L’Ouest-Eclair, la perte du Mousquet et la brutalisation de l’information

Dans son édition du 31 octobre 1914, L’Ouest-Eclair rend compte de la perte dans la rade de Penang, en Malaisie, du contre-torpilleur Mousquet coulé quelques jours plus tôt par le croiseur allemand Emden[1]. Un regard résolument européo-centré, focalisé de surcroît uniquement sur les développements de la guerre sur terre, pourrait ne déceler là qu’une nouvelle de peu d’importance. Pourtant, il nous semble que cette archive est intéressante à plus d’un titre.

Village global

En premier lieu, il importe de souligner le caractère résolument mondial de cette Grande Guerre et ce dès les premières semaines du conflit. Sorti des chantiers de Saint-Nazaire en 1902 et entré l’année suivante au service de la Marine française, le Mousquet a pour port d’attache Lorient, dans le Morbihan. Mais cette bretonnité ne l’empêche pas de courir les mers et d’être affecté, à l’automne 1914, à la division navale de l’Indochine et plus particulièrement à la surveillance du détroit de Malacca. C’est d’ailleurs là que le Mousquet sombre sous les assauts de l’Emden.

Penang, où sombre le contre-torpilleur Mousquet à la suite d'un combat contre le croiseur Allemand Emden. Carte postale. Collection particulière.
Penang, où sombre le contre-torpilleur Mousquet à la suite d’un combat contre le croiseur Allemand Emden. Carte postale. Collection particulière.

A cette globalisation des théâtres d’opération répond l’intense circulation des nouvelles pendant la Grande Guerre, l’information étant érigée en véritable arme. Publié en page « dernière heure », page composé par le bureau parisien de L’Ouest-Eclair, cet article est composé à partir de deux dépêches – dont l’une attribuée à l’agence Havas – provenant de Bordeaux et d’une autre de Tokyo. La publication de cet article intervient 4 jours seulement après le combat de Penang : à la taille impressionnante des circuits de circulation de l’information doit donc être ajoutée la rapidité permise par le télégraphe et le téléphone.

Ajoutons d’ailleurs qu’une archive telle que celle-ci dit parfaitement la situation paradoxale dans laquelle peuvent alors se trouver certains poilus. En effet, en cette fin du mois d’octobre 1914, rien n’interdit de penser que les troupes du 10e corps armée – pour ne considérer que celles-ci – ne puissent pas avoir accès au grand quotidien catholique rennais, que cela soit par l’intermédiaire d’acheminements militaires dans la zone des armées, rendus d’autant plus aisés que la Course à la mer s’essouffle et voit sortir de terre le système tranchées, ou par des envois privés[2]. Nombreux sont en effet les combattants qui se font envoyer aux tranchées le journal de leur « petite patrie » pour se tenir au courant des nouvelles du « pays ». Et c’est là qu’on aboutit à une situation complètement paradoxale : alors qu’en première ligne ils ignorent tout de ce qui se passe à 200 mètres de la position qu’ils occupent, dans la tranchée voisine, les combattants ont connaissance d’événements se produisant à l’autre bout de la planète et peuvent suivre, presque en temps réel, la perte du Mousquet face à l’Emden. En définitive, c’est bien la notion de distance qui se trouve complètement bouleversée par cette dimension du conflit.

Culture de guerre

Pour autant, il convient de se montrer prudent quant aux informations diffusées par L’Ouest-Eclair. Tout entier acquis à la défense de la patrie en armes, le journal rennais participe de la diffusion d’une grille de lecture du conflit en cours dont rend parfaitement compte le traitement accordé à la bataille navale de Penang. L’objectif est en effet limpide : encenser les troupes françaises et souligner « l’héroïsme de l’équipage du Mousquet », ce qui implique de dénoncer les agissements ennemis.

C’est sur ce dernier point qu’il nous semble intéressant de nous attarder en mettant en exergue quelques éléments. Tout d’abord, et contrairement à ce qu’affirme L’Ouest-Eclair, il ne semble pas exact d’affirmer que l’Emden battait pavillon russe dans cette bataille. En tout cas, ni J. Rocher ni G. Staff ne mentionnent ce point dans leurs relations assez exhaustives de ce combat[3]. Or, lorsqu’il s’agit de dénoncer la conduite de l’adversaire et, plus spécifiquement encore, certaines entorses au droit de la guerre, un tel détail a évidemment son importance.

Le contre-torpilleur Mousquet. Carte postale. Collection particulière.
Le contre-torpilleur Mousquet. Carte postale. Collection particulière.

