part entière, celui des sorties de guerre[4]. Pour autant, ce titre a l’inconvénient de masquer la profonde réflexion qui, depuis quelques années, tend à ne plus seulement considérer la Première Guerre mondiale mais une période chronologique qualifiée de « Plus Grande Guerre » à la suite de l’historien J. Winter et qui, partant des guerres balkaniques, se prolonge jusqu’à la fin de la guerre civile russe, de la guerre gréco-turque et de la signature du traité de Lausanne[5]. Certes, J.Y. Le Naour n’est sans doute pas responsable de ce titre – la part de l’éditeur étant bien souvent prépondérante en la matière – mais celui-ci n’en demeure pas moins révélateur d’une plume qui entend considérer cette séquence chronologique 1919-1921 comme une fin, et non comme une période de conflictualités nées justement de la Grande Guerre et au cours de celle-ci.

Affiche pour l'emprunt national 1920. Musée de Bretagne: 921.0008.1.
Affiche pour l’emprunt national 1920. Musée de Bretagne: 921.0008.1.

Le paradoxe est que l’auteur est parfaitement au fait de ces tous derniers développements de la recherche et qu’il rappelle, à juste titre du reste, que « la césure du 11 novembre, sacralisée en France, en Grande-Bretagne et en Belgique, ne signifie pas grand-chose au-delà des Carpates où l’on enregistre autant sinon plus de tués dans l’après-guerre que durant la guerre elle-même » (p. 255). Cette attention portée aux chronologies, non plus essentialisées mais ressenties, est particulièrement opérante pour ce qui concerne la Pologne (p. 285):

« Comme en France, le 11 novembre est un jour férié en Pologne. Pour les Français, c’est le jour du deuil et du souvenir, le jour où la nation songe aux souffrances de ses enfants qui sont morts pour elle, le jour où la guerre s’est arrêtée. Sur les bords de la Vistule, l’éplorement n’est pas de mise : le 11 novembre est le jour de l’indépendance nationale, le jour de la renaissance, un jour de fête. Loin de marquer la fin des combats, le 11 novembre 1918 en définit une nouvelle phase, trois années supplémentaires d’affrontements avec les Allemands, les Lituaniens, les Ukrainiens, les Tchèques, les Biélorusses et les Russes, c’est-à-dire tout ce que la nouvelle Pologne compte de voisins. »

Précisons que J.-Y. Le Naour sait composer cette histoire sur le mode d’un temps à la fois long et présent en évoquant le traumatisme, toujours présent en 2020, du traité de Trianon chez les Hongrois, celui-ci n’ayant été au final « jamais été digéré » (p. 313). Mieux, l’auteur nous rappelle que la date du 4 juin 2020 est à surveiller attentivement du fait de l’inauguration prévue par le gouvernement de Viktor Orban d’un « mémorial de Trianon » (p. 313), preuve d’une Grande Guerre pas encore totalement achevée alors qu’en Bulgarie le traité de Neuilly ne mobilise plus que l’extrême-droite (p. 324). De la même manière, la mémoire des accords Sykes-Picot et, plus encore, des frontières qui en résultent, est évoquée à la lumière des gains territoriaux de l’Etat islamique au cours des années 2010 (p. 361).

Le livre de J.-Y. Le Naour s’apparente par bien des égards à une gigantesque fresque examinant la période 1919-1921 en différents points de l’Europe, de la Russie à l’Empire Ottoman en passant par les Balkans, la Tchécoslovaquie, le Moyen-Orient ou encore la Finlande et l’Italie, propos conclu par un constat d’une grande lucidité : « Les Alliés n’ont jamais eu toutes les cartes en main et l’ordre nouveau des traités de paix entérine bien souvent une situation de fait accompli, acquis à la pointe des baïonnettes et que les quatre grands sont bien incapables de remettre en cause » (p. 284). Autrement dit, c’est bien d’un déclassement dont il s’agit dans ces pages, une impuissance dont on est en droit de se demander dans quelle mesure elle n’annonce pas les soubresauts de la décolonisation (p. 371-374). L’analyse se montre d’ailleurs volontiers provoquante en allant à rebours des idées reçues, comme celle par exemple qui assimile l’Empire austro-hongrois à un anachronisme tout droit sorti du XIXe siècle. Cela est peut-être vrai mais J.-Y. Le Naour note à raison que « sa disparition fit prendre conscience de son rôle perdu de stabilisation de l’Europe centrale et balkanique » (p. 338).

