De la poche au front (ou inversement ?)

Actes d’un colloque tenu à Saint-Nazaire du 11 au 13 mai 2015 dans le cadre de la commémoration du 70e anniversaire de la Libération de la poche éponyme, cet ouvrage collectif dirigé par M. Catala est intéressant à plus d’un titre[1]. Tout d’abord, il vient confirmer que non seulement la demande sociale de mémoire n’est pas l’ennemie de l’histoire, bien au contraire, mais qu’elle peut jouer un véritable rôle moteur dans la recherche. Le volume que nous avons entre les mains est en effet particulièrement bienvenu tant il s’inscrit dans un champ peu labouré et vient, à cet égard, combler un vide certain[2]. L’histoire des poches de résistance allemande à la fin de la Seconde Guerre mondiale a pour l’heure peu mobilisé et ce volume mariant subtilement les jeux d’échelles, les approches militaires, politiques, culturelles ou encore judiciaires, par des historiens professionnels ou « amateurs », est une incontestable réussite.

                Le front comme construction

La véritable force du livre est d’ailleurs de replacer, de manière quasi subliminale, cette histoire des poches dans une perspective beaucoup plus large et, il faut bien le reconnaître, particulièrement stimulante. Cette histoire, c’est celle de la guerre de siège, brillamment restituée par H. Drevillon en introduction (p. 11-17), propos qui insiste sur la force d’une permanence dans la doctrine française : l’importance accordée au principe de continuité territoriale. Mais il y a, nous semble-t-il, autre chose qui émerge de ces 20 communications, une réflexion sur une notion consubstantielle à l’histoire de la guerre et pourtant peu interrogée : le front.

Carte postale publiée en 1985 à l'occasion du 40e anniversaire de la poche de Saint-Nazaire. Collection particulière.
Carte postale publiée en 1985 à l’occasion du 40e anniversaire de la poche de Saint-Nazaire. Collection particulière.

L’exemple des poches de l’Atlantique montre en effet que cette idée ne va pas de soi et qu’elle procède, en définitive, d’une construction – ce qui rappelle que la guerre, loin d’être un drame essentialisé, est une activité éminemment humaine et donc culturelle[3]. Si C. Bougeard, revenant sur l’été 1944 et la Libération de la Bretagne, rappelle dans une sorte de propos liminaire les circonstances qui conduisent à la constitution de ces poches (p. 21-34), J. Sainclivier montre que ce terme « n’apparaît dans les sources contemporaines qu’après le 15 octobre 1944 » (p. 41). C. Levisse-Touzé rappelle pour sa part que « les réduits allemands de la côte française de l’Atlantique prennent l’appellation de front de l’Atlantique le 31 janvier 1945 » (p. 98). Ajoutons d’ailleurs que la réalité décrite par ce vocable laisse visiblement quelques marges de manœuvres à en juger par certains synonymes employés dans ce volume : « abcès de fixation » (J. Sainclivier, p. 47) ou encore « môle de résistance » (E. Kocher-Marboeuf, p. 51) pour ne citer que deux exemples. Sans compter que les Allemands, de leur côté, parlent de forteresses (Festungen). Loin d’être anodines, ces fluctuations lexicales nous paraissent révélatrices d’une réalité, le front, moins évidente qu’il n’y paraît de prime abord.

Contre toute attente donc, les poches ne sont donc pas des objets historiques aussi flagrants que cela. De manière très surprenante, B. Marnot note ainsi que « l’effet poche » sur le trafic est « discutable » : si Lorient, Saint-Nazaire ou encore La Rochelle voient leur activité s’effondrer, tel est également le cas de Calais, Boulogne, Caen, Cherbourg ou encore Saint-Malo (p. 87). Notons d’ailleurs, à la suite de cet auteur, combien du point de vue des ports la Seconde Guerre mondiale diffère de la Première : détruits en 1939-9145, ils sont au contraire largement développés en 1914-1918 et notamment sous l’influence du corps expéditionnaire américain[4]. Il n’en demeure pas moins que Saint-Nazaire constitue pour la France de la Libération un enjeu majeur puisque son port et ses chantiers de construction navale sont les seuls capables d’accueillir les Liberty Ships américains (p. 217).