En revanche, il est avéré que l’Emden navigue en cet automne 1914 avec une quatrième cheminée factice, de manière à tromper les observateurs ennemis. Là est une ruse qui renvoie à une certaine permanence du combat naval et, plus encore, de la guerre de course. Et l’on pense spontanément à l’œuvre de l’écrivain britannique Douglas Reeman qui, dans de nombreux romans, décrit ces stratagèmes employés dans l’Atlantique nord pendant la Seconde Guerre mondiale, péripéties qui ne diffèrent pas vraiment, à bien y penser, de celles écrites sous le pseudonyme d’Alexender Kent et mettant en scène, pendant le blocus napoléonien, les exploits de Richard Bolitho. Pourtant, à en croire L’Ouest-Eclair, il y a dans cette quatrième cheminée factice et ce pavillon russe censément arboré, une preuve manifeste de la « perfidie » de l’équipage de l’Emden et, par métonymie, de l’Allemagne entière. De quoi mesurer donc le poids du contexte sur la formation des discours…

Brutalisation du discours ?

Les fonctionnalités de reconnaissance optique disponibles sur Gallica permettent d’avoir une bonne idée de la chronologie avec laquelle L’Ouest-Eclair rend compte du triste destin du Mousquet et de son équipage : un article donc le 31 octobre 1914 pour annoncer la nouvelle de la perte de ce bâtiment ; un autre le 3 novembre pour traiter de l’arrivée à Sabang des survivants – français – de la bataille navale ; un autre quelques jours plus tard pour rendre compte sur la base de « renseignements communiqués par les familles » de la mort de l’enseigne de vaisseau Jacques Carissan et, enfin, un dernier, publié le 29 décembre 1914, qui revient plus longuement sur les circonstances du drame à la suite d’éléments repris du Courrier Saïgonnais[4]. Cette – rapide – énumération pourra apparaître de piètre intérêt au regard de la masse considérable d’informations publiée par la presse de l’époque, ce même si les restrictions de papier se font déjà sentir en réduisant la pagination des titres. Quantitativement, cela est implacable et il est évident que la perte du Mousquet constitue pour la presse de l’époque une information de moindre importance que, par exemple, l’incendie ayant ravagé la cathédrale de Reims.

Pour autant, une lecture attentive de ces différents articles, et tout particulièrement de celui du 29 décembre 1914, amène à formuler un constat qui n’est pas dénué d’intérêt. En effet, si L’Ouest-Eclair s’attarde longuement sur « le récit vraiment émouvant de l’agonie du Mousquet », détaillant avec maintes précisions l’héroïsme des marins français, il n’est plus du tout question de la « perfidie » de l’Emden et des violations du droit de la guerre navale par les Allemands. Mieux, l’ennemi est décrit comme « recueillant les survivants » et se voit même accorder des circonstances atténuantes. Ainsi, alors que « les matelots allemands donnèrent des vêtements en très mauvais état » aux marins français recueillis à bord de l’Emden, c’est, à en croire L’Ouest-Eclair, parce qu’ils « n’avaient rien de mieux ». Certes, cela peut être un moyen de dénigrer l’adversaire et de souligner sa faiblesse, ce de manière à annoncer de manière subliminale sa chute prochaine. Mais il y a mieux. L’équipage de l’Emden – au sein duquel on compte d’après le journal breton le neveu du Kaiser – rend hommage en « tenue n°1 » aux hommes qui succombèrent à leurs blessures au cours d’une « émouvante démonstration ». Enfin, le quotidien catholique rapporte que le croiseur allemand aurait eu à cœur de ne pas toucher de navires neutres et aurait, de ce fait, refusé le combat contre un autre bâtiment français, le D’Iberville.

Bien entendu, un tel récit est, de par le luxe de détails qu’il apporte, éminemment suspect et il est, en définitive, bien difficile de dire s’il est ou non conforme à la réalité des faits. Mais là n’est à dire vrai pas ce qui nous intéresse le plus. Plus qu’un récit de bataille navale, c’est bien un discours sur la guerre en cours dont il s’agit ici. Or celui-ci, alors que le conflit commence à durer au-delà de tout ce qui avait été auparavant imaginé[5], est d’une clémence qui mérite d’être soulignée… et ne manque pas d’interroger. En effet, comment expliquer une telle mansuétude ? Faut-il y voir une preuve de l’esprit de Noël, l’article étant publié le 29 décembre 1914 ? Cela semble peu probable, surtout que l’éditorial de ce même numéro de L’Ouest-Eclair préconise de faire la guerre « jusqu’au bout »[6]. D’ailleurs, la situation est telle qu’on est en droit de se demander comment la commission de censure a pu laisser passer un tel article tant celui-ci apparaît clément envers le « barbare boche ». En réalité, il n’est pas impossible que la géographie vienne complexifier l’intelligibilité du conflit en décentrant les regards vers la Malaisie et des mers situées à des milliers de kilomètres de l’Europe. Autrement dit, tout se passe comme si en s’éloignant de Paris et Berlin, la guerre perdait de sa signification profonde, devenait moins idéologique, et autorisait donc des récits de ce type.