Carte de l'Autriche-Hongrie par Paul Vidal de la Blache (1891). Gallica / Bibliothèque nationale de France: Département Cartes et plans, GE D-9346.
Carte de l’Autriche-Hongrie par Paul Vidal de la Blache (1891). Gallica / Bibliothèque nationale de France: Département Cartes et plans, GE D-9346.

Sorties exsangues de la Grande Guerre, les puissances coloniales européennes sont d’autant plus en perte de vitesse qu’elles sont divisées, voire même rivales. C’est ainsi par exemple que la politique britannique en Méditerranée orientale est moins déterminée par des considérations relatives à l’ex-Empire Ottoman ou à la Megali Idea grecque, que par le souci de contrecarrer l’influence française dans cette région du globe (p. 344-345). Sans compter que Rome a également quelques prétentions sur la région, ce qui n’arrangera pas les déceptions nées de l’affaire de Fiume… Tirant les conséquences de ce qui s’apparente par bien des égards à un vaste jeu de dupes, J.-Y. La Naour persifle (p. 360) :

« Pas étonnant que le petit agitateur Adolf Hitler voie en Kémal, bientôt surnommé Atatürk – le “Père des Turcs” –, le grand homme qui a su briser le carcan des traités imposés par les vainqueurs. Parvenu au pouvoir, le Fürher considérait toujours le Macédonien moustachu comme un exemple : “Qui se souvient du génocide arménien ?” interrogeait-il en 1938. Les Alliés pouvaient inventer le Haut Commissariat aux réfugiés, au sein de la SDN, et les passeports Nansen pour les apatrides, ils n’avaient eu ni le courage ni la volonté de modifier l’histoire. Ils pouvaient verser des larmes crocodile sur les Arméniens ou les Grecs, ils ne les avaient pas soutenu plus loin que ce que le réalisme politique exigeait. »

Au vitriol, mais non dénuée de fondements, cette analyse contraste néanmoins singulièrement avec le titre de l’ouvrage : 1919-1921. Sortir de la guerre. En effet, si l’on veut bien suivre la réflexion de J.-Y. Le Naour, c’est ni plus ni moins que le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale qui se joue ici. Or on notera que la responsabilité est ici largement portée sur Londres, Paris et Washington, ce qui, là encore, va à l’encontre des idées reçues.

Au final, cette gigantesque fresque n’est pas sans faire penser aux désormais classiques « Vaincus » de l’historien R. Gerwarth[6]. Pour autant, il n’est pas certain que les deux ouvrages boxent dans la même catégorie. Certes, ce récit est haletant, enlevé et pour tout dire passionnant mais laisse quand même une petite impression désagréable au lecteur averti : l’histoire qu’on nous sert ici est finalement composée sur la base d’une très ancienne recette dont les ingrédients principaux, pour ne pas dire essentiels, sont les « grands hommes ». Autrement dit, pour des étudiants, ce volume constituerait un intéressant cadre diplomatique mais qu’il serait impératif de dépasser par des approches plus diverses, et notamment sociales.