                Variations d’intensité

Du point de vue allemand, la logique ayant présidé à la constitution de ces poches atlantiques de résistance n’est également pas claire. C’est ce qu’expose parfaitement J.-B Blain en basant son argumentation sur l’importance stratégique des bases sous-marines de Brest, Lorient, Saint-Nazaire et La Pallice ainsi que de l’estuaire de la Gironde (p. 77) :

« Une dernière tentative de lancer les sous-marins dans l’Atlantique nord en septembre 1943 se solde par un nouvel échec. Les Etats-Unis parviennent à soutenir le Royaume-Uni et à transférer une immense armée qui débarque en Europe en 1943 et 1944. Les bases n’ont pas permis la victoire des sous-marins allemands. Quel est donc l’intérêt de les conserver après le débarquement ? »

D’ailleurs, une fois empochées, les U-Bunker servent de greniers à blé (Saint-Nazaire) ou de casernements pour la Wehrmacht (p. 79). Il en résulte un warfare à géométrie éminemment variable qui vient, à n’en pas douter, complexifier l’analyse. Si à Royan, le volume des opérations aérienne est, du 14 au 16 avril 1945, comparable « à celui enregistré pendant la guerre du Golfe » (p. 117), il n’en demeure pas moins que « pour les fronts du Sud-Ouest de décembre 1944 au 13 avril 1945, les maladies ont représenté 80% des quelques 14 432 admissions » consignées dans les archives (p. 159). Réelle, l’activité militaire n’en est pas moins irrégulière.

Sur le "front" d'Etel, septembre 1944. Musée de Bretagne: 990.0032.837.
Sur le “front” d’Etel, septembre 1944. Musée de Bretagne: 990.0032.837.

Le paradoxe est que pour certains Allemands venus du front de l’Est – trajectoire dessinant un processus bien connu de radicalisation – tout civil empoché est un « terroriste » (p. 145), ce qui là encore dessine un nouveau front dont on peut mesurer l’ampleur à l’ombre des stèles érigées pour rappeler le souvenir des nombreux massacres et autres exécutions sommaires qui scandent la fin du conflit. Et J.-C. Catherine de rappeler que « la vie d’un civil français dans la poche de Lorient » ne vaut pas bien cher lors de cet hiver 1944-1945 : « les peines citées montrent que le tribunal allemand fixe le prix d’un assassinat au-dessus, mais pas tant que ça, de celui d’une vache volée » (p. 146). Mais la France n’est pas le front de l’Est et les phénomènes de brutalisation doivent être appréhendée avec mesure. C’est ce que montre avec grande justesse F. Dessberg en replaçant ces troupes supplétives dans une grande multiplicité de conduites venant, au final, démystifier cette question encore sensible (p. 202) :

« Dans le cas précis des poches de l’Atlantique, c’est-à-dire dans le contexte d’une résistance parfaitement inutile, de même que, peut-être, dans celui d’attaques tout aussi inutiles, sinon politiquement, du moins militairement, les troupes de l’Est font figure de soldats usés, démoralisés et démotivés. Plus qu’un soutien, ces hommes sont une préoccupation pour un encadrement allemand ligoté dans son obsession d’obéissance aux ordres, qui doit d’avantage réagir aux problèmes que posent les supplétifs que réfléchir au meilleur moyen de les utiliser. »

                Ajoutons d’ailleurs qu’à Gouesnou, non loin de la festung de Brest un temps constituée en poche, ce sont des marins de la Kriegsmarine qui sont à l’origine d’un massacre, pas des soldats de l’Est[5].

Quel front ?

On voit donc que la notion de front, lorsqu’appréhendée au prisme de ces poches de l’Atlantique, est aussi complexe que relative. De surcroît, dans un conflit moderne comme la Seconde Guerre mondiale, cette idée ne saurait se réduire à une bande d’affrontement plus ou moins profonde entre belligérants. C. Levisse-Touzé montre ainsi que pour le général de Gaulle, la réduction des poches relève d’intérêts politiques et diplomatiques bien précis. La France a alors besoin d’une victoire pour s’imposer face aux alliés (p. 97) tandis que le chef du Gouvernement provisoire a besoin de conforter son autorité : en témoignent 30 interventions à l’Assemblée nationale et 20 « prises de parole » (p. 103) qui, à n’en pas douter, dessinent bel et bien une autre conflictualité. Le paradoxe est que ce front politique est complètement déterritorialisé de la façade Atlantique puisque c’est Paris qui en est l’épicentre.

