Montoir-de-Bretagne et les Doughboys (1917-1919)

Aujourd’hui à la retraite, M. Mahé compte parmi ces historiens « amateurs » – les guillemets s’imposent tant la qualité de leurs recherches n’est souvent pas à la hauteur de ce qualificatif que certains pourront, à tort, juger dépréciatif – qui ont consacré une large partie de leur vie à un seul et même terrain d’enquête, labourant inlassablement les fonds publics et privés d’archives pour aboutir à la constitution d’un corpus très impressionnant. Pour certains, la période appréhendée est celle de la Seconde Guerre mondiale mais pour l’ancien instituteur de Montoir-de-Bretagne, c’est la présence américaine dans l’estuaire de la Loire entre 1917 et 1919 qui polarise toutes les attentions. Labellisé par la Mission du centenaire, cet ouvrage publié par l’Association de Recherche et d’Etude sur le Mouvement Ouvrier de la Région de Saint-Nazaire (AREMORS) est la synthèse de ces décennies de recherches[1].

L’intérêt de ce type de volume est de présenter avec un haut degré de précision certains objets de réflexion qui ne demandent, ensuite, qu’à être confrontés avec d’autres éléments équivalents, sur une plus large échelle. Ainsi par exemple de la gare Wilgus (p. 22), gigantesque ensemble ferroviaire érigé à Montoir-de-Bretagne dans le sillage du port de Saint-Nazaire et devant son nom au colonel William J. Wilgus, membre de la commission des chemins de fer militaires et par ailleurs, dans le civil, ingénieur ayant notamment présidé à la construction de Grand Central Station, à New-York. A l’évidence, nous sommes là en présence d’un bel exemple de transfert de compétences civiles dans le domaine militaire[2]. Pour autant, s’agit-il là d’un cas unique, d’un exemple exceptionnel, ou au contraire d’un procédé pragmatique que l’on trouve à plus large ampleur, ce qui permettrait d’expliquer, pour une certaine part au moins, l’efficacité en la matière du corps expéditionnaire américain ? Mais si tel est le cas, comment donc se met en place ce transfert de compétences ? Est-il initié bien avant avril 1917 ou est-il improvisé à la suite de l’entrée dans le conflit des Etats-Unis ? Autant de questionnements qui, d’une certaine manière, prennent naissance dans le travail minutieux de M. Mahé.

De la même manière, la description minutieuse d’un certain nombre d’éléments érigés par les Américains mériterait d’être confrontée à d’autres infrastructures comparables ayant été construites à la même époque. On pense notamment aux installations frigorifiques étrangement semblables des ports de Saint-Nazaire et Bordeaux[3] : procèdent-elles d’une certaine forme de standardisation et si oui, suivant quelles modalités celle-ci est-elle mise en œuvre ? Il en est de même en ce qui concerne l’appontement sur la Loire réalisé à Montoir-de-Bretagne (p. 28-29) : est-ce là une œuvre unique ou retrouve-t-on, ailleurs, de semblables édifices, que cela soit en France mais également en Grande-Bretagne – puisqu’il ne faut pas oublier que le Corps expéditionnaire y est également présent en masse – ou aux Etats-Unis ?

Il y a là un véritable sujet d’histoire qui doit, de surcroît, être appréhendé dans de multiples dimensions. Car outre les aspects techniques, architecturaux, il y a l’impact de ces considérations matérielles sur les représentations mentales. M. Mahé rappelle ainsi « qu’on dit qu’en octobre 1918, l’armée américaine débarque en France, chaque minute, une moyenne de sept hommes, deux chevaux et sept tonnes de marchandises » (p. 120). Impressionnants bien qu’invérifiables, ces chiffres disent bien la manière dont les populations civiles appréhendent l’effort de guerre américain. Là est, au final, la véritable Materialschlacht, peut-être plus qu’au front où, au final, on manque toujours de tout. Mais cette représentation est-elle propre à l’estuaire de la Loire, il est vrai aux premières loges du débarquement des Doughboys, ou se retrouve-t-elle également dans d’autres zones, y compris des espaces moins confrontés à la présence américaine ?

Saint-Nazaire: revue des troupes par le colonel Kemp du 110th infantry, 21 avril 1919. Carte postale. Collection particulière.
Saint-Nazaire: revue des troupes par le colonel Kemp du 110th infantry, 21 avril 1919. Carte postale. Collection particulière.

Extrêmement bien documenté et embrassant un vaste éventail de problématiques – de la prostitution aux dégradations du réseau routier en passant par les réquisitions de terrains – l’ouvrage de M. Mahé constitue un outil de travail relativement indispensable à quiconque s’intéresse aux Etats-Unis dans la Grande Guerre. L’optique monographique se révèle ainsi particulièrement efficace quand il s’agit de décrire l’ampleur de ces forces auxiliaires, mais néanmoins réelles, destinées à soutenir le moral des Doughboys dans l’estuaire de la Loire : YMCA et YWCA, Salvation Army et autres Knights of Colombus sont des organisations qui, dans le détail, restent très largement méconnues (p. 95). Quant à l’American Library Association et au Jewish Welfare Board, il faut bien avouer que l’on ignore pour l’heure tout ou presque de ces entités (p. 96). Enfin, particulièrement originaux – et appelant à de plus amples développements – sont les passages consacrés aux quelques soldats américains que l’on retrouve au début des années 1920, grâce aux archives des recensements, dans la région de Saint-Nazaire établis avec femme et parfois enfants (p. 114). Reste toutefois à passer à la vitesse supérieure, c’est-à-dire à la production d’enquêtes comparatives permettant de dire en quoi le cas particulier que constitue le secteur de Montoir-de-Bretagne est ou non spécifique du point de vue de la présence américaine pendant la Première Guerre mondiale.


[1] Mahe, Michel, Montoir de Bretagne à l’heure américaine, 1917-1919, sans lieu ni date, Association de Recherche et d’Etude sur le Mouvement Ouvrier de la Région de Saint-Nazaire. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Pour de plus amples développements on se permettra de renvoyer Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale (1917-1919), Bruz, Editions CODEX, 2018, p. 82.

[3] Voir notamment Bonin, Hubert, « L’Economie girondine de la guerre américaine en 1917-1919 », Guerres mondiales et conflits contemporains, 2017-2, n°166, p. 63-78.


1 réflexion sur « Montoir-de-Bretagne et les Doughboys (1917-1919) »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.