La paix de Versailles

A dire vrai, et c’est en cela que l’utilisation de cet ouvrage comme outil pédagogique n’est pas sans poser un certain nombre de question, ce 1919-1921. Sortir de la guerre se caractérise par un certain nombre de prises de positions qui trahissent des positionnements historiographiques pour le moins marqués. A lire ce volume, il paraît évident que l’auteur est sous le charme du cabotinage  clemenciste – « le vieux fourbe » (p. 87) – et, qu’en revanche, il ne porte pas Woodrow Wilson dans son cœur. Le portrait qui est donné du 28e président des Etats-Unis est ainsi pour le moins sévère : « imbu de sa personne » (p. 28), intransigeant (p. 496) et arrogant (p. 96) mais aussi fébrile (p. 35) et désinvolte (p. 50). Wilson parle comme le « professeur qu’il n’a jamais cessé d’être » (p. 78) et avec « le ton du bon pasteur venu évangéliser les ignorants » (p. 96). Quant à la fin de son second mandat, minée par la maladie et en réalité caractérisée par une sorte de régence exercée par son épouse, Edith (p. 496), elle est « pitoyable » et même « grotesque » (p. 499) voire « ectoplasmique » (p. 501). Pour le moins, sévère, ce tableau n’est néanmoins pas inintéressant, et mériterait sans doute d’être affiné, en ce qu’il décrit aussi un chef d’Etat prenant soin de contourner les élus et les corps constitués pour s’adresser directement « aux peuples ». En d’autres termes, sous la plume de J.-Y. Le Naour, Woodrow Wilson serait un homme faussement providentiel et qui finalement tiendrait plus de Donald Trump que de Barack Obama. Que l’on songe ainsi à ces quelques lignes, néanmoins non dénuées de fondement même si la formulation peut heurter : « L’homme qui portait à bout de bras la SDN et ne jurait que par le multiralisme politique redevenait un farouche Américain défenseur de ses petits intérêts dès lors qu’il était question d’économie » (p. 145).

A droite, avec son haut-de-forme, le président Woodrow Wilson s'apprêtant à débarquer à Brest. National Archives at College Park : 111-SC-62755.
A droite, avec son haut-de-forme, le président Woodrow Wilson s’apprêtant à débarquer à Brest. National Archives at College Park : 111-SC-62755.

Le traité de Versailles, et plus encore la manière dont il a été analysé par l’historiographie, n’est pas non plus sans être épargné (p. 15):

« Durant des décennies, on l’a accusé de tous les maux. A lui seul il aurait été responsable de la rancœur de l’Allemagne, de l’accès d’Hitler au pouvoir et même de la Seconde Guerre mondiale. En reprenant le discours de l’extrême-droite allemande et en oubliant que les nazis ne dépassaient pas 3% aux élections de 1928, à la veille de la grande dépression qui allait ébranler le monde entiers, les auteurs ont glosé paresseusement sur le thème de l’Allemagne rançonnée, écrasée sous le fardeau inique des réparations, injustement frappée par des Alliés revanchards et haineux. »

Il est à noter qu’à rebours d’une tendance lourde de l’historiographie produite à l’occasion du centenaire de la Grande Guerre, l’auteur porte moins son attention sur le paragraphe 231 du Traité de Versailles que sur la question des réparations. Mais ceci n’empêche pas J.-Y. Le Naour de signer son propos de formules lapidaires. Ainsi, les critiques de John Meynard Keynes et sa dénonciation d’une « paix carthaginoise » sont ni plus ni moins considérées comme « une absurdité » (p. 135) consternante (p. 169). Mieux on découvre une analyse pour le moins originale, grille de lecture affirmant que ces quelques lignes décrétant la responsabilité de l’Allemagne dans le déclenchement du conflit n’ont comme unique but que de servir de « justification juridique et de poudre aux yeux aux opinions britannique et française » (p. 165). Incisif, le propos mériterait, là encore, d’être mis en perspective avec d’autres analyses, tout particulièrement celles que livre l’historien allemand G. Krumeich dans son Impensable défaite[7]. Contrairement à ce que suggère J.-Y. Le Naour, être vainqueur ou vaincu de la Grande Guerre ne peut se limiter à un bilan comptable, à la manière d’une vaste analyse macroéconomique. C’est d’un sentiment dont il s’agit et, plus encore, d’une culture de la victoire, ou de la victoire manquée (dans le cas italien) ou encore de la défaite imposée (dans le cas allemand). Par ailleurs, l’analyse ne peut faire l’économie de vastes jeux d’échelle. Pour s’en convaincre, il n’est qu’à comparer Les Vainqueurs[8] de M. Goya, certes essentiellement centrés sur le champ de bataille, avec ce qu’avance ce livre (p. 16) :