Le contre-torpilleur Mousquet au mouillage, sans lieu ni date. Carte postale (détail). Collection particulière.
Le contre-torpilleur Mousquet au mouillage, sans lieu ni date. Carte postale (détail). Collection particulière.

Il s’agit bien entendu d’une hypothèse très difficile à vérifier même si là est une réalité déjà mise en évidence à propos de la Seconde Guerre mondiale et, plus spécifiquement encore, de l’engagement des Français libres[7]. Mais cet article publié le 29 décembre 1914 n’en demeure pas moins une source d’un grand intérêt en ce qu’elle rappelle que la presse est une archive beaucoup plus complexe que ce que l’on veut trop souvent en dire. Non, les journaux de l’époque ne sont pas immanquablement, constamment et uniquement dévoués au bourrage de crânes. En réalité, le véritable front qu’est la construction de l’information pendant la Grande Guerre peut aussi connaître des ratés et c’est cela, fondamentalement, que vient rappeler cette archive. Autrement dit, le traitement de la perte du Mousquet par L’Ouest-Eclair rappelle que la brutalisation de l’information – à savoir la dénonciation toujours plus virulente des agissements de l’ennemi – n’est pas chose automatique. Reste toutefois à comprendre les modalités de cette détente. En effet, dans son édition du 26 mars 1915, L’Ouest-Eclair publie une lettre d’un membre de l’équipage du Mousquet, marin ayant survécu à la bataille de Penang[8]. Là encore, le propos – dont on sait qu’il a été précédemment « contrôlé – ne manque pas d’interroger. S’il est largement question du déséquilibre des forces – « Figure-toi une mouche qui se bat avec un cheval » explique l’auteur de ce courrier – pour, en définitive, mieux encenser « les honneurs et la gloire du pavillon français », le récit frappe avant tout par son manque de réalisme et son absence complète de dénonciation de la moindre « barbarie allemande ». C’est en définitive la dernière évocation, pendant le conflit, de la perte du Mousquet par L’Ouest-Eclair.


[1] « L’Emden coule un croiseur russe et un destroyer français », L’Ouest-Eclair, 16e année, n°5559, 31 octobre 1914, p. 4.

[2] Pour de plus amples développements Gilles, Benjamin, Lectures de poilus 1914-1918. Livres et journaux dans les tranchées, Paris, Autrement, 2013.

[3] Rocher, Jean, « Mort à Sabang. Histoire d’une sépulture militaire française à Sumatra », Archipel, Vol. 54, 1997, p. 189-205 ; Staff, Gary, Battle on the Seven Seas : German Cruiser Battles, 1914-1918, Barnsley, Pen & Sword, 2011, chapitre 7 : « The Battles of Emden and Königsberg ».

[4] « Les Survivants du Mousquet », L’Ouest-Eclair, 16e année, n°5562, 3 novembre 1914, p. 4 ; « Morts au champ d’honneur », L’Ouest-Eclair, 16e année, n°5571, 12 novembre 1914, p. 3 ; « La fin glorieuse du Mousquet », L’Ouest-Eclair, 16e année, n°5618, 29 décembre 1914, p. 4.

[5] Cochet, François et Sauvage, Jean-Christophe (dir.), 1914. La guerre avant la guerre. Regards sur un conflit à venir, Paris, Editions Riveneuve, 2015.

[6] « Jusqu’au bout », L’Ouest-Eclair, 16e année, n°5618, 29 décembre 1914, p. 1.

[7] Le Gall, Erwan, « L’engagement des Français libres : une mise en perspective » in Harismendy, Patrick et Le Gall, Erwan (Dir.), Pour une histoire de la France libre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 29-47.

[8] « Le combat sublime du Mousquet », L’Ouest-Eclair, 16e année, n°5705, 26 mars 1915, p. 1.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.