Car il convient de ne pas se méprendre : c’est bien de rétablissement de l’autorité républicaine dont il est aussi question dans les poches (p. 209), réalité d’autant plus prégnante que les autorités, tant civiles que militaires, ont du fait de la longueur du siège le temps d’anticiper et de planifier les opérations (p. 218). C’est ce que montre le Mémento des dispositions à prendre au moment de l’occupation des poches de l’Atlantique et des dispositions préparatoires publié le 12 mars 1945 et étudié dans ce volume par M. Bourlet. C’est également ce que montre le processus d’épuration étudié par M. Bergère même si des nuances doivent être formulées. Certes, celle-ci se révèle globalement mesurée, car largement anticipée, mais Thémis aux poches n’échappe pas aux stéréotypes de genre et se révèle particulièrement sévère avec les femmes (p. 239). Il ressort donc de ce tableau déjà fort complexe que les lignes de front sont également internes, comme dans une sorte de reconquête d’une masculinité fantasmée pour faire oublier une virilité entachée par la défaite de 40, les compromissions l’occupation et, pour couronner le tout, une relative impuissance à réduire les poches.


Carte postale publiée en 1985 à l'occasion du 40e anniversaire de la libération de la poche de Saint-Nazaire. Collection particulière.
Carte postale publiée en 1985 à l’occasion du 40e anniversaire de la libération de la poche de Saint-Nazaire. Collection particulière.

Ces sont également ces lignes de fractures internes que mettent en évidence les aléas de l’amalgame entre les troupes venues de la France libre et les éléments directement sortis du maquis et des rangs FFI. J. de Lespinois montre efficacement ce qu’il en est à propos des Forces aériennes de l’Atlantique et met en lumière un certain nombre d’interférences politiques qui disent un équilibre des forces finalement assez précaire. Comme le rappelle S. Weiss, reprenant les propos du général de Larminat, les combattants français des poches de l’Atlantique viennent de partout. Mais on peut quand même remarquer que ceux qui viennent du Morbihan, d’Ille-et-Vilaine et du Finistère sont principalement affectés sur la poche de Lorient tandis que le front de Saint-Nazaire reçoit des troupes provenant pour l’essentiel de Loire-Inférieure, de Vendée et d’Anjou (p. 162-163). Autrement dit, comme dans une sorte de logique de gigognes patriotiques déjà identifiée par l’historienne A.-M. Thiesse[6], ce front qui traduit la volonté de reconquête de la continuité territoriale nationale est également indissociable d’enjeux régionaux. Gageons sur ce point, qui reste encore à défricher, que les « mythologies » bataillonnaires et régimentaires auront ici beaucoup à nous apprendre. D’ailleurs, si le général Borgnis-Desbordes commande à partir du 18 août 1944 une division qui est désignée comme étant la 19e DI (p. 44), gageons qu’il n’y a là aucun hasard mais bien la volonté de s’insérer dans une longue tradition glorieuse héritée, notamment, de cette 19e DI bretonne (subdivisons de Rennes, Vitré, Saint-Brieuc et Guingamp) qui combat pendant la Grande Guerre.

Espérons que ces quelques lignes rendront justice à un ouvrage dont il est difficile de rendre compte tant il fourmille de pistes à explorer, de développements à produire, de nouvelles perspectives à formuler. L’histoire des poches n’est certes pas close mais M. Catala et les 20 contributeurs de ce livre ont écrit là un chapitre dont la lecture nous paraît essentielle.


[1] Catala, Michel (dir.), Les Poches de l’Atlantique 1944-1945 Le Dernier acte de la Seconde Guerre mondiale en France, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019.  Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Signalons toutefois Simonnet, Stéphane, Les Poches de l’Atlantique. Les Batailles oubliées de la Libération. Janvier 1944 – mai 1945, Paris, Tallandier, 2015. Paru au moment du colloque de Saint-Nazaire, cet ouvrage n’est pas évoqué dans ce volume d’actes. Il est vrai que la thèse défendue par l’auteur est discutable.

[3] Mazurel, Hervé, « Le corps à l’épreuve », in Cabanes, Bruno (dir.), Dodman, Thomas, Mazurel, Hervé et Tempest, Gene (coord.), Une histoire de la guerre du XIXe siècle à nos jours, Paris, Seuil, 2018, p. 409 : « la guerre est avant tout un acte culturel ».

[4] Sur l’estuaire de la Loire, on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale (1917-1919), Bruz, Editions CODEX, 2018.

[5] Sur la question, nous renvoyons à la thèse en cours de Dimitri Poupon sous la direction de Fabrice Bouthillon.

[6] Thiesse, Anne-Marie, Ils apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours patriotique, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, 1997, p. 15-34



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2020, 23 février). De la poche au front (ou inversement ?). Ar Brezel. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://arbrezel.hypotheses.org/1760

2 réflexions sur « De la poche au front (ou inversement ?) »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.