Portrait d’un fantassin du 48e RI, cliché conservé dans un album ayant appartenu à François-Marie Luzel. Bibliothèque municipale de Rennes / Les Tablettes rennaises : I-2015-0010118.

François-Marie Luzel et trois portraits de fantassins

La bibliothèque municipale de Rennes conserve un album de 70 photographies, consultable via Les Tabette rennaises, ayant manifestement appartenu au folkloriste breton François-Marie Luzel. A travers les dizaines de clichés qu’il renferme, se dévoile une évidente volonté ethnographique. On connaît en effet le rapport qu’entretient cet éminent celtisant à la photographie et cet objet a, selon toute vraisemblance, pour fonction de compiler un certain nombre de « types bretons » : des membres de sa famille – comme par exemple Séraphine Luzel, sa sœur – mais également des anonymes retenus à n’en pas douter pour un détail bien particulier, comme par exemple un costume spécifique. Si la mise en collection ayant présidé à la constitution de cet album ne pose globalement pas de soucis en termes d’interprétation, trois portraits ne manquent pas d’attirer l’attention : trois clichés remarquablement semblables immortalisant des fantassins des 48e, 74e et 102e RI et dont on se demande bien, à la vérité, pourquoi ils ont ainsi attiré l’attention de François-Marie Luzel.

                Ce que l’on sait

Avant de se lancer dans une tentative d’explication, nécessairement hasardeuse et parcellaire tant les archives sont lacunaires, quelques constats s’imposent. Le premier est celui d’une certaine centralité du fait militaire puisque rien, a priori, n’invite à penser que François-Marie Luzel puisse conserver de telles photographies. Autrement dit, rien ne laisse présager la présence de tels clichés dans cet album. Et pourtant, les faits prouvent le contraire. Il en résulte une impérieuse nécessité de décloisonner les historiographies et de multiplier tous azimuts les dépouillements, même dans les fonds, et peut-être même surtout dans ces fonds, où on ne s’attendrait pas à trouver de telles sources documentaires.

Portrait d’un fantassin du 102e RI, cliché conservé dans un album ayant appartenu à François-Marie Luzel. Bibliothèque municipale de Rennes / Les Tablettes rennaises : I-2015-0010095.

Une seconde remarque à formuler concerne les poses, très semblables, adoptées par les fantassins immortalisés. Ce fait est d’autant plus frappant que l’on sait, grâce aux versos de ces photographies, que ces instantanés sont réalisés dans des garnisons bien différentes : Guingamp mais également Paris où casernent à la fin du XIXe siècle des éléments des 74e et 102e RI. Ceci permet donc de rappeler que les attributs de la virilité normalisée par l’institution militaire sont globalement les mêmes que l’on soit dans la capitale ou en province, et en l’occurrence dans le Trégor. Moins qu’à des individus, ces portraits renvoient en effet à des postures délibérément mises en scène et qui frappent par leur mimétisme : nonchalance feinte à l’aide de mains négligemment croisées sur un guéridon, moustache savamment taillée, gants et/ou cigarette tenus du bout des doigts avec, semble-t-il, un certain souci de distinction. La position des bras, croisés sur deux des trois clichés, mériterait à elle-seule une analyse poussée de la part d’un spécialiste du comportement : tout semble suggérer une posture affectant une certaine « force tranquille », comme une incarnation de ce patriotisme défensif que souhaite inculquer la caserne aux conscrits. Ajoutons qu’il y là autant d’indices sur ce qui a pu motiver François-Marie Luzel à conserver ces clichés dans un album, point sur lequel nous reviendrons ultérieurement.

Cette histoire des corps saisis par l’objectif – ustensile qui porte bien mal son nom – n’est bien entendu pas neutre. La photographie, en ce qu’elle est aussi un discours – une intention pour employer les termes de R. Barthes[1] – ne peut être dissociée du contexte politique, idéologique, qui le produit[2]. Cette réalité invite à deux remarques supplémentaires. La première, qui renvoie à ces corps militaires de parade[3] et se situe dans le prolongement de ce qui vient être exposé plus haut, rappelle que, loin de la vision caricaturale qui peut parfois en être donnée, la Troisième République conjugue savamment uniformité et diversité. En effet, si ces clichés ne disent rien de qui sont ces hommes, on peut en revanche en quelques instants les identifier comme appartenant à trois unités bien identifiées de l’armée française : le 48e RI de Guingamp, le 74e RI de Rouen, Elbeuf et Paris, le 102e RI de Chartres et Paris. Difficile ne pas y voir une parfaite illustration de cette caserne érigée en véritable creuset de la Nation, mais d’une Nation qui – et les numéros inscrits sur les pattes de col le rappellent très explicitement – ne saurait être envisagée que comme la somme des « petites patries » qui la composent[4]. Deuxième remarque, qui tient cette fois-ci au républicanisme de François-Marie Luzel. Peut-être faut-il y voir aussi la source d’un certain intérêt pour la chose militaire, et notamment pour cette armée française des années 1880-1890 que l’on sait en pleine républicanisation[5]. On sait par ailleurs que les collectages des folkloristes ciblent avant tout le monde rural, ces campagnes dont on sait à la suite des travaux d’E. Weber qu’elles viennent à la Nation notamment par l’institution militaire[6]. En tout cas, il n’est pas certain que son rival Théodore Hersart de la Villermarqué, le célèbre et beaucoup plus conservateur – il est un catholique légitimiste – auteur  du Barzaz Breiz, ait eu un tel intérêt pour des clichés de ce genre.