« En s’apitoyant sur le sort de la première puissance du continent, au potentiel économique intact, personne ne s’apercevait que c’était la France, en réalité, la grande perdante de l’histoire. Endettée jusqu’au cou, à demi ravagée par la guerre qui s’était menée sur son sol, elle était sortie des négociations de paix avec des garanties de sécurité plus apparentes que réelles. »

Du point de vue de l’historiographie du nazisme, on ne peut également qu’être interpellé par le gouffre béant entre ce que décrit J.-Y La Naour et, par exemple, un historien comme J. Chapoutot qui dépeint un pays frappé par la Grande Guerre et la défaite, en situation de « quasi-guerre civile entre 1918 et 1923 » et, enfin, frappé par un cycle d’hyperinflation au début des années 1920[9].

Friedrich Ebert, 1919. Gallica / Bibliothèque nationale de France: Département Estampes et photographie, EI-13 (671).
Friedrich Ebert, 1919. Gallica / Bibliothèque nationale de France: Département Estampes et photographie, EI-13 (671).

Il est d’ailleurs frappant de remarquer combien l’ouvrage essentialise l’Allemagne (p. 20), à la manière d’un Clemenceau du reste, en dessinant une continuité intangible entre le régime de Guillaume II et la République de Weimar alors que celle-ci, justement, se présentait en rupture avec le Kaiser. Ainsi, pour J.-Y. Le Naour, « sous la République, le Reich demeure » (p. 166). Or il paraît délicat d’affirmer (p. 22) que « les seuls menteurs de l’histoire, en vérité, ce sont les dirigeants allemands » alors que l’on sait combien, en définitive, le paragraphe 231 achève de lier, y compris sur le plan intérieur, les mains des gouvernements de Friedrich Ebert (p. 403) puis Philipp Scheidemann (p. 406). Dénonçant la « paix dictée », décrite notamment par l’historien A. Prost, l’auteur persifle et rappelle qu’avec « cinq plébiscites prévus pour délimiter les frontières contestées (Eupen et Malmédy, Slesvig, Allenstein et Marienwerder, Haute-Silésie, Sarre), on n’a pourtant jamais autant demandé l’avis d’un peuple vaincu ! » (p. 221).

                Que faire de ce livre ?

Certes, l’analyse n’est pas dénuée de fondement mais il n’en demeure pas moins qu’incarnant une ligne dure, ce livre n’est sans doute pas à placer entre toutes les mains : tous les historiens n’ont en effet pas la même lecture des événements. De même, et en ce qui concerne un usage pédagogique de ce volume auprès d’étudiants, on prendra soin de souligner le manque de jeux d’échelles car cette grande fresque, encore une fois très difficile à composer, est une vue d’en haut, essentiellement politique et diplomatique, de la période. L’histoire sociale est quand même très absente de ce vaste panorama. Les réflexions de la première partie de l’ouvrage sont centrées sur les négociations de Versailles et, s’il est de temps à autres question de « l’opinion », on aimerait en savoir plus sur les difficultés rencontrées par les paysans, les ouvriers, les employés ou encore les professions libérales et les capitaines d’industrie pour se réinsérer dans une économie nouvelle, celle du temps de paix. Pour le dire simplement, s’il est largement question du sort des mines de charbon de la Sarre, on ne sait rien du devenir des mineurs et de leurs familles. Certes, lorsqu’il est question de la « bataille du Rhin », à savoir l’annexion de la rive gauche du fleuve par la France, J.-Y. Le Nanour décide de « partir d’en bas, des aspirations des Rhénans eux-mêmes » (p. 107). Mais il s’agit là d’une démarche exceptionnelle, de quelques pages seulement et de surcroît quasi exclusivement basée sur les archives du contrôle postal.

