Tracts de la Ligue internationale des combattants de la paix. Collection particulière.

La LICP de Brest : aux sources du pacifisme des années 1930

Le nom de Jules Le Gall – aucun lien de parenté avec l’auteur des présentes lignes – est à peu près complètement tombé dans l’oubli. Seuls quelques spécialistes de l’histoire du mouvement ouvrier finistérien, et plus encore de l’anarchisme, le connaissent, à commencer par René Bianco qui rédige l’une de ses deux notices biographiques pour le Maitron. Pourtant, le parcours de cet individu est particulièrement stimulant pour qui s’intéresse aux mondes militaires et, plus spécifiquement, aux individus qui les contestent. En effet, l’exemple de Jules Le Gall montre que la généalogie de l’engagement pacifiste et antimilitariste est parfois beaucoup plus difficile à établir que ce que l’on pourrait, de prime abord, penser.

Né le 13 décembre 1881, Jules Le Gall est connu pour être le fondateur, au printemps 1932 à en croire l’historien Alain Le Moigne, de la section brestoise de la Ligue internationale des combattants de la paix (LICP)[1]. Qualifiée de « pacifiste extrême » par N. Offenstadt, cette organisation est tiraillée entre des modérés de tendance socialiste d’une part, d’autre part des anarchistes pratiquant un « pacifisme d’action directe »[2]. Ces dissensions internes n’empêchent pour autant pas la constitution d’une section dans le port du Ponant, entité qui se révèle très rapidement en pointe dans la sensibilisation à la menace que fait planer Hitler, parvenu au pouvoir en janvier 1933, sur la paix[3]. S’il est difficile de mesurer précisément l’impact de cette entité, il est en revanche certain que son action ne se limite pas à quelques réunions publiques mais repose, au contraire, sur de solides liens de sociabilité militante. En témoignent ces souvenirs de René Lochu, secrétaire de la section brestoise de la LICP, évoquant des excursions sur la presqu’île de Crozon, sorties témoignant d’un répertoire d’action qui ne néglige pas les méthodes festives et néanmoins traditionnelles du mouvement ouvrier, et ce en dépit des enjeux[4].

Reste donc ce qui fonde cet engagement pacifiste. Une hypothèse naturelle, évidente bien que résultant d’une lecture sans doute un peu trop hâtive des travaux de l’historien G. Mosse et du paradigme de « brutalisation des sociétés européennes », invite à chercher dans l’expérience combattante de 1914-1918[5]. En d’autres termes, de même que René Lochu, Jules le Gall serait devenu dans les années 1930 un pacifiste intégral en réaction au traumatisme des tranchées. L’idée est séduisante mais ne résiste malheureusement pas à l’examen des faits. La fiche matricule du fondateur de la section brestoise de la LICP est à cet égard limpide[6] : souffrant de problèmes pulmonaires – vraisemblablement la tuberculose – Jules le Gall est ajourné en 1902 puis 1903 avant d’être exempté l’année suivante de service militaire. Bien qu’âgé de seulement 33 ans en 1914, il n’est nullement ciblé par la politique de récupération et est vierge de toute expérience militaire si ce n’est, en 1907, l’exercice de l’emploi de chaudronnier au sein de l’arsenal de Brest. C’est d’ailleurs là, selon toute vraisemblance, qu’il s’éveille au syndicalisme d’action directe et à un pacifisme qui est alors avant tout, selon toute vraisemblance, un antimilitarisme.

Vue de l'arsenal de Brest par Raphaël Binet. Musée de Bretagne: 982.0008.1909.
Vue de l’arsenal de Brest par Raphaël Binet. Musée de Bretagne: 982.0008.1909.

Fils de militaire de carrière, son père est maréchal-ferrant au 35e RAC et sa mère y est cantinière, René Lochu témoigne lui aussi d’un parcours collant mal à l’idée d’un pacifisme intégral né en réaction à l’expérience des tranchées. Si René Bianco, à qui l’on doit également sa notice Maitron, affirme que « ce fut au service militaire, qu’il effectua dans la Marine à partir de 1918, que Lochu prit conscience que la discipline militaire lui était insupportable », la fiche matricule du futur secrétaire de la section brestoise de la LICP invite à une autre interprétation[7]. En effet, cette archive fait état d’un engagement volontaire le 15 janvier 1918 au 3e dépôt des équipages de la flotte. Tout porte à voir là la marque d’une stratégie d’évitement d’autant plus plausible que, disposant par la position de ses parents d’une certaine connaissance du fonctionnement de l’institution militaire, René Lochu ne peut pas ne pas savoir qu’un engagement volontaire permet de choisir son arme et donc, pratiquement, d’éviter les tranchées.

Au final, le recours aux fiches matriculaires du recrutement de deux des membres les plus éminents de la section brestoise de la Ligue internationale des combattants de la paix permet de dégager le parcours de Jules Le Gall et René Lochu de l’idée selon laquelle le pacifisme intégral serait l’enfant en ligne directe, et obligatoire, de l’expérience combattante en 1914-1918. Au contraire, c’est sans doute dans des formes bien spécifiques d’antimilitarisme qu’il faut raccrocher l’engagement pacifiste de ces deux hommes : dans un militantisme anti-patronal de type syndicalisme d’action directe pour Jules le gall, probablement dans une expérience plus intime ayant avoir avec une certaine forme de rejet du milieu familial d’origine pour René Lochu. Il n’en demeure pas moins que ces deux hommes, par l’intermédiaire de la LICP, sont de véritables précurseurs du combat antinazi à Brest. Arrêté en 1941, Jules Le Gall le paye d’ailleurs de sa vie : déporté à Buchenwald, il y décède le 14 juin 1944, quelques jours seulement après le Débarquement de Normandie.


[1] Le Moigne, Alain, Marine et ouvriers de la construction navale à l’arsenal de Brest -1918-1970). Du paternalisme d’Etat à la mondialisation économique, un mouvement syndical partagé en pragmatisme et idéologie, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Bougeard, Christian, Brest, Université de Bretagne occidentale, 2015, p. 340-341.

[2] Offenstadt, Nicolas, « Le Pacifisme extrême à la conquête des masses : la Ligue internationale des Combattants de la Paix (1931-1939) et la propagande », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n°30, 1993, p. 35-39.

[3] Le Moigne, Alain, Marine et ouvriers…, op. cit., p. 341.

[4] Offenstadt, Nicolas, « Le Pacifisme extrême… », art. cit., p. 36.

[5] Mosse, George L., De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, Paris, Hachette littératures, 1999.

[6] Arch. dép. Finistère : 1 R 1264.749.

[7] Arch. dép. Morbihan : r 2196.2028.


2 réflexions sur « La LICP de Brest : aux sources du pacifisme des années 1930 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.