                De la mise en album

Reste toutefois à déterminer ce qui a pu pousser François-Marie Luzel à conserver ces photographies et à les insérer dans un album. Encore une fois, faute d’archives, il convient de demeurer éminemment prudent et de bien circonscrire le périmètre de la réflexion. Ces individus étant, jusqu’à preuve du contraire, parfaitement anonymes, il n’est pas possible de remonter à la moindre fiche matricule de recrutement et de décrire leur parcours. Tout juste pouvons-nous affirmer que, dans l’hypothèse toutefois assez plausible où ces individus seraient bretons, ces clichés ne paraissent pas totalement improbables. On sait en effet, notamment à la suite des travaux du géographe P. Boulanger, que le passage sous les drapeaux peut se faire en dehors de la région militaire d’origine[7]. Aussi, et sans parler du cas de l’individu revêtant l’uniforme du 48e RI, le fait que ces hommes soient affectés aux 74e et 102e RI n’est, a priori, pas incohérent.

Portrait d’un fantassin du 74e RI, cliché conservé dans un album ayant appartenu à François-Marie Luzel. Bibliothèque municipale de Rennes / Les Tablettes rennaises : I-2015-0010111.

Mais tout ceci ne dit pas ce qui a pu conduire le folkloriste François-Marie Luzel à consigner dans un album à prétention ethnographique ces trois portraits de militaires. Peut-être faut-il y voir l’illustration d’un âge important de la vie, véritable rite de passage assurant la transition vers l’âge adulte ? Cela est fort possible et correspond par ailleurs bien à ce que l’on sait de l’expérience de la caserne à la fin du XIXe siècle[8]. Mais, en fin de compte, tout ceci ne repose malheureusement sur aucune archive qui puisse confirmer ce qui n’est, à ce stade de la documentation, qu’une intuition.

Certain est en revanche le fait que les 74e et 102e RI tiennent garnison dans des villes – Rouen et Chartres sans compter Paris – qui ne sont pas anodines pour les Bretons. En effet, ces espaces – et encore plus si l’on accepte d’étirer la subdivision de Rouen jusqu’aux quais du port du Havre – sont d’importants réceptacles de l’immigration bretonne, qu’il s’agisse de déplacements de quelques mois comme en Beauce ou d’installation à plus long terme comme sur les rives de la Manche[9]. Dès lors, en consignant ces trois clichés dans cet album, le folkloriste François-Marie Luzel aurait moins cherché à documenter l’expérience de la caserne – sans doute assez éloignée de ses préoccupations – que celle de l’émigration et, par conséquent, d’un certain déracinement. Voilà qui coïncide mieux avec ce que l’on sait de celui qui fut, aussi, le directeur du Musée départemental breton à Quimper.


[1] Barthes, Roland, La Chambre claire, notes sur la photographie, Paris, Gallimard, 1980 et Le Gall, Erwan, « Dans la Chambre claire d’Alexandre Mounicot. Réflexions barthiennes sur un fonds de photographies privées de la Grande Guerre », En Envor, revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°9, hiver 2017, en ligne.

[2] Croix, Alain, Guyvarc’h, Didier et Rapilliard, Marc, La Bretagne des photographes. La construction d’une image de 1841 à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 13. On notera que cet ouvrage, qui cherche à faire l’histoire d’un particularisme mis en image, n’accorde qu’une place éminemment congrue au fait militaire et, plus encore, à l’expérience de la caserne, celle-ci étant trop uniformisée.

[3] Teboul, Jeanne, « Combattre et parader. Des masculinités militaires plurielles », Terrains & Travaux, n°27, 2015-2, p. 99-115.

[4] Thiesse, Anne-Marie, Ils apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours patriotique, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, 1997 ; Thiesse, Anne-Marie, La création des identités nationales, Europe XVIIIe – XXe siècle, Paris, Seuil, 2001.

[5] Boniface, Xavier, L’Armée, l’Eglise et la République (1879-1914), Paris, Nouveau Monde Editions / Ministère de la Défense DMPA, 2012.

[6] Weber, Eugen, Peasants into Frenchmen. The Modernization of Rural France 1870-1914, Stanford, Stanford University Press, 1976.

[7] Boulanger, Philippe, La France devant la conscription, géographie historique d’une institution républicaine, 1914-1922, Paris, Economica, 2001.

[8] Roynette, Odile, « Bon pour le service », L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siècle, Paris, Belin, 2000.

[9] A ce sujet on renverra à Perrono, Thomas, « Le Havre, au temps des migrations bretonnes », Ar Men, n°216, janvier-février 2017, p. 18-23. Pour une mise en perspective des migrations bretonnes par le même auteur, se reporter à Perrono, Thomas, « Les Bretons de Paris face au concept de diaspora », En Envor, revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°6, été 2015, en ligne.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2020, 12 février). François-Marie Luzel et trois portraits de fantassins. Ar Brezel. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbkf

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.