Pour autant, il n’en demeure pas moins que ce volume est stimulant pour qui maîtrise les subtilités de l’historiographique et sait mettre en perspective les prises de position de l’auteur. Bien qu’il ne cite pas l’historien australien C. Clark, le tableau que J.-Y. Le Naour dresse des négociations de Versailles n’est pas sans faire penser à une marche de somnambules : tous ces hommes d’Etat n’ont en effet d’yeux que pour leur situation propre, qu’il s’agisse de préserver des intérêts nationaux et/ou de consolider une majorité au parlement[10]. Le « psychodrame » (p. 186) opposant Georges Clemenceau au maréchal Foch est à cet égard un modèle du genre, même s’il est toujours délicat de réduire une telle crise à une simple querelle d’ambitions (la Présidence de la République mais aussi, et peut-être même surtout, le titre de vainqueur unique de la Grande Guerre) et d’egos très développés. Il n’en demeure pas moins que la fin du mois d’avril 1919 est minée par une épidémie de « chantage à la rupture » (p. 203) des négociations qui est bien décrite par l’ouvrage : le comportement des Italiens, des Belges ou encore des Japonais est décrit sans aucune concession. On est d’ailleurs en droit de se demander s’il ne s’agit pas là, au final, d’une des principales faiblesses du volume. La politique est en effet affaire de subjectivité et décrire ces épineuses tractations diplomatiques ne peut se faire sans un minimum d’empathie. Certes, J.-Y. Le Naour rappelle que même avec la signature du traité de Versailles « l’affaire de Fiume était loin d’être réglée » (p. 202). Il n’en demeure pas moins que cette dimension « psycho-collective » n’est pas suffisamment prise en compte alors que, justement, elle fonde ces « blessures béantes » (p. 207) que l’on peut qualifier de cultures, culture de la victoire, de la défaite ou peut-être pire encore de la frustration, qui concourent tant au pourrissement des années 1920-1930.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Le paradoxe est que, tout au long de l’ouvrage, l’auteur dresse un stimulant parallèle entre les ferveurs wilsoniennes et communistes (p. 7), les deux relevant presque d’une même croyance quasi-religieuse mais néanmoins relativisée, notamment en ce qui concerne le volet rouge. C’est ainsi par exemple que, revenant sur les fameuses mutineries de la mer Noire, l’ouvrage sollicite le fantasque député des Côtes-du-Nord Gustave de Kerguézec pour qui « il n’y avait [là] pas de Bolcheviks, il y a avait des hommes excédés de souffrance et de misère » (p. 426). D’un point de vue géopolitique, on ne peut que souscrire aux propos de J.-Y. Le Naour rappelant que « en 1919, l’ennemi n’est plus tout à fait l’Allemagne terrassée à laquelle il ne manque plus qu’une bonne muselière, mais la Russie soviétique et plus globalement le socialisme international et ses relais intérieurs » (p. 380). Ce faisant, il s’inscrit dans le sillage de l’historien américain Arno J. Mayer et considère « le congrès de la paix de 1919 comme un nouveau congrès de Vienne en quête d’une Sainte-Alliance contre une nouvelle révolution » (p. 428). Vision classique, importée des années 1960, mais qui n’est pas sans fondements. De même, l’ambiguïté d’Ebert, de Scheidemann et des socialistes allemands,  confrontés au repoussoir bolchevique et n’hésitant pas à recourir aux corps francs (p. 390), est habilement décrite malgré une conclusion assez abrupte (p. 409) :

« Non seulement Ebert et Scheidemann ont étouffé le souffle révolutionnaire, n’ont pas tenu la promesse de socialisation de l’économie portée par leur parti, mais ils ont fait la politique du pire, celle des nationalistes qu’ils ont remis en selle. Ils ont sacrifié au thème des soldats invaincus, bombardant le peuple allemand de discours intransigeants sur la paix de Versailles, impossible à accepter puisque l’Allemagne ne s’était pas rendue ; ils ont refusé de couper le cordon avec l’ancien régime en repoussant la question de la responsabilité de l’Allemagne dans la crise de 1914, et validé malgré eux la thèse du coup de poignard dans le dos. »

