Sortie prochaine du Dictionnaire Dora

Les chiffres donnent le vertige et disent l’immensité du travail accompli : 8 971 déportés recensés, 26 millions de signes, 2 600 pages et 3 000 photographies, 69 auteurs et 12 relecteurs. Le Dictionnaire Dora, ou plus exactement le Livre des 9 000 déportés de France à Mittelbau-Dora, sortira en avril 2020 aux éditions du Cherche Midi et s’annonce, d’ores et déjà, être un outil de travail incontournable.

Aviateurs américains devant l'entrée d'une usine de V-1 logée dans un tunnel de Dora, Photographie prise en 1945. Wikicommons.
Aviateurs américains devant l’entrée d’une usine de V-1 logée dans un tunnel de Dora, Photographie prise en 1945. Wikicommons.

Pour qui s’intéresse à la déportation des Bretons, ou à partir de la péninsule armoricaine, pendant la Seconde Guerre mondiale, ce volume est bien entendu fort attendu et viendra avantageusement compléter un certain nombre d’usuels existants : nous pensons au Livre-Mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression publié initialement chez Tirésias et désormais disponible en ligne sur le site de la Fondation pour la mémoire de la déportation ou encore aux travaux des époux Klein relatifs aux Côtes-du-Nord[1].

Mais l’intérêt de ce Dictionnaire Dora, composé sous la houlette de La Coupole et de Laurent Thiery – historien dont la thèse, soutenue en 2011, porte sur la répression allemande dans ce Nord-Pas-de-Calais rattaché au gouvernement militaire de Bruxelles – ne se limite pas à la seule histoire de la déportation et du système concentrationnaire nazi. Denses et méthodiquement rédigées, les notices biographiques offrent de nombreuses possibilités prosopographiques qui, toutes, appellent finalement à un vaste décloisonnement des historiographies. Celles et ceux qui travaillent à l’histoire de la Résistance puiseront dans ce Dictionnaire de nombreuses informations susceptibles d’enrichir avantageusement leurs bases de données. Mais ce n’est pas tout.

Les historiens et les historiennes du politique trouveront également dans ces pages matière à réflexion comme le montre, déjà, l’interrogation, via le portail de notices catalographiques Bretania, du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et social : pour les cinq départements de la péninsule armoricaine, ce ne sont pas moins de 11 militants répertoriés par les équipes du Maitron qui sont déportés à Dora. Là encore, le décloisonnement des historiographies est en marche. C’est d’ailleurs ce que montre depuis quelques jours l’historien François Prigent sur le réseau social Twitter.

Les historiens du fait militaire – et non plus uniquement de la guerre – pourront également utiliser ce Dictionnaire Dora puisque, d’après ce que nous avons pu voir, les notices consignent précisément les parcours sous les drapeaux. Ainsi, l’ouvrage expose que telle personne née, à titre d’exemple, dans les années 1890, effectue son service militaire dans telle unité puis est mobilisée dans telle autre pendant la Première Guerre mondiale. Or ceci est loin d’être anecdotique. L’entrée régimentaire est en effet essentielle pour mettre en évidence des liens, des réseaux, nés dans les tranchées et pouvant se poursuivre bien après l’Armistice, en l’occurrence jusque dans les rangs de l’Armée des ombres[2]. Autrement dit, il s’agit de considérer la caserne comme un espace certes clos mais où se nouent des connaissances, des relations pouvant se prolonger bien après la quille.

On le voit, à la fois lieu de mémoire et outil de travail, la publication par les éditions du Cherche Midi de ce Livre des 9 000 déportés de France à Mittelbau-Dora s’annonce comme un véritablement événement qui, à n’en pas douter, dépassera de très loin le strict cadre de l’historiographie de la déportation et de la Seconde Guerre mondiale.


[1] Klein, Marie-Pierre et Pierre, Les Déportés des Côtes-du-Nord, avril 1941 – septembre 1944. Livre-Mémorial, Lanvallay, AFMD 22, 2007.

[2] C’est ce que nous avons souhaité souligner dans Le Gall, Erwan, « De la complexité d’un objet historique anodin : le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale », En Envor, revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°12, été 2018, en ligne.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.