Pour autant, il n’en demeure pas moins que des pans entiers de l’historiographie sont ignorés par ce tableau : encore une fois, rien sur les femmes, les enfants, les anciens combattants… Pire, tous les espaces sont englobés dans la même trame narrative, comme si les problématique d’une région classée dans le camp des vainqueurs comme la Bretagne étaient les mêmes qu’en Bavière, en Thrace ou encore dans le canton Vaud. Conjuguée à la mode transnationale, cette histoire est vue par satellite et pêche aussi par manque de nuances géographiques. Mais là est, il est vrai, le travers quasi inévitable de ce type de grandes synthèses.

Georges Clemenceau lors des négociations de Versailles. National Archives at College Park: 111-SC-61003.
Georges Clemenceau lors des négociations de Versailles. National Archives at College Park: 111-SC-61003.

En définitive, avec ce 1919-1921. Sortir de la guerre J.-Y. Le Naour publie un excellent livre, très agréable à parcourir et défendant par endroits des positions pour le moins stimulantes. Par exemple, l’auteur a parfaitement raison, à propos de la Palestine, de sortir d’une vision classique de l’histoire diplomatique pour intégrer à l’analyse une approche culturelle : « Il ne s’agissait pas toujours de débat rationnel entre la France et la Grande-Bretagne, mais d’une confrontation historique et épidermique  qui convoquait Jeanne d’Arc, Aboukir et Fachoda » (p. 369). En revanche, il nous semble hasardeux d’affirmer, à propos de la rupture entre socialistes réformistes et révolutionnaires, que « ce n’est pas la guerre qui l’aura provoquée, mais Lénine » (p. 445). C’est là faire peu de cas, nous semble-t-il, de la fracture profonde engendrée par l’adhésion à l’Union sacrée. Aussi, dans l’hypothèse où l’on souhaiterait faire de cet ouvrage un manuel qui puisse avantageusement profiter aux étudiants, on prendra soin de l’accompagner d’un solide paratexte resituant le propos dans une perspective historiographique plus nuancée.


[1] Le Naour, Jean-Yves, Misères et tourments de la chair durant la Grande Guerre. Les mœurs sexuelles des Français 1914-1918, Paris, Aubier, 2002 ; Désunion nationale. La légende noire des soldats du midi, Paris, Vendémiaire, 2011.

[2] Le Naour, Jean-Yves, 1919-1921. Sortir de la guerre, Paris, Perrin, 2020. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[3] Azema, Jean-Pierre, Jean Moulin. Le rebelle, le politique, le résistant, Paris, Perrin, 2003.

[4] A ce propos, citons l’étude désormais classique de Cabanes, Bruno, La Victoire endeuillée. La sortie de guerre des soldats français 1918-1920, Paris, Seuil, 2014.

[5] Winter, Jay, « The Second Great War, 1917-1923 », Revista Universitaria de Historia Militar, Volume 7, n°14, 2018, p. 160-179.

[6] Gerwarth, Robert, Les Vaincus. Violences et guerres civiles sur les décombres des empires 1917-1923, Paris, Seuil, 2019.

[7] Krumeich, Gerd, L’Impensable défaite. L’Allemagne déchirée 1918-1933, Paris, Belin, 2019.

[8] Goya, Michel, Les Vainqueurs. Comment la France a gagné la Grande Guerre, Paris, Tallandier, 2018.

[9] Chapoutot, Johann, Libres d’obéir. Le management, du nazisme à aujourd’hui, Paris, Gallimard, 2020, p. 63.

[10] Clark, Christopher, Les Somnambules. Eté 1914 : commet l’Europe a marché vers la guerre, Paris, Flammarion, 2012.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Erwan Le Gall (1 mars 2020). Jean-Yves Le Naour sort de guerre. Ar Brezel. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbkk


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.